dimanche 25 novembre 2018

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Languedoc - le pays de Roussillon

S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

 Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Languedoc. Précédemment nous avons exploré par le biais de onze chapitres, d'abord les diverses sénéchaussées formant les États du Languedoc,  entité rattachée directement au royaume de France depuis 1271, suite à la guerre contre les Albigeois (ou Cathares) au début du XIIIe siècle, auxquelles il faut rajouter le Comté de Foix annexé au royaume de France en 1607, par la volonté du roi Henri IV
   Nous arrivons maintenant au terme de l'étude de ce Gouvernement de Languedoc avec le douzième et dernier chapitre, consacré à la province (ou pays selon l'appellation utilisée par La Planche) du Roussillon. Cette province est composée en fait de deux anciens comté féodaux : Roussillon et Cerdagne et le comté de Roussillon lui-même, était partagé en deux anciennes vigueries : Roussillon et Conflent. Ces territoires ont été récemment (par rapport à la création de ce manuscrit) conquis par la France en 1659, suite à la signature du traité des Pyrénées avec l'Espagne, dans le cadre du règlement des conflits incessants entre les deux puissances à l'époque. Mais deux siècles plus tôt, le Roussillon avait déjà vécu une courte période de souveraineté française. En effet, en 1461, le roi de France Louis XI occupa les comtés de Roussillon et de Cerdagne au titre du remboursement de prêts consentis au roi Jean II d'Aragon qui se débattait alors dans une guerre civile menée par les Catalans. En 1493, le roi Charles VIII rendit les comtés au roi Ferdinand II d'Aragon pour avoir les coudées franches dans les guerres d'Italie.

      Revenir à l'épisode précédent →

Département des
 Pyrénées-Orientales


Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir 



  Les fragments de manuscrits proviennent cette fois du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

(*)  Armorial Général de France  -  volume XIV  -  Languedoc 1ère partie  
       Armorial Général de France  -  volume XV  -  Languedoc  2e partie  (BNF Paris)


Perpignan (Pyrénées-Orientales)

  Les quatre pals du blason d'Aragon (el Señal Real de Aragón ) ont été concédés en 1400 par le roi Martin Ier d'Aragón , natif de Perpignan, et chargés de la figure de Jean-Baptiste, saint patron de la ville et de sa cathédrale qui lui est dédiée. Selon les époques, la forme de l'écu a été :  français ou catalan, c'est-à-dire en "carré posé sur une pointe" (caironat en catalan) . La tendance actuelle est d'ailleurs plutôt à la promotion des écus catalans dans le département des Pyrénées-Orientales.
 On notera au passage, le blason attribué d'office par Charles d'Hozier dans l'Armorial Général de France, purement anecdotique, voire grotesque .. Il aurait pu au moins représenter le palé du chef aux couleurs du Roussillon : or et gueules ! 




Elne (Pyrénées-Orientales)

  Le blason (actuel) d'Elne représente une croix latine d'argent accompagnée de deux fleurs de lys d'or. Ces dernières ainsi que le champ d'azur sont une référence à la royauté française, la ville ayant pris ces armoiries lors de sa conquête par les français. La croix fait probablement allusion au fait que cette localité fut le siège d'un évêché de l'an 550 jusqu'en 1601 où la résidence de l'évêque est transférée à Perpignan.
 Je n'ai pas trouvé de documentation concernant le blason proposé par Pierre de La Planche : "d'azur à une étoile de 12 rayons d'or", qui est sensé avoir précédé celui enregistré dans l'Armorial Général de France, et qui est toujours en vigueur aujourd'hui. Ce modèle va certainement intéresser les spécialistes de l'héraldique municipale régionale, qui me feront un retour, je l'espère...



Collioure (Pyrénées-Orientales)

   Très souvent, on l'a déjà vu, l'auteur du manuscrit a préparé comme ici,  un emplacement pour y dessiner les armoiries des villes pour lesquelles il a rédigé un descriptif. Mais les écus sont restés désespérément vides. Nous en ignorons la raison : manque d'information fiable, manque de temps, on ne le saura jamais.
  Les armoiries de la ville enregistrées dans l'Armorial Général de France, montrent un saint muni d'une épée dans une épée et d'une palme dans l'autre main, posé sur un rocher au milieu de la mer , une île donc , le tout sur un champ d'azur fleurdelisé. Le personnage est probablement le saint patron local : saint Vincent de Collioure, dont les reliques sont conservées dans la chapelle Saint-Vincent du lieu.



Villefranche -de- Conflent 
(Pyrénées-Orientales)

  Pour la capitale fortifiée du pays de Conflent, c'est à nouveau un contour d'écu vide sur notre manuscrit.
  Les armoiries de la ville enregistrées dans l'Armorial Général de France, préfigurent le blason actuel
de Villefranche de Conflent. Elles rappellent la symbolique de la ville fortifiée frontalière par l'opposition des deux tours, posées de part et d'autre d'un soleil à six branches, le tout soutenu d'une rivière (la Têt), et surmonté d'un écusson aux armes du royaume de France timbré d'une couronne royale.
  Le blason catalan des armes modernes, de forme carrée posé sur pointe, porte désormais un écusson montrant l'attachement de la cité à sa longue histoire catalane.



[_)-(_]



   D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte, sans blason ni mention s'y rapportant : Prats-de-Mollo (- la Preste), Céret, Volo/Bolo (Le Boulou), Rodès,  Prades, Rivesaltes, Estagel, Ille (-sur-Têt), Salses (-le-Château), Abbaye de Fontfrede.


 # cependant, quelques années plus tard, certaines villes (en gras, ci-dessus) ont été enregistrées et blasonnées dans l'Armorial Général de France.  Ces blasons sont encore d'actualité, pour certains, à quelques détails près.


Prats -de- Mollo - la Preste
 (Pyrénées-Orientales)

Céret (Pyrénées-Orientales)

Le Boulou (Pyrénées-Orientales)

Estagel (Pyrénées-Orientales)

Ille -sur- Têt
(Pyrénées-Orientales)

Salses - le Château
 (Pyrénées-Orientales)

# et pour aller plus loin avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter ces dernières localités qui dépendaient de cette sénéchaussée, devenues aujourd'hui des communes, et qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche :
Vinça, Argelès (-sur-Mer), Bouleternère, Pezilla (-la-Rivière), Millas, Thuir.
et leurs blasons respectifs sont presque pour toutes, toujours d'actualité, à quelques détails près.


Vinça (Pyrénées-Orientales)

Argelès -sur- Mer
(Pyrénées-Orientales)

Bouleternère
 (Pyrénées-Orientales)

Pézilla - la Rivière
(Pyrénées-Orientales)

Millas (Pyrénées-Orientales)

Thuir (Pyrénées-Orientales)



 A bientôt pour une nouvelle série et ...
 une nouvelle région... → ICI



Crédits :
les blasons "modernes" sont empruntés  à : armorialdefrance.fr/

les extraits des manuscrits proviennent de :
- Bibliothèque et Archives du Musée du Château de Chantilly :
   . www.bibliotheque-conde.fr/ressources-en-ligne/

 - Bibliothèque nationale de France à Paris : 
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111467n
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1114681


💶 Appel au mécénat ou aux généreux donateurs :
 Au cours d'échanges d'informations avec les responsables de la Bibliothèque du Musée Condé, au sujet du manuscrit, il m'a été rapporté que l'ouvrage de Pierre de La Planche n'est actuellement plus exposé ni mis à disposition des visiteurs. En effet, les deux volumes du manuscrit sont en mauvais état : "la couverture", ce que l'on nomme dans le métier: les plats de reliure, sont soit partiellement,soit totalement détachés du manuscrit, ce qui nuit à sa conservation. La reliure étant en effet là pour maintenir et protéger le manuscrit.
  Si des personnes ou des entreprises sont intéressées, en mode mécénat, pour participer à la prise en charge de la restauration de ces précieux ouvrages, qu'elles prennent contact pour les modalités, avec les bibliothécaires à cette adresse mail  : bibliotheque@domainedechantilly.com
ou sinon m'écrire à : heraldexpo@orange.fr et je transmettrai à ma correspondante privilégiée.


             Herald Dick  
.



lundi 19 novembre 2018

Albums à vignettes Sanka #13 : Languedoc et Roussillon


Cet article constitue la suite de ma base d'archives de ma rubrique "Sanka" que vous pouvez consulter dans les onglets en haut ce la page d'accueil . Je rajouterai au fil de l'eau de nouvelles séries, région par région , mais afin de ne pas générer un temps de chargement trop long sur votre ordinateur, je mettrai l'accès aux anciennes pages par un lien vers ces archives , voilà pour le procédé ...



Pour rappel , ces albums de vignettes héraldiques étaient une création des célèbres Cafés Sanka qui ont démarré vers 1933 et duré jusqu' à la Seconde Guerre mondiale. Cette marque était une filiale de la firme allemande Café Hag , fondée en 1906 . Seulement 6 albums intitulés "la France Héraldique" ont été édités pour la France, alors que 40 étaient prévus initialement, mais la guerre a malheureusement mis fin au projet .

Treizième volet de cette thématique nostalgique (voir tout en bas de cette page pour accéder aux anciennes séries). Nous allons découvrir  les feuillets qui correspondent aux régions et anciennes provinces de Languedoc et du Roussillon. Des régions qui vont d'ailleurs se retrouver réunies, avec l'Alsace également,  le 1er janvier 2016 selon la réforme territoriale voulue par le gouvernement français.
  Sur la carte ci-dessous, qui provient de l'album et que j'ai délimitée et adaptée pour l'éclairage du  message, les six départements forment un ensemble géographique et historique cohérent. Cette sélection repend globalement les contours de l'ancienne province du Languedoc dans le royaume de France avant la Révolution, abstraction faite toutefois des pays de Toulouse, de l'Albigeois et du Velay, qui ont été déjà traités dans d'autres volets (régions Midi-Pyrénées et Auvergne-Lyonnais, voir les liens tout en bas de cette page) mais avec l'ex-pays du Vivarais (actuelle Ardèche). Les départements visités sont donc : l'Ardèche, la Lozère, le Gard, l'Hérault et l'Aude. Et nous finirons avec l'ancienne province du Roussillon, qui compose la plus grande partie du plus moderne département des Pyrénées-Orientales.

Chaque page rassemble les blasons de neuf villes les plus représentatives de chaque département. Je n'ai pas mis le texte des pages intermédiaires qui donne une description succincte de chaque ville, mais sans intérêt pour l'héraldique. En-dessous de chaque page, des liens permettent de comparer avec le blason actuel, le cas échéant.



La plupart de ces blasons sont toujours en vigueur à quelques petits détails près.
Toutefois quelques erreurs, évolutions et changements sont visibles (cliquer sur les noms des villes):
  • Annonay : les couleurs or et gueules sont inversées.
  • Le Cheylard : pas de lévriers d'azur affrontés en cœur d'écu.
  • Privas : les étoiles sont remplacées par des fleurs de lys.
  • Tournon-sur-Rhône : le champ est d'azur et les tours d'argent.
  • Les Vans : manque une bordure de sinople fleurdelisée d'or.
  • Villeneuve-de-Berg : la vergette d'or est superflue.
  • Viviers : les initiales VV sont d'émail "gueules".



Un sans-faute, mais bizarrement, il n'y avait que quatre villes proposées pour ce département, au lieu de neuf pour tous les autres !




Quelques erreurs à noter  :
  • Aimargues : la position de la croix latine est incorrecte , elle est posée en bande.
  • Alès : "Alais" est l'ancienne graphie du nom de la ville.  
  • Le Vigan : les étoiles et le croissant sont d'émail "or".
  • Nîmes : manquent certains détails : la chaîne qui emprisonne le crocodile, la couronne de laurier dans le palmier et le crocodile est de sinople, pas d'azur.



Outre quelques détails mineurs, une erreur notoire : 
  • Sérignan :  blason erroné :  pas de barre mais un sautoir losangé.



Quelques évolutions et changements ont eu lieu:
  • Cuxac-d'Aude : c'est un champ d'azur et il n'y a pas de chef (d'azur).
  • Esperaza : c'est le blason enregistré par Charles d'Hozier pour son Armorial Général de France (édit de 1696). Il figure désormais dans un écartelé.
  • Lézignan-Corbières : blason remplacé, celui que avons ici s'inspire d'une ancienne proposition vue sur l’Armorial de la Planche (1669, voir → ICI)
  • Limoux : les émaux sont différents aujourd'hui. 
  • Narbonne : le panneton de la clé est tourné à dextre.
  • Trèbes : les capitales B sont d'un émail différent.



Beaucoup de divergences, pas forcément des erreurs, mais des évolutions dans les temps :



.


Pour d'autres régions  revenir à la page d'origine : Sanka




      HD 



Annonay Bourg-Saint-Andéol Bourg Saint Andéol St Andeol Le Cheylard Largentière Largentiere Privas Tournon-sur-Rhône Tournon sur Rhone les Vans Villleneuve-de-Berg Villeneuve de Berg Viviers Florac Marvejols Mende Meyrueis Aimargues Alès Ales Génolhac Genolhac Le Vigan Nîmes Nimes Saint-Hippolyte-du-Fort  St Saint Hippolyte du Fort Saint-Martin-de-Valgalgues St Saint Martin de Valgalgues Sommières Sommieres Uzès Uzes Agde Aniane Béziers Beziers Frontignan Ganges Montpellier Saint-Pons-de-Thomières St Saint Pons de Thomieres Sérignan Serignan Sète Sete Alet-les-bains Alet les Bains Carcassonne Castelnaudary Cuxac-d'Aude Cuxac d Aude Esperaza Lézignan-Corbières Lezignan Corbieres Limoux Narbonne Trèbes Trebes Argelès-sur-Mer Argeles sur Mer Céret Ceret Elne millas Perpignan Prats-de-Mollo Prats de Mollo la Preste Saint-Paul-de-Fenouillet Saint Paul de Fenouillet Thuir Vinça Vinca