mercredi 21 décembre 2011

Il était une fois ... les fables illustrées par les blasons #02


C'est bientôt Noël et une merveilleuse occasion de revenir sur les contes de notre enfance , et plus particulièrement sur les fables de Jean de la Fontaine (1621-1695) dont j'avais commencé le récit il y a quelques mois: voir les fables #01.  Alors,  voici 5 nouvelles belles histoires, certaines très célèbres et d'autres plus rares, illustrées à ma façon ...


1- Le Chêne et le Roseau


Le Chêne un jour dit au Roseau :
Echallens
( village de Suisse - Canton de Vaud )

"Vous avez bien sujet d'accuser la Nature ;
Un Roitelet pour vous est un pesant fardeau.   
Le moindre vent, qui d'aventure
Fait rider la face de l'eau,
Vous oblige à baisser la tête :
Cependant que mon front, au Caucase pareil,
Non content d'arrêter les rayons du soleil,
Brave l'effort de la tempête.
Tout vous est Aquilon, tout me semble Zéphyr.
Encor si vous naissiez à l'abri du feuillage
Dont je couvre le voisinage,
Vous n'auriez pas tant à souffrir :
Je vous défendrais de l'orage ;
Mais vous naissez le plus souvent
Sur les humides bords des Royaumes du vent.
La nature envers vous me semble bien injuste.
Gabčíkovo
 (village de Slovaquie)






- Votre compassion, lui répondit l'Arbuste,
 Part d'un bon naturel ; mais quittez ce souci.
Les vents me sont moins qu'à vous redoutables.
Je plie, et ne romps pas. Vous avez jusqu'ici
Contre leurs coups épouvantables
Résisté sans courber le dos ;
Gemerská Poloma
 (village de Slovaquie)








Mais attendons la fin."Comme il disait ces mots,
Du bout de l'horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût portés jusque-là dans ses flancs.
L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'Empire des Morts.





2 - L'Araignée et l'Hirondelle

Arañuel
 (village d'Espagne - C.A. de Valencia)
O Jupiter, qui sus de ton cerveau,
Par un secret d'accouchement nouveau,
Tirer Pallas, jadis mon ennemie,
Entends ma plainte une fois en ta vie.
Progné me vient enlever les morceaux ;
Caracolant, frisant l'air et les eaux,
Elle me prend mes mouches à ma porte :
Miennes je puis les dire ; et mon réseau
En serait plein sans ce maudit oiseau :
Je l'ai tissu de matière assez forte.
Ainsi, d'un discours insolent,
Se plaignait l'Araignée autrefois tapissière,
Et qui, lors étant filandière,
Prétendait enlacer tout insecte volant.

Aasiaat
(commune du Groënland)







La soeur de Philomèle, attentive à sa proie,
Malgré le bestion happait mouches dans l'air,
Pour ses petits, pour elle, impitoyable joie,
Que ses enfants gloutons, d'un bec toujours ouvert,
D'un ton demi-formé, bégayante couvée,
Demandaient par des cris encore mal entendus.
Lasinja
(village de Croatie)









La pauvre Aragne n'ayant plus
Que la tête et les pieds, artisans superflus,
Se vit elle-même enlevée.
L'Hirondelle, en passant, emporta toile, et tout,
Et l'animal pendant au bout.
Jupin pour chaque état mit deux tables au monde.
L'adroit, le vigilant, et le fort sont assis
A la première ; et les petits
Mangent leur reste à la seconde

Donzenac
(France - Corrèze)
 
 
  
Pallas :  La Fontaine parle ici d’Athéna, déesse grecque de la sagesse, sortie toute casquée de la tête de Jupiter ; elle est aussi la déesse des femmes qui tissent (ne pas la confondre avec Pallas, le favori de l’empereur Claude qui assassina celui-ci avant d’être assassiné lui-même par Néron).
Progné : sœur de Philomèle et femme de Thérée. Pour venger sa sœur violée par Thérée, elle tua le fils de celui-ci, le fit rôtir et le donna à manger à son père. Elle fut changée en rossignol
Mon réseau : ma toile(d'araignée).
Filandière : une personne qui file, par opposition à la tapissière qui, elle, exécute des tapisseries ou des tapis.
Philomèle : sœur de Progné ; elle fut changée en hirondelle
Bestion : petite bête, bestiole.
Aragne : araignée en vieux français
Jupin : surnom familier de Jupiter.



3 - Le Villageois et le Serpent

Esope conte qu'un Manant,
Charitable autant que peu sage, 
Valaska
 (village de Slovaquie)

Un jour d'Hiver se promenant
A l'entour de son héritage,
Aperçut un Serpent sur la neige étendu,
Transi, gelé, perclus, immobile rendu,
N'ayant pas à vivre un quart d'heure.
Le Villageois le prend, l'emporte en sa demeure,
Et sans considérer quel sera le loyer
Bettlach
(France - Haut-Rhin)














D'une action de ce mérite,
Josef Hadju
 (armes familiales de Slovaquie)

 Il l'étend le long du foyer,
Le réchauffe, le ressuscite.
L'Animal engourdi sent à peine le chaud,
Que l'âme lui revient avecque la colère.
Il lève un peu la tête, et puis siffle aussitôt,
Puis fait un long repli, puis tâche à faire un saut
Contre son bienfaiteur, son sauveur et son père.
Ingrat, dit le Manant, voilà donc mon salaire ?
Tu mourras. A ces mots, plein de juste courroux,
Il vous prend sa cognée, il vous tranche la Bête,
Il fait trois Serpents de deux coups,
Un tronçon, la queue, et la tête.
L'insecte sautillant cherche à se réunir,
Mais il ne put y parvenir.
Il est bon d'être charitable ;
Mais envers qui ? c'est là le point.
Quant aux ingrats, il n'en est point
Qui ne meure enfin misérable.









4 - La Colombe et la Fourmi


Daubensand
(France - Bas-Rhin)
L'autre exemple est tiré d'animaux plus petits.
Le long d'un clair ruisseau buvait une Colombe,
Quand sur l'eau se penchant une Fourmi y tombe.

Etschberg
(village d' Allemagne)
Et dans cet océan l'on eût vu la Fourmi
S'efforcer, mais en vain, de regagner la rive.
La Colombe aussitôt usa de charité :
Un brin d'herbe dans l'eau par elle étant jeté,
Ce fut un promontoire où la Fourmi arrive.
Elle se sauve ; et là-dessus
Passe un certain Croquant qui marchait les pieds nus.
Ce Croquant, par hasard, avait une arbalète.
Dès qu'il voit l'Oiseau de Vénus
Il le croit en son pot, et déjà lui fait fête.
Tandis qu'à le tuer mon Villageois s'apprête,
Majur
(village de Croatie)

La Fourmi le pique au talon.
Le Vilain retourne la tête :
La Colombe l'entend, part, et tire de long.
Le soupé du Croquant avec elle s'envole : 
Point de Pigeon pour une obole.












5 - Le Corbeau et le Renard


Lepoglava *
(village de Croatie)

Cermes / Tscherms
(village d' Italie -
Trentin-Haut-Adige)
Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait en son bec un fromage.
Maître Renard, par l'odeur alléché,
Lui tint à peu près ce langage :
Que vous êtes joli !
que vous me semblez beau !
Sans mentir, si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,





Chlebnice
 (village de Slovaquie)
 














Vous êtes le Phénix des hôtes de ces bois.
"A ces mots le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Vychy Tvarozek *
 (village de Slovaquie)
Et pour montrer sa belle voix,
Il ouvre un large bec, laisse tomber sa proie.
Le Renard s'en saisit, et dit : "Mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur
Vit aux dépens de celui qui l'écoute :
Cette leçon vaut bien un fromage, sans doute.

Le Corbeau, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus
.


les armoiries proviennent  de la ville de Pons
 (France - Charente-Maritime)

(*) blasons légèrement retouchés pour coller avec le texte ou la mise en page



Herald Dick

1 commentaire:

  1. Merci Arnaud et ... merci à la Slovaquie et aussi la Croatie entre autres, qui m'inspirent énormément avec leurs blasons atypiques.

    RépondreSupprimer