mardi 1 novembre 2011

Rétro héraldique : les jeux de cartes armoriées -- le Hofämterspiel - 2nde partie

Sigmund/Sigismond Ier (1368 -1437) ,
Duc de Luxembourg,
roi de Hongrie , de Bohême, des Lombards
 et du Saint Empire Romain Germanique.
Portrait peint par Albrecht Dürer

   Nous voici de retour à  Vienne , vers 1430 , à la cour du Roi Sigismond pour une nouvelle partie de cartes médiévales (reportez vous à la première partie du Hofämterspiel ).

 Mais d'abord vous devez savoir comment ce jeu est parvenu miraculeusement intact jusqu' à nous.
 C'est parmi les trésors du château d'Ambras , dans le Tyrol autrichien , près d'Innsbrück, que la jeu a été retrouvé ; il appartenait à l'Archiduc Ferdinand II, décédé en 1595, parmi les objets de son cabinet de curiosités. 
Château d'Ambras
Gravure du XVIIè siècle














 Pour cette raison , le jeu original est présenté dans la collection  dite "ambrasienne" , du nom de ce château, et rassemblée au Kunsthistorisches Museum de Vienne, après être passé dans les mains de plusieurs propriétaires privés.

 Nous avons vu la dernière fois que les "couleurs" des quatre séries étaient : Allemagne, Hongrie, Bohême et France.  Nous voyons bien dans le tableau ci-dessus la raison de la présence des trois premiers écus , et nous avons en plus celui du Duché de Luxembourg et la Hongrie "moderne" avec la croix patriarcale. Mais alors pourquoi la France ?

les cartes " VI " représentent les demoiselles d'honneur de la cour (Junckfrawe) :
notez les tendances de la mode au début du XVè siècle

trois des jeunes femmes jouent d'un instrument de musique
et toutes sont assises dans un jardin arboré.

 La présence de l'écu de France est en fait un hommage du Roi Sigismond à son grand-père Jean Ier l'Aveugle , premier de Roi de Bohême issu de la dysnatie de Luxembourg , et mort héroïquement pour la France ( il a combattu en étant réellement aveugle )  à la terrible bataille de Crécy , en Picardie , le 26 août 1346.  En effet , les troupes du Roi d'Angleterre Edouard III  y ont pratiquement décimé plus de la moitié de la chevalerie française de l'époque et en un seul jour !!

les cartes " VII " représentent à nouveau métiers et fonctions  :
le maître échanson (Schenk) , le maître camérier  (Kamermeister)

le maître cocher (Kutschenmeister) et l'écuyer tranchant (Truchsess)
ces personnes dirigeaient chacun une équipe au service du roi :  pour ses repas , sa chambre et le transport.


les cartes " VIII " font références maintenant aux très hautes fonctions :
le chancelier  (Kanzler) , le chapelain (Capplan)

la maîtresse de cour (Hofmeystryn) et le médecin (Artzt)
- le chancelier était le responsable de l'administration royale, c'est lui rédigeait et aposait

le sceau du roi sur les documents officiels : lettres patentes et lettres de cachet.
aujourd'hui en Allemagne et en Autriche, ils sont l'équivalent de nos Premier Ministre et
Président de la République réunis, pour l'exécutif.
- remarquez le médecin qui observe un flacon d'urine royale !!
c'était son job : tous les matins sans exception ... et il n'avait pas que l'urine ...

les cartes " IX " sont toutes attribuées au maréchal ( Marschalk)
 - le terme "marschalk" d'origine francique ( peuple des Francs) est à l'origne des mots
désignant cette fonction dans presque toutes les langues européennes  ( maréchal , marshall , mariscal ,
 маршал , maarschalk , etc...) sauf le grec !!  A l'origine son rôle était de s'occuper des chevaux
 ( le maréchal ferrant) mais plus tard il est devenu le militaire le plus haut gradé aux côtés du connétable .
 En temps de paix , il avait aussi la fonction de chef de police.
- notez les différentes pièces d'armure , le français est le seul complètement couvert
 mais avec une armure de type allemand , avec sa "salade" sur la tête ! 
- deux des personnages portent le fameux bâton de maréchal , symbole de la fonction ,
mais qui là , n'est qu'un vulgaire bâton de bois !

les cartes " X " sont toutes attribuées au grand maître le la Cour ( Hofmeister)
 c'est le plus haut personnage en service à la cour du roi, aussi appelé : grand officier , sénéchal  ou surintendant général. 
En France à cette époque c'était Louis de Bourbon , comte de Vendôme. lui aussi porte 
un bâton ( comme sur les deux cartes du bas) et même il lui en est attribué deux en réalité.

et enfin voici les Rois
avec leurs attributs : couronnes , épées , sceptres et orbes (globes)
Voilà, ce petit voyage au XVe siècle en deux épisodes est maintenant terminé. Grâce à ces petits morceaux de bois peints, et au même titre que les enluminures, ce sont des tranches de vies qui nous sont dévoilées à travers les siècles. Nous en savons un peu plus sur le fonctionnement d'une demeure royale, sur l'habillement , nous avons découvert l'origine de certains mots ou noms de famille.

 Une version en fac-similé a été proposée par un éditeur de cartes à jouer autrichien du nom de Piatnik , il y a quelques années, on peut la trouver encore assez facilement en vente sur Internet .
 Mais je vous mets en garde :  faites attention aux prix de vente proposés, j'en ai vu de 22 €  à plus de 140 € , du vrai délire !!!

 Je tiens aussi à rendre hommage à la revue Moyen-Âge
dans laquelle j'ai puisé quelque documentation sur un numéro ancien.

 A bientôt pour de nouvelles découvertes du même genre , j'en ai deux ou trois en réserve....


Herakld Dick

Aucun commentaire:

Publier un commentaire