mardi 4 avril 2017

4 avril 1817-2017 : bicentenaire de la mort d' André Masséna, maréchal et prince d'Empire

 Aujourd'hui, nous commémorons la mort d'un grand soldat de l'époque napoléonienne, André Masséna, niçois de naissance, ayant commencé sa carrière militaire sous l'ancien régime, il s’engagera dans la Garde Nationale sous la Révolution et lors de la campagne d'Italie, il sera sous les ordres du général Bonaparte. Surnommé par l'empereur Napoléon Ier « l'enfant chéri de la Victoire », cette Victoire va devenir son emblème héraldique. Il tombera plus tard quelque peu en disgrâce, à cause de ses revers militaires et en gardera une certaine amertume.


armoiries d'André Masséna, maréchal d'Empire,
 duc de Rivoli, prince d'Essling
 " d'or, à une Victoire ailée de carnation, vêtue d'argent,
 tenant dans sa main dextre une palme et dans la sénestre
 une couronne d'olivier, le tout de sinople,
accompagnée en pointe d'un chien couché de sable ;
au chef des ducs de l'Empire".
portrait d'André Masséna peint  par Edme-Adolphe
 Fontaine et Antoine-Jean Gros (vers 1853)






André Masséna

(• Nice 1758 - † Paris 1817)

  André Masséna, maréchal d'Empire, duc de Rivoli, prince d'Essling, pair de France (pendant les Cent Jours).
• né à Nice, dans le Comté de Nice, à l'époque faisant partie du royaume de Sardaigne, le 6 mai 1758.
• mort à Paris, malade de la tuberculose, le 4 avril 1817.

armoiries successives de Masséna, maréchal d'Empire, Duc de Rivoli et prince d'Essling -  extraits de l'Armorial du premier Empire
(planche n°77) - auteurs Vicomte Révérend et Comte E. Villeroy - éd. H. Champion - Paris (1911)
on notera que le chien couché n'apparait qu'avec le titre de prince d'Essling

portrait équestre de Masséna : Général en Chef de l'Armée d'Italie , estampe éditée "chez Jean" à Paris (v1797~1798)
 réserve de la BNF Paris, département estampes et photographies.

Engagé dans l'armée d'Italie, André Masséna fut nommé lieutenant-colonel, puis général, et se distingua lors de la victoire de Rivoli en janvier 1797. Commandant en chef sous le Consulat, il remporta la victoire de Zurich, et Bonaparte lui confia alors l'armée d'Italie. Élevé au grade de maréchal en 1804, il conquit le royaume de Naples et remporta les victoires d'Eckmühl, d'Essling et de Wagram. Chargé de reconquérir le Portugal en 1810, il fut arrêté par Wellington et ne reçut pas des autres maréchaux le soutien qu'il espérait. Très mécontent, Napoléon Ier le confine alors, jusqu'en mars 1814, dans le commandement de la division militaire de Marseille, fonction que lui conserve Louis XVIII.
timbre émis en 2008 par la poste monégasque
 pour commémorer le 250e anniversaire de la naissance
 d'André Masséna (au passage, on notera que la poste
 française n'a rien prévu pour son bicentenaire, cette année !)

Durant les Cent-jours, il se rallie sans enthousiasme à l'Empereur, qui le nomme Pair de France le 8 juin 1815 mais ne lui confie aucun commandement. Après Waterloo, Joseph Fouché, devenu président du gouvernement provisoire, lui offre cependant celui de la Garde nationale. A ce poste, il parvient à se rendre utile une dernière fois en maintenant l'ordre à Paris durant cette période troublée.

Après la seconde Restauration, il fait partie à son corps défendant du conseil de guerre que le roi charge de juger le maréchal Ney mais qui se déclare incompétent. Il doit alors faire face à une dénonciation qui l'accuse d'avoir favorisé par son inaction l'avance de Napoléon après son débarquement. Le sachant gravement malade, il est atteint de la tuberculose, le gouvernement royal laisse la procédure s'enliser jusqu'à la mort du maréchal.

Il meurt le 4 avril 1817 dans son hôtel parisien de la rue de Bourgogne, où il était le locataire du maréchal Mortier. Son imposante tombe se trouve à Paris, au cimetière du Père Lachaise, division 28.






             Herald Dick
.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire