vendredi 17 janvier 2014

Armorial des îles et des territoires enclavés #10 : les blasons de l'extrême (hémisphère sud)

emblème de la commune d' Ushuaïa 

emblème de la Province de Tierra del Fuego,
Antártida e Islas del Atlántico Sur (Argentine)
Nous connaissons tous le nom d’Ushuaïa, grâce en partie à cet ancien et plutôt beau programme TV, documentaire axé sur la découverte de la nature, des sports extrêmes et de l'écologie,  proposé et présenté par Nicolas Hulot dans les années allant de 1987 à 2011 : "séquence nostalgie" !  Le nom complet "Ushuaïa, le magazine de l'extrême" avait été choisi en référence à cette ville de l'Argentine, en Terre de Feu, pas très loin du Cap Horn, réputée pour sa position extrême sur le globe terrestre. De nombreux reportages nous ont été donnés à voir, parfois en direct, sur cette sympathique mais austère ville, pourvue d'hôtels confortables.
Bref , on a tous pensé alors que c'était là le bout du monde des hommes. Et après, il n'y avait que l'immensité du désert sauvage et glacé des terres inhospitalières, de l'océan et du continent antarctique.


Ushuaia - Province de Tierra del Fuego, Antártida e
Islas del Atlántico Sur (Argentine)










"


Ushuaïa, le bout du monde ? Eh bien ce n'est pas tout a fait vrai. "Examinons les cartes...", comme le dirait Jean-Christophe Victor, le présentateur de la non moins géniale émission TV "Le Dessous des Cartes" ( tous les samedis sur Arte, vers 19h30, ou voir le site ) :

La latitude de Ushuaïa , selon les coordonnées G.P.S  est  54° 48′ 57″ Sud

C'est effectivement la ville la plus peuplée (56 593 hab. en 2010) la plus australe du monde. Tout en relativisant sur la notion de " ville ", qui est assez floue : plus de 2 000, 5 000 ou 10 000 habitants, cela dépend des pays et des critères ou normes qu'utilisent les scientifiques et les statisticiens.
Au passage voici d' autres villes de la Terre de Feu, beaucoup moins célèbres avec une héraldique très "nature locale" :

Commune de Porvenir - Terre de Feu
Province chilienne de la Antártica Chilena
Commune de Rio Grande
Province argentine de Tierra del Fuego

Puerto Williams - Province de la Antártica Chilena
 Mais il existe une localité encore plus au sud, dans la partie chilienne de l'archipel de la Terre de Feu:  son nom est  Puerto Williams, avec une latiutde de    54°55′0″ Sud  , elle fait partie de la commune chilienne de Cabo de Hornos ( le Cap Horn en espagnol) et ne comporte plus que 1 677 habitants, essentiellement des marins et des pêcheurs de crabe centolla (ce crustacé est visible dans le blason de la commune de Porvenir, voir plus haut).

armoiries de la région de
Magallanes y de la Antártica Chilena.
Le premier quartier est occupé par la Croix du Sud,
la constellation emblématique de l'hémisphère sud.
Le second quartier (d'argent à trois fasces échiquetées
 d'argent et de gueules) est aux armes
de Fernand de Magellan (Fernando de Magallanes
 en espagnol) le célèbre navigateur portugais.
Le quartier en pointe représente par la couleur orangée
 et les trois fleurs d'or, la couleur du sol et de la
 végétation des zones humides de la région.
Sur la banderole, la légende "Prima terra chilensis"
en latin "première sur le sol chilien" faisant référence
au fait que cette région du futur Chili a été la première
à avoir été découverte par les marins espagnols,
et en particulier par Fernand de Magellan en 1520.

armoiries de la commune de Cabo de Hornos
l'écu, coupé et mi-parti en chef montre :
en 1 : un glacier plongeant dans la mer
en 2 : une barque de pêcheur traditionnelle
en 3 : le rocher du Cap Horn avec le passage
d'un vaisseau du XVIIIe siècle et surmonté
de la constellation de la Croix du Sud.
la devise " más allá del fin del mundo"
se traduit par "au-delà de la fin du monde".
Timbré d'une couronne navale et
supporté par deux gaffes de pêche.





























armoiries de Fernand de Magellan (1480-1521),
découvreur du passage qui porte son nom, en 1520,
et qui a donné son nom à la Terre de Feu .
(La Tierra del Humo , "la terre de la fumée", initialement)

 
La commune de Cabo de Hornos a été créée en 1927, mais elle portait le nom de l'île ou est situé Puerto Williams : la Isla de Navarino (l' île de Navarino), jusqu'en 2001. On en trouve encore quelques traces sur le document ci-dessous:

le blason rongé par la rouille est presque illisible.
on devine une barre de gouvernail en haut à gauche
et un personnage , pêcheur ou amérindien en pointe

... et ce n'est pas fini, car il existe sur la même île de Navarino, un petit village côtier encore plus au sud, habité par une trentaine de personnes, des irréductibles pêcheurs de l'extrême. Son nom est Puerto Toro (le Port du Taureau en espagnol), avec une chapelle, une école, un gymnase, et un poste militaire. Sa latitude est : 55° 04′ 58″ Sud   et il possède son petit blason ! enfin.... une sorte de blason....



Avec ce dernier lieu , nous avons maintenant vraiment atteint le bout du monde habité en permanence par des hommes dans l'hémisphère sud. Toutefois, il ne faut pas oublier les bases scientifiques ou techniques du continent Antarctique  qui font l'objet d'une présence humaine renouvelée et non permanente, et qui rassemblent des ressortissants de toutes les nations du monde:  marins, militaires ou scientifiques.
emblème officiel de la communauté de communes :
 Cabo de Hornos y Antártica
avec la même devise " más allá del fin del mundo"
(au-delà de la fin du monde).
Le monstrueux et redouté rocher du Cap Horn, où l'on se rend compte que c'est une petite île, mais la plus australe de l'Amérique !

A propos des  55° de latitude pour Puerto Toro, et du Cap Horn un peu plus au sud, il faut relativiser avec le terme "extrême" car ce n'est pas si extrême que cela ; en équivalence dans l'hémisphère nord, c'est à peu près la latitude de la ville de Newcastle au Royaume-Uni ! Le cercle polaire se situe bien plus loin, à 66° 33'  de latitude, aux abords du continent Antarctique. C'est ce parallèle qui définit la limite de l'alternance des jours et des nuits polaires, par tranche de six mois chacuns.  La Terre de Feu n'offre donc pas la possibilité de voir un soleil de minuit ni des aurores polaires (australes) ! Nous y avons globalement les mêmes conditions et le même climat qu'en Écosse et dans ses archipels !

Il n'en est pas de même dans l'autre hémisphère !  nous verrons, certainement une autre fois, qu'on atteint des latitudes encore plus extrêmes pour les implantations humaines...  et pour l'héraldique aussi !
 
 Précédent épisode de la série "Armorial des îles et des territoires enclavés" → voir ICI


      Southern Herald Dick


Aucun commentaire:

Publier un commentaire