samedi 28 janvier 2017

Nouvel an chinois - 2017 农历新年的公鸡
Année du Coq

新年快樂 !  - Happy new year ! - Bonne année !

• Le 28 janvier à 00h00 en France, mais depuis déjà quelques heures plus tôt en Extrême-Orient, à cause du décalage horaire, nous passons de l'année lunaire du singe à l'année du coq. Et plus précisément : le coq de feu, car en astrologie chinoise, outre les douze signes qui se suivent dans un ordre constant , est associé un élément, cinq au total: terre, eau, feu, bois, métal, ce qui génère un cycle sexagésimal (60 ans) pour chaque combinaison. Ce système complexe est à la base de toute une philosophie basée sur le calendrier céleste, et en fait une affaire de spécialistes depuis des millénaires dans l'Est asiatique.

monnaie commémorative en or émise par la Chine - 2017
emblème national de la Chine à gauche 
monnaie commémorative en argent avec coq en couleurs émise par la Chine - 2017
municipalité de 
Kivijärvi (Finlande)
 commune de 
Mosjøen (Norvège)
Réchotte, commune d'Autrechêne
(France - Territoire de Belfort)
"Le coq et la belette " estampe de  Shoson Ohara (1877-1945)
publiée en 1930 - Japon
armoiries au lion avec  coq en cimier -
 gravure signée Albrecht Dürer (1500)
armoiries avec coq (Hahn en allemand) 
gravure signée Hans Sebald Beham (1543)
drapeau de la région de la Wallonie (Belgique)
"Coq et poule", estampe de Tsukioka Kogyo (1869-1927)


le coq, timbre extrait d'une série sur l'astrologie chinoise
émise par la France en 2017 - dessin d'après aquarelle
série de timbres commémoratifs japonais émis pour célébrer l'année du coq en 2017




  🐓 Le coq en héraldique

  Le symbolisme du coq est lié à son comportement naturel et à son caractère, mais aussi au fait qu'il est souvent le seul mâle de la basse-cour.  Il courtise et défend les poules surtout par orgueil, non par générosité; il ne s’inquiète pas des petits et les laisse conduire par leur mère. Ce n’est pas un conjoint, mais un sultan. Il est plutôt jaloux et parfois violent envers son harem.

un des cimiers de l'armorial de
 Conrad Grünenberg (1483)

  Il annonce le lever du jour et de la fin de la nuit par son chant. Il est batailleur, orgueilleux, conquérant et agressif, vaillant mais turbulent. Son port est altier, avec ses belles crêtes rouges vif , sa queue en panache et son plumage souvent très coloré, pourtant il patauge souvent dans la boue et le fumier de la basse-cour, ce qui rend son attitude fière paradoxale: de fait il représente bien aux yeux des étrangers l'image du français moyen !
.
 

I - Le coq (et la poule) comme figure du blason dans les armoriaux européens.

 • En héraldique, parmi les traits de caractère du coq, les plus nobles retenus par anthropomorphisme : courage, vigilance, combativité, prestance, ont été naturellement choisis par les hommes en recherche d'un symbole fort pour les représenter. Mais parmi les plus anciennes armoiries connues avec cette figure du coq, la plupart d'origine germanique, ce sont très souvent des armes parlantes. Le coq / les coqs se traduit par "der Hahn / die Hähne" et la poule /les poules par "der Henne / die Hennen", en allemand.
Voici d'ailleurs certainement quelques-unes des plus anciennes représentations de figures de coqs (... et de poules, parité oblige !) présentes dans les manuscrits médiévaux et armoriaux plus récents :

une poule perchée sur une montagne (Henne+Berg)
armes de Hennenberg (Henneberg), provenant du
Rôle d'armes de Zürich (Zürcher Wappenrolle),
vers 1340/1345- Landesmuseum Zürich
un coq à deux têtes; cimier : cou de coq à deux têtes
armes de Huernhusen (Hünerhusen), provenant du
Rôle d'armes de Zürich (Zürcher Wappenrolle),
vers 1340/1345 - Landesmuseum Zürich
à nouveau la poule des armes de Henneberg - Armorial
de Bellenville - manuscrit Fr. 5230 - folio 20r. (années 1364/1386) - BNF Paris
toujours la poule sur trois coupeaux de sinople des armes des Comtes de Henneberg
 Wappenbuch Schleiber - folio 23 - Cod.icon. 312 c (1450 - 1480) - BSB - Münich
(je vous propose en épilogue de cette page, tout en bas, une série impressionnante
 de blasons actuels de villes, communes et districts allemands tous localisés
dans le land de Thuringe et dérivés de cette magnifique "poule de montagne")
armes de Bretagne avec un rare cimier en forme
 de cou de coq, entre un vol  - Armorial de Bellenville -
manuscrit Fr. 5230 - folio 23v. - BNF Paris


superbe coq de gueules, armes attribuées à
 "die Spelmagen" (duché de Gueldre)
Armorial de Bellenville - manuscrit Fr. 5230
- folio 48v. - BNF Paris

cou et tête de coq en cimier, rajouté aux armes initiales de Rapold von Rosenhart 
- copie du St. Christoph am Arlberg Bruderschafts Buch - Autriche ( début XVe s.) -
dessin publié dans "The Art of heraldry", planche LXXIX (1904) - par Arthur Charles Fox-Davies
armes de von Ohlau - Conrad Grünenberg Wappenbuch
- folio 357r. - BSB Munich
armes de "von Schopffla" (seigneur mal identifié) 
Conrad Grünenberg Wappenbuch -   folio 355v. - BSB Munich
coq en cimier - armes de von Guttingen - Conrad Grünenberg
 Wappenbuch - folio 178r.- BSB Munich
coq en cimier - armes de Rechenberg von Waldeck
 Conrad Grünenberg Wappenbuch - folio 256r.- BSB Munich
armoiries (inachevées) attribuées à l'abbaye
 de Weingarten (Souabe / Wurtemberg)
 Sammelband mehrerer wappenbücher
BSB Cod. Icon 391 (vers 1530) - BSB Munich
une curiosité : blason et cimier : braque (chien) tenant
un coq par le cou dans sa gueule :
 armes de von Süssenheim (Styrie) 
Conrad Grünenberg Wappenbuch -  folio 346 - BSB Munich
deux séries d'armoiries germaniques  comprenant un blason "d'or au coq de sable, crêté barbé de gueules", le second "essorant"
et portant un cimier du blason -  Sammelband mehrerer wappenbücher - BSB Cod. Icon 391 (vers 1530) - BSB Munich
deux dessins d'armoiries de la maison von Hahn - extraits du Baltisches Wappenbuch, armorial de la noblesse germanique
 dans les pays baltes, en Prusse orientale (1882) - planche n°43 - auteurs : Carl Arvid von Klingspor et Prof. Ad. M. Hildebrandt
(édité à Stockholm) - Bibliothèque de l'Université de Tartu (Estonie) : édition numérisée →ICI
armes de von Hahn - Baltischer Wappen-Kalender (1902)
verso d'une page de calendrier illustré par des
armoiries de la Prusse orientale -
 (voir édition numérisée → ICI)




armes de la maison von Henning  - Baltisches Wappenbuch
 (1882) - planche n°45



armoiries de la maison von Hahnebohm et von Hanenfeldt - extraits du Baltisches Wappenbuch (1882) - planche n°43 -
par Carl Arvid von Klingspor et Prof.Ad M. Hildebrandt

 • Le mot "coq" en français, selon certains linguistes se serait formé peu à peu, au cours du haut Moyen-âge à partir de l'onomatopée découlant du cri de l'animal : "cocorico" (donnant aussi "coccus" en bas-latin). Ce mot s'est constitué parallèlement et au détriment du mot latin "gallus" qui désignait l'animal. La forme "gallus" a néanmoins donné en vieux français "gal", "jal" ou encore dans certaines langues régionales : "jau" (en saintongeais par exemple, la langue de mon enfance).  Nous verrons plus tard, dans un futur volet, que la racine "gallus" s'est davantage perpétuée dans les autres langues européennes. Mais, c'est une exception, au niveau de l'héraldique, nous avons quelques cas d'assimilation, au travers des armes parlantes dans les pays germaniques.

armoiries de la famille souabe de von Gall - Wappenbuch der adeligen Gesellschaft zu Ravensburg. - Cod.I.7.8.2 -
folio 6r (années 1738/1780)
Université d'Augsbourg (Allemagne) – Oettingen-Wallersteinsche Bibliothek -  édition numérisée →ICI


• Enfin, comme c'est aujourd'hui jour de fête, nous allons prendre quelques "cock tails" !  🍸 Cocktail, mot d'origine anglaise, signifie en effet littéralement en français: "queue de coq" avec une étymologie incertaine. Et des queues de coq, plus exactement les plumes de la queue du coq, on en trouve dans de nombreux cimiers d'armoiries, comme également des plumes de paon, ou d'autruche, dans l'ordre croissant de prestige.

armoiries imaginaires du chevalier de la Table Ronde : Tristan
avec plumes de queue de coq en cimier -  manuscrit Français Ms-4976
 (années 1490-1500) -  Bibliothèque de l'Arsenal Paris

armoiries avec plumes de coq de sable issant d'un mont
 d'argent en cimier - armes de von Arensberg (Westphalie) :
"de sable à l'aigle d'argent lampassée de gueules" 
Conrad Grünenberg Wappenbuch -  folio 29 - BSB Munich
deux armoiries avec à gauche, en cimier :  un buste
d'homme barbu portant un chapeau d'argent à trois pointes
 terminées par des plumes de coqs de sable - armes de von 
Seinsheim : "bandé d'or et de gueules" et à droite en
 cimier un chapeau d'argent sommé de plumes de coqs
 de sable - armes de von Seckendorf : "d'argent au
 rameau d'orme entrelacé de gueules"  (Franconie)
Conrad Grünenberg Wappenbuch -  folio 266 - BSB Munich
vraies plumes de coq naturelles utilisées en mercerie (site www. alittlemercerie.com)
ou en chapellerie, etc... ce sont les plumes de la queue du coq.
D'autre plumes du coq sont utilisées pour la pêche ( confection des mouches).

 Il nous faut arrêter là,  mais provisoirement, cette petite évocation du roi de la basse-cour dans les manuscrits et armoriaux de nos bibliothèques nationales.

🐔 Donc à bientôt pour d'autres emplois du coq dans les armoiries, et les emblèmes en général, anciens ou actuels, et ils sont nombreux, particulièrement en France qui a pris le coq comme symbole national, depuis la Révolution de 1789.

Nous avons toute l'année pour en parler....


Alors,  bonne année... et ... bonne santé !!!




              Herald Cock
le doodle spécial "lunar new year 2017" de Google





BONUS  HENNEBERG

🏰 Comme je l'avais annoncé plus haut, voici donc le rassemblement, très spectaculaire de blasons de Landkreis (arrondissements), Stadtkreis (villes-arrondissements),  villes, communes et autres localités de Thuringe, en Allemagne, liés géographiquement à l'histoire du Comté de Henneberg, et dont les armes  "D'or à une poule de sable crêtée, barbée et membrée de gueules, allumée du champ, posée sur un mont de sinople à trois coupeaux"  sont relevées et déclinées par dizaines, dans la composition des blasons municipaux et régionaux. La liste n'est certainement pas exhaustive...

commune de Henneberg
 (Landkreis Schmalkalden-Meiningen)



🐔 D'abord, à tout seigneur tout honneur, nous commençons par la commune thuringeoise dont le nom est éponyme de la grande maison aristocratique saxonne, et où se situe les vestiges du Burg Henneberg, le château médiéval, berceau de la famille des Comtes de Henneberg:




Et tout autour ce ce lieu, arrondissement par arrondissement (landkreis) :

Landkreis Hildburghausen

ville de Schleusingen
commune de Marisfeld
ville de Themar

village de Waldau

_____________________________________________

Ilm-Kreis (landkreis)
ville d' Illmenau
commune de Schmiedefeld am Rennsteig
commune de Neusiß
village  de Heyda

_____________________________________________

Landkreis Schmalkalden-Meiningen
commune de Künhdorf
commune d'Oberweid
ville de Meiningen

commune d'Obermaßfeld-Grimmenthal
commune de Rohr
ville de Schmalkalden

commune de Schwarza
commune de Sülzfeld
commune d'Untermassfeld

ville de Wasungen
village  de Bettenhausen
village  de Behrungen

village  de Jüchsen
village de Wolfmannshausen
village de Rentwertshausen

_____________________________________________

ville de Suhl (Stadtkreis)
_____________________________________________

Wartburgkreis (landkreis)
ville de Kaltennordheim













_____________________________________________

commune de Gräfenhain
(Landkreis Gotha)
village de Nauendorf
 ( Landkreis Gotha)
_____________________________________________

village de Mengersgereuth-Hämmern
(Landkreis Sonneberg)


origine des images : de.wikipedia.org/wiki/Liste_der_Wappen_in_Thüringen

• Localisation :

carte des Länder d'Allemagne : en rouge notre
Land de Thuringe



carte des actuels landkreis du Land de Thuringe






5 commentaires:

  1. Les spammeurs avides de business et de pub gratuite ne sont pas bienvenus sur ce blog à but non lucratif !
    bonne année quand même :)

    RépondreSupprimer
  2. Cher confrère, merci pour ce magnifique billet sur Maître Coq qui vous salue bien.

    https://nouvelleheraldie.blogspot.fr/2016/10/le-chemin-de-maitre-coq.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme un coq en pâte ! merci cher(es) confrère(s) ...;)

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Et n'oublions pas la magnifique recette " du coq à l'âne sautés" ! :-/°

      Supprimer