samedi 6 septembre 2014

Histoire parallèle : août 1914-2014 :
1 - les villes décorées de la Légion d'Honneur : Liège
2 - le front sur le territoire de la Belgique.

 S  i vous venez visiter de temps à autre mes pages, vous pouvez trouvez deux thèmes que je poursuis : l'un relativement ancien, maintenant : les villes décorées de la Croix de la Légion d'Honneur et plus particulièrement celles qui font figurer la décoration dans leur blason, et un autre thème plus récent, les emblèmes de la Première Guerre mondiale.
Eh bien voici un post qui réunit les deux thèmes. Je rassure les internautes concernant la Légion d'Honneur :  je "saute" pour l'occasion un certain nombres d'années et de villes depuis le dernier volet (voir → ICI) afin de commémorer dans l'actualité la toute première ville non française qui reçut cette haute distinction de la République Française, en août 1914  : il s'agit de Liège, en Belgique. Voici les faits.

D'abord il est nécessaire pour comprendre, de résumer les étapes sur le front en Belgique aux premiers jours de la guerre. Bien sûr je continue d'illustrer ces épisodes, avec des documents d'époque uniquement. Ce sont surtout des cartes postales patriotiques et parfois humoristiques,  et de préférence agrémentées de drapeaux ou d'armoiries, puisque le blog est consacré à l'héraldique :

  • 31 juillet 1914 :   Mobilisation générale de l'armée belge, malgré sa déclaration de neutralité, face au danger imminent de la guerre.
 
  • 1er août :   Mobilisation générale en France et en Allemagne.

  • 2 août : l'Allemagne envahit le Luxembourg et adresse un ultimatum à la Belgique : elle doit laisser passer les armées et tout son matériel sur son sol en direction de la France. Le Royaume-Uni réaffirme sa volonté de défendre la neutralité de la Belgique en cas de violation de son territoire.  
"le bouchon de Liège "
• 3 août : l'Allemagne déclare la guerre à la France. Il est évident que l'ultimatum lancé à la Belgique est purement symbolique : ils passeront de toute façon ! Le roi des Belges, Albert Ier  rejette néanmoins la demande de l'Allemagne.

• 4 août : les troupes allemandes franchissent la frontière près d'Aix-la-Chapelle et pénètrent en Belgique dans la province de Liège.
Le roi Albert Ier lance un appel au Royaume-Uni et à la France.
En réaction immédiate, le Royaume-Uni et l'Empire britannique adressent une déclaration de guerre à l'Allemagne.



 • 5-16 août : bataille de Liège.
Première étape du plan d'attaque (le Plan Schlieffen) mis au point par l'état-major allemand.

le personnage qui se bouche les oreilles est bien sûr le Kaiser Guillaume II, reconnaissable à ses moustaches en ailes d'hirondelle
• 5 août : premières exactions allemandes signalées en Belgique contre des civils à Berneau et à Soumagne. Ces crimes de guerre vont se généraliser pendant toute la campagne de Belgique ainsi que dans les territoires frontaliers en France.

 • 10-28 août : bataille des Frontières.
Le terme désigne la toute première phase des combats de la Première Guerre mondiale sur le front Ouest en août 1914, juste après la mobilisation des différents belligérants. Ce sont une suite d'affrontements entre les troupes allemandes et franco-britanniques le long des frontières franco-belge et franco-allemande.

• 12 août : les régiments de cavalerie belges et allemands se battent à Haelen. C'est une des rares victoires belges, "à l'ancienne" : au galop et sabres au clair. Ce type de combats ne se verra plus.

• 16 août : Prise de Liège par les Allemands. Reddition du Général Léman. Le dernier fort capitule et l'armée allemande peut se "répandre" dans toute la Belgique.
carte humoristique avec un jeu amusant, cliquez sur l'image pour l'agrandir ( ne salissez pas votre écran d'ordi tout de même !)
Manneken Pis sur le Reichsadler

 • 19-20 août : Les troupes Allemandes entrent à Bruxelles. 
 Échec de la percée française en Lorraine (19-20 août). Les IIIe et IVe armées se replient derrière la Meuse.
      
carte postale allemande célébrant l'entrée de son armée sur la Grand Place de Bruxelles le 20 août

 • 20 août :  Capitulation de Namur. L’armée belge en infériorité, se replie sur Anvers et son port.

 • 21 août : Après leur débarquement dans les ports français, les troupes britanniques, transitant par Maubeuge, prennent la direction de Mons en Belgique. 

 • 22 août : Bataille de Rossignol et massacre de Tamines
C' est le jour le plus meurtrier de l'Histoire de France : 27 000 soldats français sont tués pendant cette seule journée dans les Ardennes belges (quatre fois plus qu'à Waterloo), dont près de la moitié à Rossignol. Les chefs aussi meurent ! deux généraux français : Raffenel et Rondony sont tués ou mortellement blessés; 


  • 23 août : la Bataille de Mons, ou bataille des Anges de Mons, est le premier engagement de la British Expeditionnary Force. 
 L'offensive française dans les Ardennes belges tourne au désastre. les pertes sont énormes.  La France perd la bataille des Frontières. Retraite vers la Marne. Et pourtant le Général Joffre, commandant en chef et premier responsable de ce fiasco garde son poste.
       .
belle carte postale française montrant la British Expeditionnary Force commandée par le Général John French
• 25 août :  repli des Alliés sur le Grand-Couronné de Nancy.
 Batailles de Charleroi. Les Alliés doivent se replier.
Les tirailleurs algériens, appelés aussi "Turcos", étaient des unités d’infanterie
appartenant à l'Armée d'Afrique sous le commandement de l’armée de terre française.
Ici nous les voyons à l'assaut, dans leurs tenues :  presque pas voyantes !

 • 26 août : Retraite réussie des Alliés à la bataille du Cateau.
  • 28 août : l'armée française enfermée dans les fortifications de Maubeuge tient tête et monopolise les forces ennemies, qui feront défaut pour la suite.
 • 29 août : Bataille de Guise. L'armée française en retraite, contre-attaque et désorganise la machine de guerre allemande qui doit revoir ses plans et son objectif vers Paris.
  • 31août : Les troupes franco-britanniques franchissent la Marne. Les Allemands entrent à Senlis. 

  A ce moment la Belgique est totalement à la merci des envahisseurs. Seules les provinces flamandes tiennent encore, mais pour combien de temps ? 


armoiries de Liège avec la Croix de Légion d'Honneur et les drapeaux des Alliés
En reconnaissance de sa résistance héroïque, la France attribuait dès le 7 août 1914 la Légion d'honneur à la Ville de Liège, première ville étrangère ainsi décorée.
Dès le 7 août 1914, le Président de la République française, Raymond Poincaré, sur proposition de son ministre des Affaires étrangères, Gaston Domergue, décidait de décerner la Légion d'honneur à la Cité ardente en reconnaissance de la résistance héroïque des défenseurs de la Place de Liège (les douze forts et la 3ème Division d'Armée commandée par le Lieutenant-Général Leman).

Le décret présidentiel était publié au Journal Officiel et Liège devenait la première ville étrangère à recevoir cette décoration.
Seulement 5 villes étrangères l'ont reçue à ce jour ( Liège, Belgrade, Luxembourg, Stalingrad/Volgograd et Alger)

C'est le 24 juillet 1919 que la cérémonie officielle de remise de cette distinction eut lieu à Liège, en présence du Roi Albert Ier et de la Reine Élisabeth, du Président Poincaré, du Maréchal Foch et du Conseil municipal de Paris au grand complet.
Plus de 120.000 personnes sont présentes place Saint-Lambert lorsque le Bourgmestre de la Ville de Liège, Gustave Kleyer, tend vers la foule le coussin sur lequel est épinglé la Croix de la Légion d'honneur. Les cris de joie de la foule viennent se mêler à la Brabançonne, à la Marseillaise et aux Valeureux Liégeois. C'est toute une ville qui est en liesse avec la construction de plusieurs arcs de triomphe, des immeubles décorés de drapeaux et une foule qui vit sa joie d'être libre et honorée. 

source textuelle : http://www.provincedeliege.be/fr/liege1418/legiondhonneur
  

• Extraits du Journal officiel français du 8 août 1914 :

Paris, le 7 août 1914

Monsieur le Président,

Au moment où l'Allemagne, violant délibérément la neutralité de la Belgique, reconnue par les traités, n'a pas hésité à envahir le territoire belge, la ville de Liège, appelée, la première, à subir le contact des troupes allemandes, vient de réussir, dans une lutte aussi inégale qu'héroïque, à tenir en échec l'armée de l'envahisseur.

Ce splendide fait d'armes constitue, pour la Belgique et pour la ville de Liège en particulier, un titre impérissable de gloire dont il convient que le gouvernement de la République perpétue le souvenir mémorable en conférant à la ville de Liège la croix de la Légion d'honneur.

J'ai, en conséquence, l'honneur de vous prier de vouloir bien revêtir de votre signature le projet de décret ci-joint, approuvé par le Conseil de l'Ordre de la Légion d'honneur et décidant que la croix de la Légion d'honneur est conférée à la ville de Liège.

Le ministre des Affaires étrangères, Gaston Doumergue.
Le Président de la République Française

Sur la Proposition du Ministre des Affaires étrangères

DÉCRÈTE:

Article Premier. — La croix de chevalier de la Légion d'honneur est conférée à la ville de Liège.

ART. 2. — Le ministre des Affaires étrangères et le grand chancelier de l'Ordre sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent décret.

Fait à Paris, le 7 août 1914.

Par le président de la République.
R. Poincaré

Le ministre des Affaires étrangères
Gaston Doumergue




• Une cérémonie commémorative a eu lieu le 4 août 2014 à Liège avec la présence de du président François Hollande : → ICI , un évènement passé totalement inaperçu dans la presse en France.
 LIÈGE : "De gueules à une colonne posée sur trois degrés soutenus de trois lions
couchés et sommée d'une pomme de pin soutenant une croix pattée; la dite colonne
 accostée à dextre de la lettre L et à senestre de la lettre G, le tout d'or ".
Timbre : couronne murale. L et G pour Libertas Gentis en latin.
la collection complète et actualisée des décorations de la ville de Liège :
1/ à gauche :   la Croix de Guerre italienne 1914-1918
2/ au centre gauche : la Croix de Guerre belge 1940 avec palme.
3/ au centre droit :  la Croix de la Légion d'Honneur française.
4/ à droite : la Médaille militaire pour la bravoure, en or, du Royaume
des Serbes, Croates et Slovènes.
Liège reçut également pour sa résistance la Croix de guerre italienne en 1923, la médaille militaire pour bravoure du royaume des Serbes, Croates et Slovènes (la future Yougoslavie) en 1926 et la croix de guerre belge en 1940, mais celle-ci c'est pour des faits durant la Seconde Guerre mondiale. 
C'est aussi en hommage à la ville de Liège qu'à Paris on donna des dérivés au café et au chocolat viennois pour les renommer café ou chocolat... liégeois ! Et la station du métro  parisien nommée "Berlin" est rebaptisée "Liège".
 • voir ce reportage de la RTBF→ ICI


 À noter, aussi, pour être complet que  : quelques autres villes belges, tout aussi martyres et courageuses que Liège, ont reçu la Croix de Guerre française 1914-1918 :  Anvers, Dinant, Dixmude, Furnes, Louvain, Namur, Nieuport, Poperinghe, Rossignol, Ypres.


                   Herald Dick

Bonus pour amateurs de cartes postales anciennes et images d'héraldique :

Voici d'abord  une petite sélection d'images à coller dans des albums, sur les Provinces des Pays-Bas historiques (collection de la série flamande :  's Lands Glorie, vers 1950 ).





Puis des cartes postales des provinces belges de l'époque qui nous occupe : 1914-1918, donc ne cherchez pas le Brabant wallon qui est une création récente.

province de Flandre Occidentale (West-Vlaanderen)
capitale : Bruges (Brugge)

province de Flandre Orientale (Ost-Vlaanderen)
capitale : Gand (Gent)
province d' Anvers (Antwerpen)
 capitale : Anvers (Antwerpen)

province du Brabant 
 capitale : Bruxelles (Brussels)
province du Limbourg (Limburg)
capitale : Hasselt

province de Liège (Luik)
 capitale : Liège (Luik)
province du Hainaut (Henegouwen)
 capitale : Mons (Bergen)

province de Namur (Namen)
  capitale : Namur (Namen)
province du Luxembourg (Lëtzebuerg)
 capitale : Arlon (Arel - Aarlen)

colonie du Congo belge
 capitale : Léopoldville (Kinshasa)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire