jeudi 20 novembre 2014

Le Beaujolais nouveau est arrivé ! et pour l'ancien, remontons à sa source...

le pays de Beaujolais
  Comme le disent les lyonnais, en forme de boutade :  à Lyon, il y a trois fleuves qui convergent : le Rhône, la Saône ... et le Beaujolais ! D'où le titre de cette page.
 • Le beaujolais nouveau est prétexte à la fête. Cette année encore, des milliers de personnes vont célébrer aujourd'hui le 20 novembre 2014, l’arrivée de ce célèbre vin en France, mais aussi dans de nombreux pays à travers le monde ! Une coutume imposée davantage par le marketing, le commerce et la grande distribution, que par des traditions populaires profondes et ancestrales. Et par ailleurs, les grands spécialistes : œnologues, maîtres sommeliers et théoriciens en matière de vins ont tendance à snober cette manifestation trop populaire, et même mettre en doute la qualité des produits. Ils ont eu raison à certaines époques où on a vendu n'importe quoi aux gens dans un bel emballage, uniquement dans le but de faire du profit facile et rapide.                                                   
emblème de la célèbre confrérie des Compagnons du Beaujolais → Site

 Comment le phénomène est-il apparu ? flash-back :
 Le 8 septembre 1951, un arrêté paru au Journal Officiel stipule que les vins d'appellation d'origine ne peuvent être vendus qu'à partir du 15 décembre. Cependant, suite aux réclamations des syndicats viticoles, une note du 13 novembre 1951 précise « dans quelles conditions certains vins peuvent être commercialisés dès maintenant sans attendre le déblocage du 15 décembre». C'est cette note qui de fait a créé l'appellation « beaujolais nouveau». En 1967, la date de commercialisation de ces vins répondant aux critères précis de 1951 est fixée au 15 novembre. En 1985, la date est encore modifiée et les amateurs de beaujolais nouveau peuvent désormais le découvrir à compter du 3è jeudi du mois de novembre. Cette date est étudiée pour correspondre au calendrier français ; le choix pour le 3è jeudi du mois permet en effet que l’arrivée du beaujolais nouveau ne survienne jamais un week-end et que cet événement soit relativement espacé de la fête du 11 novembre.
  Bref, il faut bien comprendre que s'agissant de vins primeurs, juste sortis de la fin du processus de vinification, ils sont destinés à être consommés immédiatement, pour la fête. Les vrais amateurs de bon vin iront chez les nombreux producteurs, garants de la qualité et du professionnalisme issus d'une grande tradition viticole, qu'ils soient situés dans les grands crus ou pas.
carte postale (vers 1946), éditeur Barré et Dayez, illustrateur E. Naudy - n° 1187F
  Grâce à la décision réglementaire de 1951 autorisant les mises en marchés anticipées d'une part, et fort des caractéristiques du Gamay noir à jus blanc favorisant de goûteux vins primeurs d'autre part, le beaujolais nouveau a rapidement pris une dimension internationale. Le beaujolais nouveau peut être rouge ou rosé. Il représente aujourd'hui plus de la moitié de la consommation de beaujolais à l’étranger, toutes appellations confondues.
  Aux premiers rangs des pays importateurs, se trouvent le Japon, les États-Unis et l’Allemagne. Fruit de la volonté des viticulteurs et de négociants avisés pour développer le vignoble, mais aussi par l’engagement d'ambassadeurs professionnels et d'amateurs attachés à la convivialité d'un vin populaire, le beaujolais nouveau est aujourd'hui un événement planétaire. Dès lors, le monde entier se donne rendez-vous chaque année le troisième jeudi de novembre, à 00h00, pour l’unique grande fête populaire internationale dédiée au vin : et c'est donc aujourd'hui !
étiquette de vin de beaujolais (le nom du producteur a été volontairement rendu illisible)

carte du vignoble de Beaujolais

 • Le Beaujolais, pays de France, et grande région viticole, est situé dans l'est du Massif central, entre la vallée de la Loire, à l'ouest, et celle de la Saône, à l'est, entre les monts du Mâconnais, au nord, et les monts du Lyonnais, au sud, dans le département du Rhône, dans la région Rhône-Alpes, avec une petite enclave (11 communes) dans le département de la Saône-et-Loire, dans la région Bourgogne.


 • Le Beaujolais est une région de forêts, de montagnes, et de vignobles. Dans la « montagne », à l'ouest, dominent la polyculture et l'élevage. Au nord-ouest se trouvent les monts du Beaujolais, où le massif de Saint-Rigaud culmine à plus de 1 000 mètres.
carte postale (années 1940-1950), série blasons des régions,
 éditeur Barré et Dayez
 Au sud-ouest, les monts de Tarare ont vu se développer un artisanat textile dominé par Lyon, notamment à Thizy, Bourg-de-Thizy, Amplepuis et surtout Tarare.
 À l'est, autour de Villefranche-en-Beaujolais, la "côte" est un pays de vignoble, qui compte des vins rouges renommés : juliénas, chiroubles, régné, chénas, saint-amour, morgon, moulin-à-vent, fleurie, brouilly, côtes de brouilly. Le beaujolais nouveau, fer de lance de l'appellation, doit son succès à une efficace campagne de promotion : les médias sont sur le pont chaque année pour donner l'avis des amateurs : arômes de noisette, de banane, de mûre, et j'en passe ! 

Commune de Chiroubles
 (Rhône)
Commune de Regnié-Durettes
 (Rhône)
• Pour ce qui est des références aux grands crus de beaujolais : à ma connaissance, seule la commune de Chiroubles est pourvue d'un blason, avec, c'est heureux, une référence à la vigne et aux coteaux ensoleillés!

• Autant pour moi ! la commune de Regnié-Durettes est aussi blasonnée ...







Sires de Beaujeu dans l'Armorial de
 Bellenville (XVe siècle) - f°2r  (BNF Ms Fr 5230 )
 • Le pays de Beaujolais fut un fief qui appartint à la maison de Beaujeu du Xe au XIIIe siècle. La seigneurie de Beaujeu se situait au nord de la ville de Lyon et certains de ses seigneurs, originaires du Mâconnais, ont marqué de leur empreinte l'histoire de France. Le titre de seigneur de Beaujeu fut en usage du Xe siècle au XVIIIe siècle. Il fut cédé en 1400 à la maison de Bourbon. Il revint par la suite à la maison d'Orléans, avant d'être rattaché à la couronne de France.
 Ses armes sont "D'or au lion de sable armé et lampassé de gueules, brisé d'un lambel de cinq pendants du même" et sont répertoriées dans les plus anciens armoriaux.
 Nous savons que le lambel est un meuble, qui, placé en chef est utilisé comme brisure par les enfants cadets dans les grandes maisons. Or les seigneurs de Beaujeu font exception à double titre, car il s'agit d'armes pleines en titre et de plus, le lambel est très souvent placé vers le centre de l'écu plutôt qu'en chef.
reproduction des armoiries peintes sur la voûte de
la Salle héraldique de la Diana  (XIVe siècle)
 à Montbrison (Loire)
 Une théorie émise par certains historiens et héraldistes prétend que peut-être le blason initial de la maison de Beaujeu avec le lambel à cinq pendants correspond à une brisure ajoutée sur le blason du comté de Flandre. En 1196, Guichard IV de Beaujeu dit "le Grand" avait épousé Sibylle de Hainaut, fille de Baudoin V  "Le Courageux" de Hainaut, comte de Flandre.
blason de Flandre
   
Guichard aurait donc adopté les armoiries de sa femme comme cela se faisait parfois quand le statut et la notoriété de la famille du mari était très inférieure à celle de l'épouse, ce qui était le cas en l’occurrence.





fragments extraits du manuscrit de "La Description des provinces et des villes de France" ou Armorial de Pierre de La Planche,
 volume II,1669 - collection des manuscrits du Musée du Château de Chantilly ( Oise)
la ville de Beaujeu est évidemment le berceau de la famille éponyme, éteinte à la fin du XIIIe siècle et a donc repris ses armes pleines. 
 • Pour terminer ce petit sujet à multiples facettes, j'ai encore une fois réalisé une petite étude de type "Géo héraldique" que j'affectionne. Selon mon concept d'association de l'histoire, de la géographie, et de l'héraldique, par analogie avec la Géopolitique,
j'ai donc recensé un certain nombre de blasons de communes, qui ont adopté des armoiries en reprenant totalement, partiellement (brisures) ou par suggestion (couleurs, éléments) les blasons de Beaujeu ou du Beaujolais.  Cette liste n'est certainement pas exhaustive, et elle peut être complétée à tout moment par de futures créations, comme je l'espère sincèrement. Tant de communes sont "vierges" d'identité visuelle dans cette belle région !
  La plupart de ces bourgs sont situés dans le département du Rhône, aussi bien dans le Beaujolais viticole que dans le Beaujolais vert de la mi-montagne. Mais quelques-uns se trouvent aussi dans le département voisin de la Loire car l'ancien pays de Beaujolais s'étendait jadis jusqu'au fleuve de la Loire à l'ouest, avec de l'autre côté : Roanne et le Forez, comme on peut le voir sur cette carte à droite. Les couleurs délimitent ou identifient les départements actuels et les pointillés marquent les limites des anciens pays ou fiefs.

Commune de Beaujeu 
 (Rhône)
Commune d' Amplepuis 
 (Rhône)
Commune de Salles-
Arbuissonnas-en-Beaujolais
 (Rhône)
Commune de Lamure-sur-
Azergues  (Rhône)
Commune de Monsols
 (Rhône)
Commune de Corcelles-
en-Beaujolais (Rhône)
Commune de Chenelette
 (Rhône)
Commune de Belleroche
 (Loire)
Commune de Cuinzier
 (Loire)
Commune du Coteau  (Loire)
à senestre : armes de la province
 du Forez
Commune de Perreux
 (Loire)
Commune de Moire
 (Rhône)

Commune de Joux
 (Rhône)

On peut rajouter à la liste, pour être complet encore ces deux-là :

le Département du Rhône
 (d'après projet de Robert Louis dans les années 1950)
à dextre : armes de l'ancienne province du Lyonnais
le pays du Beaujolais 
 (blason non officiel, variante observée)
à dextre  : armes de Villefranche-en-Beaujolais

Allez, tchin, à votre santé ! et dégustez avec modération ....



Crédits :
la plupart des blasons "modernes" sont empruntés  à :   armorialdefrance.fr/ 
d'autres à 
-  labanquedublason2.com/
- www.ngw.nl/
- www.bibliotheque-conde.fr/
- www.delcampe.net


              Herald Dick 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire