samedi 1 octobre 2011

Les Fondamentaux #01 : Six Couleurs / Azur

 Fondamentaux : principes de base, notions de base, en général éléments sur lesquels on se fonde.
 Même pour les plus chevronnés ( je n'en suis pas), il n'est pas inutile parfois de réviser ce que l'on croit savoir. Les grands professeurs de médecine , les pilotes d'avions de ligne , mon banquier, surtout lui, ont toujours besoin, régulièrement, d'un petit contrôle de connaissances. Car parfois le doute ou au contraire la surestimation de soi peuvent s'insinuer dans notre esprit et fausser notre jugement. Pour les professions ci-dessus , les conséquences pourraient être désastreuses, surtout mon banquier ...
   Pour notre domaine de l'héraldique, c'est anecdotique , mais cela peut éviter des empoignades verbales avec émissions de noms d'oiseaux, comme je vois parfois sur certains blogs ou autres forums..... heureusement les duels à l'épée ou au pistolet ont été interdits !! En tout cas l'esprit de chevalerie n'est pas toujours au rendez-vous.
  Voilà pourquoi je démarre cette nouvelle rubrique , qui me permettra de réviser moi-même. Persévérant dans mon approche ludique et attractive, j'illustrerai mon propos avec des exemples pris de préférence dans l'héraldique territoriale et dans l'actualité, quand cela sera possible.

Les origines
  Dans les armoiries , l'élément essentiel est l'écu , nommé plus couramment : le blason.
L'écu est caractérisé par une forme, une ou plusieurs couleurs , puis des figures ou des meubles.
  Si la forme et les figures sont des éléments secondaires, voire non indispensables , un écu ne peut pas se passer de couleur, quitte à ce qu'elle soit unique. Et si celle-ci n'est pas toujours représentée par son aspect visuel évident, comme dans la pierre, le bois, ou sur les gravures monochromes, elle doit être identifiable, néanmoins. Elle est alors traduite par une codification ingénieuse à base de hachures ou de points. Ce code est apparu au début du XVIIè siècle et pour cette raison, concernant les armoiries médiévales, non peintes, donc antérieures à ce système , les historiens ont quelques difficultés à identifier tel ou tel blason inconnu et par le fait à l'associer à coup sûr, à un personnage ou une entité, connus eux, par leurs couleurs. C'est le cas pour les sceaux ou les monnaies.

San José de Guaribe (Venezuela)
voici un exemple rarissime où toutes les couleurs sans exception, classiques et "modernes" sont représentées , si si,  le pourpre est dans la rosace de la guitare !! 
( hep , j'ai entendu ! non : les fourrures, hermines ou vair, ne sont pas des couleurs)
à priori : un challenge de l'artiste héraldiste auteur du dessin.


Les six couleurs de base
Aux débuts de la science héraldique, on n'employait que six couleurs , les plus évidentes et différentiables pour l’œil humain. Rappelons que les armoiries avaient pour but d'identifier rapidement un guerrier dans les combats, rendu méconnaissable avec son harnois et son casque, afin de savoir s'il était ami ou ennemi !  c'était donc une question de vie ou de mort pour lui et pour celui en face, qui se posait la même question....



  Les voici, classées ci-dessus, par ordre de fréquence dans les armoriaux médiévaux.
  Dans le monde "normal", ce sont dans l'ordre : rouge, gris ou blanc, jaune, bleu, noir et vert ...
  Eh bien pas pour tout le monde ! dans la secte des héraldistes , elles se nomment :
gueules , argent , or , azur , sable  et sinople !!!
  Évidemment cette particularité de langage, et ce n'est rien avant qu' on aborde les partitions et les figures , font que , pour le grand public , notre héraldique s'assimile  plutôt à...  hermétique !!
 Argent, Or et même Azur sont simples à comprendre, mais d'où viennent ces autres noms bizarres. Surtout que, la langue française étant la langue d'origine avec laquelle on communiquait le plus au Moyen-Âge ( dans l'aristocratie et les affaires), ces termes français ont été exportés et sont employés également dans beaucoup de pays sur la planète, avec très peu de transformations, augmentant de fait encore davantage l'obscure origine de l'étymologie. Ainsi, gueules devient gules en anglais et en espagnol.  D'autres pays , plus pragmatiques, ont choisi de nommer les couleurs des armoiries par leur vocables réels issus de leur langue , c'est moins poétique , mais plus efficace , ainsi en allemand on a : Rot, Silber , Gold , Blau , Schwarz und Grün !! tout simplement...
 Les couleurs sont divisées en deux catégories : les émaux (gueules, azur, sable et sinople)et les métaux (argent et or).



l' Azur - les Bleus
bloc de Lapis Lazuli,
pigment
connu depuis + 7000 ans

Azurite,
pigment naturel connu depuis la
haute Egypte ( - 4000 ans)

             Étymologie :
(1080) Attesté sous la forme lazur dans les gloses de Rachi, azur dans la Chanson de Roland ; le latin médiéval azurium apparait également à la même époque. C’est la forme déglutinée de l’arabe  lāzaward   (« lapis-lazuli »), lui-même emprunté au persan لاجورد, lāzward .
A noter qu'en espagnol bleu se dit azul , transfert direct de l'arabe. Mais en héraldique , les espagnols disent bien "de azur " !!


Les nuances du bleu dans l'Art :

CouleurNom
Pastel
Guède
Turquin   
Bleuet 
Barbeau
Ardoise
Majorelle
Bleu
Saphir
Outremer
Nuit
Klein
Marine
Lavande
Indigo
Charon
Pétrole
Berlin
Cobalt
Prusse
Lapis-lazuli
Acier
Paon
Sarcelle
Canard
Mers du sud
Céleste
Cyan
Turquoise
Aigue-marine
Azurin
Dragée
Givré
Cérulé
Azur
Ciel
Céruléen
Electrique
Roi
Azur

Ecartelé d'outremer
et de cyan
(ou... d'azur plain ?) 
  Tous les blasons que vous rencontrez avec du bleu, celui-ci
se réfère au moins à une des nuances ci-dessus.
  Mais en héraldique la notion de nuance n'existe pas.
Bleu ciel, marine, outremer, pétrole , c'est  AZUR  ...  point final.
  En fait l'héraldique, tout en étant une discipline en grande partie artistique, ne tiens pas compte du caractère esthétique de la couleur dans la description , toute en la pratiquant dans l'éxecution du dessin des armoiries : ce qui assez contradictoire.
  Mais cela peut se comprendre dans la mesure où, si les nuances  devaient être prises en compte , on arriverait tôt ou tard à cette chose étrange et paradoxale ( à droite) :

Voici trois nuances d'azur qui correspondent aussi à une sorte de standard dans chaque pays
1 - Kõlleste (Estonie)               2- Chavanatte (France)           3- Tismice (Rép. Tchèque)
  
  En vexillologie (étude des drapeaux), dérivée de l'héraldique ,  le raisonnement sur les couleurs est sensiblement le même . Toutefois il est bien évident, que sans la nuance, certaines confusions seraient inévitables , voici deux  exemples édifiants :  

 Pays-Bas                        Luxembourg

Nicaragua                           Argentine
Au niveau du symbole, le bleu est associé à la spiritualité. C'est une couleur froide , à l'opposé du rouge. Elle incite à la réflexion , à la sagesse , à la quête de vérité. C'est la couleur du ciel , ainsi dans l'Egypte ancienne, elle était associée au dieu du Ciel : Amon.
 Au Moyen-Âge, l'émail bleu était appelé azur , mais aussi saphir ou jupiter pour les princes.
Il caractérisait de ce fait la beauté, la loyauté, la noblesse et en règle générale : la grandeur.
Pour cette raison , c'est la couleur choisie par les  Rois et les Princes de sang royal dans la France médiévale.
le Roy de France
Armorial équestre de la Toison d'Or (XVè siècle) - folio N° 107
 Mais une des raisons plus logique pour laquelle  ce sont les grands personnages qui ont porté cette couleur est que les pigments naturels étaient  très chers : notamment les lapis-lazulli qui venaient du Moyen-Orient. Auparavant,  les souverains depuis l'antiquité avaient une prédilection pour le pourpre , pigment encore plus onéreux , mais dont l'origine animale (un coquillage : le murex) , se raréfiait .
 Cette assimilation à l'aristocratie ( on dit bien "avoir du sang bleu" à propos des personnes originaires de la noblesse de chevalerie ), perdure de nos jours où les partis politiques de la Droite sont figurés dans les diagrammes avec la couleur bleue.
Armorial Général de France (1669) - Généralité de Lorraine - registre n° 18 - page 184

Seigneurs de la Barge (Lorraine)
d'azur plain (cas rare d'écu uni)

La couleur bleue est aussi de nos jours , signe de paix , d'humanitaire et de réconciliation, à l'opposé du rouge , couleur du sang et du feu . Elle a été naturellement choisie pour les grands projets politiques et par les organisations internationales .

Union Européenne

OTAN



Pour clore le chapitre bleu , voici un petit armorial de fabrication personnelle montrant des variations de figures sur champ d'azur. Tous les blasons représentés appartiennent à des communes de France.


La prochaine fois , nous passerons au rouge ,  euh , non : cela coûte 4 points de permis, pardon !!! je veux dire : nous étudierons l"émail " gueules" ...



            Herald Dick

Aucun commentaire:

Publier un commentaire