vendredi 11 décembre 2015

Héraldique médiévale : le Grand Armorial Équestre de la Toison d'Or - 5e épisode

 (archivage d'un précédent onglet consacré aux images du Moyen-âge)

Armes du duc de Bourgogne Philippe le Bon -
manuscrit "La Fleur des histoires", de Jean Mansel, tome II, f°175v
 France (1454) - BNF Arsenal Ms 5088 réserve
  Nous reprenons la destination du XVè siècle en Bourgogne ducale, à l'époque du Duc Philippe III , le Bon (1396-1467). Rappelons que la particularité de cet armorial est de mêler des pages d'écus armoriés rangés en 5 rangs de 5 ou 4 écus par page,  avec des planches où sont figurés les grands princes et seigneurs, montés à cheval, parés pour le tournoi en tenue héraldique complète y compris le harnachement de l'animal : absolument exceptionnelles de beauté !
  Des inscriptions en lettres gothiques ou simple cursives permettent d'identifier à coup sûr les personnages y compris sur bon nombre d'esquisses.
  L'auteur présumé,  Jean Lefèvre de Saint-Rémy (1395 -1468), était Roi d'Armes de la Toison d'Or à la cour du Duc de Bourgogne.  En tout : 167 folios de papier très épais , avec les marges un peu rognées ou dégradées parfois, nous dévoilent  890 écus venant de l'Europe entière et  80 figures équestres , plus 23 esquisses inachevées. Le manuscrit est,  c'est très dommage, incomplet pour certains royaumes:  en Espagne, Portugal, Italie et la partie sud-ouest du Royaume de France. Mais il n'en demeure pas moins un extraordinaire recueil de la chevalerie de la première moitié du XVè siècle.
Source iconographique : BnF, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms. 4790 - PARIS



l'Empereur des Romains * - folio N°1
"d'or à l'aigle de sable"
 heaume à grille, couronne d'or fermée ornée de pierres précieuses,
lambrequins d'or, cimier: une aigle de sable éployée,
étoffes à doublure rouges - cheval noir.
inscriptions du haut en cursives :
 " Lan peureur - Lenpereur - Imperator Roman. semper Augustus. "
( L'empereur des Romains, toujours auguste)
cachet de la Bibliothèque de l'Arsenal avec l'aigle impériale du second Empire français

   (*) Durant la première moitié du XVe siècle, cinq titulaires se succèdent sur le trône impérial : Robert de Bavière (1400-1410); Josse de Moravie (1410-1411) ; Sigismond de Luxembourg (1411-1437) ; Albert II d'Autriche (1438-1439) et Frédéric III d'Autriche (1440-1493). C'est sous l'empereur Sigismond que l'aigle bicéphale devient l'emblème de l'empereur, tandis que l'aigle monocéphale désigne le roi des Romains. C'est donc cette dernière représentation que nous avons sous les yeux. Les inscriptions rajoutées dans le haut de la page ont été faites à plusieurs époques successives et postérieurement à la date du manuscrit.
  C'est donc le titre de monarque le plus prestigieux de l'Europe médiévale, qui, depuis le règne de Charlemagne, au IXe siècle, se prévaut de l'héritage de l'Empire romain d'Occident, mais aussi de l'Église chrétienne, avec le sacre à Rome par le Pape.  C'est pour ces raisons qu'il est représenté en premier dans le manuscrit.


l'Archevêque de Mayence *folio N° 2
 "de gueules à la roue de six rais d'argent"
 chapeau de fer (appelé chapel de Montauban), incrusté de pierres précieuses, 
pommeté d'or, bavière couvrant le nez, la bouche et la gorge,
 mître rouge, ornée de perles  portée par un chérubin de couleur lilas.
bannière aux armes - étoffes doublées d'hermines - cheval gris foncé
inscription du haut en cursives :
 "Archiep. Moguntius Sacri. Rom. Imperii. El. et Archicancell. per German. "
(Archevêque de Cologne, Électeur du Saint Empire Romain 
et Archichancelier de Germanie)


(*) durant la première moitié du XVe siècle, trois hommes se sont succédé sur le trône de L'Archevêque de Mayence : Jean de Nassau (1397-1419), Conrad de Duna (1419-1434),  et Théodore d'Erbach (1434-1459). Tous sont morts au cours de leur mandat. Ce très haut personnage de l'Empire était un des sept puissants Princes Électeurs du Saint Empire :  trois princes de l'Église (avec les archevêques de Cologne et de Trèves), et quatre laïcs (le roi de Bohême, le duc de Saxe, le Comte Palatin de Rhénanie et le Margrave de Brandebourg). Ils avaient entre autres la charge de désigner l'Empereur quand le siège devenait vacant, car la couronne n'était pas héréditaire et pouvait revenir à n'importe quel grand Prince d'Europe. 




marches d'Autriche - folio N° 19vo
descriptif ci-dessous


    • (le seigneur de )  ..eelkinghe   (Zelking)   | cette ancienne famille
    • (le seigneur de )  Zeelkinghe   (Zelking)   | était subdivisée 
    • (le seigneur de )  Zeelkinghe   (Zelking)   | en plusieurs branches
    • (le seigneur de )  Sachs ( Sachsen)
    • (le seigneur de )  Stubenperg (Stubenberg )

    • (le seigneur de )  Haek (Aek)
    • (le seigneur de )  Maberger
    • (le seigneur de )  Tufel (Teufel)
    • (le seigneur de )  Perenstorfer (Pernstörfer)  ) les meubles sont des segments de roues
    • (le seigneur de )  Perenstorfer (Pernstörfer)  ) de charrette, avec une variante pour le second       

    • (le seigneur de )  Taechpeg ( Dachpeck )  
    • (le seigneur de )  Hohenveker (Hohenfeld)
    • (le seigneur de )  Frusle ( Fröschl von Martzel) armes parlantes ( Frosch = grenouille) 
    • (le seigneur de )  Tamperg   (Tannberg)
    • (le seigneur )      Pelgrin Wacker  ( Wacker)               

    • (le seigneur)   ..olf von Onescha ( Wolf von Ontschena ?)  attribution incertaine              
    • (le seigneur de )   Pusiner (Pusiner ou Puschinger )                 
    • (le seigneur de )   Reybeinez (Reibnitz)      famille de Silésie
    • (le seigneur de )   Panhalff ( Panhahn) 
    •     sans nom                          (Ebersbach)  armes parlantes ( Eber = sanglier mâle)famille de  Franconie et de Bade

    •      sans nom                          (Wartenberg)     famille originaire  de Bohême
    •      sans nom                          (Kammerer)      famille originaire  de Bavière  
    •      sans nom                         non idenditifié , plusieurs possibilités en Bavière            
    •      sans nom                          (Kerschberger)  
    • (le seigneur )   Jorge Graser (Georges Grasser)


le Duc de Limbourg *  - folio N° 31
" d'argent au lion de gueules, couronné, armé et lampassé d'or"
 heaume à grille, lambrequins d'argent, chapel rouge doublé d'hermines 
cimier : un lion assis de gueules, couronné et lampassé d'or
étoffes à doublure bleue - cheval marron
inscription du haut en gothique :
 "..e_duc_de_limbeurch"

(*) Le Limbourg était un petit territoire à cheval sur les Pays-Bas et la Belgique actuels, où des provinces portent d'ailleurs toujours ce nom. Le dernier Duc de Limbourg en titre s'est éteint en 1279, sans héritier mâle. C'est le Duc de Brabant qui s'est emparé de ses possessions suite à la bataille de Worringen (1288). De la même manière, en 1430, le duché de Brabant-Limbourg, sans descendance mâle, échoit au Duché de Bourgogne.


marches d'Autriche - folio N° 20


    • (le seigneur de )  Veispeiacher  (Weisspriach) 
    • (le seigneur de )  Manpeg (Mansberg)
    • (le seigneur de )  Trauewirter 
    • (le seigneur de)   Clingen ( Kling ou Klingel)
    • (le seigneur )   Hanneich Crak... (Krackau)   famille originaire de Silésie


    • (le seigneur de )  ..ckersaw (Eckardsau)
    • (le seigneur de )   Ebser (Ebser von Ebs)  famille originaire de Bavière
    • (le seigneur de )   Peelher (Pielacher)
    • (le seigneur de )   Rosenharst (Rosenhart)
    • (le seigneur de )   Eysingher (Eitzing)  famille originaire de Bavière
                     

    • (le seigneur de )   Hauser 
    • (le seigneur de )   Scerhenhanner  (Schermerhorner)  l'animal est une taupe
    • (le seigneur de )   Caudauwer ( Kadauer)
    • (le seigneur de )   Harpergher (Harperberger)  
    • (le seigneur de )   Darhalt                  le meuble est un fer d'aiguillon

    •      sans nom                 (Thumb von Neuenburg)  famille originaire  de Souabe                 
    •      sans nom                 (Dachsner von Dürnbach)               
    •      sans nom                 (Königsberg)   
    •      sans nom                 (Hoheneck)  famille originaire  de Bavière
    •      sans nom                 (Reinsberg)  

    • (le seigneur de)     Potinger ( Pottinger von Persing)
    • (le seigneur de )    Papeller  ( Kaeppeler ou Capell)
    •      sans nom                   non idenditifié , plusieurs possibilités 
    •      sans nom                   (Nenningen)  
    •      sans nom                   (Bruckner)   armes parlantes, Bruck = pont


le Duc de Berg *  - folio N° 41 vo
"écartelé aux 1 et 4 : d'or au lion de sable, armé et lampassé de gueules (de Juliers);
 aux 2 et 3 : et d'argent au lion de gueules, couronné et armé d'or, lampassé d'azur (de Berg);
 sur le tout : écusson chevronné d'argent et de gueules (~ de Ravensberg)  "
heaume à grille,  couronne de gueules avec fleurons, incrustés de perles et de saphirs,
lambrequins d'or,  cimier : une queue de paon.
 étoffes à doublure rouges - cheval noir
inscription du haut en gothique :
 "le_duc_des_mon"


(*) En français on disait à l'époque " le duc des Monts", traduction de l'allemand "berg" ou du flamand "berghen", pour "les montagnes". Un pays qui n'a pourtant rien de montagneux, situé dans la plaine rhénane autour de la ville du Düsseldorf qui est sa capitale. Le comté de Berg passa en 1348 de la maison de Limbourg à celle de Juliers et fut érigé en duché en 1380. En 1423, les deux duchés sont réunis. Adolphe Ier de Juliers était jusqu'à sa mort en  1437 : comte de Ravensberg, duc de Berg et de Juliers, voilà pour expliquer le blasonnement que nous voyons. Toutefois, en principe : le blason de Ravensberg est "d'argent à trois chevrons de gueules" et non pas chevronné ...


marches de Hollande - folio N° 34vo


    • (le seigneur de )  Zitwinde  (Zydewint) 
    • (le seigneur de )  Weiburghe (Weyburgh)
    • (le seigneur de )  Amstel
    • (le seigneur de)   Bot Dezeme (Both van der Eeme)  armes parlantes : bot = plie
    • (le seigneur de )  Poroye     (Poderoye)


    • (le seigneur de )  Herlem (Haerlem)
    • (le seigneur de )  Mere (van der Meer) 
    • (le seigneur de )  Linscote 
    • (le seigneur de )  Were (van der Werve)
    • (le seigneur de )  Eemskerke (Heemskerke)                

    • (le seigneur de )  Spanghen (Spangen)
    • (le seigneur de )  Heemstede
    • (le seigneur de )  Hoiepyl  (Hodenpijl)
    • (le seigneur de )  Zenevelt (Sonnevelt )  
    • (le seigneur de )  Tettoden (Tetrode)

    • (le seigneur )   Baudevin de Zueten (Zwieten)   les meubles sont des violes (musique)                
    • (le seigneur de )   Arze                                      à nouveau des violes               
    • (le seigneur de )   Sou de la Warde (Uiterwaard)
    • (le seigneur de )   Oestghet ( Oostkamp ) 
    • (le seigneur de )   Zassenem ( Sassenheim)

    • (le seigneur de )   Rosenberch ( Rosenborgh)
    • (le seigneur de )   Zutwut   ( Zutwik)
    • (le seigneur de )  Lint'scoten (Lockhorst )
    • (le seigneur de )  t'Zemchuelt (Sonnevelt)
    • (le seigneur de )  Liestvelt  (Liesvelt)



l' Evêque de Langres, duc*  - folio N° 48 vo
"d'azur semé de fleurs de lis d'or, à la croix de gueules en sautoir brochant"
 heaume à mésail en bec de moineau, ouvert, laissant apparaitre le visage 
 sans cimier - mître rouge, ornée de perles et d'émeraudes, portée par un chérubin de couleur lilas.
bannière d'azur plain, étoffes damassées, à doublure d'hermines - cheval bai brun
inscription du haut en gothique en lettres rouges :
 "levesque♦de♦lengres_duc"

 (*) parmi les Pairs de France, outre les grands Princes du Royaume, figuraient six ecclésiastiques: archevêque et évêques, qui certains avaient le titre de Ducs (Reims, Laon, Langres), et les autres de Comtes (Beauvais, Noyon, Châlons). La particularité du diocèse de Langres était qu'il incorporait à l'époque la partie originelle du Duché de Bourgogne, avec sa capitale : Dijon. Et à la cour de France, surtout pour les sacres, l’évêque de Langres avait de fait le privilège de préséance sur son supérieur hiérarchique : l'archevêque de Lyon, primat des Gaules.


marches de France - folio N° 55



    • Mons(sieur)    d Amont (Aumont)
    • (le seigneur )  Sauvage des Boves
    • Mes(sire)       Hustin le Baveus (Hustin le Baveux)
    • Mons(sieur)   des Essars (des Essarts)
    • Mons(sieur)   de Inville (Oinville)

    • Mons(sieur)   de La Riviere (Bureau de La Rivière)
    • Mons(sieur)   de Gournay
    • Mons(sieur)   de Lagrange
    • Mes(sire)       Prunequin
    • Mons(sieur)   de Pressy (Précy)          

    •                               plusieurs esquisses ou contours d'écus

    • Mons(sieur)  de la Goutte - écu rajouté postérieurement sur le manuscrit (XVIe/XVIIe s.)
    •    sans nom    possesseur non idenditifié - écu inachevé, rajouté postérieurement sur le manuscrit (XVIe/XVIIe s.) 


    • sans nom    possesseur non idenditifié - écu rajouté postérieurement sur le manuscrit (XVIe/XVIIe s.)

    • ..... La Brosse Cadier  écu rajouté postérieurement sur le manuscrit (XVIe/XVIIe s.)




le Duc d'Aquitaine * - folio N° 51 vo
"de gueules au léopard d'or (armé et lampassé d'azur)"
salade à crête dentée entourée d'un turban à bandes bleues,blanches et pourpres,
 bavière cachant le nez, la bouche et la gorge ,incrustés de perles
banniière aux armes - étoffes à doublure verte - cheval bai brun
inscription du haut en gothique en lettres rouges:
"le♦duc♦daquitaine"
(*) À cette époque, le Duché d'Aquitaine est une province anglaise. En effet, l'ancien et puissant Duché n'existe plus en tant que tel depuis l'union d'Aliénor en 1152 avec le Roi d'Angleterre Henri II. Dès lors, le Duc est toujours un Prince de sang royal. Le fameux Prince Noir, fils du roi Édouard III, a été l'un d'entre eux (1362-1372).  La guerre entre le Royaume d'Angleterre et le Royaume de France est toujours d'actualité pendant l'établissement du manuscrit. Ce n'est qu'en 1453, avec la bataille de Castillon que l'Aquitaine reviendra française. Le territoire est davantage connu sous le nom de Guyenne, dérivé du nom en gascon "Aguiaina" pour désigner l'Aquitaine..


marches de Normandie - folio N° 65vo



    • le s(eigneur)   de Neufborch  (Le Neufbourg)
    • (le seigneur )  Jeh. de Clere (Jean de Clères)  ... fasce de sinople, "paillée" d'or
    • (le seigneur )  Jeh. de Clere le jone (Jean de Clères le jeune)  fils du précédent    
    • (le seigneur )  Jehan de Tornebu (Jean de Tournebu)
    • (le seigneur )  Gui de Tornbu (Guy de Tournebu)


    • (le seigneur )  Guill. de Tornbu (Guillaume de Tournebu)
    • (le seigneur )  Jeh. de S.Denis (Jean de Saint-Denis)
    • (le seigneur )  Th. Pagniel (Paynel)
    • (le seigneur )  Jeh. de Bigon (Jean des Bigars)
    • (le seigneur )  Jeh. de Bigon le jone (Jean des Bigars le jeune)  fils du précédent      

    • (le seigneur )  Jeh. de la Ferte (Jean de La Ferté-Fresnel)  Maréchal de Normandie
    • le s(eigneur)   de la Potire (La Poterie)
    • (le seigneur )  Jeh. de Quenoville (Jean de Quenonville ou Canouville)
    • (le seigneur )   Raou Tesson ( Raoul La Roche-Taisson )  
    • (le seigneur )   Guill. Tesson ( Guillaume La Roche-Taisson ) 

    • (le seigneur )   Rechrt de Villiers (Richard de Villiers)                  
    • (le seigneur )   Rob. de Tiville  (Robert de Thiéville)       
    • (le seigneur )   Guill. Charbonel ( Guillaume Carbonnel)
    • (le seigneur )   Richart Charbonel ( Richard Carbonnel)
    • (le seigneur )  Jeh. de Monfort (Jean de Montfort)  de Montfort-sur-Meu, en Bretagne

    • (le seigneur )  Oliv_ir de Monfor (Olivier de Montfort) 
    • (le seigneur )  Nicollaus de Seine (Nicolas de Saâne)
    • (le seigneur )  Pire de Corcy (Pierre de Courcy)
    • (le seigneur )  Guill. de Villiers (Guillaume de Villiers du Hommet)
    • (le seigneur )  Jeh. de Donville (Jean de Douville)



le duc de Bretagne* - folio N° 69
"d'hermines plain"
heaume à grille d'or, lambrequins d'argent, sommé d'un tortil du même
cimier : un cygne d'argent becqué de gueules.
étoffes à doublure rouge - cheval blanc
inscription du haut en gothique :
"le_duc_de_bretai_gne"
(*) À l'époque du manuscrit , le Duc de Bretagne est Jean V dit "le Sage" (règne 1399-1442). Les célèbres armes "d'hermines plain" sont ici très récentes (début du XIVe siècle). Auparavant le Duché portait les armoiries des comtes de Dreux (échiqueté d'or et d'azur, au franc-canton d'hermines, à la bordure de gueules". Les hermines n'étaient donc qu'une brisure avant d'être prises en compte comme armes plaines sous le règne de Jean III en 1316. La dynastie des Montfort qui a gagné la Guerre de Succession de Bretagne, en 1364, a perpétué les hermines. Elles sont devenues par la suite le symbole de l’identité bretonne celtique, alors qu'elles sont en réalité d'origine capétienne, donc franque !


marches de Flandre - folio N° 72


    • le s(eigneur)   de Lanoy ( Jean de Lannoy)
    • Mes(sire)       Hue de Lanoy (Hughes de Lannoy)
    • Mes(sire)       Ghelghebert de Lanoy (Gilbert de Lannoy) frère du précédent
    • (le seigneur )  le beghe de Lanoy ( Baudoin de Lannoy, dit le Bègue) frère des précédents
    • Mons(sieur)   d Aine (Jean de Boncourt, seign. d'Eine)

    • Mes(sire)       de Rokeghem (Jean de Rockeghem)
    • (le seigneur de )  Oestkerke (Oostkerke)
    • Mons(sieur)   de la Cappelle (Jacques de Visch, seign. de Capelle)
    • Mes(sire)     Phylpe de la Cappelle (Philippe de Visch de Capelle)  frère du précédent
    • Mons(sieur)   Jeh. de Po_telle (Jean de Potelles)        

    • Mons(sieur)   de Morkerke (Moerkerke)
    • Mes(sire)       Jeh. Wietton (Jean Wittoen)
    • (le seigneur )   Louich Wieton ( Louis Wiettoen)  frère du précédent
    • Mons(sieur)   de Mulem (Mullem)
    • Mes(sire)       Phy. de Mulem (Philippe van Mullem) fils du précédent

    • Mes(sire)       Baudin de Vos (Baudouin de Vos)                       
    • (le seigneur)   Jeh. de Vos (Jean de Vos)    frère du précédent           
    •     sans nom                   (Geldorf van der Gracht) 
    •     sans nom                   (Jean van der Gracht)   fils du précédent
    •     sans nom                   (Baudoin van der Gracht) frère du premier

    •     sans nom                   (Jean van de Walle) 
    •     sans nom                   (Pierre van de Walle)  fils du précédent
    •     sans nom                   (Guillaume van de Walle) frère du précédent   
    • Mons(sieur)   de Borclozue de Lous   (Tollin)   écu resté vide 
    •                  .... Jeh.  so f...  (Jean Tollin, son fils)    fils du précédent  - écu resté vide




le Roi de Portugal *  - folio N° 105
"d'argent à cinq écussons d'azur posés en croix, chacun chargés de cinq besants
 mis en sautoir; à la bordure de gueules chargées de châteaux d'or et de quatre
 demies-fleurs de lis de sinople, aux centres du chef, des flancs et en pointe".
 heaume à grille et à la couronne d'or fleuronnée, lambrequins du même,
 cimier : un dragon naissant d'un vol d'or, étoffes à doublure verte - cheval noir
inscription du haut en cursives majuscules : "Le Roy De Portugal"
sur le bas de la housse du cheval, un petit texte en latin faisant référence à Alphonse Ier :
"Alphons regis filii, in scudo cœruleo S. minora scuta atque 
30 numi. obs. devictos R. uno prœlio"  ainsi
qu' une autre inscription au-dessous du cavalier en cursives :  " roy de portugal."
(*) À l'époque du manuscrit, le roi du Portugal est soit Jean Ier (règne 1385-1433) , soit Édouard Ier (1433-1438) ou encore Alphonse V (1438-1481), de la maison d'Aviz. 
  Les quatre demi-fleurs de lis sont la marque (extrémités d'une croix fleurdelisée de sinople) de l'Ordre d'Aviz, un ordre religieux et militaire typiquement portugais créé en 1146 et réorganisé par le roi Alphonse Ier en 1162, institué au cours des guerres de reconquête contre les occupants maures. C'est à ce roi que l’inscription fait référence, un blasonnement en latin dont la traduction est à peu près celle-ci : " Alphonse, fils de roi, six écussons d'azur et trente besants rappellent les rois vaincus dans un seul combat". Effectivement les "quinas", ces petits écussons, portaient au début six besants, réduits plus tard à cinq. La légende veut qu'ils perpétuent le souvenir de la victoire de Ourique, en 1136, du premier souverain du Portugal Alphonse Ier sur cinq rois Maures. Le terme "fils de roi" se rapporte au fait que les précédents Comtes du Portugal qui étaient d'origine bourguignonne et capétienne, avaient comme aïeul Hugues Capet, roi de France (reg. 987-996).



marches d' Artois - folio N° 76vo


    • (le seigneur de )  ...oreul   ( Moreuil ) 
    • Mons(sieur)   de Maircourt  ( Méricourt )
    • Mons(sieur)   Lerdanvieller   ( Mailly-Auvillersles 2 et 3 sont de Longueval, mais il n'y pas eu d'alliance connue entre ces familles , sans doute est-ce là un blason erroné *.
    • Mons(sieur)   de Mouchy  ( Monchy )
    • (le seigneur)  Phil. de Saucourt  ( Philippe de Saucourt ou Soyecourt)


    • (le seigneur de)  ...e d Aule ( Aubigny )
    • (le seigneur de)  Hamme let  ( Hamelet )
    • Mons(sieur)   de Donmarc  ( Domart )
    • (le seigneur de )  Bussus
    • Mons(sieur)   de Bessy Betisy (thisy )            

    • (le seigneur de )  ...onsy ( Le Châtelain de Beauvais) 
    • (le seigneur )   Troulart de Mau_creu ( Maucreux )
    • Mons(sieur)   de Mouy  (Moy)
    • (le seigneur)   le sau. de Muig ( Demuin )  
    • (le seigneur de )  Waregines ( Wargnies )

    • (le seigneur de )  ...astel ( Castel )                        
    • (le seigneur )   Antone de Fresencourt ( Fressancourt ) 
    • (le seigneur de )   Simen court ( Simencourt )
    • (le seigneur de )   le Hausoye ( La Houssoye) 
    • Mes(sire)       de Ryvery  (Rivery)   

    • (le seigneur de)     ...nkere ( Encre )  Encre ou Ancre est l'ancien nom de la ville d'Albert, dans la Somme, avant 1620.
    • (le seigneur de )   Bosincourt  ( Bouzincourt )  le nom : Vermandois est inscrit sous l'écu.
    • (le seigneur de )  Bertangle ( Bertangles )
    • (le seigneur de )  Molencourt  ( Morlancourt)
    • (le seigneur de )  Quire  Quierieu  (Querrieux)

(*) selon recherches de Michel Popoff et Michel Pastoureau , historiens et héraldiqtes.



le Roi de Suède *  - folio N° 130
"d'azur à trois couronnes d'or"
 heaume à grille , lambrequins d'or,
 cimier : deux bras d'hermines, avec larges manches du même, s'élevant pour soutenir
 une couronne d'or sommé d'un diadème de plumes d’autruche d'argent.
étoffes damassées à doublure d'hermines - cheval blanc
inscription du haut en cursives ornées : "Le Roy De Suede "
inscription au-dessous  en cursives :  " suède."
  (*) Depuis 1397, l'Union de Kalmar réunit sous une seule couronne, le Danemark, la Norvège et la Suède. Elle est dirigée par Éric Ier de Poméranie (reg. 1396-1439) qui porte le nom d'Éric XIII en Suède. 
 D'après les spécialistes, ce dessin aurait été réalisé plus tard que les précédents dans le manuscrit, à la fin du XVe siècle ou même au début du XVIe siècle.



marches d' Angleterre - folio N° 80


    • .. s(eigneur)   de Say  
    • le s(eigneur)  de Dudle (Dudley)
    • le s(eigneur)  de ~~.. (Le Strange)
    • le s(eigneur)  de Hasting  (Hastings)   meuble : manche mal taillée
    • le s(eigneur)  de ~~...        possesseur non identifié


    • (le seigneur)  de  Ginney (Gorney)
    • le s(eigneur)  de Wayn (Fitz-Warin)
    • le s(eigneur)  de Montagu  (Montague ou Montacute)
    • le s(eigneur)  de Buhn (Bohun)   attribution incertaine
    • le s(eigneur)  de Symon (Fitz-Simon)   

    • (le seigneur)  de  Boune (Bohun)
    • le s(eigneur)  de Hugem (Fitz-Hugh)
    • le s(eigneur)  de Redman  
    • le s(eigneur)  de West 
    • le s(eigneur)  de Haret... (Harcourt)   de la célèbre famille originaire de Normandie.

    • (le seigneur)  .. Erpingem (Erpingham)
    • le (seigneur)  de Blont (Le Blount)
    • le s(eigneur)  de Mondeht  (Mauduit)
    • le s(eigneur)  de Buton (Burton)
    • le s(eigneur)  de Calve.. (Calverley)  armes parlantes :  Calf= veau

    • (le seigneur)  .. Grif  (Greef ? )  attribution incertaine
    • le (seigneur)  de Bourchyr (Bourchier)   armes parlantes : bourses
    • le s(eigneur)  de Hastink  (Hastings)
    • le s(eigneur)  de Bauzyr (Bourchier)
    • le s(eigneur)  de Wateton (Waterton)



Jean de Vergy *  - folio N° 142
"de gueules à trois quintefeuilles percées d'or"
heaume à grille d'or -  collier de la toison d'or autour du cou
 cimier : une tête d'aigle de sinople becquée d'or,
 au milieu d'un vol d'hermines
étoffes damassées - cheval noir -  
inscription  en cursives à gauche :  "Messire Jean de Vergi 1433 Dijon "
 autre inscription à droite : "Mess. Jehan de Vergy à Dijon "

(*) Jean IV de Vergy, seigneur de Saint-Dizier, de Pont-sur-Saône, Vignory et Fouvans, fut maréchal et gouverneur de Bourgogne à la fin de sa vie ( † 1460). Il a été reçu dans l'ordre de la Toison d'Or en 1433 à Dijon, comme le montre l'inscription. 
 La maison de Vergy était une des plus anciennes familles de la noblesse française remontant aux temps des rois mérovingiens. Leur fief d'origine : Vergy, où ne subsistent que quelques pierres de l'immense château, se trouve à quelques kilomètres de Nuits-Saint-Georges et Gevrey-Chambertin, dans la Côte-d'Or.

marches de Pologne - folio N° 120vo


    •  (le seigneur)  Petermo Cirrolb (Pierre de Kurow)
    •  (le seigneur de)  Scelt  (Wczele)
    •  (le seigneur de)  Pomyanow (Pomian)
    •  (le seigneur de)  Mandrustky (Madrostki)

    • (le seigneur de) Szelygy (Szeliga)
    • (le seigneur de) Nauinna  (Nowina)
    •      sans nom                   possesseur non identifié
    •  (le seigneur)  Jeh. de Nowaczerc.. (Nowa Cerkiew)

    •  (le seigneur)  Nicolay de Kynyky (Nicolas de Kiniki)
    •     sans nom                    (Glaubicz)
    •     sans nom                    (Grzymala)
    •     sans nom                    (Klepzig)

    •      sans nom                    (Doliwa)
    •      sans nom                    (Protwic)
    •  (le seigneur)  Nicolaus de Sceymbliald  (Nicolas de Schönblatt) seigneur non polonais
    •  (le seigneur)  Nicolaus d... h..    possesseur non identifié, sans doute non polonais

    •  (le seigneur)  Jeh. Ras polla (Jean Rasp)
    •      sans nom                    (Korczbok)
    •      sans nom                    (Zaremba)



marches de Pologne - folio N° 121


    • (le seigneur)  Martin de Wroczymhow (Martin de Wrocimowice)   une rencontre d'âne
    •     sans nom                    (Janina)
    •     sans nom                    (Korczak)
    •     sans nom                    (Drya)

    •     sans nom                    (Pirzchala)
    •             ..... OKSZA       (Okza )  inscription rajoutée postérieurement sur le manuscrit
    •   Mons(sieur)  de la Goutte - écu rajouté postérieurement sur le manuscrit (XVIe/XVIIe s.)


  
Jean de Croÿ *  - folio N° 143 vo
"écartelé aux 1 et 4 d'argent à trois doloires de gueules, les deux premières adossées
 (de Renty), aux 2 et 3 d'argent à trois fasces de gueules (de Croÿ) ; 
sur le tout : un écusson  écartelé aux 1et 4 d'or au lion [contourné] de sable
 (de Flandre), aux 2 et 3, losangé d'or et de gueules (de Craon) 
heaume à grille d'or, couronné d'or  - couronne à fleurons incrustée de pierres précieuses -
 cimier : une tête de lévrier de sable colleté de gueules, cloutés d'or , à un anneau du même
au milieu d'un vol d'argent - collier de la toison d'or autour du cou
étoffes à doublure  rouge - cheval bai brun - inscriptions  en cursives :
"le Seigr de la Tour sur Marne" - "Mess. Jehan de Croy" -
 "Messire Jean de Croy. Seigr de la Tour sur Marne  à Bruges 1429."

 (*) Frère cadet d'Antoine de Croÿ, qui est lui aussi présenté dans l'armorial (il fera l'objet d'un futur épisode), Jean de Croÿ fut conseiller et chambellan de Bourgogne, gouverneur du duché de Luxembourg, grand bailli de Hainaut. Le blason de la famille représenté ici inversé, à cause de la position contournée du cheval, associe plusieurs familles : les Croÿ, qui ont gagné la seigneurie de Renty, et les Craon par la mère d'Antoine et Jean.  Cette grande famille de l'aristocratie européenne, très présente en Belgique : fiefs à Chimay, Beaumont, Havré, Aerschot, entre autres, et qui existe encore de nos jours, a pour origine un petit village de Picardie : Crouy-Saint-Pierre. D'ailleurs, le nom de Croÿ se prononce "croui" .

Roland d'Uutkerke *  - folio N° 150 vo
"d'argent à la croix de sable chargée de cinq coquilles oreillées d'or"
heaume portant un cimier à tête de lévrier d'argent, colleté de sable, clouté et annelé d'or -
collier de la toison d'or autour du cou -  deux briquets d'azur aux pierres à feu de sable,
 dont un est allumé et lance des flammèches rouges sont disposés de part et d'autre du 
cavalier - étoffes à doublure rouge -
 cheval gris pommelé - inscriptions en gothique, lettres rouges :
"mess_roland_duutkerke" et en cursives : " Seigneur d' Hemsrode.  à Bruges 1429."


(*) Principal conseiller flamand de Philippe le Bon, Roland d'Uutkerke, seigneur d'Heesteert et d'Hemsrode, en Flandre ( † 1442), gouverneur de Haarlem et de Hollande, fit partie de la première promotion de l'ordre de la Toison d'Or de 1429 à Bruges. Les briquets font parties de l'ornementation du collier et sont un des nombreux symboles du duché de Bourgogne.

Jean de Villiers *  - folio N° 153
"d'or au chef d'azur, chargé d'un dextrochère d'hermines paré d'un brassard 
du même, brochant sur la partition"
heaume à lambrequins d'argent, couronne d'or , sertie de pierres précieuses -
 cimier : une tête de coq d'argent crêté, barbé et becqué de gueules
 cheval brun - inscription  en cursives majuscules : 
 "Mess. Jean de Villers seigneur de Lisle Adam -  Bruges 1429."

(*) Ce grand seigneur d'Île-de-France, au blason si particulier, fut Maréchal de France et conseiller auprès du Duc de Bourgogne. Jean Villiers de l'Isle-Adam a participé ardemment à la lutte contre les Armagnacs dans Paris même. Après avoir combattu les Anglais après 1435, pour le compte du roi de France Charles VII, cette fois, il finira tragiquement, massacré dans les révoltes de Bruges en 1437, où il accompagnait Philippe de Bourgogne, avec lequel il est resté fidèle.
 

 Pour les toutes autres pages de ce magnifique manuscrit, que j'ai utilisées dans mon blog, vous pouvez  les visionner ici :
 


 A bientôt, pour d'autres extraits... (n'oubliez par l'onglet "Toison d'Or" tout en haut de cette page pour le tout dernier volet, non archivé)...   
   

         Herald Dick    
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire