mardi 30 juin 2015

Les départements français et les blasons des préfectures à la fin du XIXe siècle avec le Fil Géographique #03

  Au cours d'un sujet relatif au centenaire de la Première Guerre mondiale (voir → ICI),  j'avais illustré le propos avec des images provenant d'un autre siècle, qui ont suscité beaucoup d'intérêt. Il s’agissait de chromolithographies (plus couramment appelées "chromos"), des images publicitaires à fonction éducative, datant des quelques années précédant l'année 1900. Cette série de cartes illustrées accompagnait la vente de produits de mercerie de la marque "le Fil Géographique" destinés aux couturières et aux brodeuses. Elle décrivait les 86 départements français du moment (sans l'Alsace-Lorraine, annexée par l'Empire allemand depuis 1871). Elle permettait de visualiser en un coup d’œil les contours du département, ses villes et villages principaux, son caractère, ses spécialités, et parfois ses hommes ou femmes célèbres, natifs de ces lieux.
  J'avais aussi choisi ces documents très populaires et recherchés par les collectionneurs, car ils ont pour certains, la particularité de présenter des armoiries de villes françaises surprenantes. Les auteurs de ces images ont pris leur inspiration, pour la partie héraldique, je l'avais démontré, dans l'Armorial National de France avec notices et descriptions historiques de Henri Traversier et Léon Vaisse, édition de 1842 → .  C'est pour cette raison que j'ai extrait les armoiries correspondantes dans l'ouvrage en question pour confirmer le dessin.
 Je vous propose de poursuivre la découverte de ces curiosités, après le Nord et l'Est, puis l'Ouest, voici donc le troisième volet recensant cette fois les départements du Centre et de l'Est de la France, de la Touraine jusqu'à la Franche-Comté :
Carte illustrée du département de l'Indre-et-Loire ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Tours :  "De sable à trois tours crénelées, couvertes et girouettées d'argent, maçonnées du champ ; au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or. ". Il est un peu différent de celui montré dans l' Armorial National de France de Henri Traversier et Léon Vaisse, ci-dessous, où les tours sont simples, sans toits ni girouettes. Aujourd'hui, le blason est désormais : "De sable à trois tours crénelées d'argent, essorées et girouettées de gueules, ouvertes et maçonnées du champ ; au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or.".
Tours (blason actuel)



Carte illustrée du département du Loir-et-Cher ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Blois :  "D'azur à la fleur de lys d'or ".
 Il s'agit du véritable blason originel de la ville, car ce n'est que plus tard, que les animaux supports: le porc-épic et le loup sont "entrés" dans le blason, un cas d'évolution assez rare en héraldique.
 Aujourd'hui, le blason est donc : "D’or à l’écusson d’azur chargé d’une fleur de lis du champ, soutenu à dextre par un porc-épic de sable, colleté, armé et allumé de gueules et à senestre par un loup de sable, armé et allumé de gueules."







Blois (blason actuel)




Carte illustrée du département du Loiret ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Orléans:  "De gueules à trois sextefeuilles d'argent; au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or ".  Celui montré dans l' Armorial National de France de Henri Traversier et Léon Vaisse, ci-dessous, était plus correct, car les sextefeuilles sont en réalité des cœurs-de-lis (des tiercefeuilles versées) ou "caillouses", d'or.  Plus exactement, le blason est fixé comme tel : "De gueules à trois cœurs-de-lis d'argent; au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or.".
Orléans (blason actuel)




Carte illustrée du département de l'Indre ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Châteauroux :  "D'argent au château flanqué de deux tours, le tout couvert et girouetté, de gueules, maçonné, ajouré et ouvert du champ, terrassé de sinople".
C'est exactement le même blason qui a été enregistré dans l'Armorial Général de France (1696-1711) , voir ici →
Donc cette fois ce n'est pas l'ouvrage de Henri Traversier et Léon Vaisse  qui a inspiré l'illustrateur et servi de modèle (voir ci-dessous).
 Plus précisément, le blason est désormais : "D'azur au château flanqué de deux tours d'argent, maçonné, ajouré et ouvert
 de sable, essoré de gueules et girouetté d'or."
Châteauroux (blason actuel)




Carte illustrée du département du Cher ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Bourges :  "D'azur à trois moutons d'argent, colletés et clarinés de gueules à la bordure engrêlée cousue du même ".  Aujourd'hui, le blason est : "D'azur à trois moutons d'argent, accornés, onglés colletés et clarinés d'or; à la bordure engrêlée cousue de gueules ; au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or brochant sur la bordure."
Bourges (blason actuel)





Carte illustrée du département de l' Allier ; le blason en haut à gauche est celui du chef-lieu, Moulins :  "D’or à trois croisettes ancrées de sable". La croix ancrée illustre plus précisément, le mot "moulins" par la ressemblance avec les fers de moulins, une figure héraldique plus spécifique. Le blason connu jusqu'à la Révolution et qui est encore observé ne nos jours est  : "D’argent à trois croisettes ancrées de sable, percées du champ ; au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or." Cette variante au champ d'or et sans chef fleurdelisé est donc spécifique au XIXe siècle.
Moulins (blason actuel)




Carte illustrée du département de la Nièvre ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Nevers :  "De gueules à trois châteaux d'argent ". Celui montré dans l' Armorial National de France de Henri Traversier et Léon Vaisse, ci-dessous, montre des châteaux à deux tours girouettées d'or, maçonnés et ouverts de sable.   Au cours du XXe siècle , la ville de Nevers a choisi de reprendre les armoiries des anciens comtes de Nevers : "D'azur semé de billettes d'or au lion du même armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout", qui étaient aussi comtes d'Auxerre et donc Nevers et Auxerre (voir plus bas) ont aujourd'hui des blasons strictement identiques ! Et la ville de Clamecy dans la Nièvre, également ! ce qui est vraiment dommage et surtout contraire au règles d'unicité d'un blason. Alors, pour quelle raison ne pas avoir maintenu celui que nous voyons ici et qui aurait bien convenu pour marquer la différence entre les deux cités.  Car Auxerre avait été la première des deux villes à demander le rétablissement de ses anciennes armoiries sous la Restauration, en décembre 1815, et pas Nevers.
Nevers (blason actuel)




Carte illustrée du département de l' Yonne; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Auxerre :  ""D'azur semé de billettes d'or au lion du même armé et lampassé d'argent, brochant sur le tout". Plus précisément, le blason est désormais "D'azur semé de billettes d'or au lion du même armé et lampassé de gueules, brochant sur le tout : "
Auxerre (blason actuel)




Carte illustrée du département de l' Aube ; le blason en haut à gauche est celui du chef-lieu, Troyes :  "D'azur à la bande d'argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or ". Ce sont évidemment les armes des anciens comtes de Champagne puis de la province de Champagne dont Troyes est une de ses capitales. Mais la ville a hérité entre temps du chef de France et donc le véritable blason est : "D'azur à la bande d'argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or; au chef d'azur chargé de trois fleurs de lis d'or, brochant."
Troyes (blason actuel)




Carte illustrée du département de la Haute-Marne ; le blason en haut à gauche est celui du chef-lieu, Chaumont :  "Parti: au premier mi-parti de gueules au rais d’escarboucle fleurdelisée d’or, au deuxième d’azur à la bande d’argent côtoyée de deux double cotices potencées et contre-potencées d’or; le tout sommé d’un chef d’azur chargé de trois fleurs de lis d’or."
Chaumont (blason actuel)





Carte illustrée du département de la Côte d' Or ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Dijon :  "De gueules plain;
au chef parti: au premier d'azur semé de fleurs de lis d'or et à la bordure componée d'argent et de gueules, au deuxième bandé d'or et d'azur et à la bordure de gueules."
Dijon (blason actuel)





Carte illustrée du département de la Saône-et-Loire ; le blason en haut à gauche est celui du chef-lieu, Mâcon :
"De gueules à trois annelets d'argent ."
Mâcon (blason actuel)





Carte illustrée du département du  Jura ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Lons-le-Saunier (sans L à Saunier):  "Écartelé ; au premier, d'azur à la lettre capitale N d'or surmontée d'une étoile du même (des villes de seconde classe d'Empire),
 au deuxième, d'azur à la bande d'or, au troisième, de gueules au cor enguiché d'or/d'argent, au quatrième d'or plein ".
La ville a conservé durant le XIXe siècle le blason concédé à la ville par lettre patente de Napoléon Ier en 1812.
Aujourd'hui, le blason est : "Coupé: au premier parti au I de gueules à la bande d’or et au II d’or au huchet d’azur, embouché,
virolé et lié de gueules, au deuxième d’argent plain.."
Lons-le-Saunier (blason actuel)





Carte illustrée du département de la Haute-Saône ; le blason en haut à gauche est celui du chef-lieu, Vesoul :  "Coupé: au premier d’azur semé de billettes d’or, au lion du même, brochant et issant de la partition, au deuxième de gueules au croissant d’argent." Celui montré dans l' Armorial National de France de Henri Traversier et Léon Vaisse, ci-dessous, montre un écu différent, et erroné :
  "De gueules au croissant d’argent, au chef d’azur semé de billettes d’or, au lion du même, brochant et issant de la partition".  Plus précisément, le blason est fixé aujourd'hui comme : "Coupé: au premier d’azur semé de billettes d’or, au lion du même, armé et lampassé de gueules, brochant et issant de la partition, au deuxième de gueules au croissant d’argent."
Vesoul (blason actuel)





Carte illustrée du département du Doubs ; le blason en haut à droite est celui du chef-lieu, Besançon :  "D’or à l’aigle bicéphale de sable tenant dans ses serres deux colonnes (?) du même. " Celui montré dans l' Armorial National de France de Henri Traversier et Léon Vaisse, ci-dessous, montre aussi une aigle bicéphale de sable tenant dans ses serres deux colonnes de gueules."
 Pourtant le blason historique de la cité, rétabli par lettre patente de Louis XVIII en novembre 1815, après la période du 1er empire pendant laquelle un lion avait remplacé l'aigle, n'était pas bicéphale : "D’or à l’aigle de sable tenant dans ses serres deux colonnes de gueules brochant sur les ailes." Il s'agit certainement d'une tentative malheureuse de remettre au goût du jour, les toutes premières armes attribuées à la ville par l'Empereur Charles Quint, les siennes en fait, de la maison Habsbourg : l'aigle bicéphale avec les colonnes d'Hercules.
Besançon (blason actuel)





A bientôt pour une nouvelle série ....→ ICI

Et vous pouvez revoir la série précédente (Ouest de la France) → ICI










crédits :
• chromos : une des séries de cartes éducatives qui accompagnait la vente des produits de mercerie " le Fil Géographique" pour les couturières et les brodeuses (ci-contre).
• blasons anciens : "Armorial National de France de Henri Traversier et Léon Vaisse, édition de 1842 ".
• les blasons "modernes" proviennent  pour la plupart du site  : 
http://armorialdefrance.fr











             

                      Herald Dick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire