mardi 2 septembre 2014

La Vuelta a España 2014 - le Tour d'Espagne en blasons - la 2e semaine

Nous voici de retour pour la troisième fois cette année sur les routes d'Espagne (voir le précédent chapitre : ICI), pour vivre une nouvelle semaine fantastique dans des régions chargées d'histoire et aux paysages à couper le souffle. L'Espagne est un pays très montagneux et avec des montagnes de toutes sortes y compris des volcans, aux Îles Canaries où se situe d'ailleurs son point culminant (El Teide : alt. 3 718 m.).  Cette semaine sera donc le juge de paix de l'épreuve avec plusieurs arrivées en altitude dans les Pyrénées aragonaises et navarraises puis dans la Cordillère cantabrique. On notera aussi cette année une propension à établir des départs ou des arrivées d'étapes dans les sites touristiques : patrimoine bâti ou naturel, parfois loin de toute agglomération.

Comme pour nous, le sujet est l'héraldique territoriale, ces arrivées dans des sites naturels ou autres édifices religieux isolés sont compliqués à illustrer. Mais à chacun son défi, alors on va trouver le soutien dans les offices de tourismes des lieux et dans les ayuntamientos (municipalités).


Pour commencer, voici les emblèmes et armoiries des régions (communautés autonomes) et des provinces qui seront traversées. Ce type de présentation est valable pour chaque changement de région.
Aragon / Aragón
Province de Saragosse /
Provincia de Zaragoza
Communauté forale de Navarre /
 Comunidad Foral de Navarra


10e étape - Mardi 2 Septembre 2014  :
Real Monasterio de Santa María de Veruela  -  Borja  
(contre la montre individuel)
Armes de l'Abbaye cistercienne de
Santa Maria de Veruela



el Real Monasterio de Santa María de Veruela est une ancienne abbaye cistercienne datant du XIIe siècle, située sur le territoire de la commune (municipio) de Vera de Moncayo dans la Province de Saragosse.

Son blason  est : d'azur à une crosse abbatiale contournée et une mitre d'abbé posée et brochant sur la base de la crosse, adextrées d'une lettre gothique "V" , le tout d'or;
Timbré d'une couronne de type aragonaise.


Vera de Moncayo
(Aragon - Province de Saragosse)










• Vera de Moncayo  : 
Écu espagnol : d'argent à trois feuilles de chêne attenantes à trois glands, le tout d'or, bordés d'un filet de gueules; chapé d'azur chargé à dextre d'une lettre gothique "V" d'or et à senestre d'une crosse abbatiale contournée, d'or également.
Timbre : couronne royale fermée.

Borja
(Aragon - Province de Saragosse)
Nous retrouvons le champ d'azur, la crosse et l'initiale "V" gothique provenant des armes de l'Abbaye décrite ci-dessus.










• Borja   : 
Écu français, coupé d'argent au château taluté, au naturel (couleur de pierre), maçonné, ajouré et ouvert de sable, accompagné en chef à dextre d'une fleur de lis d'azur, et à senestre d'un lion d'or couronné ; et d'or à une vache de gueules accolée et clarinée d'argent.
 Soutiens : deux banderoles d'argent contenant la devise en lettres capitales de sable : "SAQUEADA POR SER  -  SIEMPRE FIDELÍSIMA" qui peut se traduire  par : "Pillée pour avoir été toujours fidèle".
 Timbre : couronne royale fermée.

Ce nom vous dit quelque chose, d'autant plus si vous êtes un fan de séries TV historiques et peut-être une partie du blason également ? Bien sûr il s'agit de l'illustre et sulfureuse famille des Borgias qui a donné deux papes à l'Église romaine, et de puissants personnages, hommes d'église, politiciens, et courtisan(e)s, parfois sans scrupules à l'histoire de la Renaissance italienne, aux XVe et XVIe siècles. Car "Borgia" est la version italianisée du nom de Borja, qui était déjà une puissante famille catalane du royaume de Valence avant de faire carrière en Italie. Son berceau dynastique et géographique est dans la cité de Borja , en Aragon. Le blason des Borgias était : "D'or à un taureau (ou plutôt un bœuf, à l'origine, car ce seraient des armes parlantes en langue catalane) de gueules sur une terrasse de sinople, à la bordure du champ, chargée de huit buissons de sinople".
 
Le château symbolise la forteresse construite sur son éperon rocheux pendant l'occupation arabe, il a actuellement presque entièrement disparu.
  La ville, assiégée et pillée pendant les guerres de succession d'Espagne en 1706, pour avoir déclaré sa fidélité au nouveau roi Bourbon : Philippe V, reçut plus tard de celui-ci le droit d'ajouter à son blason la devise "SAQUEADA POR SER SIEMPRE FIDELÍSIMA" qui peut se traduire  par : "Pillée pour avoir été toujours fidèle".






11e étape - Mercredi 3 Septembre 2014  :
Pamplona (Pampelune)  -  Santuario de San Miguel de Aralar


Pamplona  (capitale de la
C. autonome et Province de Navarre)



• Pamplona (Pampelune)   : 
Écu classique, d'azur, un lion d'argent passant,
armé et lampassé de gueules, surmonté d'une couronne d'or incrustée de pierres précieuses de gueules et de sinople; à la bordure aux armes de Navarre : de gueules à la chaîne d'or en orle.
Timbre : couronne ducale d'or
 
verrière montrant le recto et le verso du blason
















Datant de 1423, le blason s'est présenté avec de nombreuses formes d'écu y compris ovale et de formes de couronnes : avec fleurons, trèfles, perles (logo ci-dessous), etc...
Et le blason de Pampelune comporte une particularité absolument unique : il a un revers ! (voir le vitrail ci-dessus)L'image représente cinq plaies saignantes, se référant aux blessures reçues par Jésus-Christ dans le martyre de la Croix : des clous dans les pieds et les mains et la lance de la plaie du côté, entourés d'une couronne d'épines. En 1599, une épidémie de peste provenant des ports basques menace la ville : un prédicateur a une révélation et prétend qu'en cousant l'image des plaies du Christ sur leur poitrine, les habitants seront épargnés. Et effectivement la ville ne sera pas touchée,  mais sera tenue de renouveler chaque année le même vœu en remerciement ; c'est pourquoi l'image est accrochée symboliquement en permanence au dos du blason depuis cette date.


Croix sacrée à l'effigie de
San Miguel de Aralar 


el Santuario de San Miguel de Aralar est un édifice religieux, isolé sur les hauteurs des montagnes navarraises de la Sierra de Aralar et situé sur le territoire de la commune (municipio) de Uharte-Arakil.
Il abrite un chef-d'oeuvre de l'art roman : le Retable d'Aralar, pièce d'orfèvrerie de 2 mètres sur 1,14 m. de haut,  chef-d’œuvre de l'art roman constitué d'émaux et de cristaux de roche, datant du début du XIIe siècle.

Uharte-Arakil  
(C. autonome et Province de Navarre)





• Uharte-Arakil  / Huarte Araquil  : 
Écu espagnol, écartelé, aux premier et quatrième quartiers : d'or à cinq cloches d'azur posées en sautoir ; aux deuxième et troisième quartiers, de gueules aux chaînes d'or posées en sautoir tenues par un anneau central.
Timbre : couronne royale ouverte.














Communauté autonome de La Rioja
 Comunidad  Autónoma de La Rioja

12e étape - Jeudi 4 Septembre 2014  : Logroño - Logroño


Logroño   (capitale de la
 C. autonome et Province de La Rioja)



• Logroño 
Écu français, d'azur au pont fortifié de quatre arches sommé de trois tours donjonnées, crénelées, la tour centrale plus haute, le tout au naturel, ajouré de sable, soutenu par une rivière burelée ondée du champ et d'argent ; à la bordure du champ chargée de trois fleurs de lis d'or, une dans chaque canton et une en pointe et de la devise en lettres capitales d'or : " MUY NOBLE Y MUY LEAL CIUDAD DE LOGROÑO" qui se traduit en français par  "La très noble et très fidèle ville de Logrogne".
Timbre : couronne royale ouverte.

Cette image représente le vieux pont roman du XIIe s. sur l'Ebre, démoli en 1871 et remplacé par un pont de pierre plus large. Il est traversé par le Chemin des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle.





Communauté autonome de Castille-et-León
 Comunidad  Autónoma de Castilla y León
Province de Burgos /
Provincia de Burgos
Communauté autonome de Cantabrie /
 Comunidad  Autónoma de Cantabria
Province de León /
Provincia de León



13e étape - Vendredi 5 Septembre 2014  : 
Belorado - Obregón / Parque de Cabárceno

Belorado
(Castille et León - Province de Burgos)







• Belorado  : 
Écu espagnol, écartelé, aux premier et quatrième quartiers : de gueules au mur de façade crénelé d'or, maçonné de sable, ajouré et ouvert d'argent, aux deuxième et troisième quartiers : d'azur à l'étoile à huit pointes facettée d'argent.
Timbre : couronne royale fermée.



 















el Parque de Cabárceno, Obregón : 
Le Parc de la nature de Cabárceno, est un parc zoologique situé autour de la localité de Cabárceno, dans la vallée de la Pisueña (région de Pas-Miera) à 15 km de Santander, dans une ancienne mine de fer à ciel ouvert, en Cantabrie.
Toutefois l'arrivée de l'étape se fera par la localité (nucleo en espagnol) d' Obregón, faisant partie de la commune (municipio) de Vilaescusa.





Obregón (municipio de Vilaescusa)
(C. autonome et Province de Cantabrie)








• Vilaescusa  : 
Écu espagnol : parti d'argent au chêne arraché de sinople et de sinople au pic de mineur d'or, enté en pointe de gueules au pont roman d'argent maçonné de sable.
Timbre : couronne royale fermée.




















14e étape - Samedi 6 Septembre 2014  : 
Santander  - La Camperona / Valle de Sabero

Santander (capitale de la
C. autonome et Province de Cantabrie)





• Santander  : 
Écu espagnol, d'azur, un navire d'or, habillé d'argent, vu de trois-quart arrière, voguant sur une mer fascée d'argent et du champ, surmonté en chef de chaque côté du mât: les têtes coupées des saints Emetorio (Hémétère) et Celedonio (Chélidoine), de carnation , nimbées d'or ; à senestre sur un rocher d'argent la Torre de Oro d'or, ajourée, maçonnée de sable,  un morceau de chaîne brisée de sable reliée à la tour et baignant dans l'eau, un autre morceau de chaîne mouvant du flanc dextre.
Support : parchemin au naturel.
Timbre : couronne royale ouverte.
Ce dessin est la version conforme aux règles de l'héraldique du blason présenté habituellement par les services de la ville (voir logo officiel, plus bas).

Le blason montre un  monument célèbre :  la Torre de Oro  qui se trouve ... à Séville, en Andalousie ! Comment est-ce possible ? Flash-back dans l'Histoire du pays: nous sommes en 1248 à Séville. La ville était alors occupée par les musulmans de l'Émirat de Grenade . Une expédition fut ordonnée par le roi de Castille Fernando III el Santo pour reconquérir l'Andalousie. Conduite par Ramón de Bonifaz, une flotte de bateaux Asturiens et Cantabriques remonte le fleuve Guadalquivir en mai, puis parvient aux abords de la ville protégée par les chaînes placées en travers du fleuve. Un jour, un capitaine asturien lance son navire sur elles et les brise,  libérant ainsi le passage et permettant par la suite de reprendre la ville,  le 23 novembre 1248. En hommage à cet exploit, le roi a décerné le droit à 5 villes de la région des Asturies et de Cantabrie de porter sur leur écu une représentation de cette victoire. C'est le cas pour la ville de Santander, capitale de la région de Cantabrie.
Les deux saints eux
: Emetorio (Hémétère) et Celedonio (Chélidoine), n'ont rien à voir avec cet évènement : ils étaient des légionnaires romains postés dans la région, mais adeptes de la nouvelle religion : le christianisme, ils furent victimes des persécutions à l'encontre des chrétiens, vers l'an 300 et finirent décapités. 




el alto de La Camperona
La Camperona est une montagne de 1597 m. d'altitude qui est situé dans la province de León, près de la ville de Sabero. Le col de montagne qui mène au sommet du même nom, est pour la première fois une arrivée d'étape du Tour d'Espagne 2014.




Sabero
(Castille et León - Province de León)







• Sabero  : 
Écu espagnol , d'azur, à trois montagnes d'argent terrassées de sinople, surmontées d'une masse et d'un marteau d'argent en sautoir passés en sautoirs.
Timbre : couronne royale fermée.

Ce village des Montagnes orientales leónaises était connu pour ses activités minières, en particulier l'extraction du charbon, très abondant dans cette région. Les outils choisis pour le blason ne sont pas vraiment adaptés au travail du charbon, mais plutôt aux carrières, mais ils représentent symboliquement toute l'activité minière en général.










Communauté autonome et 
Principauté des Asturies /
 Principado de Asturias

15e étape - Dimanche 7 Septembre 2014  : 
Oviedo  - Lagos de Covadonga


Oviedo   (capitale de la
C. autonome et Province des Asturies)





• Oviedo  : 
Écu espagnol, d’azur à la croix de  "Los Ángeles" d’or, sertie de pierres précieuses, tenue par deux anges affrontés et agenouillés sur une nuée, le tout d’argent, à la bordure d’argent, chargée de l’inscription en lettres de sable "MUY NOBLE • MUY LEAL • BENEMERITA • INVICTA • HEROICA • BUENA " qui se traduit en français par  "Très noble, très loyale, digne, invaincue, héroïque, bonne" .
Timbre : Couronne royale fermée.

« La Cruz de los Angeles » -la Croix des Anges- est une pièce d’orfèvrerie extraordinaire commandée en 808  par le Roi des Asturies : Alfonso II "el Casto" (Alphonse II le Chaste). Elle est visible dans le trésor de la magnifique cathédrale gothique d’Oviedo en compagnie d’une autre croix similaire : « la Cruz de la Victoria » -la Croix de la Victoire- . Cette croix est le symbole héraldique de la Province et Principauté actuelle des Asturies (voir plus haut) .






Lagos de Covadonga :
sites naturels composés de plusieurs lacs d'altitude situés au pied des Picos de Europa, points culminants (alt. 2648 m.) de la Cordillère cantabrique, sur le territoire de la municipalité de Cangas de Onis.

Cangas de Onis
(C. autonome et Province des Asturies)



• Cangas de Onis  : 
Écu ovale, de sinople, à la champagne d'azur, un pont romain à trois arches d'or maçonné de sable, brochant soutenu par trois fasces ondées d'argent, le tout brochant, surmonté par un croisant versé d'argent et au-dessus : une croix latine d'or dont la base est accolée à un gland à dextre et une feuille de chêne à senestre, du même métal ; une bordure d'or chargée d'une inscription en lettre capitales de gueules :  "MINIMA VRBIVM MAXIMA SEDIVM".
La devise latine signifie : "Une petite ville , mais un lieu immense".
Timbre :  Couronne royale fermée.
 
L'ensemble du blason fait en effet référence à la célèbre bataille de Covadonga, en 722, où les asturiens emmenés par Don Pelayo infligèrent une sévère défaite aux musulmans dans les montagnes de la Cordillère cantabrique.  C'est l'évènement qui marque le début de la Reconquista, ainsi que la fondation du Royaume d'Asturies dont Don Pelayo ( Pélage en français) fut le premier souverain chrétien. En reconnaissance, il fera édifier un sanctuaire en l'honneur de la Vierge Marie dans les montagnes où eut lieu la bataille ; aujourd'hui c'est une basilique datant du XIXe siècle. La croix latine qui symbolise la victoire sera plus tard figurée par des objets d'orfèvrerie incrustés de pierres précieuses  que l'on retrouve dans les armes d'Asturies. Cangas de Onís avec son pont "romain" sur le Rio Sella, a été la première capitale des Asturies.





15e étape - Lundi 8 Septembre 2014  : 
 San Martín del Rey Aurelio   - La Farrapona / Lagos de Somiedo

 San Martín del Rey Aurelio
(C. autonome et Province des Asturies)



•  San Martín del Rey Aurelio  : 
Écu français, écartelé
- au premier d'azur à la croix de "Los Ángeles" d’or, garnies de pierres précieuses, soutenue par deux anges affrontés et agenouillés, d'argent.
- au deuxième de sinople à dix heaumes d'argent sommés chacun d'une plume de gueules, posés en fasce sur quatre rangées 3,2,3 et 2.
- au troisième de gueules, un caveau funéraire d'argent surmonté d'une couronne royale d'or.
- au quatrième de gueules à un pic de mineur et une pelle d'or placés en sautoir, chargés d'une roue dentée d'argent brochant, le tout surmonté de la Croix de la Victoire d'or.
Timbre :  Couronne de Prince des Asturies.


Le roi ( rey en espagnol) Aurelio fut le cinquième 
roi des Asturies, succédant à Don Pelayo au VIIIe siècle. C'est son tombeau dans l'église de San Martín del Rey Aurelio, et sa couronne, symbolisés, que nous voyons en 3. Le royaume des Asturies fut la première entité politique chrétienne établie dans la Péninsule Ibérique après la chute du Royaume wisigoth, et qui résista à la conquête musulmane de l'Hispanie toute entière.
Nous retrouvons en 1 et en 4 les deux croix du trésor de la Cathédrale d'Oviedo : la croix des Anges et la croix de la Victoire, et en 4 les symboles de l'activité minière (outils de mineurs) et industrielle (roue dentée) de la région. Enfin en 2 , les dix casques médiévaux : salades ou heaumes , représentent dix "infanzones" (gentilshommes de petite noblesse) de la localité voisine : Langreo, qui, au Moyen Âge se sont rebellés contre le transfert de la juridiction du pays du pouvoir royal au pouvoir de l'Évêché d'Oviedo.



el alto de La Farrapona est une arrivée en côte à 1 705 m. d'altitude située dans le superbe cadre du Parc Naturel de Somiedo , sur le territoire de la commune (municipio) de Somiedo située dans la Cordillère Cantabrique. C'est un paysage de forêts, de lacs et de montagnes où se cache toute une faune spécifique et notamment l’ours brun.
 Somiedo
(C. autonome et Province des Asturies)





•  Somiedo  : 
Écu espagnol, écartelé :
- au premier à une demoiselle de carnation , vêtue de sinople , couronnée d'or soutenant un écusson aux armes de la famille de Floréz : d'azur à trois fleurs de lis d'or ;
- au deuxième d'or à une bande de gueules engoulée à chaque extrémité par deux têtes de dragon de sinople, lampassées d'or, accompagnée par trois mouchetures d'hermines de sable, deux au-dessus, une dessous (armes de la famille de Omaña) ;
- au troisième de gueules à cinq bustes de demoiselles de carnation tenant chacune sur leur ventre une coquille Saint Jacques d'argent, posées en sautoir (armes de la famille de Miranda);
 - au quatrième : d'azur à un bras de carnation couvert d'une manche d'aube d'argent, mouvant du flanc senestre, tenant une crosse d'abbé d'or en pal, accompagnée de deux fleurs de lis du même posées en barre, et en pointe une mitre d'abbé, d'argent, garnie de gueules et ornée d'or ; à une bande échiquetée de gueules et d'argent brochant sur le tout (armes de la Congregación de Castilla, ordre cistercien espagnol, pour le Monastère de la Gùa)
Timbre :  Couronne de Prince des Asturies.

 Toutes ces grandes familles et cet ordre religieux monastique ont eu des possessions dans ce municipio.




Mardi 8 Septembre 2014  :  descanso (repos)


la suite du parcours mercredi prochain ...

Pour suivre la course, étape par étape par les cartes, les classements et les statistiques, etc...je vous invite à consulter l'excellent site de La Vuelta 2014 → ICI  (en trois langues : ES/FR/EN)


Crédits :
- carte :  www.lavuelta.com
- blasons ( vous pouvez visualiser les références des dessins ou des photos en passant la souris sur les images) :
 es.wikipedia.org  ou commons.wikimedia.org
 www.docelinajes.org
 www.galeon.com
 Banderas y Escudos del Principado de Asturias - auteur Eduardo Panizo Gómez
- les logos viennent des sites officiels de chaque commune et aussi de:
  www.quantum-verzeichnis.org
  www.alsa.es
- les photos proviennent de :
 www.pazycaridad.com
 centronavarrodemardelplata.blogspot.fr
 www.viaverdeplazaola.org
 www.imarca.es
 www.puertos-en-bici.com



            Herald Dick
 

dimanche 31 août 2014

Championnat d'héraldique des clubs de football #10 : la Ligue 1 de France 2014 - 3e partie

ancienne carte Panini
Nous poursuivons et terminons la revue des emblèmes des clubs de football de Ligue 1, laissée à Nantes, il y a quelques jours →

 Je suis encore désolé pour les amateurs exclusifs de sport : ils ne trouveront pas ici, ni les résultats, statistiques et commentaires sur leurs équipes favorites !

 Mais s'ils veulent en savoir plus sur le logo qu'elles portent, qu'ils ne sachent pas déjà, alors qu'ils restent encore un peu ....  

Car en effet, de nombreux emblèmes sportifs se réfèrent encore aux codes et à la discipline du blason et de l'héraldique, par l'entremise des armoiries de la ville ou de la province d'où provient le club.


Le championnat de Ligue 1 est le plus haut niveau de compétition de clubs de foot en France.
Il est composé de 20 équipes avec trois "nouveaux promus" cette année  : Metz, Caen et Lens (au tout dernier moment à cause de ses soucis de financement), mais tous avec un passé prestigieux néanmoins. Je vais dérouler la présentation par ordre alphabétique , en trois parties.  Dans l'ordre : le logo actuel suivi du, ou des blasons de la ville ou de la province, et après le texte, un rappel des logos historiques. 
Remarque : je ne précise pas de dates pour les logos, volontairement, car j'ai remarqué de nombreuses divergences d'une source à une autre, d'autres copiant les erreurs des premiers, etc... dont tout ceci est peu fiable. Mais néanmoins je les place dans un ordre chronologique plausible.


Voici donc les 6 dernières équipes (nous étions restés à Nantes, la dernière fois) :









O.G.C.N.  - OLYMPIQUE GYMNASE CLUB NICE CÔTE-D'AZUR   -   site internet
Fondé en 1904, le club fête ses 110 ans cette année. L’emblème actuel, récemment inauguré en 2013, célèbre cet anniversaire cette année avec un aspect métallique brillant et les années indiquées en or : 1904-2014 rajoutées en-dessous. Il est très réussi et sa composition correspond tout à fait aux attentes des amateurs de sport et d'héraldique combinés : un modèle du genre. C'est un écu aux couleurs du maillot de l'équipe : rouge et noir, supporté par une aigle couronnée qui provient du blason de l'ancien Comté et de la ville de Nice.  La banderole tenue par les serres de l'aigle porte la mention en dialecte niçois : "DESPI 1904" qui indique naturellement la date de création du club.  Au départ, c'étaient les armes stylisées de la ville qui avaient fonction d'emblème (ci-dessous au premier rang), avec une certaine classe. Le suivant avec cet énorme ballon surmonté d'une silhouette d'aigle moins élégant gardait malgré tout la petite référence au blason de Nice.
Trois logos et une variante en 65 ans, on peut dire que Nice, contrairement à d'autres clubs,  n'est pas atteinte de la grande maladie du "rebranding", qui sévit en général tous les trois ans ou lors des changements des dirigeants (voir le P.S.G, ci-dessous) ! 







P.S.G.  - PARIS SAINT-GERMAIN FOOTBALL CLUB   -    site internet   
Le Paris Saint-Germain F.C. est né durant l'été 1970 de la fusion entre le Stade Saint-Germain (de Saint-Germain-en-Laye, Yvelines, blason de droite ci-dessus) et le Paris Football Club.  Puis le Paris F.C. a tout de suite repris son indépendance, en parallèle du Paris Saint-Germain F.C., c'est actuellement un club amateur de la D3.  Les couleurs du maillot du P.S.G, sont les couleurs de la ville de Paris (blason ci-dessus, à gauche) , tout comme le rouge de la Tour Eiffel et le fond bleu du logo. La fleur de lys, seule rescapée du blason de Saint Germain-en-Laye est toujours là, mais elle figure aussi dans le blason de Paris. Le berceau, qui était le symbole plus parlant provenant du blason de la ville de Saint Germain-en-Laye, rappelant que le roi Louis XIV y est né en 1638,  au château du domaine royal, a été supprimé récemment (voir les anciens logos, ci-dessous). Le dernier logo sorti en 2013 en aspect mat ou glossy (brillant) a suscité beaucoup de débats !  Seul autre lien restant aujourd'hui entre le P-S-G et Saint-Germain-en-Laye : le Camp des Loges, où s'entraînent les joueurs parisiens qui a été débaptisé ! et qui s'appelle maintenant le centre d'entraînement Ooredoo , un sponsor venant du Qatar, le propriétaire du club.





.


.


STADE DE REIMS       -     site internet 
 Cet ancien club corporatif créé en 1910 dans les bulles de Champagne de la célèbre maison Pommery, ce qui donnera cet ancien logo : une bouteille bien connue (ci-dessous), abandonné seulement en 1999 ! Mais c'est en 1931, que le nom définitif de Stade de Reims lui sera attribué. Hélas : aucune référence à l'héraldique classique, les lignes courbes du logo actuel entre les initiales S et R seraient une allusion très très symbolique au sourire de l'Ange de la Cathédrale !! et non pas une stylisation des rameaux de laurier du blason de la ville (ci-dessus ). Le rouge et le blanc sont les couleurs du maillot de l'équipe.
Comme Nice, précédemment, le Stade de Reims garde ses emblèmes un long moment !...


.


.

 


 
STADE RENNAIS F.C. (Rennes)  site internet
 Ce club né en 1901 , a déjà ses couleurs noir et rouge en 1904 et l'emblème a très peu changé depuis plus de cinquante ans ! une constance exemplaire, d'autant plus que celui-ci a lui, une origine héraldique incontestable : les hermines (les animaux, pas les mouchetures), bretonnes bien sûr, qui sont les supports de l'écu des armoiries de la ville (ci-dessus ). L'écu palé d'argent et de sable au chef d'hermines a donc été remplacé par un ballon de foot stylisé, nous avions vu cette configuration déjà en Angleterre.





.


.




A.S.S.E  - ASSOCIATION SPORTIVE DE SAINT-ÉTIENNE  -     site internet
 Cet ancien club corporatif est créé en 1919 sous l'égide de la marque des grands magasins Casino qui lui donne ses couleurs vert et blanc. Les nombreux emblèmes que le club a porté ont tous découlé de l'association de ces deux couleurs. Il n'y a jamais eu le moindre lien avec les armes de la ville, comme on peut le vérifier avec son blason ci-dessus. Seul petit intermède pseudo-héraldique dans les années '70 - '80 avec l'adjonction d'une panthère noire en l'honneur du grand joueur malien Salif Keïta. Le logo actuel, rond est surmonté d'une étoile pour rappeler que c'est un des clubs français les plus titrés  : 10 fois champion de France et 6 fois vainqueur de la Coupe de France.






.


.




T.F.C. - TOULOUSE FOOTBALL CLUB   -    site internet
 Un précédent club nommé "Toulouse Football Club" avait été fondé en 1937 et dissous en 1967. Ce club qui portait le même nom que l'actuel Toulouse F.C, n'a pourtant aucun rapport avec le  "Téfécé ", surnom que lui donnent affectueusement ses supporters. Ce dernier a été créé en 1970 sous le nom initial de Union Sportive de Toulouse (U.F.T). Il prendra le nom de Toulouse Football Club en 1979 et accèdera au statut de club professionnel. Les couleurs du logo actuel, violet et blanc sont celles du maillot et seule la croix des Comtes de Toulouse nous relie par l'héraldique aux armoiries historiques et à celles de la cité (ci-dessus à gauche). Pourtant à certaines époques, un logo frappé du blason de la ville a vécu avant d'être remplacé par une succession de logos hétéroclites, roses (comme la"ville rose", qualificatif journalistique associé à Toulouse) ou violets (comme la violette, la fleur : autre symbole coloré de la cité) que voici :





.

 




Coup de sifflet final.  Je vous laisse juger quelle est la meilleure équipe (artistique) en ce qui concerne la bonne réappropriation de l'héraldique et aussi en terme de constance au cours des années. Personnellement j'ai une petite préférence pour les clubs de Nantes, Nice et Rennes , indépendamment de leurs résultats sportifs, naturellement !...




A bientôt... peut-être en Ligue 2,  si le sujet du blog trouve des supporters !...


Crédits :
passer la souris sur les images pour voir leur origine
- pour l'essentiel :
• logos  : 
Wikipédia
logos.wikia.com
seeklogo.com
ou sites de clubs /fans/supporters
• les blasons : 
armorialdefrance.fr




                            Herald Dick