vendredi 6 janvier 2017

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Picardie (additions) - les châtellenies de Flandres

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →


  Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Picardie. Dans les quatre précédents chapitres, nous avons déjà évoqué les territoires reconquis successivement par les armées de Louis XIII, puis celles de Louis XIV, et rattachés à la couronne de France,selon les termes des différents traités signés entre la France et l'Espagne. Nous avons au début traité le retour d'une petite partie de la Flandre maritime, le pays de Dunkerque (en 1658), puis ce fut l'Artois (en 1659), puis une autre partie de la Flandre : la châtellenie de Lille (en 1668), les pays de Tournai, de Courtrai (en 1668) et bien plus tard les places de Saint-Omer, Aire-sur-la-Lys et le Cambrésis (en 1678).
 Nous allons donc nous mettre dans la situation d'un observateur qui remonterait le temps et aurait mis le curseur d'arrivée sur une date comprise entre 1669 et 1678, avec ce cinquième volet consacré aux  nouveaux territoires conquis et annexés à la France par le traité d'Aix-la-Chapelle en 1668. Plus tard, une partie de ces places fortes et châtellenies seront restituées à l'Espagne en 1678, avec la signature du traité de Nimègue.

  Nous prolongeons donc l'exploration du chapitre 8 consacré à la réunion à la France de plusieurs territoires de la Flandre maritime, situés à cheval sur l'actuelle frontière franco-belge. La Planche nomme cette zone la "Flandre teutonne", car néerlandophone, en opposition à la "Flandre romane", qui est elle francophone. C'est dans ce volet que nous allons croiser l'Histoire, en temps réel, avec ces quelques villes qui ne seront françaises que durant un certain nombre d'années limité, telles que Ypres, Furnes, Poperinge, etc... de 1668 à 1678. L'histoire se répètera pour  certaines pendant quelques années encore durant les guerres de la France contre l'Autriche, puis celles de la Révolution française, au siècle suivant, et enfin sous le 1er Empire (voir →ICI) avec une nouvelle grande annexion de tous les Pays-Bas cette fois.


    Revenir à l'épisode précédent →




Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un an, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir 


la zone en rose est en territoire français, en bleu : c'est le territoire belge





  Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume I. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

 (*)  Armorial Général de France -   volume XII  -  Flandres   (BNF Paris) 


Ypres / Ieper (Belgique -
 province de Flandre occidentale)


Bergues
( France - dépt du Nord)



Furnes / Veurne (Belgique -
 province de Flandre occidentale)


Cassel
( France - dépt du Nord)


Bailleul
( France - dépt du Nord)


Poperinge (Belgique -
 province de Flandre occidentale)



ancienne commune de Warneton
(Belgique - Province de Flandre orientale)
 actuelle commune de Comines-Warneton
(Belgique - Province de Hainaut)



Wervik (Belgique -
 province de Flandre occidentale)



Merville
( France - dépt du Nord)



[_)-(_]


# pour être complet avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter cette belle série de villes de Flandre, correspondant à la région étudiée dans cette page, donc de part et d'autre de la frontière franco-belge, mais qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche.
  On remarquera les noms parfois étranges qui ont été enregistrés par d'Hozier, qui devait avoir des soucis pour orthographier les toponymes flamands ! 
  Comme précédemment j'ai mis en dessous le blason actuel de chaque localité ou commune. On sera sans doute étonné par la constance dans le temps presque complète des blasons à travers les siècles, chose assez rare avec les dessins enregistrés par Charles d'Hozier, parfois de façon peu fiables, car attribués de manière arbitraire :

Reningelst   (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)


La Gorgue  (France,
département du Nord)

Hondschoote  (France,
département du Nord)

Roulers / Roeselare (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)

Pitgam  (France,
département du Nord)


Morbecque  (France,
département du Nord)


ancienne commune de Lo / Loo
 (Belgique - Province de Flandre occidentale)
actuelle commune de Lo-Reninge
 (Belgique - Province de Flandre occidentale)


Lederzeele  (France,
département du Nord)

Watten  (France,
département du Nord)


Caëstre  (France,
département du Nord)

Meteren  (France,
département du Nord)

Locre / Loker (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)


Messines / Mesen (Belgique -
 Province de Flandre occidentale)


Estaires  (France,
département du Nord)

Hazebrouck  (France,
département du Nord)

Nieuwkapelle (commune de Dixmude /
Belgique - Province de Flandre occidentale)







A bientôt pour une nouvelle série ...
   

 
Crédits :
les blasons "modernes" des communes françaises sont empruntés  à :
armorialdefrance.fr/ 
-  commons.wikimedia.org/wiki/
et pour les communes belges  :
- commons.wikimedia.org/wiki/
- www.ngw.nl/heraldrywiki/index.php?title=Heraldry_of_the_world
- www.mesen.be/


    Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly : www.bibliotheque-conde.fr/



             Herald Dick  
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire