dimanche 7 avril 2013

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement d'Orléans - Sénéchaussée du Maine

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier de trois décennies !  Voir la description initiale : →
  Ce nouveau volet va nous permettre de poursuivre avec le découpage administratif sous le règne de Louis XIV, en parcourant le Gouvernement Général d'Orléans. Cette entité était divisée en de nombreuses généralités , elles-même composées de sénéchaussées et de bailliages. Son territoire couvrait une immense région bordant la Loire et ses affluents, de l'Anjou à l'ouest  jusqu'au Nivernais à l'est, le Poitou et le Berry au sud. Pour respecter l'ordre du manuscrit, nous continuons avec une province célèbre : l'Ancien Comté du Maine, ancienne possession des Plantagenêts, annexé en 1204 et érigé en Pairie du Royaume de France, durant  l'Ancien Régime.
   Toutefois il a existé en parallèle, par scission du Maine, un Comté de Laval, créé par le roi Charles VII en 1429 et rattaché directement à la couronne de France jusqu'à la Révolution. Le blason représenté ci-dessous sur la page de tête de chapitre, pour identifier la province (le pays dans le texte) du Maine est en fait celui de ce Comté de Laval (de gueules au lion d'or).
Revenir à l'épisode précédent →


Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais dont les limites administratives ont peu évolué.














vous pouvez agrandir les images
 en cliquant dessus




 Ces fragments proviennent toujours du Volume I . Comme d'habitude , j'ai placé le blason actuel pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.
 
 Pour enrichir l'étude, j'ai cette fois mis en bonus, l'extrait équivalent quand il existe, dans l'Armorial Général de France*  (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier,  et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

 (*) Armorial Général de France - volume XXXIII - Généralité de Tours - tome I
       Armorial Général de France - volume XXXIV - Généralité de Tours - tome II  ( BNF Paris)



Le Mans (Sarthe)

  Pour la capitale du Maine, Le Mans a vu son blason évoluer aux cours des siècles depuis le XVe,  pendant lequel il est apparu. Il était d'abord composé seulement de la croix se référant à Saint Julien, premier évêque du Mans devenu saint patron de la ville et de sa cathédrale, chargée de la clé en pal qui est un symbole sigillaire très ancien et de trois chandeliers. Les chandeliers évoquent une légende : une vision du gouverneur du Mans à l'époque de saint Julien (IIIe s. ap J.C.). À l'instant de son décès, le saint lui apparut dans un halo du lumière resplendissant, accompagné de trois diacres dans leurs habits sacerdotaux, portant trois chandeliers avec leurs cierges allumés; les trois diacres laissèrent leurs trois chandeliers sur la table du mourant et disparurent. Ce n'est que plus tard, pour la symétrie, qu'un quatrième chandelier fut rajouté. Puis vint le chef d'azur aux fleurs de lys d'or , et enfin la bordure d'or  plus tardivement sous la Restauration en 1817.  A noter l'inversion des couleurs du champ et de la croix.






Laval (Mayenne)
Ce sont des armes d'origine seigneuriales : la première maison de Laval qui a bâti le château toujours visible de nos jours ("de gueules au léopard d'or armé et lampassé d'azur" - XII-XIIIe siècles) . 
L'A.G.F. a enregistré un blason "d'azur à trois battoirs d'or", des battoirs de lavandières , apparemment des armes parlantes  :  "laver" / Laval ! très curieux... cela semble être un blason attribué d'office : la ville n'a sans doute pas répondu à l'appel de l'Édit de 1696.








Château - du - Loir
 (Sarthe)
  Quelque chose me dit que Robert Louis, notre grand héraldiste (1902-1965) qui est l'auteur du dessin pour le blason ci-dessus a eu accès au manuscrit de La Planche et s'en est inspiré, sinon comment expliquer cette ressemblance quasi parfaite entre les deux œuvres, mis a part la petite casemate sur le chemin de ronde qui est vue de face et non de profil !







Beaumont - sur - Sarthe 
(Sarthe)
  Ces armoiries sont celles de la Vicomté de Beaumont du Maine, au moment où elle est devenue la propriété d'une branche de la grande maison champenoise de Brienne (début XIVe siècle), qui ont brisé à l'occasion le champ d'azur du blason d'origine avec ce semé de fleur de lys d'or comme celui du Duché d'Alençon voisin. A noter que ces armes se retrouvent aussi dans les deux blasons suivants (ci-dessous).






Mamers (Sarthe)






Fresnay - sur - Sarthe 
(Sarthe)
Belles armes parlantes avec ce frêne .











Mayenne (Mayenne)
Ce sont aussi des armes d'origine seigneuriales : la maison de Mayenne ("de gueules à six écussons d’or 3, 2 et 1" - XII-XIIIe siècles) . D'Hozier, cette fois, les a bien reçues. C'est étonnant que le Père de La Planche n'en ait pas eu connaissance.







D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte ,
- avec un contour de blason vide, sans description (comme ci-dessus pour la ville de Mayenne) :
La Ferté-Bernard, Sablé (sur-Sarthe).
- sans blason ni mention s'y rapportant :
Bonlieu (Abbaye), Vaas, Sainte-Suzanne, Evron, Saint-Calais, Montfort (le-Gesnois), Lassay.

 # cependant, quelques années plus tard, certains lieux (en gras, ci-dessus) ont été enregistrés et blasonnés dans l'Armorial Général de France (cliquer sur les images pour agrandir) :




 # et pour être complet avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter ces dernières villes appartenant à la province du Maine et qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche :
-   Ernée, Ballon, Bonnétable et Vibraye : 
 (ces villes ont toutes conservé ces blasons).





A bientôt pour une nouvelle série... →

Crédits :
parmi les blasons "modernes" certains sont empruntés à et parfois modifiés à :
Armorial des chefs-lieux de canton du département de la Sarthe (Paul Cordonnier & Robert Louis, 1962)
http://armorialdefrance.fr/
http://armoiries.free.fr
 Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly :  http://www.bibliotheque-conde.fr/


                Herald Dick

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire