vendredi 17 avril 2015

Naissance d'une nouvelle (micro) nation en Europe: le Liberland

 Les micronations sont des entités géopolitiques qui se déclarent unilatéralement indépendantes, ou simplement autonomes. Certaines existent depuis très longtemps, comme une persistance d'un ancien système politique féodal ( voir la République du Saugeais ou  la Principauté de Seborga). D'autres profitent de situations confuses au niveau du droit international, et d'anomalies juridiques, notamment à la suite de conflits entre nations, n'ayant pas statué sur la souveraineté de certains territoires. Autre caractéristique, elles occupent un tout petit territoire et sont peu peuplées. Il y n a même qui n'ont pas de territoire terrestre : telle que Sealand
  Leur fonctionnement s'apparente à celui d'un vrai état, elles ont un drapeau, des armoiries, un hymne national, un embryon de gouvernement,  mais toujours un chef d'état dont la probité pose parfois question. Elles envoient des ambassadeurs ou des consuls à "l'étranger", fournissent un passeport, ont des gardes-frontières et des fonctionnaires, frappent de la monnaie et émettent des timbres poste, etc.. Ces micronations sympathiques et exotiques tiennent davantage du folklore et sont en général bien tolérées par les États souverains qui les hébergent, tant qu'elles ne nuisent pas à l'ordre public. Elles sont aussi et surtout l'occasion à certains personnages à l'égo démesuré pour faire parler d'eux dans les médias et éventuellement faire passer leurs idées... tout en commerçant, grâce au tourisme et à la vente de produits divers : timbres, posters, objets, souvenirs divers, etc...

armoiries de la République de Liberland

Le 13 avril 2015, un ressortissant tchèque du nom de Vít Jedlička a proclamé la naissance d'un nouveau petit pays dans une terre contestée, un no man's land situé entre la Croatie et la Serbie qui se nomme: la République de Liberland. La zone géographique se situe le long du Danube, techniquement une terre inhabitée, qui est parfois appelé Gornjua Siga.
 Vít Jedlička est un membre dirigeant d'un parti politique libertaire dans la République tchèque, et lui-même s'est également autoproclamé le président de la micronation dont la superficie est d'environ sept kilomètres carrés.

localisation du Liberland dans la petite zone verte, un des nombreux territoires contestés
 (en jaune) sur la frontière entre la Croatie et la Serbie, après l'éclatement de la Yougoslavie


Jedlička a invité toutes les personnes à travers le monde à faire candidature afin d'acquérir la citoyenneté de la "République de Liberland", qui, selon lui, sera le plus petit État souverain en Europe après le Vatican et Monaco.


drapeau de la République de Liberland


  Puisant son inspiration dans les micro-états comme Monaco, le Liechtenstein et Hong Kong, le site de Liberland a choisi comme devise : «To live and let live» (Vivre et laisser vivre). Le site donne également la description  du drapeau et des armoiries nationales du Liberland. Ceux qui désirent être des citoyens de Liberland devront "avoir du respect pour les autres peuples et respecter les opinions des autres, indépendamment de leur race, de l'origine ethnique, de leur orientation (sexuelle ?) ou de leur religion. Ils auront le respect de la propriété privée, de ce qui est intouchable, et ne seront pas communistes, ou néo-nazis, ou revendiquant tout autre passé extrémiste, et n'auront pas été puni pour des infractions criminelles passées ", toujours selon le site. Rien n'est dit sur le niveau de richesse qu'il faut présenter.
   La page Facebook du Liberland autoproclamé dit qu'il a reçu plus de 3000 demandes de citoyenneté en un seul jour après que l'information à propos de la nouvelle nation ait éclaté. Le site ajoute que la constitution et les lois du Liberland seront bientôt encadrées.
 
le Président (à droite) à planté dans le sol  le drapeau de la nation liberlandaise !


 Liens :
site officiel : http://liberland.org
sur Facebook : ICI
Source info actualité : ICI
Article Wikipédia (fr) : ICI 




 blason coat of arms flag wappen wapen stemma bandera escudo znak grb liberland

mercredi 15 avril 2015

Zoo héraldique #18 : la Chèvre en héraldique
(3ème partie)

Le 19 février dernier, nous avons donc commencé la nouvelle année lunaire de la Chèvre (et aussi du Mouton), selon le calendrier chinois (voir mon sujet spécial "Nouvel an chinois").  Pour cette occasion, j'ai voulu mettre à l'honneur cet animal par sa figuration en héraldique, en particulier parmi les nombreuses armes parlantes de villes ou de territoires, puis dans un second volet : avec les armes de quelques familles aristocratiques européennes. 
  Cette fois, nous allons sortir du prétexte des armes parlantes et parcourir le monde pour y débusquer un grand nombre d'autres espèces de caprins, aussi bien utilisées en tant que figure du blason, mais aussi présentes dans les ornements extérieurs des armoiries. Le choix est surtout guidé par l’esthétique du dessin héraldique, donc forcément subjectif et parcellaire. 

 Nous trouvons donc chèvres ou boucs dans les armes ...


• D'un état indépendant .
 
Armoiries nationales de la République du Tchad, au nord de l'Afrique centrale 
voir le descriptif ici →


• D'anciennes provinces historiques, des régions, des villes, des municipalités. 

Nous commençons par trois régions ou anciennes provinces européennes qui sont identifiées historiquement par l’image de la chèvre, à travers les siècles et malgré les changements géopolitiques, les conquêtes, les révolutions, les annexions et les déclarations d'indépendance. 

armoiries actuelles du Comitat d'Istrie (Croatie)
adoptées en 2002 -  "D'azur à la chèvre d'or,  accornée
 et onglée de gueules". Ce territoire croate couvre la
plus grande partie de la péninsule d'Istrie
armoiries actuelles de l' Istrie slovène (Slovénie)
"D'azur à la chèvre d'or, accornée et onglée de gueules,
posée sur une terrasse de sinople".
correspond à la partie nord de la péninsule
logo pour le site web de tourisme :
 http://www.istra.hr/
anciennes armoiries de la province d'Istrie / Istria
page venant d'un manuscrit écrit en latin  " Stematographia -
Armorum Illyricum.." de Pavao Ritter Vitezović (1702)
 source : istra.lzmk.hr/clanak.aspx?id=1060
anciennes armoiries de la province d'Istrie / Istria
 d'après un armorial italien
source : arupinum.xoom.it/vessillo.html
anciennes armoiries de la province d'Istrie (Istrien)
partie de l'ancien land autrichien de Küstenland
et intégrée à l'Empire Austro-hongrois de 1867 à 1918
dessin héraldique de Hugo Gerard Ströhl - 1900
anciennes armoiries de la province d'Istrie
 (Istrien) après séparation du Royaume d'Illyrie
 (1849) -  dessin de Hugo Gerard Ströhl (1851-1919)
Österreichisch-Ungarische Wappenrolle - 1890
anciennes armoiries de la province italienne de Pola ou Illyria
 durant la période 1923-1945. Le blason à la chèvre s'est vu augmenté
d'un chef  et d'un cimier avec les symboles de l'Italie fasciste.
source : arupinum.xoom.it/vessillo.html
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

samedi 11 avril 2015

Top 15 des plus grandes villes d' Allemagne avec leurs blasons

 Voici un nouveau volet à cette série consacrée à la découverte de l’héraldique civique, à travers divers pays du Monde. Le principe du "Top xx"  est très répandu dans les médias et sur Internet, pour recenser ce qui est le plus remarquable dans un domaine particulier. Je l'ai donc adapté à ce nouveau sujet qui nous permettra à la fois de découvrir ou réviser la géographie d'un pays choisi de manière aléatoire et dans le même temps de s'intéresser à sa diversité en matière de blasons ou emblèmes municipaux.

  Je poursuis avec un nouveau pays d'Europe, très attaché à la tradition et à l'histoire de l'Héraldique : l'Allemagne.


  Comme pour le volet précédent, et du fait que ce pays est très urbanisé, la liste est  maintenue jusqu'au 15ème rang. En effet ces 15 villes approchent ou dépassent la population honorable de 500 000 habitants. A titre de comparaison, la France n'en compte de trois ! (références chiffres population : 2013).




1 - BERLIN

capitale de la République fédérale d'Allemagne, ainsi que du land-ville de Berlin - 3 421 829 habitants





2 - HAMBOURG / Hamburg

capitale du land-ville de Hambourg (Hamburg) - 1 746 342 habitants





3 - MUNICH / München

capitale du land de Bavière (Bayern)  - 1 407 836 habitants






4 - COLOGNE / Köln

ville du land de Rhénanie du Nord-Westphalie (Nordrhein-Westfalen) - 1 034 175 habitants







5 - FRANCFORT / Frankfurt am Main

ville du land de Hesse (Hessen)  -  701 350 habitants






6 - STUTTGART

capitale du land de Bade-Wurtemberg (Baden-Württemberg) -  604 297 habitants



.

7 - DÜSSELDORF

capitale du land de Rhénanie du Nord-Westphalie (Nordrhein-Westfalen) -  598 686 habitants




8 - DORTMUND

ville du land de Rhénanie du Nord-Westphalie (Nordrhein-Westfalen)  - 575 944 habitants





9 - ESSEN

ville du land de Rhénanie du Nord-Westphalie (Nordrhein-Westfalen) -  569 884 habitants





10 - BRÊME / Bremen

capitale du land-ville de Brême (Bremen) -  548 547 habitants





11 - LEIPZIG

ville du land de Saxe (Sachsen) -  531 582 habitants






12 - DRESDE / Dresden

capitale du land de Saxe (Sachsen) -  530 754 habitants





13 - HANOVRE / Hannover

capitale du land de Basse-Saxe (Niedersachsen) -  518 386 habitants

 





14 - NUREMBERG / Nürnberg

ville du land de Bavière (Bayern) -  498 876 habitants
 






15 - DUISBOURG / Duisburg

ville du land de Rhénanie du Nord-Westphalie (Nordrhein-Westfalen) -  486 855 habitants







•  C'est bien évidemment l'histoire du Saint Empire romain germanique qui transparait dans ces blasons. L'aigle impériale avec une ou deux têtes, accompagne depuis plusieurs siècles les villes qui avaient été mises sous protection de l'Empereur. Certaines soutiennent les écus en ornements extérieurs, non visibles ici, comme à Cologne. Mais nous voyons aussi des lions, qui nous renvoient aux anciens territoires composant l'Empire : royaumes, principautés, duchés, comtés : le lion du Duché de Berg pour Düsseldorf, celui des Margraves de Misnie (Meißen en allemand) pour Leipzig et Dresde, et celui de la maison des Guelfes (Welfen) puis du Duché de Brunswick (Braunschweig), pour Hanovre.

• Plus discrète est la référence à la Hanse, la première organisation commerciale  capitaliste et multinationale de l'histoire, au Moyen-Âge, et ses couleurs : rouge et blanc, dans quelques uns de ses innombrables fiefs : Hambourg, Cologne, Brême, Hanovre et Duisbourg.
•  Les références religieuses se révèlent sous la forme des attributs des saints protecteurs adoptés par les grands évêchés : saint Pierre (la clé) à Brême; les Rois Mages (les trois couronnes), Ursule et les 11 000 vierges martyres (les 11 mouchetures d'hermine) à Cologne, ou par les fondations monastiques : saints Côme et Damien (épée de leur martyre) de l'abbaye d'Essen. 

• Les armes parlantes sont bien représentées avec le château-fort : Burg en allemand  (Hambourg, Duisbourg), mais aussi l'ourson (Bärlin) de Berlin, le moine (Münch) de Munich et bien moins connue : la jument (Stute) à Stuttgart.
• Enfin, nous avons le cas spécifique des deux écus accolés sous la couronne de l'ancienne principauté d'Essen, configuration très rare en Allemagne dans l'héraldique municipale, où l'on préfère partitionner l'écu pour réunir deux ou plusieurs blasons constitutifs.







A bientôt , pour un nouveau pays ...
Et pour revoir le pays précédent ... →  ICI






          Herald Dick