samedi 23 juin 2012

L' Euro 2012 de football illustré par les blasons : 3ème semaine


Nous voici arrivés dans la  phase des rencontres par éliminations directes avec les Quarts de finale. Les meilleurs de chaque groupe rencontrent les seconds d'un autre groupe. Terminées les tentations de "calcul" par éviter telle ou telle équipe au prochain tour, pour passer il faut marquer des buts et battre son adversaire, pas d'autre alternative. Tout ce que nous demandons, c'est du beau jeu et des comportements dignes. Voilà pour l'aspect sportif...

Sur le plan de l'héraldique ; il faudrait maintenant que je vous dise quelques mots sur les armoiries de l' Ukraine , que vous avez dû remarquer :
petites armoiries
de l' Ukraine (1992)

"d'azur au chiffre
d'Ukraine : le tryzub d'or"
monnaie du Prince Vladimir le Grand
(XIe siècle) avec le tryzub


Ce curieux trident nous vient d'une tradition très ancienne, antérieure à l’apparition de l'héraldique en Europe (qui date du milieu du XIIe siècle). Les princes et souverains  utilisaient pour la signature des actes officiels, lettres et messages,  un "chiffre" que l'on retrouvait évidement sur les sceaux en cire qui authentifiaient ces documents, mais aussi sur les pièces de monnaie d'or et d'argent.  Dans les pays slaves , ce système était également pratiqué et c'est ainsi qu'apparait ce trident pour la dynastie qui régnait sur ce pays : les Rurik à partir du IXè siècle et en particulier Volodymir ou Saint Vladimir le Grand (~958-1015),  Prince de Kiev.
En fait de trident, on pense qu'il s'agit plutôt de la représentation d'un faucon en chasse, piquant vers le sol, figuré ainsi de manière très stylisée. Le faucon faisait partie des divinités naturelles pour les peuples slaves.
Comme on peut le voir sur cet arbre généalogique des symboles : chaque génération adoptait un nouveau chiffre , à l'instar des brisures en héraldique...
St.Vladimir Ier

Cependant avec l'expansion de l'Empire de Russie, qui annexa la région du Dniepr jusqu'à la Mer Noire à la fin du XVIIIè siècle,  ce symbole s'est mis en retrait de l'Histoire. Jusqu'en 1917 , où il est réapparu comme le symbole patriotique de l'éphémère République Populaire d'Ukraine, très peu de temps avant son intégration dans l'Union Soviétique (URSS). C'est tout naturellement qu'en 1990 avec l'accession à l'indépendance du pays , qu'il  a été définitivement adopté, comme emblème héraldique national.
grandes armoiries de l' Ukraine (1996)
"d'azur au tryzub (trident) d'or"
supports et tenants : à dextre , le lion de Galicie (ancienne province), d'or, armé et lampassé de gueules.
à senestre : un guerrier cosaque de carnation armé, en tenue d'apparat, d'or et de gueules.
couronne slave à facettes avec icônes, dont Saint Michel - feuilles d'acanthes or et azur
sous l'écu :  ruban aux couleurs de l'Ukraine, épis de blé - feuilles d'acanthe aux couleurs
 et une grappe de fruits du sorbier (Sorbus aucuparia) versée.



 Reprenons maintenant notre calendrier illustré par les logos des équipes nationales, pour les Quarts de finale:  à noter (pour les non spécialistes en histoire du foot) : la présence des étoiles à cinq branches sur certains emblèmes,  qui correspond au nombre de victoires à la Coupe du Monde !



Jeudi 21 juin 2012 :  République Tchèque - Portugal à Varsovie 


Vendredi 22 juin 2012 :  Allemagne - Grèce à Gdansk








 




Samedi 23 juin 2012 :  Espagne - France à Donetsk













 Dimanche 24 juin 2012 :  Angleterre - Italie à Kiev














 Pour moi  : le classement final des équipes pour la qualité héraldique de leurs emblèmes - (voir tous les logos sur les messages précédents) est celui-ci (je rappelle que c'est un classement totalement subjectif !!) ...
  1. Espagne          -   10/10 
  2. Rép. Tchèque  -  9,5/10 
  3. Angleterre         -   9/10 
  4. Portugal            -  8,5 /10 
  5. Pologne            -  7,5/10 
  6. Russie              -   7/10 
  7. Croatie             -  6,5/10
  8. Suède                -   6/10
  9. Ukraine             -  5,5/10 
  10. Allemagne         -   5/10
  11. Italie                  - 4,5/10
  12. Pays-Bas          -   4 /10
  13. Grèce              -   3 /10
  14. Irlande               -  2 /10
  15. France              -  1,5 /10 
  16. Danemark          -   1/10


Nous avons vu les deux premières premières semaines, que les 16 équipes nationales et leurs staffs étaient hébergés dans des sites confortables et bien équipés, mis à leur disposition dans certaines villes des deux pays hôtes.

Trois équipes : les Pays-Bas , l'Italie et l'Angleterre sont hébergées dans les lieux distincts bien sûr , mais toutes dans la grande cité polonaise de Cracovie / Kraków , où les habitants semblaient frustrés de ne pas accueillir de matchs : mais il a fallu faire un choix pour l'UEFA,  et Cracovie n'a pas été retenue.
armoiries de Cracovie / Kraków (2002)

écu polonais couronné d'or:
"d' azur à la porte de ville de gueules maçonnée 
de sable, ouverte du champ, herse d'or levée,
aux vantaux d'or ouverts, sommée de trois tours
crénelées ajourées de sable; dans l'ouverture :
 une aigle d'argent éployée bescquée,
 membrée et couronnée d'or.

On notera que le blason de Cracovie est un cas d'enquerre sur les couleurs azur/gueules, étrange pour une ville de cette importance (la seconde ville de Pologne) qui  ne respecte pas les règles fondamentales de l'héraldique ! C'est une modification récente,  les précédentes armoiries étaient bien conformes, avec des couleurs évidemment différentes ...

 
 Passons maintenant aux villes qui accueillent les matchs, pour cette semaine, nous partons à Gdańsk, en Pologne, puis nous irons à Donetsk, en Ukraine (cf. la carte au début).






période prussienne, jusqu'en 1918
la ville portait alors son nom allemand : Danzig
Elle fut une des grandes cités adhérentes
à la Ligue de la Hanse du Nord qui a ainsi
donné le départ à sa réputation de grand port
 européen, qu'elle a toujours conservé.






timbre poste de 1921
suite à la Première Guerre Mondiale, en 1920,
la SDN qui deviendra plus tard l'ONU octroie
à la ville de Danzig le statut de "Ville libre".
Rattachée à la Pologne, elle est reliée par le fameux
 "Corridor de Dantzig" : bande de territoire qui sépare
 la partie occidentale de l'Allemagne
 de la Prusse orientale (Elbing, Königsberg, Memel). 
Pas pour longtemps : Danzig sera bombardée et
occupée par l'Allemagne de Hitler de 1939 à 1945.









armoiries actuelles de Gdańsk
" de gueules à deux croisettes pattées d'argent posées en pal , surmontées d'une couronne d'or" 
tenants  : deux lions rampants d'or   - la devise peut être traduite par "sans aléa, sans crainte"
les croix viennent des Chevaliers Teutoniques qui ont régné sur la Poméranie pendant près de deux siècles.
Le blason date de 1457 et a été donné par le roi de Pologne Casimir IV Jagellon, vainqueur de l'Ordre prussien, d'où la couronne.
belles ferronneries portant les armes de la ville
(fronton d'une maison de Gdańsk)


armoiries actuelles de Donetsk
" coupé d'azur, cousu de sable au poing fermé tenant un marteau d'or brochant ,
une étoile d'or dans le canton supérieur senestre" 
tenants  : deux partisans et leurs drapeaux d'argent : à dextre un mineur avec son casque et un outil dans la main, à senestre un soldat tenant une épée - timbre : couronne murale portant la date de 1869 - ornements végétaux, chêne, lauriers, roses, et rubans aux couleurs de la ville - et sur un ruban rouge et or : le nom de la ville en alphabet cyrillique : Донецк
Donetsk est une ville fondée récemment, en 1869, en pleine steppe, pour développer un énorme complexe industriel autour des mines de charbon du Donbass et de la sidérurgie.C'est maintenant une agglomération de près d'1 million d'habitants. Les armoiries sont d'une facture très soviétique, qui lui apporte un charme rétro
indéniable. Mais on peut ne pas aimer du tout cet art "prolétaire" , un peu martial . Pour tempérer cette impression , voici le drapeau et le blason de l'oblast ( la région administrative) dont Donetsk est la capitale :
drapeau de l’ oblast de Donetsk
armoiries de l’ oblast de Donetsk (1999)

"d'or au palmier de métal forgé d'azur
planté sur une terrasse de sable incurvée"
branches de chêne - couronne stylisée 
la devise peut se traduire par :
"l'œuvre est la preuve du talent" 
Dans ces images symboliques , on peut y voir encore l'impact de l'industrie locale,  avec le noir pour le bassin houiller et le chef-d'œuvre de ferronnerie pour l'industrie métallurgique. Je n'ai pas trouvé l'argument pour le soleil du drapeau.



Si vous aimez toujours  cet angle de traitement de l'Euro 2012,  je vous propose de me retrouver le 27 juin 2012 pour les demi-finales où nous visiterons Varsovie.

A bientôt ... et bon match !!!


          Herald Dick
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire