mardi 25 février 2020

Top 10 des plus grandes villes de Biélorussie avec leurs blasons

Voici un nouveau volet à cette série consacrée à la découverte de l’héraldique civique, à travers divers pays du Monde. Le principe du "Top xx" très répandu dans les médias et sur Internet, pour recenser ce qui est le plus remarquable dans un domaine particulier est ici adapté à cette thématique. Il nous permettra de découvrir ou réviser la géographie d'un pays choisi de manière aléatoire et dans le même temps de s'intéresser à sa diversité en matière de blasons et emblèmes municipaux.

  Nous restons en Europe, pour la visite du pays le plus fermé du continent actuellement, mais qui s'ouvre un tout petit peu vers l'ouest, dans l'espoir de résister aux velléités de fusion non dissimulées par son géant de voisin et ami russe : c'est la Biélorussie ou Belarus.




  Administrativement, la Biélorussie est divisée en 6 voblasts (régions équivalentes aux oblasts en Russie), elles-mêmes (voblast est un mot féminin)  divisées en 118 raions, 102 villes et 108 localités urbaines. La capitale, Minsk est par ailleurs une entité à statut spécial.
 
Dans ce sujet, les noms des villes sont retranscrits de l’alphabet cyrillique vers l'alphabet latin (translittération). Ils sont affichés sous trois formes: en 1 (tout en majuscules), le nom francisé issu de la romanisation officielle de la langue biélorusse, en 2, si il est différent, le nom romanisé officiel défini dans le système recommandé par les Nations-Unies pour tous les pays utilisant l'alphabet latin, et enfin, en dernier: le nom d'origine dans la langue et l'alphabet biélorusses (qui sont différents du russe). 

 Voici donc les 10 plus grandes villes, en terme de population (chiffres : 2018 ou 2019):



1 - MINSK  / Мінск

capitale de la Biélorussie, ville à statut spécial et chef-lieu de la voblast de Minsk (Minskaïa voblast) - 1 992 685 habitants.

ancienneté des armoiries (sceau) : 1591
abrogées en 1918 (Révolution russe)
restauration des armoiries actuelles : 1995


2 - HOMIEL  / Homieĺ  / Гомель

- ancien nom : Gomel (Empire russe et Union soviétique jusqu'en 1991)
capitale de la voblast de Homiel  (Homielskaïa voblast) -  535 690 habitants.


ancienneté des armoiries avec cette figure : 1781
 (provenant de l'ancienne ville de Bielitsa rattachée à Gomel en 1854)
 restauration des armoiries actuelles : 1997


cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

vendredi 14 février 2020

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Champagne - Bailliage de Sens

S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

 Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Champagne. Après les premiers chapitres consacrés au Bailliages de Troyes, de Reims et de Châlons, nous nous déplaçons plus au sud, avec le bailliage de Sens, considéré comme le plus ancien de France. Sens fut réuni à la couronne en 1015, le roi Philippe Auguste y fixa en 1184 le siège d'un bailliage royal. Sens était par ailleurs le siège d'un puissant archevêché depuis le haut Moyen-Âge, dont Paris dépendait  jusqu'en 1622. Il a aussi été le plus vaste des bailliages, comprenant au plus fort de son existence, toute la haute vallée de la Seine, de Melun jusqu'à Langres. Puis, au gré des réformes, son territoire a beaucoup diminué au cours des siècles et en cette fin du XVIIe siècle, il est réduit à quatre subdivisions isolées autour des villes de Sens et de Courtenay (en pays Gâtinais), de Tonnerre, de Mussy-sur-Seine (anciennement nommée Mussy-l'Évêque) et de Vézelay. Ces anciennes circonscriptions forment aujourd'hui, une bonne partie du département de l'Yonne (créé en 1790), en y joignant les anciens pays/bailliages d'Auxerre et de l'Auxois, qui dépendaient eux, du Gouvernement de Bourgogne, la Puisaye, qui dépendait du Gouvernement d'Orléans, et aussi, nous l'avons vu récemment: le sud du bailliage de Troyes, en Champagne, avec les villes de Joigny et de Saint-Florentin, précédemment parcouru. Voici donc le quatrième chapitre, à la structure quelque peu dispersée.

      Revenir à l'épisode précédent →

Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir









  Les fragments de manuscrits proviennent cette fois du Volume I. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

(*)  Armorial Général de France  -  volume XXV  -  Généralité de Paris - volume III  (BNP Paris)


Sens (Yonne)

  Les armoiries de Sens, toujours utilisées dans la communication de la municipalité et c'est exceptionnel pour une ville de cette importance, sont très anciennes et inchangées depuis sans doute le Moyen-Âge, quand la ville a été rattachée au domaine royal, comme le montre ce champ d'azur aux six fleurs de lis d'or.
 Bizarrement, dans l'Armorial Général de France (registre de Paris, tome III), Charles d'Hozier a oublié ce blason séculaire, ainsi que la ville elle-même. Mais parmi d'autres entités du moment, le corps du bailliage et celui de l'élection ont été blasonnés, avec les armes royales, logiques pour une administration du royaume (dans la France de l'Ancien Régime, l'élection était une juridiction de l'impôt; plusieurs élections formaient une généralité). 

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mercredi 5 février 2020

Les blasons des provinces de Belgique et du Luxembourg - la série 1311 des cartes postales des éditions Barré et Dayez

  V  oici maintenant un peu plus d'un an, que j'ai interrompu, mais provisoirement, cette série sur ces belles cartes postales d' "après-guerre" qui sont bien connues à la fois des passionnés d'héraldique et des cartophiles. C'était la dernière fois un petit voyage dans le temps avec les territoires français d'Afrique du Nord.  Je vous invite également à relire le préambule d'un précédent sujet → ICI qui vous donnera quelques informations sur la maison d'édition Barré et Dayez et sur l'historique de ces productions qui ont une certaine réputation chez les collectionneurs, dont je fais partie.

 📖 Je vous propose maintenant de découvrir une nouvelle et courte série répertoriée par le numéro  1311, au nombre limité de dix cartes, identifiées au verso par les lettres de A à I et Z pour la dernière.
    Succédant aux provinces historiques de la France métropolitaine avec les longues séries 1294 et 1295, puis donc les "territoires d'outre-mer" avec la série 1296, nous allons découvrir les provinces de nos voisins de la Belgique et du Luxembourg. Au passage, ce seront les seuls pays étrangers, outre les petites principautés d'Andorre et de Monaco, qui seront parcourus par cette entreprise.


❾🏴 De 1830, année de la déclaration d'indépendance (des Pays-Bas), jusqu'à 1995, le nombre de provinces de Belgique était de neuf. Les frontières de ces neuf provinces datent de la période néerlandaise entre 1815 et 1830.
   La Constitution belge fut amendée en 1993 pour adopter un système fédéral afin d'éviter la rupture entre néerlandophones et francophones. La Belgique comprend désormais trois régions : la Région flamande, la Région wallonne, et la région de Bruxelles-Capitale et trois communautés : la Communauté française, la Communauté flamande et la Communauté germanophone. Les provinces dépendent des Régions et non plus du pouvoir fédéral, ce qui a nécessité la scission de la province de Brabant, en dehors de Bruxelles, en deux nouvelles provinces : Brabant flamand et Brabant wallon. Depuis cette réforme, la capitale Bruxelles n'est plus soumise à la division en provinces.
 Nos cartes armoriées datent des années 1950, par conséquent nous sommes dans la configuration de l'époque, quand le royaume de Belgique était encore divisé en 9 provinces historiques.



1311 A - Province de Liège avec couronne de principauté de l'Empire

1311 A (Liège), verso indiquant une date d'édition en 1950

1311 B - Province de Luxembourg avec couronne de principauté de l'Empire
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :