vendredi 5 décembre 2014

Armorial des îles et des territoires enclavés #13 :
la Mer des Caraïbes, les Petites Antilles du Sud

A  près une très longue absence,  je suis très heureux de reprendre la visite des îles que nous avions laissées dans le Golfe de Gênes, en Méditerranée  → voir ICI . Il est temps de reprendre le large vers de nouvelles terres à découvrir  et de terminer l'année dans des climats plus accueillants que le nôtre, à l'approche de cet hiver, à l'endroit où nous avions fait escale dans les Antilles, en Martinique, voici maintenant deux ans  → voir ICI  :

                  Barbade              -         Saint Vincent et Grenadines              -            Trinidad-et-Tobago             -             Aruba        



Les îles du Vent (3e partie) et les îles Sous-le-Vent


   Certaines armoiries que je vous propose de découvrir ou redécouvrir sont pour la plupart détaillées, avec d'autres informations sur l’identité du pays, dans le dossier "Emblèmes pays" que vous pouvez retrouver dans le deuxième onglet en haut de cette page.  Elles correspondent aux états indépendants et aux territoires d'outre-mer autonomes quand elles sont accompagnées du signe :  ▲.  
   Pour les autres îles, c'est donc la première fois que nous les aborderons, et uniquement les plus significatives, car ce sont des centaines d'îles et d'ilots, souvent inhabités, qui composent cet immense archipel antillais.  
   Pour certaines nationalités, dont nous faisons partie, la localisation des "îles du Vent" commence à Porto-Rico et s'arrête à la Trinité, et les suivantes (de la Trinité à Aruba) portent l’appellation "d'îles Sous-le-Vent", termes venant de la marine à voiles, naturellement. Les britanniques ont un autre classement, plus complexe, entre Leeward Islands , Windward Islands et Leeward Antilles !  Dans ce sujet, pour les anglophones, sont concernées les deux dernières catégories. 

▲ armoiries de  Sainte-Lucie / Saint Lucia
 État indépendant membre du Commonwealth.
"D'azur aux deux bâtons de bambou, coupés et mis en sautoir, chargés d'un tabouret 
africain, tout d'or, cantonnés au 1er et 4e d'une rose du même au cœur de gueules,
boutonnée d'or et aux 2e et 3e d'une fleur de lys du même".
Deux perroquets de Sainte-Lucie (Amazona versicolor), oiseaux endémiques 
de l'île, au naturel, tiennent l'écu. 
Timbre : heaume d'acier, tortil et lambrequins d'azur et d'or.. 
En cimier : un poing s'élève vers le ciel, tenant une torche enflammée,
 symbole de progrès, avec deux feuilles de canne à sucre en sautoir derrière le poing. 
Sur une banderole d'or on peut lire la devise officielle du pays: 
"The Land. The People. The Light" (La terre, le peuple, la lumière).


▲ armoiries de la Barbade / Barbados
État indépendant membre du Commonwealth.
"un écu d'or chargé d'un figuier arraché, au naturel, accompagné en chef de
 deux fleurs de flamboyants de gueules, aux étamines de sable terminées d'or". 
       le figuier sauvage ( Ficus citrifolia ) était un arbre très commun dans l'île au 
moment où les portugais aperçurent l'île pour la première fois ;
 le magnifique flamboyant (Caesalpinia pulcherrima) est l'arbre national de la Barbade.
Timbre : un heaume d'acier avec lambrequins et tortil d'or et de gueules. 
Cimier : un bras nu d'homme tient dans le poing fermé deux tiges de canne à sucre 
formant une croix de Saint André ( le saint chrétien du jour de la fête nationale), 
le tout au naturel. Les supports sont à dextre un dauphin héraldique d'azur d'azur, 
lampassé, barbé, crêté, loré, peautré, et allumé de gueules, et à senestre un pélican
 (Pelecanus erythrorhynchos), posés sur une banderole d'argent au revers de gueules
portant la devise nationale : "PRIDE AND INDUSTRY" (Fierté et Travail).
 Le dauphin/poisson symbolise les activités de la pêche à la Barbade, 
et le pélican représente l'ancien îlot du Pélican (Pelican island) au large de la baie 
de Bridgetown, aujourd'hui disparu.


▲ armoiries de  Saint-Vincent et les Grenadines /  
Saint Vincent and the Grenadines
 État indépendant membre du Commonwealth.
"Écu d'argent deux femmes, habillées "à la romaine" avec une robe de couleur
 azur, sur une terrasse sinople, entourées d'un cadre d'or. 
L'une d'elles, debout, porte un rameau d'olivier, l'autre est agenouillée face
 à la première, devant un autel et tient le plateau d'or d'une balance.
 Ce sont les allégories de la Paix et de la Justice. Le tout est surmonté 
par un plant de coton en guise de cimier. Sur une banderole d'argent on peut
 lire la devise officielle du pays “Pax et Justitia” (Paix et Justice).


drapeau non officiel de l'île de Bequia (Grenadines)
logo du site balnéaire privé (resort en anglais) 
de l'île de Moustique (Grenadines)
logo du resort de l'île de Canouan (Grenadines)
logo du resort de l'île de Carriacou (Grenadines)


▲ armoiries de  Grenade / Grenada
 État indépendant membre du Commonwealth.
"Écartelé en 1 et 4 de gueules chargé d'un léopard d'or et 2 et 3 de sinople
 chargé d'un croissant d'or sommé d'un lis de jardin d'argent ; 
une croix d'or brochant sur l’écartelé chargée en abîme d'un navire au naturel
 équipé d'argent à la croix pattée de gueules".
  Timbre : un heaume royal d'or doublé de pourpre est chargé d'une étoile
 du même.  Cimier : sept roses, représentant les sept paroisses et placées entre
 deux branches de bougainvilliers, la fleur nationale.
  L'écu est posé dans une vallée entre deux montagnes, avec au centre une forêt 
luxuriante et un lac (Grand Etang Lake National Park). Au premier plan presque cachés
 par la banderole : une cabosse de cacaoyer et une noix de muscade feuillées.
 Les supports sont, à gauche, un tatou (ou armadillo), et sur la droite, la colombe 
de Grenade (Leptotila wellsi), espèce endémique très menacée, le tout représentant
 la faune sur les îles. Les deux animaux sont placés devant un plant de maïs avec fleur
 et cabosses au naturel à gauche, et un plan de bananier avec fleur et fruits immatures,
 à droite. Sur la banderole est inscrit la devise : Ever conscious of God we aspire,
 build and advance as one people” (Toujours conscients de dieu, nous aspirons,
 construisons et progressons comme un peuple uni).

▲ emblème actuel de l'Assemblée de l'île de Tobago
"Tobago House of Assembly "

  ▲ armoiries de Trinité-et-Tobago  / Trinidad and Tobago
 État indépendant membre du Commonwealth.
"Écu de gueules chargé de trois caravelles d'or posées 1 et 2 (mal ordonnées)
 celle du chef un peu plus grande que les deux autres, habillées d'argent avec 
une croisette du champ ; mantelé de sable à deux colibris d'or en vol, affrontés ;
 au chevron d'argent, brochant sur la partition". Les navires sont sensés représenter 
la Santa María, La Niña et La Pinta : les trois navires de Christophe Colomb
 utilisés lors de son voyage au "Nouveau Monde". Les deux oiseaux rappellent que la Trinité 
est parfois appelée le "Pays des oiseaux-mouches" parce que plus de seize espèces 
différentes de colibris ont été enregistrés sur l'île. "Lere, le pays des oiseaux-mouches"
 est également supposé avoir été le nom amérindien pour la Trinité.
 Timbre : un heaume royal d'or, avec tortil et lambrequins d'argent et de gueules. 
Cimier : un cocotier de sinople fruité au naturel, chargé d'une barre de gouvernail d'or.
  Supports: à dextre un ibis rouge (Eudocimus ruber) et à senestre un "cocrico" ou 
ortalide à ventre roux (Ortalis ruficauda), oiseaux endémiques et symboles du pays,
 les deux au naturel, éployés, posés sur des collines ou des rochers avec les vagues
 de l'océan au premier plan, le tout au naturel. Les trois collines à dextre, représentant
 les Trinity Hills dans le sud de l'ile, qui, croit-on, auraient incité Christophe Colomb
 à nommer l'île ainsi, d' après la Sainte Trinité. L'île émergeant des eaux sous le cocrico
 représente Tobago. Dans la partie inférieure, sur une banderole d'or, on peut lire la 
devise officielle du pays en anglais : "Together we aspire, together we achieve"
 (Ensemble nous aspirons, ensemble nous accomplissons).

localisation des principales îles composant les Dépendances Fédérales du Venezuela, la plupart sont inhabitées ou sont des terres réservées pour l'Armée ou la Marine du Venezuela.
armoiries des Dépendances Fédérales du Venezuela /  
Dependencias Federales de Venezuela

drapeau des Dépendances Fédérales du Venezuela
un groupe d'îles proches de la côte orientale du Venezuela :
Margarita, la plus grande, Cubagua et Coche, les plus petites,
 forment le seul état insulaire du pays : el Estado Nueva Esparta

armoiries de l'État de Nueva Esparta
 un des 23 états composant la République fédérale du Venezuela
" Coupé de gueules à la barque de pêche "flechera" embarquant huit rameurs,
 sur des ondes le tout au naturel, et d'azur au collier de perles 
à cinq pendants d'argent, l'écu et la partition bordés d'une filière d'or".
Timbre : un bonnet phrygien de gueules sur une pique entouré d'une couronne 
de laurier au naturel, le tout brochant sur des rayons de sable.  
Supports : un aviron et un trident de pêcheur au naturel mis en sautoir, 
une ancre et un triton au naturel issants de la pointe
soutiens : une branche de corail et une branche d'algue, tous les deux d'or.

 drapeau de l'État de Nueva Esparta
armoiries du municipio de Tubores 
situé en partie sur l'île de Margarita
auquel est rattaché la totalité de l'île de Cubagua
armoiries du municipio de Villalba
composé uniquement de l'île de Coche

armoiries supposées de la Isla Caribe y Los Lobos
(ile située près de côte de l'État de Sucre, au Venezuela, ayant environ 
50 habitants) - je doute un peu du caractère officiel de ces armoiries


▲ armoiries de  Bonaire
 Commune des Pays-Bas caribéens (depuis le 10-10-2010)
"écu d'azur timbré d'une couronne, chargé d'une barre de 
gouvernail d'or, elle-même chargée d'un écusson d'argent à
 l'étoile à six branches de gueules inscrite dans un cercle de sable
 munis de pointes aux points cardinaux, symbolisant un compas 
(boussole) de marine. L'étoile à six branches rouge représente
 les six villages d'origine de Bonaire - Antriol, Nikiboko, Nort Salina,
 Playa Rincon et Tera Kora.


▲ armoiries de  Curaçao
 État autonome du Royaume des Pays-Bas.
"Parti, au premier d'argent à un vaisseau au naturel portant
 un pavillon des Pays-Bas et voguant sur une mer d'azur,
 au second d'argent au citronnier laraha (Citrus aurantium 
currassuviencis) terrassé de sinople, fruité au naturel ;
 sur le tout de gueules au pal de sable chargé de trois flanchis 
d'argent (qui est le blason de la ville d'Amsterdam)".
 Timbre : couronne royale des Pays-Bas. 
Le bateau symbolise le commerce avec la Compagnie néerlandaise
 des Indes occidentales. Le citronnier local, appelé aussi 
en français bigaradier ou orange amère est une essence utilisée
 en parfumerie ou composant des alcools et liqueurs,
 comme la fameuse liqueur de curaçao bleu colorée
 avec du bleu de méthylène. Le blason d'Amsterdam, 
rappelle le nom d'un fort construit sur l'île par les Hollandais
 qui lui ont donné le nom de Fort Amsterdam.

▲ armoiries de Aruba
 État autonome du Royaume des Pays-Bas.
"Écu écartelé chargé d'une croix d'argent; cantonnée au premier :
 d'azur à la plante d'aloès d'or, au second d'or à la montagne
 de sinople mouvant d'un burelé ondé de six pièces d'azur
 et d'argent, au troisième d'or à la foi de gueules mouvant 
des flancs, au quatrième de gueules à une roue de moulin 
à six rayons d'argent".
 Cimier : Un lion de gueules couché. 
Soutiens : deux branches d’olivier au naturel liées 
à la base par un ruban de sinople.


Fin du voyage dans les Caraïbes , après deux ans d'escales, on est loin du record du monde de vitesse ! Mais nous reprendrons la barre sur d'autres mers pour découvrir de nouvelles terres, tel un James Cook de l'héraldique...


Crédits :
certaines images sont empruntées aux sites :
http://fr.wikipedia.org - commons-wikimedia.org
http://hubert-herald.nl/
les autres : sites divers, municipaux, associatifs, philatéliques.


                         Herald Dick
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire