lundi 28 mai 2012

Des blasons en haute mer : le cogue de Brême - 1ère partie

Le cogue ? mais qu'est-ce donc : une espèce de mollusque ? un animal fantastique ? Pas du tout, il se situe dans le temps, entre le knorr et le hulk ou la caraque , et est particulier à la Hanse. Vous me suivez ?  
voir documentation (en anglais)
bannière de la Hanse
(Lübeck)

deux cogues au large de Rostock ( mer Baltique)
(emblèmes des villes de Wismar et de Brême, au fond, sur les voiles)

(cliquer dans les images pour agrandir)















quelques accidents : naufrage d'un cogue  ~1456
"Les miracles de Nostre Dame" - Jean Méliot
Bodleian Library - Oxford

Bon, vous l'avez compris avec l'image, il s'agit d'anciens navires de commerce du Moyen-âge utilisés par la Ligue Hanséatique du Nord entre le milieu du XIIè siècle et le XVè siècle. Le mot "cogue" vient du vieil allemand "koggen" et désigne ces bateaux de transport très robustes, d'une capacité énorme (jusqu'à 130 tonnes), très faciles à manœuvrer avec leur gouvernail central et un seul mât portant une voile carrée. Pour lutter contre les pirates, ils sont parfois armés de canons. Ils sont aussi à l'aise dans les ports même équipés sommairement, que pour affronter les terribles tempêtes en haute mer grâce à des qualités de navigabilité incroyables. C'est l'outil principal qui sera employé par la Ligue des Villes du Nord pour commercer jusqu'en Russie à l'Est pour les fourrures, la Norvège, la Suède et l'Angleterre, pour le poisson, les Flandres et les Pays-Bas pour les draperies, l'Europe centrale pour le sel, et même des comptoirs sont actifs à La Rochelle, Bordeaux, Lisbonne, et jusqu'à Venise pour le vin, les épices, les parfums, etc...
La Hanse est une des première organisation commerciale internationale de l'Histoire, indépendante des états et du pouvoir des souverains régnants du moment, aussi puissants qu'ils soient. Il y a même eu des guerres, notamment avec le Danemark, qui a perdu ! C'est un peu, comme de nos jours avec les puissantes sociétés multinationales qui régissent l'économie de marché mondiale. Et pour les navires, c’est l'équivalent des compagnies de transport maritime de conteneurs que nous voyons dans les grands ports du monde. Nous n'avons rien inventé...

 Mais quel est le rapport avec l'héraldique?  On y arrive...
 A la suite d'une découverte archéologique dans les eaux du port de Brême, en 1962, des passionnés ont décidé de reconstituer à l' identique et avec les techniques de l'époque un de ces navires mythiques : un cogue, à partir des éléments de chêne, retrouvés et bien conservés dans la vase de la Weser depuis six siècles.

gravure 1493
 Le navire est lancé en 1990 et son nom est "Ubena von Bremen", die Hansekogge, il a une longueur totale de 23.23 m. et une largeur de 7,62 m. Depuis, il sillonne les mers et les ports d'Europe avec visiteurs et passagers payants, participe aux rassemblements de vieux gréements, très prisés un peu partout, parfois en compagnie de bateaux similaires comme le "Lisa von Luebeck", un autre cogue.
rassemblement de cogues à Wismar
(côte allemande sur la Mer Baltique)
Mais le Ubena v. B. a une particularité singulière qui fait son charme pour nous, les amateurs d'héraldique : il porte en permanence sur ses flancs et sur son château arrière une vingtaine de blasons grand format représentant les cités les plus importantes de l'histoire de la Ligue hanséatique.
 Et je vous propose de les découvrir. Si certains sont évidents, d'autres m'ont fait transpirer pour les identifier ! 
Vous comprendrez le moment venu ...
Mais d'abord quelques vues de notre héros , le cogue, afin d'admirer ce magnifique témoin de notre histoire européenne et celle de la navigation, sur toutes les faces :



Les blasons fixés sur la poupe sont ceux de cinq grandes cités liguées, dont deux des quatre capitales régionales : Lübeck et Danzig :


Lübeck (Allemagne)

Lüneburg (Allemagne)


Brême/ Bremen  (Allemagne)


Hambourg / Hamburg
(Allemagne)

Gdansk/ Danzig
(Pologne)
















cliquer sur l'image pour agrandir

























la carte ci-dessus permet de se rendre compte du maillage de l'organisation : les noms soulignés par un trait rouge plein sont les villes adhérentes à la Hanse, et ceux soulignés en pointillés sont juste des comptoirs. Le sud de l'Europe n'est pas représenté, c'est dommage. Les zones en gris-bleu correspondent aux anciens états des Chevaliers Teutoniques aux XIVè et XVè siècles.

Après quoi, je vous propose de patienter quelques jours pour la suite, en deuxième partie, prochainement sur votre écran → ICI

            Harald von Dick


Aucun commentaire:

Publier un commentaire