dimanche 22 novembre 2020

Capitales du monde : Bogota










  🛡  Le blasonnement des armes de Bogotá est : « D'or, à l'aigle couronnée de sable tenant dans chaque patte une grenade de gueules, à la bordure d'azur chargée de neuf grenades d'or ».
 Le blason de la ville de Bogotá date de 1548. Il fut à l'origine concédé par le roi d'Espagne et empereur Charles Quint pour le Vice-royaume de la Nouvelle-Grenade (voir historique détaillé plus bas). Il a été utilisé jusqu'à l'indépendance, époque où la nouvelle république de Grande Colombie a adopté de  nouvelles armoiries; cependant, il a continué à être le symbole non officiel de la ville. Il a été ensuite adopté officiellement par la ville de Bogotá par un arrêté municipal en 1932.
  ⛊ Le graphisme actuel (ci-dessus), qui est normalisé, fait partie de l'image institutionnelle de l'administration du Distrito Capital ou D.C. (district de la capitale) de Bogotá, son nom officiel complet. C'est pourquoi il est présent dans les actes protocolaires, dans la papeterie officielle, sur le mobilier urbain ou dans les travaux publics. Par ailleurs, l'archidiocèse de Bogotá a adopté comme emblème officiel les armoiries de la municipalité, auxquelles la croix de l'archevêque a été ajoutée en timbre (voir plus bas).

📷 Pour son image numérique, la ville et ses multiples services administratifs se sont naturellement dotés de logos dont la charte graphique est évolutive, comme souvent, selon les époques et selon la couleur politique des élus. Voici quelques spécimens officiels en service en 2020, dont certains intégrant les armes de la ville de façon stylisée. Voir ce site, pour un inventaire plus complet →  ICI .











Bogota se situe à une altitude moyenne de 2 600 m au-dessus du niveau de la mer (et donc plus près des étoiles !), dans la Cordillère Orientale des montagnes du nord des Andes.




 ⚑  Le drapeau de Bogotá a quant à lui été adopté comme symbole de la ville le 9 octobre 1952 par le décret n°555 du District spécial. Il est composé d'une bande horizontale jaune qui occupe la moitié supérieure et d'une bande horizontale rouge qui complète la partie inférieure. Il est parfois chargé au centre des armoiries de la ville, avec le titre de "Muy noble y muy leal" (Très noble et très fidèle). La couleur jaune signifie la justice, la vertu et la bonté; et la couleur rouge symbolise liberté, santé et charité. Ce drapeau est le même que celui utilisé par les patriotes dans la lutte pour l'indépendance du 20 juillet 1810, c'est la justification officielle qui a été choisie par les autorités pour l'adoption du drapeau; car, en effet les couleurs "amarillo y rojo" (or et rouge) sont aussi paradoxalement les couleurs historiques du drapeau du colonisateur (l'Espagne) et du Royaume de Nouvelle-Grenade.
drapeaux de la Colombie (au centre) et de la capitale hissés dans le cadre de la célébration du 479ème  anniversaire de Bogotá en 2017
© Photo : Comunicaciones Alcaldía de Bogotá / Diego Bauman
célébration de la victoire aux élections de 2019 de la maire Claudia López, brandissant le drapeau de "sa" ville conquise.
celui-ci porte les armes de la ville au centre (la version 1932, non stylisée, voir plus bas)

capitale n° 33 - Bogota

Bogota, en espagnol : Bogotá, anciennement Santa Fe de Bogotá, est la capitale de la Colombie et également celle du département de Cundinamarca.

Population  :  7 743 955 habitants en 2020 (estimation).

  Fondée en 1538 par le conquistador espagnol Gonzalo Jiménez de Quesada, près du site de Bacatá, foyer des Indiens muiscas (Chibchas), Bogotá a été baptisée par son fondateur Santa Fe de Bogota. En 1549, la ville est devenue le siège de l'audiencia (gouvernement colonial) de la Nouvelle-Grenade, puis la capitale de la vice-royauté espagnole de Nouvelle-Grenade (1598-1819). Conquise par Simón Bolívar en 1819, après la victoire de la bataille de Boyacá, elle est devenue la capitale de la République de Grande-Colombie, nation indépendante de l'ancien colonisateur espagnol (comprenant l'actuelle Colombie, l'Équateur, le Panamá et le Venezuela), de 1821 à 1830. En 1863, le pays a pris le nom d'États-Unis de Colombie, avant de redevenir une république unitaire. En 1948, la ville a connu un violent tremblement de terre qui a détruit en partie le centre historique de la ville.
 Capitale du département de Cundinamarca, sur un vaste plateau de la cordillère orientale des Andes, à 2 640 m d'altitude, dans une région de plaines fertiles ( l’Altiplano), Santa Fe de Bogota est surplombée par les monts de Montserrate (3 152 m) et de Guadalupe (3 250 m). La ville n’a cessé de s’agrandir depuis les années 1940, le pays souffrant d’un fort exode rural. La température de la capitale avoisine tout au long de l’année 14-15° C. Bogotá, officiellement appelée Santa Fe de Bogota depuis la Constitution de 1991 ainsi qu’elle s’appelait lors de sa fondation, est la plus importante ville de Colombie et l'une des plus vastes métropoles d'Amérique du Sud. Elle connaît aujourd’hui la plus forte expansion démographique du pays, sa population ayant doublé en deux décennies.
Vue panoramique de la plaza de Bolívar, la place principale de Bogotá, avec au centre : la Cathédrale Primada et le palais
archiépiscopal , le Capitole national de Colombie ; à gauche, le palais de Justice ; à droite : le Palais Liévano
 
Capitale politique, commerciale, industrielle et culturelle de la Colombie, elle concentre à la fois des activités des secteurs secondaire et tertiaire. Bogotá bénéficie d’importantes infrastructures routières (autour de la route Panaméricaine), ferroviaire et aérienne (avec l'aéroport international d'Eldorado).
Appelée parfois l’« Athènes d’Amérique du Sud », Bogotá est une métropole culturelle et touristique, alliant à la fois les anciens quartiers coloniaux (la Candelaria) aux gratte-ciel du centre des affaires. Elle abrite de nombreux monuments historiques et artistiques, comme le musée de l'Or (crée en 1939), abritant une collection d'œuvres d'art précolombien, le Musée national, l'église San Francisco (1567) et la cathédrale, construite sur le site d'un ancien temple et intégrant une partie de la première église bâtie à Bogotá (1565).

Video Youtube : Hymne, drapeau et blason de Bogotá D.C. - auteur : Hadronio  (muchas gracias !)

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :


Le blason de la Vice-royauté de Nouvelle-Grenade
 
  Première moitié du XVIe siècle : l'Espagne est en train de conquérir le continent américain et se constituer un gigantesque empire. Compte tenu de l'importance que la ville de Santafé de Bogotá a prise au cours de ses premières années (importance à la fois militaire et religieuse), les premiers dirigeants du Nouvel Empire de Grenade ont considéré comme nécessaire que la population acquière ses propres symboles, parmi les autres villes coloniales. C'est ainsi que Pedro de Colmenares, alors conseiller municipal, et Alonso Téllez, clerc royal, ont demandé au roi d'Espagne que des armes soient données à la ville. Requête acceptée par le roi Carlos I (Charles Ier) qui était également élu empereur du Saint Empire sous le nom de Charles V (Charles Quint).
armoiries peintes sur la charte royale de 1548
  Les armoiries sont ainsi accordées à la ville originelle de Santa Fe (aujourd'hui Bogotá) mais aussi à toute la province du Nouveau Royaume de Grenade. Elles ont été concédées par l'empereur Charles Quint et sa mère Jeanne Ière de Castille, le 3 décembre 1548 selon la charte royale signée par lui à Valladolid et qui dans sa partie pertinente dit:
"...e. por la presente hacemos mereced e queremos e mandamos que agora e aquí en adelante la dicha provincia del dicho Nuevo Reino de Granada e ciudade e villas della hayan e tengan por sus armas conocidas un escudo que en el medio del haya un águila negra rampante entera coronada de oro que en cada mano tenga una granada colorada en campo de oro y por orla unos ramos con granadas de oro en campo azul según va pintado e figurado"
Soit, traduit du castillan ancien: " Par la présente nous faisons mérite et nous voulons et nous commandons que maintenant et ci-après ladite province du dit Nouveau Royaume de Grenade et la ville (Santa Fe) et les villes de celui-ci ont et possèdent pour leurs armes connues un écu qui en son milieu il a un aigle noir rampant couronné d'or et que dans chaque main (serre) il a une grenade colorée dans un champ d'or et en orle quelques bouquets avec des grenades d'or dans un champ bleu tel qu'il est peint et figuré (détail ci-dessus) "

Vue à vol d'oiseau de la ville de Santa Fé de Bogotá dans son environnement naturel et ses armoiries en trois couleurs:
 détail (cartouche) d'une carte ancienne du Vice-royaume de Nouvelle-Grenade  datant de 1772 (document entier ci-dessous)
auteur :  Joseph Aparicio Morata -  L' original a été détruit dans  un incendie en 1948. Cette reproduction est l'œuvre de
l'ingénieur Daniel Ortega Ricaurte. Il est à noter que depuis le XVIIe siècle, la configuration de la ville est restée quasiment inchangée.

reproduction d'une curieuse variante circulaire des armoiries, sans bordure, illustration d'une estampe décrivant
un uniforme de milicien en service à Sante Fe de Bogota en 1785 - Sans doute s'agit-il d'un emblème militaire -
 Livre illustré de miniatures  : original conservé aux Archives générales des Indes à Séville (Espagne)

Reproduction d'un bas-relief orné des armes coloniales
de Bogota extrait du livre : Personajes ilustres, casa
capitular y escudo de armas de Santafé de Bogotá
(1950, auteur anonyme)  Bibliothèque numérique
de la Banco de la Republica / Colombia

gravure reproduisant le même bas-relief
décrit ci-contre,mais
débarrassé du bloc de pierre support
(source document d'origine non précisé)



Autre gravure reproduisant les armoiries coloniales - image parue
  dans le livre : Cabildos de Santa Fe de Bogotá / Cabeza del 
Nuevo Reino de Granada 1538 - 1810 / Volumen XXVII (1957) 
Publication dirigée par Enrique Ortega Ricaurte  /
Chef des Archives nationales de Colombie
reproduction de la couverture du livre mentionné ci-dessus
 .
Version numérique moderne des armoiries coloniales de
la ville de Bogotá, qui utilisa celles initialement
accordées au Nouveau Royaume de Grenade par la charte
royale signée à Valladolid en Espagne, le 3 décembre 1548.



Le blason de la capitale de la Nouvelle-Grenade indépendante, puis de la Colombie.

Tableau représentant la signature de l'acte d'indépendance du 20 juillet 1810 dans la salle du Conseil (Cabildo) à Santa Fé de Bogota,
suite à l'incident du "Vase de Llorente", premiers pas vers l'indépendance de la future Colombie.
On remarquera les armoiries dans un cadre accrochées au mur du fond de la salle, à gauche (détail ci-dessous).
armoiries de la Nouvelle Grenade et de Santa Fé de Bogota


blason de Bogotá ornant la façade du Musée national de Colombie , installé depuis 1948 dans une ancienne prison elle-même construite en 1874. Le bas-relief héraldique est chargé d'ornements décoratifs lourds, comme les traditions graphiques de l'époque aimaient en produire .

  Au fil des années, les armoiries de la ville ont subi une série de modifications qui ne correspondaient pas à la description donnée dans le certificat royal, générées par des erreurs commises par les personnes en charge de sa reproduction : sculpteurs, graveurs et peintres.  Par exemple, certains ont changé la forme du blason, d'autres ont agrandi les dimensions de l'aigle ou de la couronne. Certaines de ces versions font surmonter l'écu d'une couronne royale comme timbre. Ceci a laissé la ville sans symbole qui pourrait être qualifié d' "officiel".
   Ainsi, en 1932, pour résoudre ce dilemme, l'Académie colombienne d'histoire a été chargée de mener une enquête approfondie sur les armes de Bogotá et leur véritable représentation. Cette activité a été confiée à Guillermo Hernández de Alba, qui à la fin de cette année a présenté son rapport au président de l'Académie dans lequel il a décrit et illustré, avec l'aide de l'artiste Leonardo Uribe Prada, le bouclier tel qu'on le connaît aujourd'hui.  Grâce à l'arrêté n°31 de 1932, les armoiries de Bogotá ont été officialisées et adoptées comme symbole de la ville et qui sont restées en vigueur à ce jour. source texte : es.wikipedia.org/wiki/Escudo_de_Bogotá et www.lifeder.com/escudo-bogota/

Représentation artistique des armoiries adoptées en 1932 - Archives de Bogota
site : archivobogota.secretariageneral.gov.co
version numérique contemporaine (Wikipedia)
du dessin présenté en 1932

❓ Mais au fait, quel est la signification historique et la symbolique des éléments du blason ?

  • Le motif principal du blason, l'aigle de sable (noir) sur un champ d'or, représente un symbole impérial, qui dans ce cas apparaît avec une seule tête (une aigle à deux têtes apparaît sur beaucoup d'autres blasons de l'époque). L'image de cet oiseau stylisé avec les émaux sable et or, concédée spécialement par le roi Charles Ier d'Espagne et empereur Charles Quint, est donc une aigle aux caractéristiques teutoniques: c'est la représentation du Saint Empire romain dont le roi Charles était le souverain en titre (en tant que Charles V de la dynastie des Habsbourg). L'aigle est de surcroit considéré(e) comme le roi des oiseaux. Sur le dessus de sa tête, il (elle) doit porter une petite couronne en or, bien que la règle héraldique stipule que "le métal ne doit jamais être mis sur le métal ou la couleur sur la couleur". Dans la version actuelle des armoiries, plus stylisée, la couronne est du même émail que l'aigle: de sable.
  • L'aigle tient entre ses griffes deux grenades de gueules, en référence au royaume de Grenade, conquis en 1492 par les grands-parents du roi, Isabelle Ière de Castille et Ferdinand II d'Aragon à la fin de la Reconquista. Le meuble héraldique de la grenade caractérise aussi par le biais des armes parlantes la dénomination attribuée à la colonie de Nouvelle-Grenade récement conquise en Amérique du sud. 
  •  Le blason est complété par une bordure d'azur, un élément courant dans l'héraldique coloniale hispanique en Amérique, qui incorpore neuf grenades d'or posées en orle. Certaines sources soutiennent que les neuf grenades représentent le Nouveau Royaume de Grenade, alors divisé en neuf territoires.
 armes de Bogotá, version monochrome 
extraite du livre "Historia patria Ilustrada. Primer Curso"
de Silvestre del Campo y Hno. Justo Ramón.
Colección La Salle. Libreria Stella, 1964 (11ème édition). 
Carte postale touristique multi-vues de Bogotá avec blason (1983) - éditions Movifoto - Medellin (Colombie) 

fresque murale "street art" avec armoiries de Bogotá - © album photos "Por las calles de Bogotá" par Jorge Piedrahita - www.pinterest.fr


Scheepvaartmuseum
Scheepvaartmuseum

Le blason de Bogotá vu par l'Administration postale:
 
certainement le premier timbre de poste locale (1899) : 
les armoiries de Bogota avec un dessin pas encore normalisé
autres valeurs de timbres de la poste locale, datés de 1903

Timbre provenant d'une série de 7 valeurs
avec sujets divers, émis en 1938 pour
célébrer le 400e anniversaire de la fondation
de la ville de Bogota;  c'est le design officiel
de 1932 qui est désormais pris en compte.
Timbre provenant d'une série de 2 timbres :
armoiries de Bogotá et l'autre avec l'emblème 
de la Colombie, émis en 1950 ;
ces timbres sont imprimés à Londres
chez Waterlow & Sons Ltd

Un des deux blocs souvenirs émis en 1948 durant la IXe conférence internationale panaméricaine
qui s'est déroulée du 30 mars au 2 mai 1948 à Bogota
détail du timbre (non dentelé) ornant le bloc ci-dessus.

Un des trois timbres de la série émise en février 1967 pour
commémorer la Conférence de Bogota du 16 août 1966
avec les armes de Bogota en filigrane blanc
Enveloppe premier jour (2.02.1967) avec les trois timbres de la série "Déclaration de Bogotá"
Cette conférence avait pour objet de rappeler les principes de la démocratie parlementaire en
Amérique du Sud, face aux dictatures militaires du Brésil et de l'Argentine.


Deux timbres de série émise en 1968 pour commémorer la visite du Pape Paul VI en Colombie
détail des armoiries anciennes de Bogotá sous forme de sceau, ci-dessous :
Enveloppe premier jour (12.08.1968) avec l'ensemble des timbres de la série " visite du Pape en Colombie"

Timbre avec armoiries de SantaFé de Bogota émis en 1983,
faisant partie d'une série de 25 timbres consacrée aux blasons
des grandes villes colombiennes, étalée sur 23 ans (1973/1996)

Dernier en date : 2017 , ce timbre émis en l'honneur de
La Sociedad de Mejoras y Ornato de Bogotá, société privée qui
 vise à améliorer l'environnement urbain de Bogotá, créée en 1917.
Actuellement, son siège se trouve au Museo del Chicó.
.


Le blason de Bogotá, décliné dans les institutions, les administrations ou les associations liées à la ville: 

  • L’Église catholique ✝️ :

Logo et armoiries de l'archidiocèse de Bogota
dont le siège est la Cathédrale Primatiale de Colombie
Armoiries de la cathédrale de Bogota

 

  • L’Éducation 🎒:

Université Jorge Tadeo Lozano
Colegio Ciudad De Bogotá
Collège de la ville de Bogota
École normale supérieure
de district Maria Montessori
Lycée féminin
 Mercedes Nariño


Colegio Venecia
Collège de Venise
Collège technique de
 San Cristobal Sur
Collège technique Menorah


Collège panaméricain
Collège La Victoria
Collège Sorrento


Collège Jorge
Eliécer Gaitán
Col. de l'Institut technique industriel
 Francisco Jose De Caldas
Collège Alvaro
Gomez Hurtado


Université privée de la Sabana à Chía,
à 7 km au nord de Bogotá

Université militaire Nueva Granada à Bogota


 

  • Les services de la ville 🔥🌹: 

Corps des Pompiers de Bogotá
Société pour les améliorations
et l'ornement de Bogotá


  • Les clubs sportifs ⚽

Club Deportivo Municipal
(1938-1939)
Club de football 
Corporación Deportiva El Dorado




 Crédits :
choix des images:
- passer votre souris sur les images pour lire les url des sites sur lesquels elles ont été empruntées


capitale précédente  →   Bissau

capitale suivante     → ...   




 




Bonus track : Bogota - New Jersey (U.S.A.) ✪:
 

 Bogota est (aussi) un borough situé dans le comté de Bergen dans l'État du New Jersey, et dans l'immense agglomération autour de New-York. En 2015, sa population était estimée à 8 400 habitants.


  Bogota a été formée le 14 novembre 1894, à partir de parties du canton de Ridgefield, sur la base des résultats d'un référendum tenu ce jour-là. Bogota a été nommé en l'honneur de la famille Bogert, qui avait été la première à occuper la région, et pourrait également être un toponyme en forme de mot-valise à partir des noms de Bogert et Banta, une autre famille pionnière, avec un "O" ajouté pour faciliter la prononciation. Rien à voir donc avec une éventuelle fondation par des immigrés d'origine colombienne, comme on en trouve fréquemment partout en Amérique, portant des noms de villes européennes.

Le nom de l'arrondissement (borough) se prononce / bəˈɡoʊtə / beuh-GO-ta, contrairement à Bogotá, capitale de la Colombie, dont le nom est accentué sur la syllabe finale.

 Mais fait extraordinaire, actuellement 1,54% des résidents de Bogota sont originaires de Colombie ! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire