jeudi 10 octobre 2019

Capitales du monde : Bichkek

 ⨷ n avait stoppé notre parcours guidé par l'ordre alphabétique, la dernière fois à Beyrouth, ville dont le nom est connu de tous. Cette fois, tout en restant en Asie, nous allons nous rendre dans une capitale d'1 million d'habitants tout de même, mais dont le nom peut laisser perplexe d'ignorance car il est rarement cité dans l'actualité et surtout il a changé plusieurs fois dans l'histoire.

  La ville de Bichkek est représentée officiellement depuis 1994 par un emblème de type logotype, bleu, formé d'un rectangle évoquant une tour crénelée. Depuis que Pichpek (le premier village du lieu) est devenu une forteresse au début du XIXe siècle, la tour symbolise la force et le pouvoir. La base du rectangle est coupée par une ligne en zig-zag et une autre droite. La première symbolise la chaîne de montagnes d'Ala-Too, qui est la partie nord du massif de hautes montagnes d'Asie centrale : le Tian-Shan . La ligne droite représente le fleuve Tchou qui marque la frontière avec le Kazakhstan voisin au nord.
  Sur le haut du rectangle bleu est placé un carré blanc bordé de bleu, posé sur une pointe s'insérant entre les deux sommets de la "montagne" stylisée. Il contient un cercle bleu dans lequel est inscrit la figure stylisée d'un félin blanc tacheté. 
   Le léopard des neiges (Panthera uncia), puisque c'est de lui qu'il s'agit, est un symbole de courage, de volonté, d'endurance et est l'un des anciens totems du peuple Kirghiz. Le cercle et le carré, dans lesquels est inscrit le léopard blanc, signifient l’unité du temps (cercle) et de l’espace (carré), selon l’ancienne idée kirghize de l’intégrité. De plus, le cercle à l'intérieur du carré symbolise quatre valeurs: la personne, la culture, l'écologie et l'économie.
En dessous est placé le nom de la capitale écrit en alphabet cyrillique : " БИШКЕК ".

Quelques variations constatées du logo créé en 1994, dont le dernier rappelant la date d'accession au statut de ville sous l’Empire russe.

le léopard ou panthère des neiges, gros félin emblématique et rarement observable des hautes montagnes d'Asie centrale.

capitale n° 31 - Bichkek


Bichkek,  en anglais: Bishkek, en kirghize et en russe : Бишкек , est la capitale et la ville la plus peuplée du Kirghizistan.

Population  :  1.012.500 habitants en 2019 (estimation).

  Située dans la vallée du fleuve Tchou (ou Chu), dans le nord du pays, Bichkek est un centre industriel (machines agricoles, denrées alimentaires, textiles, matériaux de construction) et administratif. A proximité se trouve l'aéroport international de Manas. Elle est également le siège de l'université d'État kirghize et de l'Académie kirghize des sciences, elle accueille un orchestre symphonique et plusieurs musées et théâtres. Les Russes, qui constituaient l'ethnie majoritaire, ont vu leurs effectifs décroître ces dernières décennies car beaucoup d'entre eux ont émigré en Russie, tandis que les Kirghizes ont vu leur population fortement augmenter et sont devenus l'ethnie prédominante.
la Place Ala-Too au centre de la ville, avec une statue monumentale :  Erkindik, dite "la statue de la liberté" qui a remplacé
 en 2003 celle de Lénine qui elle a été déplacée dans un autre endroit.
  La ville a pour origine une forteresse construite au milieu du XIXe siècle par les khans de Kokand dans un lieu-dit nommé Pichpek. En 1862, elle est détruite par les Russes qui construisent à sa place un poste militaire à partir duquel ils entreprennent la colonisation de la région. En 1878, Pichpek accède au statut de ville de l'Empire russe. Le vrai démarrage économique de la ville a lieu lors de l’établissement en 1924 d’une liaison ferroviaire avec Moscou. Pishpek devient le centre administratif de la région autonome (oblast) de Kara-Kyrgyz. En 1926, Pichpek est baptisée Frounzé en l'honneur d’un général de l’Armée rouge natif de la ville. En 1936, Frounze devient la capitale de la nouvelle république socialiste soviétique (R.S.S) de Kirghizie puis, en 1991, celle du Kirghizstan indépendant. En 1991, le Parlement kirghize lui donne le nom actuel de Bichkek.

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

dimanche 29 septembre 2019

Philatélie - septembre 2019 (archives)

 📯 Nouvelle synthèse à propos des thèmes associés de l'héraldique et de la philatélie: voici un récapitulatif, que je ne prétend pas être exhaustif, des derniers timbres et autres produits philatéliques parus ou signalés en cours d'année 2019, une année décidément très riche et  très prolifique, concernant divers thèmes et tous pays confondus.



Kiribati : célébration du 40e anniversaire de l'indépendance - détail armoiries ci-dessous
République de Kiribati

Slovaquie : 100e anniversaire de la mort de Milan Rastislav Štefánik, astronome, aviateur, général,
 homme politique, et diplomate slovaque qui servit aussi pour la France. Il fut l'un des cofondateurs
 de la République tchécoslovaque -   détail de l'emblème ci-dessous
Emblème des Légions tchécoslovaques (1917 - Première Guerre mondiale)

Pologne : armoiries de la famille Tęczyński, 
puissante dynastie au service de la Pologne
 depuis le Moyen-âge
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

lundi 23 septembre 2019

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Lyonnais - Sénéchaussée du Bas Auvergne - 2nde partie

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

  Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Lyonnais.  Après les  chapitres dédiés successivement aux Sénéchaussées du Lyonnais, du Forez, de Beaujolais et Dombes, du Bourbonnais, de la Marche, nous atteignons maintenant une très grande province historique de France : l'Auvergne . Il apparaît donc que plus de trois siècles avant la grande réforme des Régions adoptée en 2015, qui fit couler beaucoup d'encre, l'Auvergne et le Lyonnais étaient déjà réunis dans la même entité administrative ! Le territoire de cet ancien Comté et ancienne province, abrogée sous la Révolution, était alors divisé en deux sénéchaussées : Bas Auvergne et Haut Auvergne, faisant l'objet de deux chapitres distincts dans le manuscrit. La sénéchaussée du Bas Auvergne (c'est le terme exact employé par les contemporains et non pas: Basse-Auvergne) est détaillée dans le sixième chapitre. Son immense territoire couvre la presque totalité du département actuel du Puy-de-Dôme, plus quelques cantons du sud de l'Allier, le long de la vallée de la Sioule et dans la Limagne bourbonnaise, une grande partie du département de la Haute-Loire (le Brivadois), quelques communes du nord-est du Cantal (Cézallier) et quelques cantons de la Creuse orientale appartenant à la région naturelle des Combrailles.
   Du fait de son exceptionnelle densité, ce sixième chapitre du Bas Auvergne a fait l'objet de deux articles, tout en maintenant une cohérence géographique. Le second volet sera consacré aux régions de la Limagne, du Livradois et du Brivadois.

      Revenir à l'épisode précédent →

Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir












   Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.
                 
                (*)  Armorial Général de France  -  volume II  -  Généralité d'Auvergne  (BNF Paris)
                  


Billom ( Puy-de-Dôme)

  Voici un blason qui a traversé de nombreux siècles avec peu de changements. L’émail du château et la position de l'asymétrie des tours flanquant celui-ci sont les seules petites différences. Ce château héraldique semble nous rappeler l'existence d'une vraie forteresse ruinée et totalement oubliée depuis longtemps sur une butte de la commune, voir cette page → ICI



Issoire ( Puy-de-Dôme)

  Cette vieille ville de fondation gallo-romaine sous le nom de Iciodorensium et dont le toponyme s'est longtemps orthographié " Yssoire ", donne l'explication de notre initiale Y devenue figure principale du blason, avec quelques variations de formes, purement esthétiques et le rajout d'une couronne à laquelle le site de la commune donne une origine royale, à vérifier ! .
Les armoiries au sautoir de gueules semé de fleurs de lys d'or, proposées par Charles d'Hozier dans son Armorial  Général de France sont à priori "attribuées d'office" et n'ont pas survécu à leur époque.


cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mercredi 11 septembre 2019

La Vuelta a España 2018 - le Tour d'Espagne en blasons - 3e semaine, dans la Castille historique, et l'arrivée finale à Madrid

Armoiries officielles de la Province de Guadalajara, dans la région
de Castille - La Manche
  Nous voici  de retour encore une dernière fois sur les routes d'Espagne (voir le précédent chapitre: →  ICI), après une deuxième journée de repos bien méritée, pour vivre cette troisième semaine qui nous mènera au podium final. Nous avons quitté lundi la côte atlantique nord des Asturies et les terribles cols de la Cordillère cantabrique, pour effectuer un grand saut de puce vers le cœur du pays. Un cœur géographique, car nous allons parcourir en long et en large la Meseta Centrale, mais aussi le cœur historique de l’Espagne, puisque désormais nous allons nous fixer dans l'ancien royaume de Castille, avec trois grandes régions actuelles: Castille-et-León, Castille-La Manche et la Communauté autonome de Madrid.

 Les sprinters devraient se disputer la victoire de la 17e étape à Guadalajara, ainsi que la 19e étape à Tolède. La 18e étape sera plus compliquée pour les coureurs fatigués, avec plusieurs cols dans la Sierra de Guadarama. La 20e et avant-dernière étape s'annoncera décisive pour le Maillot Rojo, avec une nouvelle fois cinq ascensions et une arrivée jugée au sommet de la Plataforma de Gredos. Enfin, la dernière étape sera comme d'habitude pour les sprinters, avec une arrivée finale et prestigieuse à Madrid sur la Plaza de Cibeles .


 📌 Comme dans les premiers volets, j'ai rajouté aux villes de départ et d'arrivée, 3 blasons de villes ou de communes (municipios) supplémentaires, traversées par les coureurs sur leur itinéraire, pour l’intérêt historique, géographique et surtout héraldique qu'ils apportent.

  Voici la carte du parcours de cette troisième et dernière semaine  :

drapeau de la Province de Burgos
drapeau de la Province de Soria
drapeau de la Province de Ségovie
drapeau de la Province de Guadalajara
drapeau de la Province de Tolède
drapeau de la Province d'Avila
drapeau de la Communauté de Madrid

vue nocturne de Sigüenza, petite ville de la province de Guadalajara, avec le château des évêques construit à l'origine
 par les maures au XIIe siècle, et l'église Saint-Vincent, XIIe siècle -  photo © David Blázquez

17e étape   -   Mercredi 11 Septembre 2019 :
Aranda de Duero   -   Guadalajara



• Aranda de Duero
Communauté autonome de Castille-et-León - Province de Burgos.
○ Blason : "D'azur, un pont d'or à trois arches brochant sur quatre fasces ondées d'argent en pointe et sommée d'une tour donjonnée de trois tourelles d'or, maçonnée de sable, ajourée et ouverte de gueules, supportée par deux lions affrontés d'or".
 Timbre : Couronne royale ouverte.
 Supports : deux branches de laurier de sinople liées sous la pointe de l'écu et enveloppées dans un parchemin d'or







cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mardi 3 septembre 2019

La Vuelta a España 2019 - le Tour d'Espagne en blasons - 2e semaine, de Pau en France vers la province d'Asturies par le Pays Basque et la Cantabrie

Blason contemporain du Pays basque:  le Zazpiak Bat
(les sept provinces basques : Alava / Biscaye / Guipuzcoa /
Labourd / Basse-Navarre et Navarre réunies / Soule)
Dans cette édition 2019 de la Vuelta : six d'entre elles
sur les sept seront visitées, lors des 11e et 12e étapes
  Nous voici de retour sur les routes d'Espagne (voir le précédent chapitre → ICI), pour vivre une deuxième semaine de dépaysement total dans des paysages grandioses du nord-ouest du pays.

  Après une journée de repos très attendue dans le Béarn, nous poursuivons cette petite incursion de trois jours en France avec la 10e étape : un contre-la montre de 36,1 kilomètres entre Jurançon et Pau. La 11e étape partira de Saint-Palais, dans le pays basque et sera une étape de transition, avant une 12e étape dont le final promet d'être indécis avec une arrivée jugée à Bilbao.
 Ensuite, nouvelle arrivée au sommet de la terrible ascension de Los Machucos pour la 13e étape. Le lendemain, les sprinteurs devraient se jouer la gagne à Oviedo, avant deux nouvelles grandes étape de montagne : la 15e avec 4 cols à gravir et une arrivée au sommet du Santuaro del Acebo, puis la 16e avec 5 cols répertoriés et une autre arrivée au sommet, à l'Alto de La Cubilla.
 En résumé, nous sillonnerons successivement les routes du Béarn, de la Navarre (Basse et Haute), du Pays basque, de Cantabrie et des Asturies représentant quatre régions espagnoles et une française. Au regard de la topographie, avec les massifs des Pyrénées, les montagnes basques et la cordillère Cantabrique, cela nous promet beaucoup de dénivelés à gravir et à descendre, des cols à la pelle, et de belles émotions à éprouver, avec certainement quelques surprises !
  Et pour notre petit sujet sur l'héraldique espagnole, non moins dépaysant, qui va nous balader dans l'Histoire et la géographie de l'Espagne, il devrait être tout aussi passionnant.

📌 Comme je le fais désormais de manière régulière, j'ai rajouté aux villes de départ et d'arrivée, 3 blasons de villes ou de communes (municipios) supplémentaires, traversées par les coureurs sur leur itinéraire, pour l’intérêt historique, géographique et surtout héraldique qu'ils apportent.

 Voici la carte du parcours de cette deuxième semaine :

la carte du parcours de la 2e semaine (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

drapeau (non officiel) du département
des Pyrénées-Atlantiques (France)
drapeau de la Province d'Alava
drapeau de la Communauté de Navarre

drapeau de la Province de Biscaye
drapeau de la Principauté des Asturies
drapeau de la Communauté de Cantabrie


Le village basque d'Ainhoa (Pyrénées - Atlantiques) et ses superbes maisons à pans de bois traditionnelles


10e étape   -   Mardi 3 Septembre 2019  :  Jurançon  -   Pau
(épreuve contre la montre individuel)

Jurançon
France - Région de Nouvelle-Aquitaine - Département des Pyrénées-Atlantiques.
○ Blason :"D'argent à l'inscription JURANCON en lettres capitales de sable, posée en barre entre deux traverses alésées du même, accompagnée à dextre d'une grappe de
raisin d'or feuillée de sinople et à senestre de deux vaches de gueules, accornées, onglées et clarinées d'azur, passant
 l'une au-dessus de l'autre, le tout surmonté d'une couronne d'or".
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mercredi 28 août 2019

La Vuelta a España 2019 - le Tour d'Espagne en blasons - suite de la 1ère semaine, de la région de Valence à la Principauté d'Andorre

  Nous voici de retour sur les routes d'Espagne (voir le précédent chapitre avec la carte générale → ICI), pour terminer cette première semaine de dépaysement total dans des paysages grandioses du pays, et en traversant quelques villes ou villages de grand intérêt historique ou touristique.
 Toutefois, et c'est le prétexte : notre petit sujet sur l'héraldique espagnole, non moins dépaysant, qui va nous balader dans l'Histoire et la géographie de l'Espagne, devrait être tout aussi passionnant. La spécificité de cette héraldique est l'usage presque exclusif de partitions très simples : coupés, partis, écartelés, écussons, et l'usage immodéré de la bordure, chargée de meubles divers ou d'inscriptions qui apportent souvent un éclairage complémentaire sur l'Histoire de la ville ou de la province.

  Après ces quatre premiers jours de course déroulés exclusivement dans la Communauté valencienne, notamment sur la Costa Blanca et qui nous a donné de beaux vainqueurs, nous allons désormais remonter progressivement vers le nord-est du pays.
   Le premier gros morceau de cette Vuelta 2019 arrive avec la 5e étape et une arrivée au sommet à l'Observatoire Astrophysique de Javalambre. S'en suivra une arrivée pour costauds à Ares del Maestrat, puis une nouvelle arrivée au sommet à Mas de la Costa. Toutes ces fins d'étape sont situées dans les terres éloignées de la côte méditerranéenne.
   La 8e étape qui arrive à Igualada s'annonce indécise, mais c'est surtout la 9e étape qui promet un grand spectacle: seulement 96,6km en Andorre, mais 5 cols au programme et une arrivée au sommet à Cortals d'Encamp. Après quoi nous marquerons une première journée de repos lundi dans la cité béarnaise de Pau, pour un bref passage en France qui durera trois jours.
  Comme à l'accoutumée, je préviens les amateurs de vélo purs et durs: rien ne sera révélé ici sur les actions et les résultats de leurs coureurs cyclistes préférés, je m'en excuse après d'eux ! ... Voici la carte du parcours de cette fin de semaine  :


drapeau de la Communauté valencienne
drapeau de la Province de Tarragone
drapeau de la Province de Teruel

drapeau de la Province de Lérida
drapeau de la Principauté d'Andorre
drapeau de la Province de Barcelone
La Sierra de Javalambre et le Pico del Buitre (le Pic du Vautour en français), altitude de 1.958 mètres

5e étape  -  Mercredi 28 Août 2019  :
L'Eliana   -  Observatorio Astrofísico 🌓 de Javalambre


• L'Eliana / La Eliana 
Communauté valencienne - Province de Valence
○ Blason : " Écu en forme de cuirasse, d'azur à la façade de l'église de L'Eliana au naturel;  à la champagne d'or à quatre pals de gueules".
un autre blason, avec le campanile de
l'église achevé, mais sans les pals
d'Aragon et sans parchemin, a pourtant
été déclaré au Bulletin Officiel en 1962
  mais n'a finalement jamais été utilisé
 par la municipalité.
Timbre ; couronne royale ouverte.
Support : parchemin au naturel.

Ce n'est pas une erreur, mais l'édifice qui est représenté (à gauche) est bien l'église paroissiale du lieu : Nuestra Señora del Carmen, mais avant la reconstruction complète du sommet du clocher en 1962, auparavant détruit par la foudre, comme on peut la voir sur cette carte postale ancienne → ICI.
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :