mardi 26 mai 2015

Il Giro d'Italia 2015 - le Tour d'Italie en blasons -
Trentin-Haut Adige - Lombardie - Tessin - Vallée d'Aoste - Piémont et arrivée à Milan

gonfalon de la ville de Turin
Dernier rendez-vous sur ce blog (voir le précédent épisode → ICI ) pour une illustration originale de cette grande épreuve cycliste de printemps.
 Les deux premières semaines nous ont fait découvrir un grand nombre de régions et de provinces en alternant les départs et les arrivées dans des villes côtières, de plaine ou de moyenne montagne. Nous avons franchi tout au plus six cols entre 1000 et 1500 m d'altitude. Mais cette dernière semaine risque de tout changer dans les classements de la course et aussi amener quelques surprises dans notre approche héraldique du parcours.
   En effet ce seront cinq étapes émaillées de cols vertigineux dans les massifs des Alpes Rhétiques méridionales, des Alpes Bergamasques, le Massif du Cervin, puis les Alpes Piémontaises. Enfin le dernier jour, quand les jeux seront faits à 99%, une dernière étape de plaine pure, reliera les deux grandes métropoles du nord : Turin et Milan. 
.
Voici la carte générale du tracé, en rappel, et plus bas: les six nouvelles étapes concernées par ce sujet.
drapeau de la région de Lombardie
drapeau de la province autonome de Trente
drapeau de la région de la Vallée d'Aoste
drapeau de la région du Piémont
drapeaux du canton du Tessin et de la Suisse



Région autonome du Trentin-Haut Adige
 Regione autonoma Trentino-Alto Adige

Région autonome du Trentin-Haut Adige  : " Écartelé en 1 et 4 : d'argent à l'aigle de sable, bordée de langues de feu de gueules, becquée et membrée d'or, chargée d'un kleestengel du même (pour Trente);  en 2 et 3 : d'argent à l'aigle gueules, becquée et membrée d'or, lampassée de gueules, chargée d'une tige de kleestengel d'or (pour Bolzano)".
• Le style héraldique de ces armoiries est typiquement germanique, épuré et dépourvu de tous les ornements extérieurs habituels des armoiries civiques italiennes : couronnes, soutiens, supports, devises.
• Jusqu'en 1918, la région actuelle formait les provinces autrichiennes du Südtirol (Tyrol du sud) et du Welschtirol (Trentin), avant d'être rattachées à l'Italie à la fin de la Première Guerre mondiale, consécutif au démantèlement de l'Empire austro-hongrois.
.

16e étape - Mardi 26 Mai 2015 : Pinzolo - Aprica
.
Province 
de Trente / Trento = TN
 (Région du Trentin- Haut-Adige)


Pinzolo (TN)


Province autonome de Trente :  voir descriptif des armoiries dans le précédent volet →

Pinzolo : "D'argent à la branche de rhododendron à trois fleurs, au naturel". Couronne et ornements extérieurs des communes italiennes.

Province de Sondrio = SO
 (Région de Lombardie)


Aprica (SO)
Aprica : Blason non héraldique (trop de choses "au naturel") : d'azur à la chaîne de cinq pics montagneux, terrassés par une plaine herbeuse, surmontés d'une fleur d'edelweiss tigée, posée en bande, le tout au naturel.  Couronne et ornements extérieurs des communes italiennes.

Province de Sondrio :  Comme de nombreuses provinces italiennes, c'est un "puzzle" formé des blasons de plusieurs villes principales, cinq en l'occurrence, qui seraient fastidieux de blasonner : "Écartelé, en 1 : Tirano ; en 2 : Bormio ;  en 3: Chiavenna  ; en 4:  Morbegno;  et sur le tout : la ville de Sondrio. Couronne et ornements extérieurs des provinces italiennes.



Région de Lombardie :  Encore une fois, on pourra regretter l'usage de ce logo bizarre au lieu d'armoiries conventionnelles qu'un bon nombre de régions ont adopté. Mais ici, en raison de la force symbolique (insoupçonnée) de ce signe en forme de croix ronde et oblique, il faut bien admettre
La Rosa Camuna, symbole rupestre de la civilisation des Camuni
photo prise à Nadro, dans le Val Camonica.
 
l'évidence quand on a l'explication, que le logo était une bonne solution. Il est présent également dans le drapeau régional (voir plus haut).
 Ce motif vaguement floral rappelle la préhistoire de la région. La "Rosa camuna" (la rose camuna) c'est son nom, est caractéristique d'un peuple le l'Âge de fer, les Camuni (Camunni en français). Elle a été trouvée sur plusieurs gravures rupestres de la région, notamment à Nadro, dans le Val Camonica, près de Brescia. Le logo de la Rosa camuna a été réalisé par Pino Nappe, Bob Noorda, Bruno Munari et Roberto Sambonet (oui : ils s'y sont mis à quatre, un pour chacune des branches !) en 1975, et est devenu le symbole de la Région de Lombardie, qui est dépositaire de la marque et réglemente son utilisation. 




17e étape - Mercredi 27 Mai 2015 : Tirano - Lugano
.

Tirano (SO)
 Tirano : "Parti d'argent et de gueules, au château d'or brochant à trois tours et deux merlons crénelés à la Gibelin (voir explication ici → ), ajouré et ouvert de sable, surmonté d'une aigle du même, becquée d'or, lampassée de gueules".  Couronne et ornements extérieurs des villes italiennes.
• sur de nombreuses représentations, l'aigle est en plus couronnée d'or. Et le château est blasonné "au naturel" en italien, c'est-à-dire de la couleur de la pierre, ce qui permet beaucoup de nuances !

Lugano (TI)
(Suisse)
Canton du Tessin = TI
Cantone Ticino (Suisse)

Lugano : "De gueules à la croix d'argent, cantonnée des lettres capitales romaines L V G A , une dans chaque canton, du même métal".
• Sur le sens du graphisme et de l'acronyme LVGA, il existe de nombreuses hypothèses, mais il n'y a aucune explication authentifiée. La représentation la plus ancienne de l'emblème de la ville (champ de gueules et croix d'argent avec les initiales LVGA) date de 1588 et est apposée sur un certificat de "bons services rendus" délivré par la ville au bailli et capitaine régent Sebastiano von Beroldingen. Ce document est visible au musée d'Altdorf (canton d'Uri).
L'utilisation du V à la place du U, selon la coutume des inscriptions romaines, fait croire que l'origine est romaine, comme pour indiquer l'acronyme d'une légion cantonnée dans le secteur par exemple : "Legio V (cinquième légion) Gaunica Auxiliares", une légion auxiliaire de l'Empire romain. Mais cette explication, séduisante, semble sans fondement historique.
Une autre interprétation avancée plus douteuse encore est que l'abréviation LVGA soit un acronyme pour la  devise : "La Vera Giustizia Antica" ( la vraie justice ancienne).
La version actuelle de l'administration municipale, comme en témoignent les quelques copies de documents datés 1208 et 1209 (les originaux ont été perdus) déposés dans les archives du diocèse de Lugano, est que LVGA n' est rien de plus que l'abréviation du nom de la ville même.

Canton du Tessin : "Parti de gueules et d'azur".
• particularité partagée avec le canton de Lucerne, parmi les 26 cantons suisses  : la configuration du drapeau (voir plus haut : deux bandes horizontales) est différente de celle des armoiries (parti, donc deux pièces verticales).  




18e étape - Jeudi 28 Mai 2015 : Melide - Verbania

Verbania (VB)




Melide (Tessin / Suisse)

Melide : Écu de type espagnol : "D'azur à l'ancre d'or".
ancien blason de la ville
de Pallanza en 1865.
• une ancre marine au milieu des Alpes ! mais oui c'est possible: car c'est un village et une commune situés au bord du lac de Lugano, la petite mer intérieure du canton du Tessin ...


Verbania: "Coupé, au premier : d'or à l'aigle couronnée de sable; au deuxième d'argent, au chêne au naturel, terrassé de sinople". Couronne comtale et ornements extérieurs des villes italiennes.
• ce blason est repris sur celui de Pallanza (ci-contre), ville qui a fusionné avec Intra en 1939 pour devenir la commune de Verbania, qui tient son nom du lac Verbano, l'autre nom du lac Majeur, sur lequel elle est située.

Province de Verbano Cusio Ossola = VB
 (Région du Piémont)


 Province de Verbano-Cusio-Ossola : Écu samnite (ou français) moderne : "Coupé, au premier, de gueules à la clé d'or renversée, accompagnée de deux monts à l'italienne de trois coupeaux d'argent, tous posés sur la division;  au deuxième, d'argent à trois bandes d'azur entées seulement par le haut". Couronne et ornements extérieurs des provinces italiennes.
• le premier quartier symbolise avec la clé le Val d'Ossola, passant entre les montagnes vers le col du Simplon : porte de l'Italie depuis la Suisse. 
blason des Borromée (1715)
• le second quartier s’inspire avec les vagues de l'enté, et les couleurs, des eaux du lac Majeur (ou de Verbano) et du petit lac d'Orta (ou de Cusio) tout proche.
 Les bandes entées azur et argent font référence également aux armes originelles de la grande et ancienne famille aristocratique lombarde de Borromée (Borromeo) qui a eu historiquement, et a encore une grande influence sur ce territoire autour du lac Majeur.


Région du Piémont : L'emblème de la Région du Piémont a une forme carrée avec une croix d'argent sur ​​un champ de gueules, une bordure d'argent et un lambel d'azur à trois pendants. Plus qu'un logo, c'est bien un objet héraldique.
  En effet, il tient son origine de l'ancien blason d'Amédée VIII, en 1424, le premier Duc de Savoie, établi comme prince de Piémont, titre donné à l'héritier de la famille, en ajoutant le lambel (brisure la plus noble souvent utilisée comme un signe de primogéniture) en chef du blason de Savoie. Les trois pendants du lambel rappellent les grandes familles qui ont gouverné le Piémont: Anjou, Savoie-Achaïe, Savoie. Le lambel est bleu (azur), la couleur d'origine choisie par la maison de Savoie.


.

19e étape - Vendredi 29 Mai 2015 :
 Gravellona Toce - Cervinia
.


Gravellona Toce (VB)
Gravellona Toce: "D'argent au château de gueules, à deux tours et deux merlons au centre, crénelés à la Gibelin, ouvert de sable, terrassé de sinople". Couronne et ornements extérieurs des villes italiennes.

La face sud du Mont Cervin ( 4 478 m.), celle qui est
 visible du côté italien, plus effrayante encore que la face
nord, côté suisse, que l'on connait mieux.
Valtournenche (AO) - commune où est
située la station de montagne de Breuil / Cervinia.



.
Cervinia : c' est le nom italien de Breuil, le vrai toponyme valdôtain d'une des plus importantes stations de sports d'hiver et un haut lieu de d'alpinisme en Italie, située à 2 050 m. d'altitude. Elle a été rendue célèbre dans les années 1860/1870 pour les départs à la conquête du somment du terrible Cervin, maintes fois tentées, avec des accidents dramatiques, et quelquefois réussies, du côté italien. La Société des guides alpins du Cervin est basée à Breuil-Cervinia depuis 1865. Les guides sont eux très souvent natifs de Valtournenche, le gros bourg de la vallée.

Valtournenche:  "Parti: au premier d'azur, une montagne (le Mont Cervin) d'argent, mouvant de la pointe et des flancs, surmontée d'un piolet d'alpiniste au fer de sable, emmanché de gueules, posé en pal, le manche passant à travers un nœud de Savoie (voir explication → ) d'argent, posé en fasce; au deuxième de gueules à trois épis d'or accolés, les deux épis latéraux ployés vers les bords, au chef de sable à trois croissants d'or contournés ".  Couronne et ornements extérieurs des communes italiennes.
Région de la Vallée d'Aoste = AO 
 Regione Valle d'Aosta

Région de la Vallée d'Aoste : C'est l'emblème officiel actuel de l’administration de "la Région autonome à statut spécial"  avec son design stylisé, non conforme au règles du dessin héraldique conventionnel, mais tout de même basé sur le blason historique: "De sable au lion d'argent, armé et lampassé de gueules". 
• L'emblème de la Région autonome de la Vallée d'Aoste reproduit l'ancien blason du Duché d'Aoste dont l'usage officiel était fait par les représentants et magistrats locaux, l'Assemblée Générale des Trois États et le  Conseil des Commis, les deux autorités placées sous la souveraineté du Duché de Savoie. Il est attesté depuis les premières décennies du XVIe siècle et maintenu sans interruption jusqu'à ce jour. La plus ancienne documentation héraldique qui a survécu, cependant, fait supposer que le lion est le symbole choisi pour représenter, comme emblème militaire, le Comté puis le Duché d'Aoste. Il englobait un territoire coïncidant avec les frontières régionales actuelles, dans une époque bien antérieure: au moins depuis la seconde moitié du XIIIe siècle et peut-être depuis la fin du XIIe siècle. L'ancien blason a été plus tard adopté officiellement pour représenter à la fois l'ex-province d'Aoste (1927), puis la circonscription/(1946)/ région(1948) autonome du Val d'Aoste (1945), et enfin la Région autonome à statut spécial de la Vallée d'Aoste. Statut spécial, car la Vallée d'Aoste est la seule région italienne composée d'une province unique, les deux entités étant fusionnées en une seule. C'est la seule également qui bénéficie du droit d'avoir comme seconde langue officielle le français, au côté de l'italien. La toponymie et les patronymes des habitants de la région témoignent en effet de cette francophonie très marquée, par ses liens historiques avec la Savoie ducale.

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

samedi 23 mai 2015

Histoire parallèle : 23 mai 1915-2015 -
l'Italie déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie

  Nous allons revenir dans le jeu des alliances qui ont embrasé l'Europe, puis au-delà avec les empires coloniaux des uns et des autres dans l'été 1914. Cette fois nous allons vivre un basculement d'alliance, que nous voyions bien venir avec l'Italie, qui ne pouvait pas rester sans rien faire, pour son propre intérêt. Petits rappels pour comprendre... 
timbre-poste italien (1915) avec surtaxe au
bénéfice de la Croix-Rouge 
  Lorsque débute la Première Guerre mondiale, l’Italie est liée à l’Allemagne et à l’Autriche-Hongrie par la Triple Alliance, un pacte militaire strictement défensif (ce mot est important) signé en 1882, et renouvelé au fil du temps, afin de s’opposer au système d’alliance anglo-franco-russe dit de la Triple-Entente. Ainsi, lorsque l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie (voir → ), déclenchant la Première Guerre mondiale, l’Italie reste extérieure au conflit, s'appuyant sur le caractère défensif de la Triple Alliance. 
 Pendant la période durant laquelle l'Italie est neutre, étant donné l’équilibre des forces présentes sur le terrain, il est devenu clair que le pays peut jouer un rôle décisif sur l’issue du conflit et, par conséquent, le gouvernement engage une série de négociations avec les partenaires de la Triple Alliance, et en secret avec les membres de l’Entente, afin de déterminer les compensations d’une intervention italienne dans la guerre de l'un ou l'autre camp.
 Il est rapidement évident que l’Entente peut promettre bien plus que ce que peuvent offrir les Empires centraux compte tenu que les territoires, auxquels l’Italie est intéressée, concernent principalement l’Autriche-Hongrie, en particulier du fait du vieux contentieux latent lié à l’irrédentisme.

drapeau d'état du royaume d'Italie en 1914
drapeau de guerre du royaume d'Italie en 1914
drapeau d'état de l'Empire austro-hongrois en 1914
drapeau de guerre de l'Empire austro-hongrois en 1914

• 9 mars 1915 : Le gouvernement du Royaume d'Italie présente aux gouvernements de de la Triple-Entente (France, Russie et Grande-Bretagne) un mémorandum contenant les prétentions de l’Italie en échange de son intervention dans le conflit (Trentin, Tyrol du Sud, Trieste, l’Istrie et une partie de la Dalmatie).
armoiries et drapeaux du Royaume d'Italie en 1914 
  carte cadeau publicitaire anglaise d'époque

• 26 avril 1915 :  Le traité de Londres est secrètement signé par le gouvernement italien avec les représentants de la Triple-Entente (France et Grande-Bretagne) ,  par lequel l’Italie s’oblige à entrer en guerre contre les Empires centraux lors de la Première Guerre mondiale en échange de substantielles compensations territoriales (on y rajoute même une partie du sud-ouest de la Turquie et les îles du Dodécanèse). Cet acte est décidé par le gouvernement, le roi et la hiérarchie militaire, mais sans la consultation du Parlement italien.

• 3 mai 1915 : L’Italie dénonce définitivement le traité de la Triple-Alliance qui la liait aux Empires centraux.

• 10 mai 1915 : Signature d'une convention navale anglo-franco-italienne pour définir les rôles de chaque pays dans la zone de guerre en Méditerrannée.

23 mai 1915 :l'Italie décrète la mobilisation générale et déclare la guerre  contre son ancienne alliée mais néanmoins rivale : l'Autriche-Hongrie.
portrait du roi Victor-Emmanuel III d'Italie (1869-1947 de la Maison de Savoie - son palais du Quirinal à Rome 
 ses armoiries -   chromo publicitaire d'époque
carte postale patriotique montrant les célèbres Bersaglieri franchissant la frontière
 austro-hongroise - le drapeau italien supporte six boucliers avec les couleurs des
 pays de l'Entente déjà en guerre en Europe.
carte géopolitique du 23 mai 1915
drapeau d'état de de l'Empire Austro-hongrois tenu par une charmante
et élégante viennoise, vers 1910.
 armoiries de l'Empire austro-hongrois en 1914, carte illustrée par Hugo Gerhard Ströhl

étendards militaires de l'Empire Austro-hongrois , page extraite du livre en anglais
 "Drawings of the flags in use at the present time by various nations" (Londres-1916)






mardi 19 mai 2015

Il Giro d'Italia 2015 - le Tour d'Italie en blasons -
Marches - Émilie-Romagne - Vénétie - Trentin-Haut Adige

gonfalon de la ville de Forli
Troisième rendez-vous sur ce blog (voir le précédent épisode → ICI) pour une illustration originale de cette grande épreuve cycliste de printemps.
 Les neuf premières étapes ont alterné
les arrivées pour costauds du sprint et celles pour les endurants de la moyenne montagne. Nous avions mis pied à terre en Campanie dans la région géographique du Sannio, avec des paysages étonnants de beauté. Nous repartons bien plus au nord, sur la côte de la Mer Adriatique, cette fois, et après quelques étapes dans la riche et large plaine du Pô, nous progresserons vers la Vénétie. Enfin nous terminerons la semaine avec de la haute montagne, dans les Préalpes méridionales. Plus exactement nous aborderons un massif nommé les "Alpes Rhétiques méridionales" avec des sommets dépassant 3 000 mètres. Espérons que la météo soit clémente : en effet, il y a deux ans, un retour exceptionnel de conditions hivernales avait surpris l'organisation et les coureurs, contraints de déclarer forfait.
.
Voici la carte générale du tracé, en rappel, et plus bas: les six nouvelles étapes concernées par ce sujet.
drapeau de la région de Vénétie
drapeau de la région du Trentin-Haut-Adige
drapeau de la région des Marches
drapeau de la région d'Émilie-Romagne

Région des Marches
 Regione Marche


Région des Marches  :  un emblème en forme d'écu, un peu trompeur, mais c'est tout de même un logo, dont le motif central montre l'initiale "M" pour Marches, avec sa jambe gauche formée par un pic stylisé (l'oiseau symbolisé est un pic vert, plus précisément : Picus viridis, photo ci-contre), oiseau totémique et sacré, représentant l'ancien peuple des Picéniens qui occupait cette région à l'Âge de Fer, bien avant la Rome antique.
Cet emblème a été officialisé le 15 mars 1980.





10e étape - Mardi 19 Mai 2015 : Civitanova Marche - Forlì
.
Province de Macerata = MC
 (Région des Marches)
Province de Macerata : "D'azur à la montagne formée de cinq monts disposés en fasce; un pic essorant posé sur le mont central, le tout au naturel". Couronne et ornements extérieur des provinces italiennes.
• Nous retrouvons l'oiseau précédemment cité: le pic des Picéniens, en mode naturel, cette fois; c'est un oiseau assez peu fréquent comme meuble héraldique, mais pas rare.

Civitanova Marche (MC)

Forlì (FC)
Civitanova Marche : Blason non héraldique (trop de choses "au naturel"). Il représente l'effigie du saint patron de la cité : san Marone (saint Maron en français) où la tradition populaire lui voue culte et dévotion depuis des siècles et en particulier les pêcheurs et les marins, avec des processions et des ex-votos. Ce moine et ermite chrétien de la fin du IVe/ début Ve siècles est d'origine syriaque et est vénéré notamment au Liban, avec le culte des chrétiens maronites , disciples de Maron. Selon la légende locale, Maron est un protomartyr et évangéliste du Piceno (le pays des Picéniens). On le voit ici, débarqué sur le rivage, près des ruines d'une forteresse, très âgé, en habit de moine, nimbé, et tenant une crosse. Ornements extérieurs non réglementaires pour cette commune italienne.
• ne pas confondre san Marone (saint Maron) et san Marino (saint Marin) dont la vie s'est déroulée non loin de là et quelques années plus tôt, dans le petit état qui porte son nom aujourd'hui : la République de Saint-Marin.

Forli : "Écu à double accolade : d'or à l'aigle de sable, becquée et membrée d'or, lampassée de gueules, surmontée d'une couronne d'or, tenant dans sa serre dextre un écusson ovale posé en bande, de gueules à la croix d'argent, dans sa serre senestre un autre écusson ovale posé en barre, d'argent avec une jumelle contenant l'inscription "LIBERTAS", le tout de de sable". Couronne et ornements extérieurs des villes italiennes.
• C'est de l'empereur Frédéric II que la ville tiendrait ses armoiries. On utilise parfois la précision "aigle de Souabe", pour cette aigle très germanique, qui vient du blasonnement italien, avec le terme spécifique "Aquila Sveva" . Il fait référence à la dynastie des souverains originaires de Souabe, en Allemagne du sud : les Hohenstaufen, qui ont régné sur la Sicile et l'Italie, en tant qu’empereurs germaniques et Rois des Romains, durant les XIIe et XIIIe siècles. C'est la maison capétienne d'Anjou qui leur succédera en Italie continentale (voir Imola, plus bas).
• Les deux écussons ovales sont les plus anciens symboles de la ville, l'un se référant à l'époque romaine (le blason d'argent avec l'inscription "LIBERTAS") et l'autre à la participation de la ville à la première croisade en 1096 (le blason de gueules à la croix d'argent).

Province de Forlì-Cesena = FC
 (Région d'Émilie-Romagne)

Province de Forli-Cesena : "Écu samnite, parti d'azur et de gueules, à la figure allégorique du fleuve Rubicon, assise sur un rocher, se déversant par un grand vase, et dans le fond, un pont romain à trois arches, le tout au naturel. Soutenu d'un listel portant la devise en latin " ALEA JACTA EST" ( Le sort en est jeté) ". Couronne murale à sept tours, et ornements des provinces italiennes.
 • Le Rubicon, Rubicone en italien, est un petit fleuve de la région d'Émilie-Romagne qui prend naissance près de la commune de Sogliano al Rubicone.
 Le cours d'eau avait une importance toute particulière dans le droit romain car aucun général n'avait l'autorisation de le franchir avec une armée. À partir de 59 av. J.-C., il servit de frontière entre l'Italie romaine et la province de Gaule cisalpine . Cette loi protégeait ainsi Rome des menaces militaires internes.
 Il devint célèbre quand Jules César le traversa avec ses légions en armes le 11 janvier 49 av. J.-C. sur les traces de Pompée. Il viola la loi du Sénat romain. Si l'on en croit Suétone, il aurait lancé en franchissant la rivière la célèbre formule : "Le sort en est jeté" (ALEA JACTA EST). De cet épisode est aussi née l'expression "franchir le Rubicon" qui a survécu jusqu'à nos jours. Elle évoque une personne se lançant irrévocablement dans une entreprise aux conséquences très risquées.

Région de l'Émilie-Romagne
 Regione Emilia-Romagna

Région d'Émilie-Romagne  : de nouveau, c'est un logo, conçu pour identifier facilement l'administration régionale, selon un des critères des commanditaires.  Dessiné par l'architecte milanais Matteo Piazza, il a été sélectionné en 1984 à la suite d'un concours. La zone verte correspond au contour géographique de la région (voir la carte tout en bas) avec des lignes plus douces et plus épurées.  Il a été adopté par la loi régionale du 15 décembre 1989.



11e étape - Mercredi 20 Mai 2015 : Forlì - Imola
.

Imola (BO)


Province de Bologne = BO
 (Région d'Émilie-Romagne)




 Imola : "Écu parti au premier, d'azur à la bande d'argent  chargée du mot LIBERTAS en lettres romaines de sable, au deuxième de gueules au griffon couronné d'or, tenant de sa patte dextre  une épée d'argent placé en pal; au chef d'Anjou (d'azur à trois fleurs de lis d'or surmontées d'un listel à quatre pendants de gueules)". Couronne et ornements extérieurs des villes italiennes.


 Province de Bologne : " Écu d'azur, au lion rampant d'or, lampassé de gueules, soutenant avec trois pattes une lance du même au sommet de laquelle est accroché un oriflamme flottant, tiercé en fasce, de sinople, d'argent chargée de l'inscription LIBERTAS en lettres romaines de sable et de gueules". Couronne et ornements des provinces italiennes.



12e étape - Jeudi 21 Mai 2015 :
 Imola - Vicenza / Vicence (Monte Berico)
 .
Vicenza / Vicence  (VI)
Province de Vicence = VI
 (Région de Vénétie)




Vicence : "De gueules à la croix d'argent". Couronne de patricien vénétien, ornements extérieurs des villes italiennes. La ville est aussi, chose rare en Italie, titulaire de deux décorations qui sont appendues au ruban sous l'écu : deux médailles d'or de la Valeur Militaire (M.O.V.M) . La première a été concédée le 19 Octobre 1866 par le roi Vittorio Emanuele II "pour la défense acharnée des citoyens contre l'ennemi impétueux, en mai et juin 1848 (contre les Autrichiens du maréchal Radetzky, celui qui a inspiré la fameuse "Marche de Radetzky" à Johann Strauss / cliquer sur le player pour écouter un extrait).     .  
La deuxième décoration est plus récente, accordée le 11 mars 1995, par le Président de la République Oscar Luigi Scalfaro, proposée par le ministre de la Défense, pour son comportement exemplaire et patriotique, militaires et civils, lors des deux Guerres Mondiales dans la résistance et les combats opposant les Italiens aux Austro-hongrois et aux Allemands. 

Monte Berico : Le Sanctuaire de la Madonna di Monte Berico est un lieu de culte catholique de Vicence, situé sur la colline surplombant la ville. L'édifice est le résultat de l'intégration de deux églises: la première XV siècle en style gothique, la seconde, la seconde moitié du XVIIe siècle, est une basilique dans le style baroque. En mai 1904, le pape Pie X l'a élevé au rang de basilique mineure. 
• la position élevée du site en fait une occasion intéressante pour les coureurs spécialistes des arrivées toutes en force en côte.

Province de Vicence : ce blason atypique est divisé en cinq quartiers représentant différents lieux de souvenir historiques, et au centre le blason du chef-lieu. Les monuments qui sont représentés dans chaque quartier ont été érigés à la mémoire des combats et des soldats tombés ici au cours de la Première Guerre mondiale. Ce sont des ossuaires qui recueillent les restes d'environ 85.000 soldats. Les montagnes de la province ont été en effet le théâtre de violents combats en particulier avec les batailles sur le plateau d'Asiago et de Pasubio, de la Strafexpedition  en 1916, de l'Ortigara en 1917 et du mont Grappa en 1918. L'écu est donc coupé ; parti de deux en chef : en 1, l'ossuaire de Pasubio, en 2 : les armes de la ville de Vicence / Vicenza , en 3 : l'ossuaire de Cimone ; parti simple en pointe, en 1 : le mémorial militaire de l'Asiago, en 2 : le mémorial militaire du Mont Grappa , séparés par une vergette d'or. Couronne et ornements extérieurs des provinces italiennes.

Région de Vénétie
regione Veneto
Région de Vénétie :  inutile je pense, de préciser que cet emblème est celui de la ville et de l'ancienne République de Venise. Le lion ailé tenant un livre ouvert avec l'inscription "Pax Tibi Marce Evangelista Meus" est l'attribut de saint Marc l'Évangéliste, patron de Venise, dont les saintes reliques avaient été ramenées (volées) d'Égypte en 828 et autour desquelles sera bâtie plus tard la grande Basilique Saint-Marc que nous connaissons sur la Place du même nom. Le rachat ou le vol de reliques de saints (que l'Église nommait pudiquement "translation") était chose très courante au Moyen-Âge. En effet, les pèlerinages qui résultaient de leur adoration généraient des revenus considérables pour l'Église et les commerces de la ville "hôtesse". Pour donner un argument plausible à sa présence posthume à Venise, on a fait courir la légende que saint Marc était venu évangéliser la région vénitienne au Ier siècle dans un bateau et aurait fait naufrage dans la lagune qui allait donner naissance en 452 à la Sérénissime. Un ange lui serait alors apparu et lui aurait dit: « Paix sur toi Marc mon évangéliste, tu trouveras ici le repos ». Plus le mensonge est gros, plus on y croit, c'est ainsi.



13e étape - Vendredi 22 Mai 2015 : 
Montecchio Maggiore  -  Jesolo (Lido de Jesolo)
 .
Montecchio Maggiore (VI)
Jesolo (VE)
Montecchio Maggiore  : "Écu elliptique, d'argent à la croix de gueules" . Couronne (comtale) et ornements spécifiques à la commune, non conventionnels.
• du point de vue du dessin héraldique, on notera quelques fantaisies des héraldistes italiens : un écu imitant la 3D avec cet aspect bombé ! et des hachures plutôt incongrues, car elles n'ont rien à voir avec la codification conventionnelle des couleurs pour les représentations en monochromie : en effet les traits verticaux correspondent aux "gueules", les traits obliques en bande, au sinople , et en barre, au pourpre (voir ici → ). Ici ces traits sont purement décoratifs et pour accentuer l'effet en relief.

Jesolo : "D'azur au dragon de gueules" . Couronne et ornements extérieurs des villes italiennes.
• un blason fautif du point de vue de la règle de contrariété des couleurs : émail sur émail à proscrire. Mais à quoi bon répéter ce principe, les italiens n'en font qu'à leur tête !

 Le Lido de Jesolo est le premier cordon littoral fermant la lagune de Venise, au nord-est de celle-ci.

Province de Venise = VE
 (Région de Vénétie)




Province de Venise :"D'azur au lion ailé, nimbé d'or, couché, le corps et la tête vus de face, tenant avec ses pattes de devant, sur son poitrail un livre ouvert d'argent où sont inscrits en lettres romaines de sable, sur quatre lignes, les mots en latins, sur la page de dextre : "PAX TIBI MARCE" et sur la page senestre: "EVANGELISTA MEUS" (paix sur toi Marc /  mon évangéliste) .  Couronne et ornements extérieurs des provinces italiennes.
• le blason est absolument identique à celui de la ville de Venise, mais configuré ici avec la norme des armoiries provinciales.







14e étape - Samedi 23 Mai 2015 : 
Treviso / Trévise  -  Valdobbiadene
 (étape contre la montre individuel)



Province de Trévise = TV
 (Région de Vénétie)
Province de Trévise : "Écu anglais, d'azur à une fasce d'argent chargée du mot latin "TARVISIVM" en lettres capitales romaines de sable, soutenant une grande tour, accostée de deux tours plus petites, toutes crénelées, au naturel, ajourées de sable, ouvertes du champ, et deux étendards d'argent, flottants, accrochés à deux hampes de sable, l'un posé en bande à dextre, l'autre en barre à senestre;  dans la partie inférieure : une muraille d'or mouvant de la pointe, avec au milieu une tour carrée munie d'une fenêtre en arc cintré, fermée, accostée de chaque côté par deux tours crénelées, au naturel, et entre les deux, deux petites tours de guet d'or, avec un toit de gueules et sommées d'une croix, celle de senestre plus haute". 
 Couronne de marquis. L'écu est soutenu d'un anneau d'or, chargé des mots en latin :  "MONTI MVSONI PONTO DOMINORQVE NAONI" en lettre capitales romaines de sable.
ancien sceau de Trévise,
son usage remonte au XIIIe s.

• Ces armoiries adoptées en 1938 par la Province de Trévise sont en fait une reproduction de l'image d'un ancien sceau de la ville (ci-contre). Ce sceau d'origine médiévale, transformé avec certains changements dans les armoiries par un décret impérial autrichien en 1825, a été utilisé par la ville jusqu'en 1941.

• Les inscriptions latines se réfèrent aux anciennes limites des Marches de Trévise (Tarvisium) :  les Préalpes de Belluno (Monti) , la rivière Muson (Musoni), la mer de la lagune de Venise (Ponto Dominorque) et la rivière Noncello (Naoni).
source infos : http://www.comuni-italiani.it  et  http://it.wikipedia.org/wiki/Sigillo_di_Treviso


.
Treviso / Trévise (TV)

Valdobbiadene (TV)
Trévise :"De gueules à la croix d'argent, cantonnée en chef de deux étoiles à huit branches du même". Couronne de prince et ornements extérieurs des villes italiennes.


Valdobbiadene :"D'azur à la figure de Diane chasseresse, de carnation, habillée d'une robe d'argent, tenant sur le bras senestre un arc d'or et sur l'épaule un carquois rempli de flèches du même, suivie par un chien sautillant, au naturel, les deux posés sur une nuée d'or".  Couronne et ornements des communes italiennes.
• Le blason, datant de 1929, n'a rien à voir avec la tradition ou des faits historiques, mais est une pure invention du XXe siècle: il montre une représentation de la déesse Diana inspirée par une statue de bronze trouvée dans la région, à Concordia Sagittaria, en 1926. C' est une divinité qui était  particulièrement vénérée en Vénétie pré-chrétienne, comme protectrice des forêts, des montagnes et de l'eau, des éléments qui caractérisent le territoire de la municipalité .

.

15e étape - Dimanche 24 Mai 2015 : 
Marostica  -  Madonna di Campiglio
 
Marostica (VI)





Marostica  : "D'azur, à dextre une montagne au naturel mouvant du flanc et de la pointe, surmontée d'un château de gueules ouvert du champ, à senestre , un lion d'or, lampassé de gueules brochant sur la montagne, portant dans ses griffes la hampe de gueules d'un oriflamme d'argent chargé d'une croix formée d'un pal de gueules et une fasce d'azur, brochant".
 Couronne et ornements extérieurs des villes italiennes.
logos et anciens pin's de la station de sports d'hiver de Madonna di Campiglio (TN)




Madonna di Campiglio  : c'est un hameau (una frazione en italien) et surtout une célèbre station de sports d'hiver très réputée et même très huppée de la province du Trentin, située à 1.550 m. d'altitude, dans le Val Rendena, entre le massif des Dolomites et les Alpes d'Adamello et de Presanella. Son domaine est étendu sur deux communes: : Pinzolo et Ragoli.
• déjà réputée au XIXe siècle, alors que la province était rattachée à l'Autriche, elle recevait la visite régulière de l'empereur François-Joseph et de son épouse Élizabeth, plus connue sous le surnom de Sissi.

Province autonome de Trente = TN
 (Région du Trentin-Haut-Adige)





  .
Province autonome de Trente (Trentin) : "D'argent à l'aigle de sable, becquée et armée d'or, aux ailes chargées de kleestängels (demi-cercles tréflés) du même, bordée de langues de feu de gueules". Couronne de patricien.
•  Longtemps possession de la principauté épiscopale de Trente, puis des Habsbourg d'Autriche, le Trentin, entre 1871 et 1918, fait partie des terres irrédentes, réclamées par les nationalistes italiens, afin de clore le processus d'unification. Le Trentin devient italien par le traité de Saint-Germain-en-Laye signé en 1919 entre les pays de la Triple-Entente et l'Autriche-Hongrie.
•  L'emblème officiel de la province représente l'aigle flamboyante de Saint Venceslas, armes données par le roi Jean Ier de Bohême à l'évêque de Trente Nicolò da Bruna comme bannière officielle de la petite armée du prince-évêque de Trente en 1339.






Lundi 25 Mai 2015 : repos, pas d'étape



Pour suivre en temps réel la course, je vous invite à consulter le site officiel (langues : En/It) → ICI


Rendez-vous mardi prochain pour la suite ....→ ICI


Crédits :
cartes : www.gazzetta.it
blasons (vous pouvez visualiser la provenance 
des dessins en passant la souris sur les images):
www.comuni-italia.it
it.wikipedia.org
www.araldicacivica.it (dessins de Massimo Ghirardi)
merci à eux.


             Herald Dick