mercredi 30 septembre 2015

Les oriflammes, bannières, fanions et drapeaux de l'Histoire de France : la série 1370 des cartes postales des éditions Barré et Dayez

 E   lles sont bien connues des passionnés d'héraldique qui cumulent cette passion avec la fréquentation des bouquinistes, marchands ou collectionneurs d'objets anciens.  L'éditeur parisien de cartes postales illustrées Barré et Dayez s'est fait une réputation depuis 1925 par la qualité et la beauté de ses réalisations en lithographie et en couleurs. Elles sont facilement reconnaissables grâce au logo de l’éditeur : les lettres BD entrelacées dans un rectangle, au bas du verso qui comporte également un numéro de série suivi d'une lettre. La maison Barré-Dayez a édité d'innombrables séries thématiques : les plats régionaux, les petits métiers, les villes, les blasons, la chasse à courre, les moulins à vent, les coiffes régionales, les costumes de nos provinces, les cartes géographiques, les mots historiques, les fables de La Fontaine, les mois de l'année, etc… La fabrication s’est arrêtée au début des années '1970.
Dos d'une des cartes postales avec les différentes inscriptions identifiant notre série sur les emblèmes de l''Histoire de France
   Dans les années '1930/'1960, plusieurs séries de cartes postales héraldiques sont sorties de leur imprimerie et ont fait la joie des collectionneurs, dont je fais partie. Outre les blasons des provinces françaises, belges, ceux d'un grand nombre de villes françaises et d'Afrique du Nord ont été éditées, et aussi une série sur les armoiries des métiers et corporations de Paris que je vous avais présenté il y a quelques mois (voir ici ).  

 Je reviens aujourd'hui avec une autre série, numérotée 1370 composée d'un jeu de 25 cartes illustrées sur le sujet des  "Oriflammes, Bannières, Fanions et Drapeaux de France" de toutes les époques de l'Histoire de la France depuis le règne du roi des Francs, Clovis jusqu' à la IIIe République française. Ces cartes ont dû être commercialisées dans les années '1930 maximum '1940, car la dernière carte dans l'ordre chronologique est celle de la IIIe République, régime commencé en 1870, mais qui ne comporte pas de date de fin qui devrait être justement 1940. Les dessins sont signés du peintre et illustrateur Pierre Albert Leroux (1890-1959). Les drapeaux ou autres bannières et oriflammes sont accompagnés à droite d'armoiries avec le nom du souverain régnant sur un listel blanc et en-dessous la période du règne, ainsi qu'une couronne pour les périodes des monarchies, les plus nombreuses. 



  Pour la référence historique, il semble que les créateurs se soient très certainement inspirés d'études contemporaines, par exemple du travail de Désiré Lacroix, édité dans la deuxième moitié du XIXe siècle avec son livre : "Histoire anecdotique du drapeau français" (BNF Paris - département Littérature et art). Néanmoins des doutes subsistent sur la réalité historique de certaines de ces images et de ces drapeaux, et leur attribution à tel ou tel souverain, comme on le verra. Cela dit, cela n'enlève rien à la beauté et à l'attrait de ces cartes illustrées, très recherchées par les collectionneurs.

Avant de commencer, on sera d'accord pour dire que la présence d'armoiries pour illustrer le haut Moyen-âge est totalement abusive. En effet, chacun sait que les premiers écus armoriés apparus dans les combats ou sur les tournois, dans le but d'identifier leurs possesseurs, rendus méconnaissables à cause de leurs hauberts ou cottes de mailles et surtout des casques, remontent au mieux vers le milieu du XIIe siècle ! Et ce n'est que plus tard, que ces signes identitaires seront fixés et transmis aux descendants d'une même famille.
carte référencée 1370 Z
    Clovis, récemment converti au christianisme, aurait adopté comme enseigne la chape de Saint Martin de Tours qu'il aurait fait porter comme étendard lors de la bataille de Vouillé (en 507) contre Alaric, le roi des Wisigoths. La chape de Saint Martin était un voile de taffetas, qui avait recouvert son tombeau. Il symbolisait la légende de la moitié du manteau qu'il avait partagé avec un mendiant frigorifié, pour qu'il se couvre avec. La chape était conservée par les moines de l'abbaye de Marmoutier, près de Tours. Elle aurait souvent accompagné les chefs de guerre francs, successeurs de Clovis, comme relique protectrice, au cours de leurs campagnes et batailles et s'en retournait dans son abbaye d'origine après coup. La chape de Saint Martin sera remplacée 600 ans plus tard par l'oriflamme.  source textuelle : "Histoire anecdotique du drapeau français" de Désiré Lacroix.
  La chape (capa en latin, qui a donné aussi "la cape"), était conservée dans un petit édifice appelé "capella" qui est à l'origine du mot "chapelle" et le prêtre qui était chargé de la garde de la chape, y compris lors de ses sorties guerrières ou autres  s'appelait le "chapelain", un autre mot qui a évolué pour désigner un prêtre chargé d'une chapelle privée, scolaire, hospitalière, pénitentiaire ou monastique, etc...
  Enfin dans le langage héraldique, la chape est à l'origine du terme "chapé", qui désigne un écu divisé par deux lignes diagonales jointes au milieu du bord supérieur, et qui se terminent l'une à l'angle dextre, l'autre à l'angle sénestre, en forme de chevron, comme un manteau, une cape, posée sur les épaules de quelqu'un.


carte référencée 1370 Y

carte référencée 1370 X

 La bannière ci-dessus est trop moderne dans sa forme et par le sujet représenté qui est par nature très postérieur à l'époque en raison de la présence d'armoiries! J'ai expliqué la raison plus haut. Il y a visiblement une confusion malheureuse entre Louis II, roi des Francs de 877 à 879 et Louis II, Duc de Bourbon (1337-1410) qui n'a évidemment jamais été roi. 
De plus, les années de règne indiquées sur la carte correspondent au successeur de Louis II : Louis III, roi des Francs de 879 à 882 ! Donc : tout est faux .... 

carte référencée 1370 V


carte référencée 1370 U

C'est donc avec cette carte illustrant Philippe Auguste que réellement la présence d'armoiries est justifiée. Sauf que, le blason montré ici est celui dit de "France moderne" ou "de Valois": "d'azur (réduit) à trois fleurs de lys d'or", qui a été simplifié sous cette forme, à partir du règne du roi Charles V, dans la deuxième moitié du XIVe siècle ! Auparavant, c'est le blason "d'azur semé de fleurs de lys d'or" (France ancien) qui est correct.


carte référencée 1370 P


carte référencée 1370 Q

carte référencée 1370 R


carte référencée 1370 S

carte référencée 1370 T

carte référencée 1370 O


carte référencée 1370 N

carte référencée 1370 M

carte référencée 1370 L

carte référencée 1370 K

carte référencée 1370 A

carte référencée 1370 J

carte référencée 1370 I
Sur la carte ci-dessus le règne de Louis XIV, pourtant un des plus longs de l'Histoire de France, a été écourté malencontreusement, c'est 1643 - 1715 qu'il faudrait lire ! 


carte référencée 1370 H

carte référencée 1370 G

carte référencée 1370 F

carte référencée 1370 B

carte référencée 1370 C

carte référencée 1370 D

carte référencée 1370 E

Chaque série de cartes des éditions Barré & Dayez comportait au maximum 25 numéros. C'est quasiment une constante, parfois moins, mais jamais plus ! Par conséquent, il ne faut donc surtout pas considérer ce petit sujet comme la liste exhaustive de tous les régimes et monarques de l'Histoire de France, mais juste un "best of" ! En effet, de nombreux souverains manquent à l'appel et non des moindres : Pépin le Bref, Charles II le Chauve, Robert Ier, Louis VI le Gros, Philippe IV le Bel, Charles V et VI, Louis XVI, etc... Si toutefois les couleurs et signes portés sur leurs oriflammes, bannières, fanions ou drapeaux sont bien identifiés par les historiens, ce qui n'est pas une mince affaire pour les plus anciens d'entre eux !

Pour admirer quelques autres réalisations de la maison d'édition Barré et Dayez voici quelques sites de passionnés :
  • Passion Barré Dayez → ICI
  • Heraldry of the World (en anglais) → ICI

 et vous pouvez aussi les acheter ou les échanger grâce, en particulier, au site d'enchères spécialisé Delcampe, sur lequel je me suis d'ailleurs reposé pour réaliser ce sujet → ICI





                            Herald Dick
.

Charlemagne Charles Ier IX  VII VIII  Clovis Francois François Ier Henri II III IV Hugues Capet Jean II le Bon Louis II IX XI XII XIII XIV XV XVIII Saint Louis Louis Philippe Ier Napoléon III Ier Empire Iere IIIe 3e Republique République

3 commentaires: