samedi 27 août 2016

Histoire parallèle : 27 août 1916-2016 -
la Roumanie déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie

  Des combats  meurtriers font rage sur tous les fronts en Europe : sur la Somme ou à Verdun, en France, sur l'Isonzo, entre Italiens et Austro-hongrois, sur les fronts de l'est entre Allemands, Austro-hongrois et Russes, dans le Moyen-Orient avec les Turcs contre les troupes de l'Empire britannique venant de tous les continents et même encore en Afrique de l'Est, et sur toutes les mers du globe, naturellement.
  Un autre foyer très actif depuis le début de la Guerre se trouve dans les Balkans. Cette région est même à l'origine du conflit , rappelez-vous : Sarajevo, 28 juin 1914. Comme on peut le voir sur la carte géopolitique ci-dessous, dans cette région : deux pays sont encerclés par les belligérants : la Grèce et la Roumanie. Et malgré leur souhait de rester neutres dans le conflit, la Grèce, par exemple laisse passer de nombreuses troupes alliées via le port de Salonique, pour rejoindre le front bulgaro-serbe et donc on ne peut plus parler de neutralité, mais plutôt d'alliance passive.

drapeau d'état du royaume de Roumanie en 1916
drapeau de guerre de l'Empire austro-hongrois en 1916

   En Roumanie, qui est une monarchie parlementaire, le roi Carol Ier (1839-1914) monte sur le trône le 26 mars 1881. Ce roi issu de la dynastie allemande des Hohenzollern-Sigmaringen se met sous la protection de l'Allemagne par un accord secret qui n'est révélé qu'en août 1914 au moment de l'entrée en Guerre. Cependant,  le conseil de la couronne refuse de s’engager aux côtés des puissances centrales et opte pour la neutralité.

portrait du roi Charles / Carol  Ier de Roumanie (1839-1914) de la Maison de Hohenzollern-Sigmaringen  - son palais à Bucarest et  ses armoiries -   chromo publicitaire d'époque
• 10 octobre 1914 :  Carol Ier, décède, et c'est son neveu : Ferdinand Ier qui monte sur le trône. Bien que faisant partie de la même dynastie germanique que son oncle, il est davantage imprégné de culture roumaine et tend à rejoindre les causes de l’Entente. La Roumanie reste pourtant neutre pendant deux ans. Les négociations avec l’Entente sont longues et secrètes, elles ne permettent pas à l’Armée roumaine de se doter des équipements et des armements nécessaires non seulement à sa défense mais surtout à sa victoire.


 17 août 1916 :  Le chef du gouvernement Ion I. C. Brătianu signe deux conventions, politique et militaire qui placent la Roumanie dans le camp de l’Entente. En cas de victoire elle espère récupérer la Transylvanie, occupée par la Hongrie pour reformer "la Grande Roumanie". Le succès apparent de l’offensive russe lancée en Galicie par le général Broussilov et l'apport régulier de troupes par Salonique, au sud, ont semble-t-il convaincu la Roumanie de choisir le camp de l’Entente et de franchir le pas. Mais cette opération des russes se révèlera rapidement sans lendemain.

Traité de Bucarest du 4/17 août 1916 entre la Roumanie, la France, la Grande-Bretagne, l'Italie et la Russie.
Ce traité porte la signature de Ion I. C. Brătianu alors Président du Conseil des Ministres de Roumanie. (cliquer sur l'image pour agrandir)

• 25 août 1916 :  Des troupes russes franchissent amicalement la Dobroudja pour assister la Roumanie.

• 27 août 1916 :  La Roumanie rejoint officiellement l'Entente et mobilise son armée pour entrer dans le conflit avec les Puissances centrales.

27 août 1916 : La Roumanie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie.

armoiries et drapeaux de la Roumanie en 1916
   carte cadeau publicitaire d'époque

portrait d'un officier de Cavalerie roumain 
carte postale illustrée par Émile Dupuis, série "Nos alliés"

carte géopolitique au 27 août 1916  avec la Roumanie comme nouveau belligérant


portrait d'un officier d'Infanterie autrichien 
carte postale illustrée par Émile Dupuis, série "Leurs caboches"






Aucun commentaire:

Publier un commentaire