dimanche 20 octobre 2013

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement d'Orléans - Bailliage d'Orléans

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier de trois décennies !  Voir la description initiale : →
  Ce nouveau volet va nous permettre de poursuivre avec le découpage administratif sous le règne de Louis XIV, en parcourant le Gouvernement Général d'Orléans. Cette entité était divisée en de nombreuses généralités , elles-même composées de sénéchaussées et de bailliages. Son territoire couvrait une immense région bordant la Loire et ses affluents, de l'Anjou à l'ouest  jusqu'au Nivernais à l'est, le Poitou et le Berry au sud. Pour respecter l'ordre du manuscrit, nous continuons avec un  bailliage de l'Ancien Régime qui correspond en gros à la partie ouest de l'actuel  département du Loiret, avec un petit débordement sur celui de l'Eure-et-Loir au nord. Ainsi se présente le bailliage d'Orléans, faisant partie de l'ancien Duché d'Orléans.
   Revenir à l'épisode précédent →


Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un an, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives :


vous pouvez agrandir les images
 en cliquant dessus



 Ces fragments proviennent toujours du Volume I . Comme d'habitude , j'ai placé le blason actuel pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.
  Pour enrichir l'étude, j'ai cette fois mis en bonus, l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France*  (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier,  et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.



 (*) Armorial Général de France - volume XXII - Généralité d'Orléans ( BNF Paris)


Orléans (Loiret)

Le blason est décrit (dans la marge) par le Père de la Planche : " De gueules à trois cailloux d'argent # en façon de trèfle  2 - 1 au chef  d'azur à 3 fleurs de lis d'or ".
Mais il a rajouté un petit rectificatif avec le repère # :  en cœur de lis.
Cette figure a  toujours posé beaucoup de problèmes à des générations d'héraldistes. Appelés tantôt cailloux, tantôt cœurs-de-lys, parfois feuilles-de-lierre, aujourd’hui on les nomme plus généralement des tiercefeuilles (versées). Jean-Paul Fernon, auteur du Dictionnaire d'Héraldique (éditions d'Héligoland-2011) emploie le terme de "caillouse"(feuille à trois lobes pointues). A l'origine ces meubles héraldiques devaient bien être des cailloux, car selon Guillaume Guiart, poète et chroniqueur contemporain du roi Philippe IV le Bel, en 1304,  il y avait au sein de l'armée française un corps d'Orléanais dont les cottes de mailles étaient ornées d'écussons chargés de trois cailloux:
Li escuz de gueules estoient
Trois chailloz (cailloux) i séoient
J'ai entendu par genz seures
Qui porter seult tiex armeures
Quant en fait de Guerre venoit
Li dus qui Orlénois tenoit.

source : svowebmaster.free.fr


Beaugency (Loiret)


Janville  (Eure-et-Loir)





Pithiviers (Loiret)

Pluviers ! étonnant ce nom, non ? ce n'est pas une coquille ... c'est bien un des noms que portait la petite ville de Pithiviers à cette époque, à cause de la présence des oiseaux pluviers (Pluvialis apricaria) dans la région, paraît-il !  Voici les références que l'on trouve dans l' Encyclopédie,  éditée de 1751 à 1772 sous la direction de Diderot et D’Alembert : 
Pluviers (Page 12:805)
Pluviers, (Géog. mod.) petite ville de France, dans la Beauce, à 6 lieues de Janville, à 7 d'Estampes, à 8 de Montargis, à 9 d'Orléans, & à 18 de Paris, sur un petit ruisseau, & près de la forêt d'Orléans. Cette petite ville, dont l'évêque d'Orléans est seigneur, est le siége d'une élection & d'une chatellenie; son territoire produit seulement du blé.
Pluviers se nomme aussi Pithiviers, Petiviers, & Puviers, en latin moderne Pithiverium, castruri Pitiveris; on dit qu'elle a pris son nom de Pluviers, de l'abondance des pluviers aux environs; d'où vient que Robert Casal l'appelle Aviarium. Long. suivant Cassini 19d. 40'. 32". lat. 48d. 30'. 50". (D. J.)



Jargeau (Loiret)
Le blason actuel de la ville est "de gueules à trois annelets d'argent...",  mais le second, conforme à l'original est souvent représenté ainsi dans certaines publications.
 Comme précédemment, il faut aller dans l' Encyclopédie de Diderot et D’Alembert pour l'étymologie :
JARGEAU ou GERGEAU (page 8:461) [Géographie] Jaucourt
JARGEAU ou GERGEAU  (Géog.) ancienne ville de France dans l'Orléannois sur le bord méridional de la Loire, avec un pont qui faisoit un passage important durant les guerres civiles. Le roi Charles VII. tint ses grands jours dans cette ville en 1430, & Louis XI. y maria sa fille Jeanne de France avec Pierre de Bourbon comte de Beaujeu, le 3 de Novembre 1473. Jargeau n'est pas le Gergovia de César, mais elle est connue sous le nom de Gergosilum dans le 9e siecle; & dans le 10e, elle appartenoit à l'église d'Orléans; aussi l'évêque d'Orléans en est encore le seigneur temporel; elle est à 4 lieues S. E. d'Orléans, 28 S. O. de Paris. Long. 19. 45. lat. 47. 50. (D. J.)



D'autres lieux ou villes sont juste décrits mais sans blason ni mention s'y rapportant :
Notre-Dame-de-Cléry (basilique à Cléry-Saint-André), Meung-sur-Loire, Toury (dépt de l'Eure-et-Loir), Artenay, Soisy Malesherbes, Yèvre-le-Châtel, Boiscommun, Sully (-sur-Loire), Fleury (-les-Aubrais), Châteauneuf (-sur-Loire)..



A bientôt pour une nouvelle série... →

Crédits :
parmi les blasons "modernes" certains sont empruntés et parfois modifiés à :
http://armorialdefrance.fr/
http://armoiries.free.fr
http://labanquedublason2.com/ (dessins :  Jean-Paul Fernon)
 Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly :  http://www.bibliotheque-conde.fr/


                Herald Dick
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire