mercredi 2 juillet 2014

Brésil : ses divisions administratives, ses blasons et emblèmes - 3e partie : Centro-Oeste et Costa Leste


cocarde nationale et localisation du Brésil
 N otre voyage à la découverte du Brésil, que nous avions laissé dans le nord-est du pays, avec le Pernambouc (voir le volet précédent  )  se poursuit cette fois vers le sud.

 Je vous invite toujours à revoir les généralités dans l'onglet ci-dessus "Emblèmes pays", en particulier le Brésil →

Cette fois, nous allons parcourir 6 nouvelles unités fédérales : 5 États et le District fédéral, qui se distingue des autres États du Brésil par certaines particularités administratives et politiques, il est le siège de l'administration fédérale..

 Du point vue des grandes régions (carte ci-dessous), nous allons passer en revue le reste du Nordeste que nous avons en grande partie découvert la dernière fois, puis la région "Centro-Oeste" avec la capitale: Brasília, et enfin pour terminer: un état du Sudeste.
Vous pouvez mieux visualiser sur les cartes ci-dessous :



Et voici notre nouveau terrain d'exploration sur cette carte , les chiffres renvoient aux États décrits successivement, plus bas, seules les noms des capitales apparaissent, avec le petit rond rouge pour les localiser :

Je rappelle que la Constitution de la Fédération  du Brésil de 1934 avait aboli tous les symboles des États et leurs images ont été remplacées partout par l'emblème national. Après la Seconde Guerre mondiale, la nouvelle Constitution fédérale de 1946 a rétabli l'autonomie et aussi les emblèmes des États. C'est pourquoi je ne le mentionne pas à chaque nouvel état dans l'historique ni par les commentaires..


État n° 1 : Alagoas  -  Estado de Alagoas


armoiries de l'état de Alagoas
 (adoptées en 1963)
drapeau de l'état de Alagoas  (depuis 1963 )

Les couleurs et les bandes verticales du drapeau font nettement référence à la France, du moins aux idéaux de la Révolution française : liberté, égalité et fraternité. Au centre sont placées les armoiries d'état. Toutefois, elles ne comportent pas la banderole et la devise.

L'écu de type espagnol ou portugais, a été composé par le professeur Théo Brandão à partir de trois blasons anciens des premières villes fondées dans la région : Alagoas, Porto Calvo et Penedo. Il est : " parti, à dextre: d'argent à une tour crénelée ouverte de sable sur une montagne à deux coupeaux, le tout de gueules, sur une mer d'azur aux vaguelettes d'argent (blason de Penedo) ; à senestre d'argent à une montagne de trois coupeaux de gueules sur une mer d'azur aux ondes d'argent (ancien blason colonial de Porto Calvo) ; au chef ondé brochant, d'azur à trois poissons (mulets) d'argent mal ordonnés (ancien blason de la cité coloniale d'Alagoas, aujourd'hui renommée .Marechal Deodoro)".
  En cimier : une étoile à facettes d'argent .  L'écu est soutenu à dextre par un plant de canne à sucre, à senestre par un plant de coton, les deux en fleurs, au naturel. 
Devise sur une banderole de sinople : inscription en capitales d'or, en latin : " AD BONUM ET PROSPERITATEM" ( Pour la bonté et la prospérité). 
  Si les plantes représentent naturellement l'agriculture, les poissons se rapportent aussi à l'activité de la pêche locale.
armoiries de la capitale :  Maceió
 écu portugais " tiercé en fasce de sinople à une jangada 
(barque à voile) d'argent ; d'argent à une fasce
 ondée de gueules, et d'azur à une jangada d'argent".
Timbre : couronne murale d'or ouverte de sable des villes de 
1ère catégorie chargée d'un écusson d'argent au bonnet phrygien
 de gueules. Soutiens: deux branches de cocotier au naturel.
Devise : le nom de la ville sur un listel d'azur.
une jangada , embarcation traditionnelle des côtes du Brésil
utilisée par les pêcheurs brésiliens et pour la plaisance aussi.

___________________________

Histoire de l' État de Alagoas

Le drapeau de la Nouvelle Hollande (Nieuw Holland, 1630-1645) , colonie hollandaise
 avec le monogramme du Gouverneur Général (détail à droite)
extrait d'une gravure intitulée Alagoa ad Austrvm ,
œuvre signée  Frans Jansz, Amsterdam - 1647
armoiries des "Capitaineries"  de Alagoa et Porto Calvo, administrées par les colonisateurs hollandais entre 1630 et 1654 sur le littoral brésilien.
 

reconstitution moderne du blason de la
colonie hollandaise de Alagoa  (1630-1654)
"d'argent à trois mulets au naturel"
 Les trois mulets  représentent  les trois
principaux lagons (étangs) entourant
la ville d'Alagoas : a Lagoa Mundaú
 ou do Norte, a Lagoa Manguaba ou do Sul
et a Lagoa de Jequiá
Premières armoiries de l'état d'Alagoas
(1894 - 1963)
avec des paysages réalistes mais  bien loin
des critères de l'héraldique. 
Premier drapeau de l'état d'Alagoas (1894 - 1963)



 

État n° 2 : Sergipe  -  Estado de Sergipe

emblème de l'état de Sergipe
 (adoptées le 5 juin 1892)
drapeau de l'état de Sergipe  (depuis 1920,
 interrompu entre 1951 et 1952)

Les couleurs du drapeau sont celles du drapeau du Brésil. Les cinq étoiles représentent les cinq embouchures de fleuves côtiers : rio São Francisco; rio Japaratuba; rio Sergipe; rio Vaza-Barris et rio Real. Le nom de l'état ​​provient de l'ancienne langue Tupi et signifie "la rivière des crabes" (faisant référence au Rio Sergipe), en combinant les mots "siri" (crabe), "y" (rivière) et "pe" (dans) : "crabe dans rivière".

L'emblème du Sergipe est vraiment atypique, spectaculaire, et insolite. Il est composé d'un paysage avec des collines et des arbres dans l'arrière-plan, d'un amérindien vêtu d'un pagne et coiffé d'un chapeau de plumes rouges, tenant une lance dans la main gauche et agrippant de la main droite les sustentes d'un ballon aérostat comme pour monter à bord, sur lequel est écrit "PORVIR" (avenir); Le tout est soutenu par une banderole portant la devise en latin "SUB LEGE LIBERTAS" (liberté en vertu de la loi) et la date du 18 Mai 1892 (date de la Constitution).
Gravure montrant "La Passarola" un projet d'aérostat , invention de
Bartolomeu de Gusmão devant être présentée au Roi du Portugal en 1709,
72 ans avant le ballon à air chaud des frères Montgolfier, en France
 C'est un professeur du nom de Bricio Cardoso qui était l'auteur de la création de l'emblème de l'État qui a voulu montrer ici symboliquement l'Indien - qui est Serigy ou Sergipe - embrassant la civilisation, symbolisée par l'aérostat, une invention du Brésilien Bartolomeu Lourenço de Gusmão (1675-1724). Ce prêtre portugais surnommé "le curé volant", né au Brésil est un génial inventeur méconnu, pionnier de l'aviation et de l'aérostation ayant expérimenté toutes sortes de machines, avec peu de réussites mais ce fut un vrai précurseur.


armoiries de la capitale :  Aracaju
 écu français," écartelé,  en un d'or, à une croix latine de gueules
 en deux : d'azur aux salines et cristaux de sel d'argent ;
 en trois : d'azur à un cocotier fruité d'argent ; 
en quatre : d'or à une roue dentée de gueules".
Timbré d'une couronne murale d'or très stylisée
Soutenu par deux hippocampes d'or affrontés, brochant
Devise en latin : "PAX ET LABOR" (Paix et travail)

__________________________

Histoire de l' État de Sergipe
.
armoiries de la  "Capitainerie"  de Sergipe,
administrée par les hollandais entre 1630 et 1654
reconstitution moderne du blason de la
colonie hollandaise de Sergipe  (1630-1654)
"de gueules au soleil d'or"
(manquent les 3 couronnes)
variation des armes du Sergipe sous souveraineté
 hollandaise, avec un champ d'azur (1637)
emblème imprimé sur vignette cadeau de collection
des  savonnettes " Eucalol"  (Brésil -1930)

version artistique de l'emblème daté de 1930

drapeau utilisé entre le 30 Octobre 1951 et le 3 Décembre 1952

 

État n° 3 : Bahia  -  Estado da Bahia


armoiries de l'état de Bahia
 (adoptées en 1891)
drapeau de l'état de Bahia  (depuis 1889 )

Officialisé seulement en 1960, le drapeau qui s'inspire de celui des États-Unis avait était "inventé" par un membre du Parti Républicain en 1889, mais non confirmé par une loi. Le triangle qui a une connotation maçonnique, représente comme son homologue du Minas Gerais (voir plus bas) les mouvements de révolte du secteur minier à la fin du XVIIIe siècle.

Le Monte Pascoal (Bahia), 586 m., vu depuis l'Océan Atlantique
Armoiries : l'écu est composé d'une scène marine avec une embarcation sous voile voguant sur l'océan, un personnage debout à la proue du bateau agitant un foulard blanc en direction des terres : une montagne dans le fond, le tout "au naturel". En cimier  : une étoile rayonnante  surmontée du nom de l'État de Bahia. Soutiens : à dextre un forgeron, vêtu d'un simple caleçon rouge, tenant une masse et derrière lui ses outils , une enclume, un roue dentée. Il tient par la main une femme à senestre qui est l'allégorie de la Liberté vêtue d'une robe verte et coiffée d'un bonnet phrygien rouge,  tenant dans l'autre main, un drapeau de l'état de Bahia et une équerre d'or. En-dessous, une banderole rouge contient la devise en latin " PER ARDUA SURGO" ( Vaincre malgré les difficultés) et le mot : BRASIL.

Ce blason fait tout simplement référence à la première découverte des côtes du Brésil ( ici avec le  Monte Pascoal ) par le grand navigateur portugais  Pedro Álvares Cabral et son escadre en route vers les Indes, en 1500.

armoiries de la capitale :  Salvador
 écu français "d'azur  à une colombe éployée d'agent, becquée et 
membrée de gueules, un rameau d'olivier de sinople dans le bec".
Timbre : couronne murale d'argent des villes de 1ère catégorie.
Soutiens : deux dauphins affrontés d'or 
Devise : sur une banderole d'azur : en lettres capitales d'argent :
 "SIC ILLA AD ARCAM REVERSA EST", en latin, 
qui se traduit en français par : "Alors elle est revenue à l'Arche"
(pour en savoir plus, voir → )
__________________________

Histoire de l' État de Bahia
.

armoiries reconstituées de  la
Capitainerie de Baía de Todos os Santos
(XVIIe siècle)
version artistique et antérieure des armoiries d'état de Bahia




État n° 4 : Goias  -  Estado de Goiás


armoiries de l'état de Goias
 (adoptées le 30 juillet 1919)
drapeau de l'état de Goiás  (depuis 1919)

Le drapeau de Goiás a été créé par Joaquim Bonifacio de Siqueira qui s'est basé sur le drapeau des États-Unis d'Amérique. Il peut être confondu avec celui de Sergipe (voir plus haut). Il est composé de huit bandes horizontales alternées, quatre vertes et quatre jaunes. Le vert représente les forêts et jaune, la couleur de l'or. Dans le canton supérieur gauche est disposé un rectangle bleu, avec cinq étoiles blanches en sautoir (symbolisant la Croix du Sud),  constellation qui a donné ses noms primitifs au Brésil  : Vera Cruz et Santa Cruz. Toutes ces couleurs se retrouvent sur le drapeau du Brésil. Le nom de Goias a une origine incertaine, il semble avoir la même racine que Guiana (Guyane), d'après un mystérieux peuple amérindien appelé en langue tupi  “Goyá” ou “Guaiana” qui vivait au centre du continent. Mais aucune trace archéologique n'a pu étayer cette théorie pour le moment..

Quant aux armoiries : voici sans doute les plus originales qui soient dans ce pays . En effet l'écu est en forme de cœur, car l'état de Goias est considéré comme le cœur géographique du Brésil. Il est partagé en trois quartiers, en chef un paysage de montagnes et de prairies avec du bétail, l'état étant un des principaux producteurs de bovins. Dans le quartier inférieur dextre , on voit sur un champ d'azur un signe d'argent à double sens : c'est une représentation de la comète Biela, mais aussi c'est la rivière Rio Araguaia qui se sépare en deux bras et forme l'île de Bananal (située maintenant dans l'état de Tocantins, suite à la création de cet état en 1989). Le dernier quartier d'or au diamant de gueules symbolise les
Bartolomeu Bueno da Silva († 1740) surnommé
Anhangüera (le vieux diable en tupi), bandeirante
richesses minérales de l'état. Les anneaux d'argent qui ceinturent le coeur représentent : horizontalement les principaux bassins de l'Etat (Tocantins Araguaia) et les douze grands fleuves qui coulent dans l'état vers le sud. 
En cimier, le sommet du cœur terminé en tube contient des plants de riz, et de café fruité.  Les soutiens sont également des plants de tabac en fleur et de canne à sucre, au naturel  qui sont toutes des cultures pratiquées dans le pays. Et tout en dessous, un chaudron de sable et de gueules enflammé rappelant une légende concernant un grand bandeirante (pionnier et aventurier) nommé Bartolomeu Bueno qui au XVIIIe, enflamma de l'eau-de-vie, et les esprits siècle en menaçant de déclencher une guerre sainte chez les Goias afin qu'ils leur livrent l'origine de leur or.
armoiries de la capitale :  Goiânia
 écu français : "de sinople à une fleur de lis florencée d'or
 surmontée d'un lambel à trois pendants du même et soutenue
 d'une burelle ondée d'argent; à la bordure d'argent chargée
 de huit flammèches de gueules".
Timbres : couronne murale d'or des villes de 1ère catégorie.
Soutiens : un bandeirante à dextre (à nouveau Bartolomeu Bueno),
 et un garimpero (chercheur d'or) à senestre. 
Devise : banderole de sinople avec l'inscription en portugais :
"PELA GRANDEZA DA PATRIA" ( Pour la grandeur de la patrie)
__________________________

Histoire de l' État de Goias


version artistique (dessin 3D) des armoiries de Goias


État n° 5 : District fédéral  -  O Distrito Federal

drapeau du  District fédéral  (depuis 1969)
A l'image de l'architecture futuriste de la ville, née de l'imagination d'Oscar Niemeyer, les concepteurs des emblèmes ont voulu sortir de la symbolique traditionnelle de l'héraldique et innover  dans le même esprit. Le drapeau et l'emblème du District fédéral ont été créés par le poète  Guilherme  de Almeida
emblème du District fédéral de Brasília
 (adopté le 12 septembre 1960)
 Dans le drapeau la croix dite "de Brasília", d'or, composée de quatre flèches pointées vers l'extérieur, symbolise l'héritage indien et la force qui émane du centre dans toutes les directions. Le blanc représente la paix et le vert représente les forêts de la région.  

 Pour l'emblème , la forme générale reprend la forme de la  colonnade de piliers du Palácio da Alvorada, parti de sinople et d'or, les couleurs du Brésil. Au centre nous retrouvons le rectangle de sinople bordé d'argent, la croix dite "de Brasília", d'or. L'écu rectangulaire est timbré d'un motif stylisé d'or, représentant la table de conférence du Congrès (Congresso Nacional ) , le parlement du Brésil, siégeant à Brasília. En dessous , la devise en latin " VENTVRIS VENTIS" se traduit par " Les vents viennent".
Le Palácio da Alvorada (en français le "Palais de l'Aurore")
 est la résidence officielle des présidents du Brésil.

__________________________

Histoire du District fédéral
.
drapeau de l'ancien District fédéral dont le siège était de 1908 à 1960
à  Rio de Janeiro avant  qu'il soit transféré  dans la nouvelle capitale
 Brasilia,  selon le souhait du président de l'époque Juscelino Kubitschek.

Premier drapeau (1960 -1969) du District fédéral après son
déplacement dans la nouvelle capitale Brasilia



État n° 6 : Minas Gerais  -  Estado de Minas Gerais

armoiries de l'état de Minas Gerais
 (adoptées le 5 février 1924)
drapeau de l'état de Minas Gerais  (depuis 1963)

Cet État est riche en mines de pierres précieuses et en particulier des émeraudes. Son nom en portugais signifie d'ailleurs : "Mines générales", à l'origine des mines dépendant de l'Empire colonial du Portugal. Le drapeau de 1963 s'inspire de celui attribué à la Révolte de 1789 (voir plus bas) . Le triangle équilatéral représente la Trinité (un symbole franc-maçon également) . On pense qu'il était vert à l'origine, mais désormais il est rouge, la couleur des révolutions. Chaque côté du triangle est souligné par les mots de la devise en latin: " LIBERTAS - QUÆ SERA - TAMEN" qui se traduit en gros par "La liberté, quoique tardive", d'après un vers du poète latin Virgile, repris par les conjurés de 1789.

L'emblème d'état montre un écu en forme d'étoile à cinq branches chargés de pics et d'une lampe de mineur; il est soutenu par deux branches de de café fruitées, placées en arc de cercle et deux branches de tabac en fleurs au naturel, plus petites, intercalées. Le tout est lié par un ruban blanc noué et portant la date du 15 juin 1891, qui est la date de la promulgation de la Constitution de l'État. Au-dessus de l'étoile nous retrouvons la devise  latine : " LIBERTAS  QUÆ SERA TAMEN". De l'ancien emblème, l'étoile n'a gardé que la bordure rouge ( voir plus bas).



armoiries de la capitale :  Belo Horizonte
 écu portugais "sur un champ d'azur, un soleil d'or
 issant de montagnes de sinople; au chef d'or chargé 
d'un triangle de gueules".
Timbre : couronne murale d'or.
Soutien  : banderole portant la le nom de la ville et
 deux dates : 17-12-1893 et 12-12-1897, voir →  


__________________________

Histoire de l' État de Minas Gerais

Drapeau de la conjuration Mineira (Inconfidência Mineira ou Conjuração 
Mineira en portugais), une révolte avortée qui eut lieu en 1789, dans la
capitainerie du Minas Gerais, au Brésil, contre la domination portugaise et
l'exploitation des richesses naturelles. Mais ce drapeau n'a pas eu le temps
de flotter nulle part, car la conspiration a été découverte et les conjurés
 furent arrêtes par les autorités du Portugal. Toutefois le symbole du triangle
 s'est perpétué dans le drapeau d'État actuel .
Premier emblème de l’État de Minas Gerais adopté
le 14 septembre 1891. Les personnages tenant l'écu central
 symbolisent l'agriculture et l'exploitation minière.

Modification de l'emblème le 5 février 1924, dans ses couleurs d'origine,
il a été "modernisé" depuis ( voir emblème actuel) 




On en reste là pour cette fois !  Mais il nous reste encore les deux grandes métropoles et les états les plus peuplés du pays ! 

 Je vous donne rendez-vous avec un dernier chapitre, très bientôt, toujours en parallèle de la compétition de football mondiale : c'est → ICI




         Eraldo Dick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire