jeudi 24 décembre 2015

Spécial Noël : petit armorial de lieux et de villes en rapport avec la Nativité


 Cette année encore, la fête de Noël mérite un sujet original. Mais on manque parfois d'inspiration pour l'illustrer par le thème de l'héraldique, pour ne pas refaire encore une fois les armoiries imaginaires du Père Noël, ou son ancêtre Saint Nicolas alias Santa Claus pour les peuples anglo-saxons. Exit encore les sapins, déjà traités, et même le renne, conducteur professionnel de traîneau volant, que j'ai proposé l'an passé, en trois volets.
  Le 25 décembre est une tradition et une fête familiale, qui, pour une majorité des gens, n'a pas ou plus grand-chose à voir avec une pratique religieuse. Si ce jour de festivités est devenu universel dans notre époque de mondialisation, surtout celle des affaires et du commerce, on ne peut pas s'affranchir complètement du fait que Noël est avant tout, à l'origine, une fête religieuse chrétienne. Pour beaucoup de familles, elle a toujours une grande importance spirituelle.
  Le 25 décembre est la date admise par l'Église pour fêter la naissance de Jésus-Christ. Avec Pâques, c'est la fête la plus importante du calendrier chrétien. Les Évangiles ne faisant mention d'aucune date, et il n'existe pas de certitude quant au jour exact de la naissance du Christ ; celui-ci ne fut fixé officiellement que vers 336, les autorités religieuses choisissant d'incorporer, plutôt que de les ignorer, les anciens rites païens (en particulier les saturnales qui célébraient le solstice d'hiver, ou la fête romaine du Sol Invictus). C'est pourquoi la fête de Noël n'est pas véritablement le jour anniversaire de la naissance du Christ, qui est et demeurera parfaitement inconnue, mais la célébration de "la venue sur terre du Sauveur".
enluminure : Pèlerins à Bethléem devant la crèche après la Nativité - Liber peregrinationis. Le Livre des Merveilles (v. 1410-1412),
manuscrit Français 2810 - f° 272 -  auteur : Ricard de Montcroix, traducteur Jean le Long -  départements des manuscrits -
 Bibliothèque Nationale de France  - Paris

  Je rassure les non-croyants et les non-pratiquants, ne cherchez pas de volonté de prosélytisme chez moi dans ce sujet. Personnellement, je suis athée, mais les religions m'intéressent à divers titres, notamment celui de l'Histoire, et celui de l'iconographie et des symboles, largement présents dans l'héraldique.

  Voici donc quelques lieux illustres du christianisme et d'autres en provenance du monde entier, qui nous rappellent le thème de la Nativité, soit par leur nom, soit par leur représentation symbolique, évidente ou cachée, et cela qu'elle repose sur l'héraldique ou pas.  


les lieux saints originels

La date de naissance de Jésus de Nazareth est fêtée par les chrétiens le jour de Noël, qui tombe le 25 décembre. Pour l'Église russe et les anciennes Églises d'Orient qui utilisent toujours le calendrier julien, le 25 décembre julien correspond au 7 janvier du calendrier usuel (calendrier grégorien). Elle marque en principe le début de l'ère chrétienne. Ni le jour ni l'année ne sont en fait connus avec précision, et la date du 25 décembre précédant l'an 1 a été fixée au début du VIe siècle par le moine Denys le Petit. Les principales sources sont les récits de l'enfance de Jésus, que l'on trouve au début des évangiles de Matthieu et Luc, dont l'historicité globale est douteuse et qui donnent des indications chronologiques imprécises et contradictoires. Compte tenu de ces difficultés et incertitudes, les historiens estiment généralement que la naissance de Jésus a vraisemblablement eu lieu dans les dernières années du règne d'Hérode Ier le Grand, mort en 4 av. J.-C.
emblème de la ville actuelle de Bethléem / Bethlehem
en Cisjordanie - État de Palestine (ancienne Judée)
l'étoile est bien sûr celle symbolisant la Nativité de Jésus
emblème de la ville actuelle de Nazareth
dans le District nord d'Israël (ancienne Galilée)
le motif représente le Puits de Marie, la mère de Jésus,
 où elle puisait sûrement l'eau pour sa famille. 
emblème de la ville actuelle de Tibériade / Tiberias
dans le District nord d'Israël (ancienne Galilée)
les vagues symbolisent le célèbre Lac de Tibériade,
lieu cité de nombreuses fois dans les livres saints  

carte de la Palestine au temps de Jésus-Christ
armoiries de la ville de Jerusalem
Israël et Palestine (ancienne Judée)
(ce blason est l'emblème de la partie israélienne)
le lion est le symbole de la Tribu de Juda 
le mur est le "Mur des Lamentations
les branches d'oliviers figurent la paix
le nom de la ville en hébreu surmonte le tout



les lieux portant un nom lié à la Nativité

emblème de la ville de Belém (Brésil - Estado do Pará)
 le nom de la ville qu'elle a reçu à sa fondation en 1616 signifie "Bethléem"
en portugais.  Dans le quatrième quartier de l'écu : l'âne et le bœuf
 sont les références à la Nativité selon la légende de la Crèche.

emblèmes (seal et logo) de la ville de Bethlehem (Pennsylvanie - U.S.A)
 ce ne sont que quelques-unes des nombreuses localités des États-Unis qui portent le nom de Bethlehem :

 emblèmes (seals) de la ville de Bethlehem (Connecticut - U.S.A) et la commune de Bethlehem (New Jersey - U.S.A)
emblème (seal) de la ville de Bethlehem (état de New York - U.S.A)
la scène n'a rien de biblique et se rapporte à la découverte du site
 de la future ville de New-York par l'explorateur anglais Henry Hudson.

armoiries de la ville de Natal (Brésil - état du Rio Grande do Norte)
 le nom de la ville qu'elle a reçu à sa fondation en 1599 signifie "Noël, Nativité"
en portugais. L'étoile d'or, caudée d'argent est celle qui guida les Rois Mages .
armoiries de l'ancienne province de Natal à gauche (1907-1994), et l'actuelle province de KwaZulu-Natal (Afrique du Sud) à droite.
 le nom de cette partie de l'Afrique est d'origine portugaise, donné par le grand navigateur Vasco de Gama qui voguait au large des côtes sud-africaines durant la période de Noël 1497, en route vers les Indes. La seule référence héraldique pourrait être l'étoile à cinq branches d'argent des armoiries modernes, mais rien ne permet de l'attester avec certitude ( voir → ICI). En tout cas il n'y avait ni gnou, encore moins de lion dans l'étable de Bethléem !!

emblème de la ville de Navidad (Chili - région
 del Libertador General Bernardo O'Higgins)
 le nom de la ville signifie "Noël" en espagnol depuis
le XVIe siècle avec les implantations religieuses dans la région
Le toponyme est illustré par la silhouette des Rois Mages suivant
 l'étoile de Bethléem, révélant la naissance du Roi des Juifs.
armoiries de l'île de Christmas
  (territoire extérieur de l'Australie)

Cette île, très isolée dans l'océan Indien, fut découverte par
 les marins britanniques au XVIIe siècle, elle fut baptisée le
25 décembre 1643 par le capitaine anglais William Mynors,
le jour de Noël (en anglais : Christmas), évidement .
Les étoiles surmontant les vagues forment la constellation
australe de la Croix du Sud, l'opposé de notre Étoile Polaire.
.

les lieux en relation avec le thème des Rois Mages


armoiries de la ville de  Cologne / Köln
  (Allemagne - land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie)

La célèbre cathédrale de Cologne abrite la châsse des Rois Mages
sensée contenir les reliques des vénérables Melchior, Gaspard
 et Balthazar. Ils sont représentés par les trois couronnes d'or.

armoiries de la ville de Lima, capitale du Pérou
l'étoile et les trois couronnes pour les Rois Mages, rappellent que la fondation de la ville par Francesco Pizarro a commencé aux fêtes de l’Épiphanie de 1535.


armoiries de la localité de Garbeck 
(municipalité de Balve)
  (Allemagne - Rhénanie-du-Nord-Westphalie)

L'église paroissiale catholique de ce village est
 dédiée au culte des Rois Mages (les trois couronnes)
.
armoiries de la localité de Margrethausen
(municipalité de Albstadt)
  (Allemagne - land de Bade-Wurtemberg)

Les trois couronnes en chef rappellent les Rois Mages,
qui sont les saints patrons de l'ancien monastère
franciscain  Kloster Margrethausen.

 Les blasons précédents présentent une certitude sur la référence avérée au culte des Rois Mages. Mais attention, tous les blasons utilisant trois couronnes, et ils sont nombreux à travers le monde : celui du Royaume de Suède, l'ancienne province de Galicie (Europe de l'Est), la province de Munster (Irlande), l'Université d'Oxford, la ville de Kingston-upon-Hull (Royaume-Uni), les communes de Plogonnec (Bretagne), de Huningue (Alsace), l'île de Saint-Barthélémy (Antilles) etc...  n'ont pas nécessairement de rapport avec les vénérables visiteurs de Béthléem ! malgré quelques théories ou hypothèses hasardeuses. Et puis il y a une autre légende, celle du roi Arthur de Bretagne, personnage à qui on a attribué également un blason d'azur à trois (ou plus) couronnes d'or.

armoiries de la commune des Baux-de-Provence
  (France - département des Bouches-du-Rhône)
D'après une légende succédant à celle des Évangiles, en revenant de Palestine, le roi Balthazar se serait fixé aux Baux-de-Provence, dans le sud de la Gaule romaine. Les seigneurs des Baux le tenaient pour leur ancêtre, ils portaient à ce titre, dans leur blason "de gueules, une étoile (une comète à l'origine) d’argent à seize rais", et leur cri de guerre était : " Au hasard, Balthazar " (voir → ICI et surtout → ICI ).


Bien évidemment ce petit divertissement,  élaboré en quelques coups de clics, n'est pas une "Bible" de l’héraldique thématique,  et de nombreux autres exemples auraient pu être rajoutés et développés. Par bonheur, il y a une fête de Noël chaque année, à laquelle on peut joindre celle de l'Épiphanie, qui est aussi la fête de la Nativité pour les chrétiens orthodoxes, donc encore beaucoup d'autres possibilité de sujets à venir pour compléter le thème ....


Herald Dick vous souhaite un ...



Aucun commentaire:

Publier un commentaire