vendredi 29 juillet 2016

Couronnement insolite en Roumanie

C'est un ami Facebook qui me l'a signalé et qui m'a soumis l'idée et je l'en remercie, il se reconnaîtra !  Ce mini-évènement avait échappé à mes radars. Pourtant il a plus d'importance qu'il n'y parait, de par la symbolique qu'il véhicule. Il y a la parole officielle des politiques, avec son langage lisse et standardisé pour présenter les choses et il y a les idées qui se cachent derrière les actes. Cette affaire n'est pas anodine en terme d'image, mais aussi en terme de coût, car elle entraîne beaucoup de changements : sur les documents, les objets, et tous les supports de communication officiels. Je ne pense pas qu'on ait entrepris ce projet sans une arrière-pensée politique. Mais je peux me tromper.

Regardez ces armoiries, ce sont celles de la Roumanie et cherchez la nouveauté !

AVANT le 22 Juillet 2016
APRÈS le 22 Juillet 2016

 Bon,  ce n'est pas bien difficile puisque le titre de ce sujet vous en donne l'indice ...
 La réponse est évidemment le retour de cette couronne sommant la tête de l'aigle qui avait disparu depuis 1948.  Et c'est tout récent : la loi modifiant les armoiries nationales a été votée le 8 juin 2016 par le Parlement roumain et promulguée par le président de la République, Klaus Iohannis, le 11 juillet 2016. C'est la loi n° 146/2016 modifiant la loi n°. 102/1992 sur les armoiries nationales et le sceau qui a été publiée dans le Bulletin Officiel, Partie I, no. 542 du 19 Juillet 2016, entrée en vigueur le 22 juillet.
nouveau sceau officiel 2016


 Les armoiries actuelles de la Roumanie avaient été préalablement adoptées par une loi du Parlement roumain le 10 septembre 1992, en remplacement de l'emblème communiste qui avait été honni durant la révolution de 1989. Rappelez-vous ces drapeaux bleu, jaune, rouge exhibés avec un grand trou au centre, là où on avait découpé les symboles du régime des tyrans, le couple Ceaucescu.

  Ces armoiries sont inspirées de celles d'avant 1948, mais sans les insignes monarchiques et sans le blason ni la devise latine des Hohenzollern : "Nihil sine Deo" (Rien sans Dieu). La Roumanie a en effet rétabli la démocratie dans un régime de République et officiellement laïc même s'il n'y a pas de séparation nette vis-à-vis des cultes religieux.

armoiries du Royaume de Roumanie de 1922 à 1947 
  hormis l'ensemble des ornements extérieurs, on retrouve avec l'écu central tous les éléments des nouvelles armoiries de la Roumanie de 2016, excepté bien sûr l'écusson en cœur aux armes de la maison de Hohenzollern-Siegmaringen (écartelé d'argent et de sable) qui a régné jusqu'au 30 décembre 1947 (avec le dernier roi : Michel Ier, qui est toujours prétendant au trône).
Il faut tout de même noter quelques petites différences entre le blason de 1922 et celui de 2016 :
- la couronne de l'aigle qui était d'or pour la royauté, est aujourd'hui d'acier pour la République
- le sceptre tenu dans la serre senestre de l'aigle était d'or terminé par une fleur de lis,  il est désormais d'argent et en forme de masse d'armes.
- dans le deuxième quartier aux armes de la Moldavie , la rose et le croissant sont de couleurs différentes or/argent
- dans le quatrième quartier aux armes de Transylvanie, l'aigle est passé du sable à l'argent
 Le 16 février 2016, le Sénat approuvait un projet de loi modifiant les armoiries de 1992 (101 voix sur 176). Ce projet de loi est donc adopté le 8 juin 2016 par la Chambre des députés (avec 262 voix sur 412). Les nouvelles armoiries réinstallent une couronne royale fermée sur la tête de l'aigle symbolisant ainsi «la souveraineté nationale de l'État roumain, indépendant, unitaire et indivisible ».
« La couronne d'acier sur l'aigle des armes du Royaume de la Roumanie a été coulée avec l'acier d'un canon turc capturé lors de la guerre d'indépendance en 1877 et symbolise le caractère de la souveraineté nationale et de son indépendance, obtenue par le sacrifice et la lutte de nos ancêtres», voilà ce qui est écrit dans l'exposé des motifs qui a accompagné la présentation de la nouvelle loi.
 Selon le même projet de loi, les pouvoirs publics, toutes les institutions de l'état ont jusqu'au 31 décembre 2018 pour remplacer les emblèmes et les sceaux existants par les nouveaux modèles. Jusqu'à cette date, les deux types d' armoiries peuvent encore être utilisés et coexister.
  Remarque : à ce jour, le site internet de la présidence roumaine n'a pas encore fait la mise à jour !  voir → ICI.  La banque centrale émettra de nouvelles pièces de monnaie et des billets de banque, mais les anciens pourront être utilisés au-delà du 31 décembre 2018.

Voici un flash info annonçant la nouvelle sur une chaîne de la télévision roumaine, le 15-07-2016 :


 Je rappelle que la Roumanie, membre de l'U.E., est une République. Et pourtant, pour alimenter ma rubrique "Philatélie et Héraldique", je vois ces dernières années et ces dernières semaines même (voir les récentes émissions de timbres dans mon dossier Philatélie) de plus en plus d'hommages rendus aux anciens monarques de la Roumanie, évoqués par la Poste d'État avec de luxueux souvenirs philatéliques faisant la part belle à l'histoire de la dynastie des Hohenzollern et plus particulièrement au dernier roi : Michel Ier (voir ci-dessous), toujours prétendant au trône. Celui ci a abdiqué en décembre 1947 lors de la prise de pouvoir des communistes, puis il a dû s'exiler. Il est revenu dans son pays en 1992 et aujourd'hui, malgré bientôt 90 ans, il est toujours en forme, et il bénéficie d'une écoute et d'une vraie popularité dans le peuple roumain, lassé des politiques. D'autre part, la révolution de 1989 était dirigée contre la dictature des Ceaucescu, et le régime communiste qui les avait portés au pouvoir. Le peuple roumain n'avait pas de griefs contre la monarchie d'avant la Seconde Guerre mondiale, ce sont les circonstances et les dirigeants du gouvernement de transition démocratique qui ont choisi de maintenir un régime républicain pour tenter d'installer une vraie démocratie. Alors pourquoi pas un jour, le rétablissement de la monarchie en Roumanie, validée par les urnes ou le parlement ? La couronne rajoutée aux armoiries n'est peut-être pas si anodine que cela ... Mais cette opinion n'engage que moi.

 Bloc commémoratif  "Histoire vécue" avec le portrait de l'ex roi Michel Ier à différentes époques, émission sortie en 2014



Par cet acte symbolique, la Roumanie rejoint les nombreuses nations issues de l'ancien bloc communiste en Europe, qui après la chute de l'Empire soviétique ou l'éclatement de la Yougoslavie, ont renoué avec un régime démocratique. Et,  malgré le choix d'un régime de République ces pays ont repris pour leurs armoiries, les symboles de leur anciennes monarchies ou empires ! Donc avec couronnes royales, impériales, sceptres, globes, manteaux d'hermines et autres attributs d'une royauté sont montrés avec ostentation. Pour tout citoyen convaincu du bien fondé de ses idées, cela parait inimaginable que des symboles liés à la monarchie puissent représenter une nation républicaine !  Mais dans les Balkans, le Caucase ou en Russie, c'est possible....

Fédération de Russie


Bulgarie



Serbie



Monténégro



Hongrie


Géorgie


 Plus discrètes mais quand même bien "royales" : de simples couronnes sur la tête du symbole historique national:

Pologne
République Tchèque (petites armoiries)


Albanie





Crédits :
sources infos, images, vidéo et textes (traduits) :
- ro.wikipedia.org/wiki/Stema_României
- www.antena3.ro/actualitate/stema-romaniei-va-fi-modificata-361292.html
- www.avocatnet.ro/content/articles/id_43446/Incepand-de-astăzi-stema-Romaniei-arată-altfel.html
- www.ziaruldeiasi.ro/stiri/toate-institutiile-statului-au-nevoie-de-stampile-noi-stema-romaniei-schimbata--133900.html
- en.wikipedia.org/wiki



Aucun commentaire:

Publier un commentaire