jeudi 19 février 2015

Nouvel an chinois - 2015 - 农历新年山羊
Année de la Chèvre

新年快樂 !  - Happy new year ! - Bonne année !
ancien blason de la 
ville de Glarus (Suisse)
blason de la localité de
Grindavik (Islande)
blason de la localité de
Tyrvää (Finlande)
monnaie en or émise par la Chine - 2015 , avec un mouton (bélier)
et l'emblème national de la Chine sur le revers, à droite.
monnaie commémorative émise par la Chine - 2015 , ici c'est la chèvre ! 
  Le 19 février à 00h00 en France,  mais déjà quelques heures plus tôt en Extrême-Orient, à cause du décalage horaire, nous sommes passés de l'année du cheval à l'année lunaire de la chèvre ou du mouton.  L'astrologie chinoise en effet ne fait pas de différence entre ces deux espèces d'animaux, très proches, et qui font d'ailleurs partie de la même famille en zoologie : les caprins (Caprinae), comprenant : chèvres, moutons et aussi les mouflons, chamois et bouquetins.
 L'année du 羊 (yáng), le terme chinois du signe astrologique fait référence à cette famille d'animaux, sans distinction. 
 Il faut rajouter un caractère supplémentaire dans la langue chinoise pour apporter la précision sur l'espèce, dans le langage courant :  山羊 (shānyáng) = chèvre ou  绵羊 (miányáng) = mouton. Voilà pour l'explication du dilemme qui revient tous les 12 ans : année de la chèvre ou année du mouton ? 
série de timbres émis par la poste de Singapour pour la nouvelle année lunaire 2015
   J'ai choisi d'illustrer cette année la chèvre par les emblèmes héraldiques utilisant cet animal comme meuble principal. Mais c'est promis, dans 12 ans, si ce blog existe toujours :   je ferai l'autre facette du même signe astrologique : le mouton  !! et bêêh oui ...
timbres émis par l'île de Christmas (Australie) pour 2015
timbre émis par la Chine en 1991


ville de Kecskemét (Hongrie), armes
parlantes : kecske = chèvre en hongrois
  Carte d'identité de la chèvre :
Les chèvres sont des mammifères appartenant à la sous-famille des caprinés, famille des bovidés, ordre des artiodactyles. Elles forment le genre "Capra".

 Les chèvres sont adaptées aux environnements arides et escarpés. Elles mesurent en moyenne entre 60 cm et 1 m au garrot selon les espèces. Les cornes  sont portées par les deux sexes, et sont de forme variable (droites et torsadées, en lyre, enroulées…). Le dimorphisme sexuel est toutefois important : les mâles, appelés boucs, sont plus grands et massifs que les femelles, et ont des cornes beaucoup plus imposantes. Ils possèdent en outre sous le menton une barbiche caractéristique, qui peut être très longue. Adaptées aux milieux arides et montagneux, les chèvres ont des sabots à bords durs.

Pukkila (Finlande), armes parlantes :
  pukinpää = tête de chèvre en finnois
Comme tous les bovidés, les chèvres sont des ruminants. Elles se nourrissent d’herbes, de feuilles, de rameaux… Elles communiquent entre elles par des bêlements. Animaux agiles, championnes d'acrobatie, les chèvres effectuent des bonds entre les rochers, atterrissant ainsi sur leurs deux pattes avant. Évoluant avec aisance sur les corniches étroites et les à-pics les plus escarpés. On en a déjà vu traverser au milieu des parois bétonnées de barrages de montagne → ! Elles sont également capables de grimper dans les arbres. Nomades et grégaires, les chèvres vivent en troupeaux conduits par les femelles. Chez certaines espèces, les jeunes boucs quittent le groupe vers l’âge de 3 ans pour former des troupes de mâles célibataires. Seuls les vieux boucs sont solitaires ; ils jouent parfois le rôle de sentinelles ou d'éclaireurs aux alentours des troupeaux.

ville de Lublin (Pologne) - peut-être un des
 plus anciens blasons de ville avec une chèvre
 sceau de Lublin daté de 1401
À la saison des amours, les mâles s’engagent dans des affrontements rituels pour la possession des femelles : il s’agit de joutes frontales au cours desquelles les mâles se laissent retomber front contre front et entrechoquent leurs cornes. Bien que dégageant une impression de grande violence, ces combats ritualisés sont sans gravité pour les participants. La saison du rut s’étend de l’automne au début de l’hiver. La gestation dure cinq mois en moyenne. La femelle met au monde un ou deux jeunes au printemps. Les chevreaux sont rapidement capables de se déplacer avec le troupeau. Ils atteignent leur maturité sexuelle entre deux et cinq ans.

Chevroux  (Suisse), armes
parlantes (en fait : un bouquetin)
Les chèvres sont toutes originaires de l’Ancien Monde. On compte généralement 8 espèces sauvages, mais les spécialistes ne sont pas tous d’accord sur leur nombre. L’aire de répartition de la chèvre à bézoard, ou chèvre aegagre (Capra aegagrus), ancêtre probable de la chèvre domestique, couvre le sud-est de l’Europe (Italie, Crète), le Proche-Orient et l’est de l’Asie. La chèvre de Falconer, ou markhor (Capra falconeri) se rencontre en Asie centrale et méridionale. On trouve encore deux autres espèces dans le massif du Caucase, Capra cylindricornis et Capra caucasica. Enfin, le groupe des chèvres sauvages comprend également les bouquetins : dans les Alpes (Capra ibex ibex) et en Asie centrale (Capra ibex sibirica), Capra pyrenaica dans les Pyrénées, Capra walie en Éthiopie, Capra nubiana dans le nord-est de l’Afrique et dans la péninsule Arabique.

Arogno (Suisse)
 rencontre de bouc
  

Chèvres sauvages et bouquetins sont des espèces menacées. Elles souffrent de la dégradation de leur habitat, de la chasse, du développement des infrastructures touristiques, ainsi que de la compétition écologique avec les chèvres domestiques et de l’hybridation.
   La chèvre domestique (Capra hircus) descend très probablement de la chèvre à bézoard. Domestiquée, il y a environ 12 000 ans, elle est élevée pour son lait, pour sa peau qui sert à faire du cuir, pour sa fourrure utilisée pour confectionner des tapis ou des vêtements, et parfois pour sa viande.  Il en existe de nombreuses races à travers le monde. La chèvre du Cachemire fournit le textile commercialisé sous le nom de cachemire. La chèvre angora, au pelage fin et soyeux (mohair), est issue du croisement de la chèvre à bézoard et de la chèvre de Falconer (markhor).

 
l'extraordinaire markhor de l'Himalaya, ou chèvre de Falconer (Capra falconeri) avec ses cornes spiralées.


canton de Schaffhouse /  
Schaffhausen (Suisse)
  La chèvre en héraldique - I : 
La chèvre domestique en tant que symbole n'exprime pas réellement de vertu ou de qualité particulières dont les hommes pourraient s'affubler, à cause de sa rusticité, si ce n'est sa résistance et son habileté à se déplacer ou vivre dans les milieux arides ou escarpés. 
D'ailleurs se faire traiter "de chèvre" qui signifie "être nul en tout",  n'est pas très flatteur. Et "devenir chèvre" c'est s'impatienter et s'énerver au plus haut point, bref être un peu névrosé.
 Jakubovany (Slovaquie)
 Le bouc a bien davantage de personnalité, de par son statut de mâle, avec sa longue barbe, et sa virilité très souvent affichée (voir les animaux "vilenés" : munis d'un sexe d'une couleur différente, comme ci-dessus). Le bouc est depuis l'Antiquité gréco-romaine, très souvent associé à la lubricité, au sexe bestial, à la saleté et à la puanteur.  Certains démons et créatures mythologiques, comme les faunes, les satyres, le dieu Pan, au corps mi-humains mi-animaux, sont pourvus de sabots ou de cornes de bouc, sans oublier le Diable en personne, parfois représenté, au Moyen-Âge, avec pieds velus, sabots, barbe, cornes et queue de bouc. 
 Mais revenons à notre animal, le vrai. Pourquoi, au fait, avons-nous cette différence étymologique entre le mâle bouc et la femelle chèvre, une différence commune à de nombreuses langues européennes ? 
  Elle nous vient du latin médiéval buccus, issu du francique bukk ou/et du gaulois bucco, et plus généralement de la racine indo-européenne bhug (pour le bouc ou le bélier), qui a supplanté le latin caper, tandis que le féminin capra est resté, lui, qui a donné le mot chèvre.
  Le mot "bouc" français a son équivalent linguistique :  bock en allemand ou en suédois, bok en néerlandais, boc en catalan, bouc'h en breton, bwch en gallois, etc...  Pensez au springbok sud-africain, mot qui veut dire "bouc bondissant" en afrikaner, langue dérivée du néerlandais ! Mais en réalité, le springbok est une gazelle, de la famille des antilopes, pas une chèvre !

Comitat d'Istrie (Croatie)
Le Rove
  (France - Bouches-du-Rhône)
 
bouc de l'espèce provençale du Rove (voir le site →) aux cornes impressionnantes

 La chèvre n'a pas, à ma connaissance, de connotation spirituelle ou religieuse, à l'instar du mouton (avec l'agneau pascal). Elle n'est pas l'attribut de saints chrétiens célèbres à l'opposé du bœuf, du cochon, du chien, etc... ni un symbole particulier de la royauté ou de haute aristocratie comme l'hermine, la salamandre, le porc-épic. Mais , nous le verrons dans un prochain sujet, elle a accompagné de grands personnages historiques, pour une toute autre raison : la phonétique, par le biais des armes parlantes. C'est le cas également pour les communes, villes ou territoires, dont on a déjà entrevu quelques spécimens plus haut , et cela dans plusieurs langues. Voici une petite sélection des plus représentatives, dans la toponymie, avec la racine occitane cabr... ou franco-provençale chevr... :
Cabrières d'Aigues
(France - Vaucluse)
Cabries 
 (France - Bouches-d-Rhône)
Cabrières d'Avignon
(France - Vaucluse)
armoiries de la commune de Chevroux ( France - Ain)
belles armes parlantes avec rébus : chèvre + roue (de moulin) !
Cabris 
 (France - Alpes-Maritimes)
Quévreville-la-Poterie
 (France - Seine-Maritime)


En breton, une chèvre se dit "gavr" , et cela nous donne : 
Gâvres
 (France - Morbihan)
Dans la langue régionale alsacienne, la chèvre est appelée "geiss", un mot provenant du vieux haut allemand "geiz".

Geishouse
 (France - Haut-Rhin)
Geiswiller
 (France - Bas-Rhin)
Geispolsheim
 (France - Bas-Rhin)

Néanmoins, pour ces armes parlantes, ces villages n'ont pas forcément de rapport avec l'animal, la racine "Geis" provient d'une autre source toponymique, sauf peut-être pour Geishouse (Geiss haus, la maison des chèvres).

En allemand moderne la chèvre se prononce "die Ziege" au singulier,  "die Ziegen" au pluriel.


Ziegenrück
 (Allemagne - Thuringe)
Ziegenhain (Schwalmstadt)
 (Allemagne - Hesse)
  Le second blason montre une curieuse bête composé d'un corps de coq ( Hahn en allemand, surmontée d'une tête de chèvre ( Ziege), illustrant parfaitement les armes parlantes. L'étoile provient quant à elle des armes des comtes : Graf von Ziegenhain, une ancienne maison noble de la Hesse et qui est à l'origine d'une autre curiosité de l'héraldique germanique : "der Ziegenkopfadler " (l'aigle à tête de chèvre) ou plus simplement  "der Ziegenadler" (l'aigle - chèvre). Un corps d'aigle étant plus prestigieux et plus noble que celui d'un coq, on peut voir quelques spécimens spectaculaires répercutés par brisures dans les armoiries de villes ou de localités allemandes du land de Hesse :

Schwalmstadt
 (Allemagne - Hesse)
Gemünden (Wohra)
 (Allemagne - Hesse)
Gemünden (Felda)
 (Allemagne - Hesse)


Et donc toujours en allemand, nous en avons déjà parlé : le bouc se traduit par "bock"  et en néerlandais : "bok":

Böckingen
 (Allemagne - Bade-Wurtemberg)
Bockenheim 
an der Weinstraße
 (Allemagne - Rhénanie-Palatinat)
Bockschaft
 (Allemagne - Bade-Wurtemberg)


Bockfließ
 (Autriche - Basse-Autriche)
Bokhoven
 (Pays-Bas - Noord-Brabant)

Jüterbog  (Allemagne - Brandebourg)

En anglais, la chèvre s'appelle "goat" . Avec "head",  la tête, on trouve ceci :


Gateshead borough (Royaume-Uni ), ancien blason, 1932



Revenons aux langues latines, avec l'italien "capra" désignant la chèvre , ou "capro", le bouc :


Capracotta  (Italie - Molise)
Caprino Veronese (Italie - Vénétie)
Cabras  (Italie - Sardaigne)
Capraia e Limite  (Italie - Toscane)

Ma préférée dans la catégorie insolite, mais réaliste, car les chèvres sont bien capables de monter sur une échelle !:
Anacapri île de Capri (Italie - Campanie)

Capriasca 
 (Suisse - canton du Tessin)
Ponte Capriasca 
 (Suisse - canton du Tessin)

L'Espagne et la Colombie  nous procurent de belles compositions héraldiques élaborées à partir du substantif espagnol "cabra", féminin et "cabro", masculin :
Cabra 
 (Espagne - Andalousie)
La Cabrera 
 (Espagne - Comm. de Madrid)
Castell de Cabres 
 (Espagne - Comm. de Valence)
Cabrero  
 (Espagne - Estrémadure)

Cabra del Santo Cristo
  (Espagne - Andalousie)
Cabrera , municipio
 (Colombie - Cundinamarca)



De même en portugais,  la chèvre se dit aussi  "cabra" :

Cabreira do Coa (Almeida)
 (Portugal - région Centre)
Cabreiros (Arouca)
 (Portugal - région Nord )
Cabreiros (Braga)
 (Portugal - région Nord )
Cabração 
(Portugal - région Nord )

 armoiries de la municipalité de Cabrália Paulista  (Brésil - état de São Paulo)


Enfin nous poursuivons le voyage linguistique des armes parlantes avec les pays d'Europe de l'Est et les langues slaves. Avec la racine issue du vieux slave "коза" (koza),  le mot désignant la chèvre se décline dans plusieurs langues, telles que le polonais avec "koza":

Kozłów 
 (Pologne- voïv. de Grande-Pologne)
Kędzierzyn-Koźle 
 (Pologne - voïvodie d'Opole)
Kozy, commune rurale
(Pologne - voïvodie de Silésie)

Koziegłowy commune rurale
(Pologne - voïv. de Grande-Pologne)
armes parlantes : głowy = têtes 


En langue tchèque également, le terme pour nommer la chèvre est "koza" et cela nous donne de très belles compositions de blasons héraldiques, jugez-en :

Kozojedy (Praha-východ) 
 (République Tchèque - Bohême)
Kozlovice
 (République Tchèque -  Moravie)
Kozojedy (Rakovnik) 
 (République Tchèque - Bohême)
Kožlí
 (République Tchèque - Bohême)
Kozomín
 (République Tchèque - Bohême)
Kožlany (Plzeň-sever)
 (République Tchèque - Bohême)

Kozlany (Vyškov) 
 (République Tchèque -  Moravie)
Kozly
 (République Tchèque - Bohême)
Kozárovice
 (République Tchèque - Bohême)
Kozojídky 
 (République Tchèque - Moravie)
Košetice
 (Slovaquie)



En russe, ou en ukrainien, le nom de la chèvre s'écrit "козел" (et se prononce kozel). 

Kozin / Козин
 (Ukraine - oblast de Kiev)
Kozova / Козова
 (Ukraine - oblast de Ternopil)
Kozelets / Козелец
 (Ukraine - oblast de Tchernihiv)


ancienne ville de Kozlov (1781-1932)
aujourd'hui : Mitchourinsk / Мичуринск
 (Russie - oblast de Tambov)

Kozlovka  / Козловка  (Russie - République de Tchouvachie)
projets d'armoiries en cours d'adoption qui introduisent
dans notre bestiaire la chèvre marinée et la chèvre à deux corps !
.
Kozlovkoe selo / Козловское село
 (Russie - oblast de Volgograd)


Kozlovka  / Козловка
 (Russie - oblast de Voronej)

Enfin, pour terminer avec les armes parlantes sur une touche humoristique , voici un blason trouvé par hasard sur le net, dans un site "désencyclopédique", totalement barré et  parodiant l'excellent Wikipédia : ICI

le département des Deux-Sèvres
(France - Poitou-Charentes)



Une suite ou plusieurs volets sont envisagés à ce dossier pour aborder la chèvre en héraldique, et notamment dans la catégorie grandes armoiries, quand l'animal se trouve aussi dans les ornements extérieurs... → ICI



Allez,  bonne année... et ... bonne santé !!!



                Goat Dick
Année lunaire de la Chèvre 2015 par Google au Viêt-Nam


Kozarovice  Kozojidky  Kosetice

Aucun commentaire:

Publier un commentaire