mercredi 12 février 2014

Les blasons font du ski ! ... tout sur le planté de bâton, en pal ou en sautoir.

Un jour, il y a plusieurs milliers d'années, dans une contrée du nord de l'Europe ou peut-être en Asie centrale, rien n'est certain ! un homme (ou une femme) a eu l'idée de fixer ses pieds sur deux planches de bois. Il a trouvé que c'était bien plus commode pour se déplacer sur la neige et même qu'il pouvait aller beaucoup plus vite qu'en marchant. Le ski est né. En Europe occidentale, la connaissance du ski est évoquée par certains savants de l’Antiquité dont Hérodote (historien grec du Ve avant J.C.), puis elle est tombée dans l’oubli pendant le Moyen Age.
gravure rupestre de l'ile de Rødøy en Norvège (-4 000 av. J.C.)
le très joli blason de la ville de Lillehammer
(ville olympique de Norvège en 1994)
 Il date de 1898. Le sujet est un Birkebeiner
 (soldat d'une faction de combattants au cours
 des guerres civiles en Norvège vers les XIIe et
 XIIIe siècles).
 Cependant, il est possible de retracer les principaux lieux d’utilisation des skis à partir d’écrits et de légendes. Ainsi, on retrouve l’usage du ski en Europe du nord et en Chine.
Dans les montagnes de l’Altaï au nord-ouest de la Chine, les Dingling utilisaient des planches de bois pour se déplacer rapidement sur la neige, pour chasser et faire la guerre.
commune de Vimpeli (Finlande)
une flamme d'or accostée de deux
skis d’argent placés en chevron inversé.
Par contre, dans la province de Jilin, au nord-est de la Chine, des populations Han pratiquaient le ski aussi sous une forme récréative, et parfois même compétitive (à la fin de la saison de chasse).
commune d'Alvdal (Norvège)
deux skis en bande mouvants du flanc senestre
En Scandinavie, le ski était un moyen de déplacement habituel en hiver, mais aussi utilisé pour la guerre . Les norvégiens perfectionnèrent leur technique de descente, tandis qu'en Suède, Finlande et Russie se développaient des techniques de progression sur terrain plat.
En Norvège, l'usage des skis était si répandu qu'il est déjà fait mention, en 1050, d'une course à ski nommée la "saga du roi Harald". Dans le reste de l’Europe occidentale, l’usage du ski reste quasiment inconnue.
gravure scandinave : chasseurs à skis au Moyen-âge

folio d'un codex médiéval scandinave montrant le dieu
Ullr (Ollerus en latin) qui est, dans la mythologie
nordique, un dieu ase, fils de Sif, et adopté par Thor.
Il est le Dieu de la chasse et de l'hiver. Son bouclier
 particulier servait aux guerriers à se protéger.
Il pouvait également voguer sur l’eau grâce à son bouclier.




Le mot "ski" est apparu en France vers 1842, avant on appelait ces objets des "patins". C'est un mot qui  nous vient de Norvège, ce n'est pas un hasard, et qui signifie en gros : "morceau de bois".
Pierre runique de Böksta (Suède), détail montrant
 le dieu Ullr armé d'un arc et sur des skis.
Ullr est devenu de fait le dieu des skieurs !

















Le ski sportif fait son apparition au milieu du XIXe siècle, en Norvège. Il se répand ensuite rapidement dans toute la Scandinavie. Les premières compétitions ont lieu en Norvège et en Australie, dans les années 1850 et 1860, après la mise au point des skis et de diverses techniques par Sondre Nordheim dans la province de Telemark (qui a donné son nom à une technique de ski spectaculaire et élégante, intermédiaire entre le ski de fond et le ski alpin), en Norvège.
skis et bâtons : blasons des communes de gauche à droite :
1 / Trysil (Norvège)  -  2 / Anttola (Finlande)  -   3 / Ullava ( Finlande)
pour être exact le n° 3 montre une paire de skis pour marcher dans les tourbières (marécages) et pas seulement sur la neige.
 samis (lapons) en skis - estampe 1767
L’Association norvégienne de ski est fondée en 1883 et la première compétition internationale a lieu en 1892 près de Christiania (aujourd’hui Oslo). En compétition, les épreuves de ski nordique et de ski alpin sont disputées séparément, mais les prix sont attribués après addition des scores obtenus dans les deux épreuves. Dans les années 1880 et 1890, le ski se développe progressivement dans d’autres pays d’Europe, en grande partie grâce à l’ouvrage de l’explorateur norvégien Fridtjof Nansen retraçant son voyage à ski à travers le Groenland en 1888.
guerriers russes chaussés de skis en campagne contre les Lituaniens
 (au XVIIIe s.) - tableau du peintre russe Sergueï Vassilievitch Ivanov - 1903
deux représentations du blason de la commune de Bloke (Slovénie)
montrant un montagnard utilisant une perche pour se déplacer à skis
Côté héraldique : un des plus anciens blasons connus avec le motif de skis est celui de la ville norvégienne de Skien , elle-même une des plus anciennes villes d'origine viking de Norvège. Les armes sont apparemment "parlantes", ci-dessus : sculptées dans un décor de bois doré de l'église paroissiale (1618). Ci-dessous : sur des sceaux de la ville vers 1609 et1680 et une représentation actuelle.  La croix chrétienne qui reliait les skis s'est transformée en bâtons de skis au cours des siècles.
Le premier club de ski suisse est fondé en 1893 et le début du XXe siècle est marqué par l’âge d’or du ski dans les Alpes. La technique du ski alpin est codifiée par l’Autrichien Mathias Zdarsky, à la fin du XIXe siècle. Les amateurs britanniques contribuent au développement des sports d’hiver et des compétitions. La plupart des grandes expéditions visant à explorer et délimiter le territoire alpin sont entreprises à cette époque. Le premier club allemand est fondé en 1890, et des compétitions sont organisées en Allemagne dès 1896. En France, après des débuts plutôt timides, le ski s’implante finalement à Chamonix en 1898 et ne cesse de se développer. En Europe centrale et en Russie, où les conditions sont favorables et la neige de qualité, la pratique du ski connaît un essor très rapide.

ancien insigne (1960) des Douanes françaises
armoiries d'une compagnie de troupes de Montagne de l'armée
 espagnole à Jaca en Aragón ( Cía EEE n°1) - le blason fait 
référence au ski et à l'alpinisme.





















La Première Guerre mondiale donne une impulsion au développement du ski grâce à la création de nouvelles troupes de soldats spécialement entraînés qui en font connaître les techniques. La Fédération internationale de ski (FIS), dont le siège se trouve à Stockholm, et la Fédération française de ski (FFS) sont créées en 1924 et, la même année, les premiers Jeux Olympiques d’hiver ont lieu à Chamonix.
emblème de l'École de ski de la Police fédérale
à Bad Endorf (Allemagne - land de Bavière)
skieurs, bâtons et skis : blasons des communes de gauche à droite :
1 / district urbain de Novopodrezkovo (Russie / Moscou)  -  2 / station de ski de Hrebienok (Slovaquie) , dans les monts Tatra -
 3 / district urbain de Pargolovo (Russie / St-Petersbourg)

Aujourd’hui, les compétitions de ski touchent un public plus large grâce à la télévision qui permet aux spectateurs de suivre les courses organisées dans des lieux isolés disposant de capacités d’accueil limitées. Le ski nordique domine les compétitions internationales jusqu’en 1936, date à laquelle le ski alpin fait son entrée aux jeux Olympiques d’hiver. Le Championnat du monde de ski alpin est inauguré en 1931 à Murren, et le Championnat du monde de ski nordique est créé en 1937. La Coupe du monde de ski alpin s’est déroulée pour la première fois en 1967. Les années soixante-dix et quatre-vingt voient la création des Coupes du monde de ski artistique, de saut à ski et de combiné nordique.
paires de skis : blasons des communes de gauche à droite :
1 /  Sestriere (station de sports d'hiver des Alpes - Italie)  -  2 / Saalbach (station des Alpes - Autriche) -
3 /  Bedřîchov (station des Monts de la Jizera en République Tchèque).
blason de la commune de Bois d'Amont
(France - Jura) - c'est le village d'enfance
 du champion olympique français de combiné
nordique : Jason Lamy-Chappuis
Les épreuves olympiques de ski alpin sont la descente, le slalom spécial, le slalom géant, le Super-Géant et le combiné alpin (slalom et descente). Les épreuves de ski artistique sont les compétitions de bosses et de sauts, introduites en 1992. Parmi les principales descentes figurent celle du Kandahar, à Crans-Montana, en Suisse, et celle de Kitzbühel, en Autriche.
 Les épreuves de ski nordique comprennent des courses individuelles ou par équipe, chez les dames comme chez les messieurs, le saut à ski (chez les messieurs seulement) et le combiné nordique.
 La Vasaloppet est la plus célèbre des courses nordiques de longue distance ; elle se tient chaque année depuis 1922 sur une distance de 90 km entre Sälen et Mora, en Suède. Environ 12 000 concurrents y participent. En France ont lieu la Transjurassienne, la Foulée blanche et la traversée du Vercors. La semaine Holmenkollen, qui a lieu près d’Oslo au mois de mars, est une des grandes manifestations de la saison de ski en Scandinavie.







D’autres pratiques, issues des pratiques de glisse, principalement le snowboard (ou surf des neiges), qui a détrôné le monoski,  sont apparues  dans les années '1980, et se sont considérablement développées, apportant du spectacle et une diversité insoupçonnée de disciplines (ski acrobatique, skicross, bosses, slalom géant parallèle, half-pipe, snowboard cross, etc...) ; tous ces sports "fun" où on crie "yaooouh ! " au départ et "weeeeaah !" à l'arrivée, sont désormais inscrits aux épreuves des Jeux Olympiques.

portrait du grand champion de saut à ski polonais Adam Malysz  (plusieurs fois champion du monde, entre 1996 et 2011, il est une star en Pologne, il n'a toutefois pas eu de médaille d'or aux Jeux olympiques, mais trois d'argent et une de bronze)
armoiries créés en 2009 pour le champion de saut à skis Adam Małysz
"de gueules à l'aigle d'argent, armée, becquée et couronnée d'or (de Pologne),
accostée d'une paire de skis d'argent posés en chevron renversé,
soutenus par une fasce alésée du même".
article de presse polonaise illustrant les nouvelles armoiries de leur champion
 Adam Małysz portant un costume de circonstance.
 En France, le Grenoblois Henri Duhamel découvre des skis à l'exposition universelle de Paris de 1878, il les achète uniquement par curiosité mais, bientôt en commande d'autres paires pour équiper ses amis avec qui il va effectuer de nombreuses «ascensions» à skis, notamment à la croix de Chamrousse près de Grenoble. A Chamonix, que le train atteint en 1901, le Docteur Payot visite ses malades à ski et fait la promotion de ce "sport norvégien". C'est aussi là qu'a lieu, en 1908 (et après Montgenèvre) le deuxième concours international de ski.
Des clubs se constituent et, déjà, s'ouvrent des magasins de sports spécialisés. Dès le début des années 1900, un certain nombre de villes et villages de montagne attirent une clientèle variée à la recherche de loisirs inédits. La fréquentation reste cependant modeste et, par exemple à Chamonix, sur 34 hôtels, seuls 5 ouvrent en hiver. Il en est de même à Zermatt, Saint-Moritz, Saint-Anton et autres mais aussi dans les stations thermales comme Saint-Gervais, Luchon, etc...
Progressivement de nouveaux arrivants qui souhaitent «faire du sport même en hiver» vont découvrir le ski et le pratiquer bientôt avec passion.
skieur et paires de skis : blasons des communes françaises de gauche à droite :
1 /  Mouthe (station de sports d'hiver du Jura - département du Doubs)  - 2 / Barèges (station des Pyrénées - dépt. des Hautes-Pyrénées) - 3 / La Bastide-Puylaurent (station des Cévennes - dépt de la Lozère) -  4/ Méribel-les Allues (station des Alpes - dépt. de la Savoie)
commune de Vaujany (France - Isère)


C'est grâce à eux que, dès les années 1920, on invente ce qu'il convient désormais d'appeler «les Sports d'hiver». Les premiers jeux olympiques d'hiver se déroulent à Chamonix en 1924 (300 coureurs de 16 nations), avec un impact international considérable.
 De nos jours c'est une "industrie" très florissante et la France, riche de la diversité de ses stations, est aujourd'hui un leader mondial dans le tourisme d'hiver avec 10 millions de visiteurs et 7 millions de pratiquants de ski dont 2 millions d'étrangers. Avec un chiffre d'affaires global estimé à 7 milliards d'euros annuel en moyenne, les sports d'hiver comptent pour près de 18 % de l'économie du tourisme français. Le nombre d'emplois générés l'hiver en station est supérieur à 100 000, dont 18 000 pour la seule branche des domaines skiables.


Crédits :
textes :
http://www.skistory.com
http://www.france.fr/entreprendre-et-reussir-en-france/sports-dhiver-leconomie-de-lor-blanc
Encarta/ Microsoft
blasons - illustrations :
http://commons.wikimedia.org/wiki
http://geraldika.ru/
http://armorialdefrance.fr/
http://labanquedublason2.com/
http://novaheraldia.net/index-folder/herbmieszczanski.html




                 Herald Dick (dédicace)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire