mercredi 27 novembre 2019

Top 10 des plus grandes villes de Norvège avec leurs blasons

Voici un nouveau volet à cette série consacrée à la découverte de l’héraldique civique, à travers divers pays du Monde. Le principe du "Top xx" très répandu dans les médias et sur Internet, pour recenser ce qui est le plus remarquable dans un domaine particulier est ici adapté à cette thématique. Il nous permettra de découvrir ou réviser la géographie d'un pays choisi de manière aléatoire et dans le même temps de s'intéresser à sa diversité en matière de blasons et emblèmes municipaux.

  Nous restons en Europe, et comme nous approchons des fêtes de Noël, c'est Jul ou Yule dans les pays du Nord de l'Europe, je vous emmène dans le pays des rennes, des Nisses et des Elfes, apparentés aux lutins, et aussi celui des Trolls : la Norvège.





   Au-delà des régions historiques ou traditionnelles, qui n'ont pas de représentations administratives, la Norvège est divisée en 19 fylker (mot pouvant se traduire par comtés, provinces, districts, ou départements) et 422 kommuner (communes). Une kommune dans l'administration norvégienne peut regrouper plusieurs villes ou villages et être significativement très étendue. A l'inverse elle peut aussi n'être composée que d'une seule localité, et c'est en majorité le cas pour notre sujet. 
   Voici donc les 10 plus grandes communes, qui sont aussi des villes, en terme de population (chiffres : 2018).




1 - OSLO

- anciens noms : Ásló ou Ósló (avant 1624); Christiania ou Kristiania (de 1624 à 1924)
capitale de la Norvège, chef-lieu du comté d'Oslo (Oslo fylke), dans la région d'Østlandet  - 673 470 habitants.


ancienneté des armoiries : vers 1300 (sceau)



2 - BERGEN

chef-lieu du comté de Hordaland (Hordaland fylke), dans région de Vestlandet - 279 790 habitants.



ancienneté des armoiries : 1293 (sceau)




3 - TRONDHEIM

- anciens noms : Nidaros, Trondhjem ou Tråante (en langue sami)
chef-lieu du comté de Trøndelag (Trøndelag fylke), dans la région de Trøndelag - 193 500 habitants.


ancienneté des figures : 1344 (sceau)
ancienneté des armoiries : 1897



4 - STAVANGER

chef-lieu du comté de Rogaland (Rogaland fylke), dans la région de Vestlandet - 133 140 habitants.


ancienneté des armoiries : 1591 (sceau)



5 - BÆRUM 

- nom du centre administratif : Sandvika
commune du comté d'Akershus (Akershus fylke), dans la région d'Østlandet - 125 450 habitants.


ancienneté des armoiries : 1976



6 - KRISTIANSAND

chef-lieu du comté de Vest-Agder (Vest-Agder fylke), dans la région de Sørlandet - 91 440 habitants.


ancienneté des armoiries : 1643 (sceau)
adoptées officiellement sous cette forme en 1909




7 - FREDRIKSTAD

commune du comté d'Østfold (Østfold fylke), dans la région d'Østlandet - 80 980 habitants.


ancienneté des figures : 1610 (sceau)
armoiries adoptées officiellement sous cette forme en 1967


8 - SANDNES

commune du comté de Rogaland (Rogaland fylke), dans la région de Vestlandet - 76 330 habitants.


ancienneté des armoiries : 1970




9 - TROMSØ

chef-lieu du comté de Troms (Troms fylke), dans la région de Nord-Norge - 75 640 habitants.


armoiries connues depuis la fin du XIXe siècle
ancienneté de l'emblème actuel: 1983




10 - DRAMMEN

chef-lieu du comté de Buskerud (Buskerud fylke), dans la région d'Østlandet - 68 710 habitants.


ancienneté des armoiries : 1723 (sceau de l'ancienne cité de Bragernes
devenue un quartier de Drammen, qui a repris les armoiries en 1811
après la fusion des deux villes) ; adoptées officiellement en 1960




Emblème de l'organisme de
 la Défense civile en Norvège
 ○ Dans l'ensemble des pays scandinaves, et de l'Europe du nord en général, l'héraldique territoriale est parfaitement encadrée par des règles strictes au niveau national, pour la création et l'utilisation des emblèmes nationaux, régionaux, municipaux et institutionnels (armée, services publics, administrations, etc...). En Norvège, les armes publiques appartiennent au Ministère des Affaires étrangères (Utenriksdepartementet : armes nationales avec la couronne royale, drapeaux nationaux) et aux autorités militaires (emblèmes d'unités, pavillons, bannières, etc.), tandis que les Archives nationales (Riksarkivet) sont l'organe consultatif pour les armoiries municipales approuvées par le gouvernement dans un décret royal. Il apporte conseil et expertise en matière de bon usage de l'héraldique aux communes ou aux organismes demandeurs de symboles, mais sans les contraindre. Ces derniers sont en effet libres de leur choix et ont le denier mot pour leur adoption finale. Dans la grande majorité, les entités administratives utilisent très largement et fidèlement ces emblèmes pour leur identité graphique. En Norvège, les 19 provinces et les 422 communes sont à ce jour toutes pourvues d'armoiries, ce qui est exceptionnel en comparaison à bien d'autres pays, à commencer par la France.
○  Cette approche a permis jusque là de faire barrage avec succès à l'usage croissant des logos, qui ailleurs prennent souvent l'avantage sur les armoiries traditionnelles. Une des raisons de ce succès de l'héraldique moderne est peut-être à attribuer au style minimaliste, comme celui des logos, érigé en norme héraldique pour une grande partie de la production la plus récente des emblèmes territoriaux et municipaux du pays. En effet, depuis les années '1930, ces règles peuvent se résumer à quelques principes essentiels : forme de l'écu français ancien (en ogive ou en tiers-point); pas d'ornements extérieurs; utilisation de deux couleurs ou émaux maximum; présentation d'une seule figure, au contour simplifié, à plat, sans ombre ni effet 3D, facilement identifiable, mais qui peut éventuellement être répétée plusieurs fois; la (ou les) figure(s) doit (doivent) bien remplir tout l'espace de l'écu. Voici d'ailleurs une parfaite illustration de ces règles fondamentales, avec cet échantillon de 24 communes :

 • Bien évidemment, toutes les règles ont leurs exceptions et nos amis norvégiens les ont admises et tolérées. C'est d'ailleurs une évidence qui se révèle pour l'ensemble de notre Top 10 ! La raison est toute simple : mises à part les communes n°5 et 8, toutes ces villes/communes très anciennes étaient déjà pourvues d'armoiries depuis plus d'un siècle, voire très anciennement: plusieurs siècles avant l'édiction des règles en vigueur. Les emblèmes actuels de ces communes ne sont donc juste qu'une refonte graphique, simplifiée, d'anciennes représentations héraldiques plus complexes, elles-mêmes souvent basées sur les figures primitives des sceaux médiévaux. Pour les villes n°1, 2 et 6 c'est d'ailleurs l'image circulaire du sceau originel qui sert d'armoirie.
ancien sceau de la ville d'Oslo (vers 1300) à gauche et sa retranscription sur armoiries à droite avec un écu à base arrondie
réalisée par l'héraldiste autrichien Hugo Gerard Ströhl en 1903 (la ville se nommait alors Kristiania)
L'image représente l'histoire et le martyre du saint patron de la ville: Saint Hallvard (XIe siècle).
variante des armoiries de la ville de Trondheim telles que dessinées
sur une planche extraite du livre: Die Wappen der wichtigsten städte
 Europa's in chromolithographischen abbildungen  (voir flipbook  → ICI)
publié par M. Ruhl à Leipzig (Allemagne) en 1902
On y voit le roi face à l'archevêque, les deux autorités de la ville
chacun dans son palais, sous l'oeil d'un saint, certainement saint Olaf.
📌 pour finir voici quelques explications nécessaires sur certaines figures qui peuvent paraître énigmatiques:
 • Le blason de la ville n°4 prend son origine sur un ancien sceau qui montrait un sarment de vigne avec trois feuilles et les deux vrilles caractéristiques. De la vigne en Norvège ? impossible, elle ne peut y être cultivée. Sans doute pour cette raison improbable, à certaines époques, on a remplacé les feuilles de vigne par des feuilles de chêne, de tremble ou encore de houblon... Pourtant c'est bien de la vigne qu'il s'agit et que les historiens ont confirmé, même si l'on ignore l'origine de sa symbolique. On a parfois spéculé sur la religion, le vin étant perçu comme le sang du Christ pour les chrétiens, ou la Sainte Trinité avec les trois feuilles, etc.... Stavanger est par ailleurs un ancien et grand port marchand et l'importation de vin étranger pouvait s'y pratiquer.
 • Le blason de la ville n°5 qui s'apparente à une tour aveugle et non crénelée se rapporte en fait à l'industrie locale de la chaux : c'est un four à chaux stylisé.
 • Le blason de la ville n° 8 montre un objet traditionnel populaire : un leirgauk, petite poterie en forme d'oiseau, qui sert d'instrument de musique, voisin de l'ocarina.





📖 source infos, textes et images blasons :
- no.wikipedia.org/wiki/Kommunevåpen_i_Norge
- no.wikipedia.org/wiki/Norges_kommuner#cite_note-9
- oddso.nvg.org/nlv/kommune.html#b
- no.wikipedia.org/wiki/Regler_for_norske_kommunevåpen
- no.wikipedia.org/wiki/Heraldikk
- snl.no/kommunevåpen
- www.heraldry-wiki.com/heraldrywiki/index.php?title=Norway







Si vous désirez en savoir plus sur le pays : la Norvège et ses emblèmes, c'est → ICI

A bientôt, pour un nouveau pays ... → ICI


Et pour revoir le pays précédent ...  → ICI





          Herald Dick
 









Norvege  Baerum Tromso





Aucun commentaire:

Publier un commentaire