mercredi 11 septembre 2019

La Vuelta a España 2018 - le Tour d'Espagne en blasons - 3e semaine, dans la Castille historique, et l'arrivée finale à Madrid

Armoiries officielles de la Province de Guadalajara, dans la région
de Castille - La Manche
  Nous voici  de retour encore une dernière fois sur les routes d'Espagne (voir le précédent chapitre: →  ICI), après une deuxième journée de repos bien méritée, pour vivre cette troisième semaine qui nous mènera au podium final. Nous avons quitté lundi la côte atlantique nord des Asturies et les terribles cols de la Cordillère cantabrique, pour effectuer un grand saut de puce vers le cœur du pays. Un cœur géographique, car nous allons parcourir en long et en large la Meseta Centrale, mais aussi le cœur historique de l’Espagne, puisque désormais nous allons nous fixer dans l'ancien royaume de Castille, avec trois grandes régions actuelles: Castille-et-León, Castille-La Manche et la Communauté autonome de Madrid.

 Les sprinters devraient se disputer la victoire de la 17e étape à Guadalajara, ainsi que la 19e étape à Tolède. La 18e étape sera plus compliquée pour les coureurs fatigués, avec plusieurs cols dans la Sierra de Guadarama. La 20e et avant-dernière étape s'annoncera décisive pour le Maillot Rojo, avec une nouvelle fois cinq ascensions et une arrivée jugée au sommet de la Plataforma de Gredos. Enfin, la dernière étape sera comme d'habitude pour les sprinters, avec une arrivée finale et prestigieuse à Madrid sur la Plaza de Cibeles .


 📌 Comme dans les premiers volets, j'ai rajouté aux villes de départ et d'arrivée, 3 blasons de villes ou de communes (municipios) supplémentaires, traversées par les coureurs sur leur itinéraire, pour l’intérêt historique, géographique et surtout héraldique qu'ils apportent.

  Voici la carte du parcours de cette troisième et dernière semaine  :

drapeau de la Province de Burgos
drapeau de la Province de Soria
drapeau de la Province de Ségovie
drapeau de la Province de Guadalajara
drapeau de la Province de Tolède
drapeau de la Province d'Avila
drapeau de la Communauté de Madrid

vue nocturne de Sigüenza, petite ville de la province de Guadalajara, avec le château des évêques construit à l'origine
 par les maures au XIIe siècle, et l'église Saint-Vincent, XIIe siècle -  photo © David Blázquez

17e étape   -   Mercredi 11 Septembre 2019 :
Aranda de Duero   -   Guadalajara



• Aranda de Duero
Communauté autonome de Castille-et-León - Province de Burgos.
○ Blason : "D'azur, un pont d'or à trois arches brochant sur quatre fasces ondées d'argent en pointe et sommée d'une tour donjonnée de trois tourelles d'or, maçonnée de sable, ajourée et ouverte de gueules, supportée par deux lions affrontés d'or".
 Timbre : Couronne royale ouverte.
 Supports : deux branches de laurier de sinople liées sous la pointe de l'écu et enveloppées dans un parchemin d'or







cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mardi 3 septembre 2019

La Vuelta a España 2019 - le Tour d'Espagne en blasons - 2e semaine, de Pau en France vers la province d'Asturies par le Pays Basque et la Cantabrie

Blason contemporain du Pays basque:  le Zazpiak Bat
(les sept provinces basques : Alava / Biscaye / Guipuzcoa /
Labourd / Basse-Navarre et Navarre réunies / Soule)
Dans cette édition 2019 de la Vuelta : six d'entre elles
sur les sept seront visitées, lors des 11e et 12e étapes
  Nous voici de retour sur les routes d'Espagne (voir le précédent chapitre → ICI), pour vivre une deuxième semaine de dépaysement total dans des paysages grandioses du nord-ouest du pays.

  Après une journée de repos très attendue dans le Béarn, nous poursuivons cette petite incursion de trois jours en France avec la 10e étape : un contre-la montre de 36,1 kilomètres entre Jurançon et Pau. La 11e étape partira de Saint-Palais, dans le pays basque et sera une étape de transition, avant une 12e étape dont le final promet d'être indécis avec une arrivée jugée à Bilbao.
 Ensuite, nouvelle arrivée au sommet de la terrible ascension de Los Machucos pour la 13e étape. Le lendemain, les sprinteurs devraient se jouer la gagne à Oviedo, avant deux nouvelles grandes étape de montagne : la 15e avec 4 cols à gravir et une arrivée au sommet du Santuaro del Acebo, puis la 16e avec 5 cols répertoriés et une autre arrivée au sommet, à l'Alto de La Cubilla.
 En résumé, nous sillonnerons successivement les routes du Béarn, de la Navarre (Basse et Haute), du Pays basque, de Cantabrie et des Asturies représentant quatre régions espagnoles et une française. Au regard de la topographie, avec les massifs des Pyrénées, les montagnes basques et la cordillère Cantabrique, cela nous promet beaucoup de dénivelés à gravir et à descendre, des cols à la pelle, et de belles émotions à éprouver, avec certainement quelques surprises !
  Et pour notre petit sujet sur l'héraldique espagnole, non moins dépaysant, qui va nous balader dans l'Histoire et la géographie de l'Espagne, il devrait être tout aussi passionnant.

📌 Comme je le fais désormais de manière régulière, j'ai rajouté aux villes de départ et d'arrivée, 3 blasons de villes ou de communes (municipios) supplémentaires, traversées par les coureurs sur leur itinéraire, pour l’intérêt historique, géographique et surtout héraldique qu'ils apportent.

 Voici la carte du parcours de cette deuxième semaine :

la carte du parcours de la 2e semaine (cliquer sur l'image pour l'agrandir)

drapeau (non officiel) du département
des Pyrénées-Atlantiques (France)
drapeau de la Province d'Alava
drapeau de la Communauté de Navarre

drapeau de la Province de Biscaye
drapeau de la Principauté des Asturies
drapeau de la Communauté de Cantabrie


Le village basque d'Ainhoa (Pyrénées - Atlantiques) et ses superbes maisons à pans de bois traditionnelles


10e étape   -   Mardi 3 Septembre 2019  :  Jurançon  -   Pau
(épreuve contre la montre individuel)

Jurançon
France - Région de Nouvelle-Aquitaine - Département des Pyrénées-Atlantiques.
○ Blason :"D'argent à l'inscription JURANCON en lettres capitales de sable, posée en barre entre deux traverses alésées du même, accompagnée à dextre d'une grappe de
raisin d'or feuillée de sinople et à senestre de deux vaches de gueules, accornées, onglées et clarinées d'azur, passant
 l'une au-dessus de l'autre, le tout surmonté d'une couronne d'or".
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

mercredi 28 août 2019

La Vuelta a España 2019 - le Tour d'Espagne en blasons - suite de la 1ère semaine, de la région de Valence à la Principauté d'Andorre

  Nous voici de retour sur les routes d'Espagne (voir le précédent chapitre avec la carte générale → ICI), pour terminer cette première semaine de dépaysement total dans des paysages grandioses du pays, et en traversant quelques villes ou villages de grand intérêt historique ou touristique.
 Toutefois, et c'est le prétexte : notre petit sujet sur l'héraldique espagnole, non moins dépaysant, qui va nous balader dans l'Histoire et la géographie de l'Espagne, devrait être tout aussi passionnant. La spécificité de cette héraldique est l'usage presque exclusif de partitions très simples : coupés, partis, écartelés, écussons, et l'usage immodéré de la bordure, chargée de meubles divers ou d'inscriptions qui apportent souvent un éclairage complémentaire sur l'Histoire de la ville ou de la province.

  Après ces quatre premiers jours de course déroulés exclusivement dans la Communauté valencienne, notamment sur la Costa Blanca et qui nous a donné de beaux vainqueurs, nous allons désormais remonter progressivement vers le nord-est du pays.
   Le premier gros morceau de cette Vuelta 2019 arrive avec la 5e étape et une arrivée au sommet à l'Observatoire Astrophysique de Javalambre. S'en suivra une arrivée pour costauds à Ares del Maestrat, puis une nouvelle arrivée au sommet à Mas de la Costa. Toutes ces fins d'étape sont situées dans les terres éloignées de la côte méditerranéenne.
   La 8e étape qui arrive à Igualada s'annonce indécise, mais c'est surtout la 9e étape qui promet un grand spectacle: seulement 96,6km en Andorre, mais 5 cols au programme et une arrivée au sommet à Cortals d'Encamp. Après quoi nous marquerons une première journée de repos lundi dans la cité béarnaise de Pau, pour un bref passage en France qui durera trois jours.
  Comme à l'accoutumée, je préviens les amateurs de vélo purs et durs: rien ne sera révélé ici sur les actions et les résultats de leurs coureurs cyclistes préférés, je m'en excuse après d'eux ! ... Voici la carte du parcours de cette fin de semaine  :


drapeau de la Communauté valencienne
drapeau de la Province de Tarragone
drapeau de la Province de Teruel

drapeau de la Province de Lérida
drapeau de la Principauté d'Andorre
drapeau de la Province de Barcelone
La Sierra de Javalambre et le Pico del Buitre (le Pic du Vautour en français), altitude de 1.958 mètres

5e étape  -  Mercredi 28 Août 2019  :
L'Eliana   -  Observatorio Astrofísico 🌓 de Javalambre


• L'Eliana / La Eliana 
Communauté valencienne - Province de Valence
○ Blason : " Écu en forme de cuirasse, d'azur à la façade de l'église de L'Eliana au naturel;  à la champagne d'or à quatre pals de gueules".
un autre blason, avec le campanile de
l'église achevé, mais sans les pals
d'Aragon et sans parchemin, a pourtant
été déclaré au Bulletin Officiel en 1962
  mais n'a finalement jamais été utilisé
 par la municipalité.
Timbre ; couronne royale ouverte.
Support : parchemin au naturel.

Ce n'est pas une erreur, mais l'édifice qui est représenté (à gauche) est bien l'église paroissiale du lieu : Nuestra Señora del Carmen, mais avant la reconstruction complète du sommet du clocher en 1962, auparavant détruit par la foudre, comme on peut la voir sur cette carte postale ancienne → ICI.
cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

samedi 24 août 2019

La Vuelta a España 2019 - le Tour d'Espagne en blasons - le grand départ sur la Costa Blanca, dans la province d'Alicante

Armoiries et logo officiel de la Province d'Alicante, où est donné le Grand Départ
  P our la neuvième année consécutive, nous voici de retour chez nos voisins au-delà des Pyrénées, pour suivre le tour cycliste La Vuelta a España, non pas derrière les coureurs, il y a des médias spécialisés pour cela, mais  de manière originale: par un nouveau voyage à travers l'héraldique municipale, provinciale et régionale !

 Nous avons quitté le podium du Tour de France (voir ici → 🏅) il y a moins d'un mois, et nous voilà à nouveau en selle pour le départ de ce 74e Tour d'Espagne sur la Costa Blanca, dans la Communauté valencienne.
  Au programme de la Vuelta 2019, 3272,2 kilomètres avec 21 étapes. Le Grand Départ inédit se fera le 24 août des Salinas de Torrevieja avec un contre-la-montre par équipes de 18 kilomètres, et la course se terminera comme à son habitude dans les rues de Madrid le 15 septembre. Au menu: 6 étapes de plaine, 4 étapes accidentées, 9 étapes de montagne, avec le passage de 59 cols, 1 étape contre-la-montre par équipe et 1 étape contre-la-montre individuel.

 Pour les traditionnelles incursions en dehors des frontières, la Vuelta 2019 passera une nouvelle fois par la Principauté d'Andorre avec la 9e étape et aussi en France avec un contre-la-montre individuel prévu à Pau lors de la 10e étape, puis un départ de la 11e étape de Saint-Palais (Pyrénées-Atlantiques).

🚵 En résumé, le parcours, se décomposera en : huit journées dans la partie méditerranéenne du pays, trois dans les Pyrénées au nord, puis un périple montagneux de 5 jours le long de la côte atlantique, et pour finir cinq étapes dans le centre du pays dans les grands espaces de la Castille avec le podium terminal à Madrid, sur la Plaza de Cibeles.

 Voici la carte générale du parcours suivie de l'animation vidéo en 3D  :
 (Il est possible d'agrandir la carte avec les outils de votre navigateur et en cliquant dessus)



 🛡Cette année encore, j'ai réduit au minimum la présentation des symboles des régions: Communautés autonomes (Communidades Autónomas) et  Provinces (Provincias), la plupart ont été déjà longuement traitées dans les éditions précédentes. En revanche, entre les villes-étapes, j'ai voulu rendre hommage à celles qui sont traversées par le parcours, et qui, faute de moyens financiers, ne pourraient sans doute jamais être candidates à un départ (coût ~ 65 000 €) ou une arrivée d'étape (coût ~ 100 000 €).  Ainsi, j'ai donc inclus 3 blasons de ville ou de commune (municipio) supplémentaires, pour accroître l’intérêt historique, géographique et surtout héraldique.



drapeau de la Province d'Alicante
drapeau de la Communauté valencienne

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

lundi 12 août 2019

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Lyonnais - Sénéchaussée du Bas Auvergne - 1ère partie

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →


  Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Lyonnais.  Après les  chapitres dédiés successivement aux Sénéchaussées du Lyonnais, du Forez, de Beaujolais et Dombes, du Bourbonnais, de la Marche, nous atteignons maintenant une très grande province historique de France : l'Auvergne . Il apparaît donc que plus de trois siècles avant la grande réforme des Régions adoptée en 2015, qui fit couler beaucoup d'encre, l'Auvergne et le Lyonnais étaient déjà réunis dans la même entité administrative ! Le territoire de cet ancien Comté et ancienne province, abrogée sous la Révolution, était alors divisé en deux sénéchaussées : Bas Auvergne et Haut Auvergne, faisant l'objet de deux chapitres distincts dans le manuscrit. La sénéchaussée du Bas Auvergne (c'est le terme exact employé par les contemporains et non pas: Basse-Auvergne) est détaillée dans le sixième chapitre. Son immense territoire couvre la presque totalité du département actuel du Puy-de-Dôme, plus quelques cantons du sud de l'Allier, le long de la vallée de la Sioule et dans la Limagne bourbonnaise, une grande partie du département de la Haute-Loire (le Brivadois), quelques communes du nord-est du Cantal (Cézallier) et quelques cantons de la Creuse orientale appartenant à la région naturelle des Combrailles.
   Du fait de son exceptionnelle densité, ce sixième chapitre du Bas Auvergne fera l'objet de deux articles, tout en maintenant une cohérence géographique. Le premier volet sera consacré aux régions des Combrailles, de Limagne et aux pays des volcans d'Auvergne (Monts Dôme, Monts Dore, Cézallier).

      Revenir à l'épisode précédent →


Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir












   Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.
                 
                (*)  Armorial Général de France  -  volume II  -  Généralité d'Auvergne
                       Armorial Général de France  -  volume IV  -  Généralité du Bourbonnais (BNF Paris)

Clermont - Ferrand 
 (Puy-de-Dôme)

 Ces armoiries à la croix et aux fleurs de lys apparaissent pour la première fois aux alentours de 1300. Ce sont à l'origine les armoiries de l’évêque de Clermont. Leur usage s’est étendu au chapitre de la cathédrale puis à la ville dont l’évêque était le seigneur jusqu’au XVIe siecle. La croix est peut-être aussi un rappel de la Première croisade qui fut prêchée à Clermont en 1095 ( l'Appel à la croisade  prononcé par le pape Urbain II, le 27 novembre 1095) . Les fleurs de lys, quant à elles, symbolisent les forts liens existant depuis longtemps entre l’évêché de Clermont et les rois de France.
source texte : heraldique-sigillographie.over-blog.fr/




Montferrand
 (Puy-de-Dôme)

  Suite à de nombreux conflits opposant les comtes d'Auvergne aux évêques de Clermont, le comte Guillaume VI décida de construire, en 1120, une ville nouvelle près de Clermont, appelée Montferrand. Les armoiries de cette nouvelle ville comtale sont ornées d'un lion, comme le montrent un sceau et un contre-sceau de Montferrand datés de 1226. Il semble que l'utilisation de cet emblème héraldique soit dû au fait que la marquise d'Albon, l’épouse de Guillaume VII, comte d’Auvergne, était la fille de Guigues IV dit « Dauphin » (d'où le terme de « dauphins d'Auvergne » pour désigner les successeurs de Guillaume VII), comte du Viennois, apparenté à la famille des comtes de Nevers, dont les armoiries contenaient justement un lion.
 Un premier édit d'Union datant du 15 avril 1630, l’édit de Troyes rassemble d'autorité les villes de Montferrand et Clermont pour laisser place à la nouvelle ville unifiée nommée Clermont-Ferrand. Cette union est confirmée en 1731 par Daniel-Charles Trudaine avec le 2e édit d'Union. Pourtant, à cette époque Montferrand n'est qu'une ville satellite de Clermont, ce qu'elle restera d'ailleurs jusqu'au début du XXe siècle. Désireuse de garder son indépendance, la ville de Montferrand fera trois demandes d'indépendance en 1789, 1848 et 1863, toutes seront refusées. Aujourd'hui, Montferrand est un quartier de la ville-unie de Clermont-Ferrand mais qui conserve une certaine autonomie par son éloignement géographique du centre-ville que forme l'ancien Clermont et par le droit de conserver une mairie annexe.
source texte : heraldique-sigillographie.over-blog.fr/ et  fr.wikipedia.org/wiki/Édit_de_Troyes




Riom (Puy-de-Dôme)
  Jusqu'en 1531, date d'annexion de l'Auvergne par la couronne de France, Riom était la capitale du duché d'Auvergne, une des principautés féodales auvergnates. Au XIVe siècle, la ville a bénéficié du patronage de Jean, duc de Berry, qui reconstruisit le palais des ducs d'Auvergne et la Sainte-Chapelle.
Sous l'Ancien Régime, Riom devint la capitale de la généralité éponyme qui comprend une partie importante de l'Auvergne (voir sur le fragment de carte plus haut). Ceci explique les fleurs de lis d'or sur fond d'azur.
 Dans l'Armorial Général de France, le blason est différent : "coupé d'azur à deux fleurs de lis d'or et d'or au gonfanon de gueules frangé de sinople" qui se rapporte également à la vassalité de l'Auvergne dans le royaume de France, mais il ne sera pas conservé par la municipalité. Au passage, si vous agrandissez le dessin du blason, vous verrez apparaître sur le gonfanon l'esquisse de lignes parallèles verticales et un mystérieux personnage : humain ou animal ? difficile à déchiffrer, même avec une bonne résolution d'image. Je n'ai pas trouvé dans l'histoire du gonfanon d'Auvergne de bonne explication pour cette ombre énigmatique.




Aigueperse (Puy-de-Dôme)

 Cette bourgade de Limagne est l'ancienne capitale du comté puis duché de Montpensier dont la maison de Bourbon puis celle d'Orléans portèrent successivement le titre. Peut-être l'explication des fleurs de lis et de la couronne. 




Saint - Pourçain -sur- Sioule
 (Allier)
  C'est un certain Portianus (connu aussi sous les noms de Portien ou Pourçain), un ermite du VIe siècle qui fonda un monastère sur les bords de la Sioule, dont il devient ensuite l'abbé et où il se retira, qui donna son nom à la ville et au vin de Saint-Pourçain.
  Le vignoble de Saint-Pourçain en Auvergne est réputé pour être un des plus anciens de France et certains font même remonter son origine au temps des marchands Phéniciens ! La découverte non loin de là, à Vichy, d'anciens outils et instruments viticoles atteste de la culture de la vigne en l'an 50 avant J.C. sous l'occupation des Romains. Le tonneau (ou la barrique), qui est une invention gauloise, est donc parfait pour symboliser cet héritage historique viticole de la région. On remarquera pour l'anecdote, que notre auteur : Pierre de La Planche montrait ses limites au niveau du dessin, dans l'approche de la perspective ! en effet il est impossible de voir simultanément les deux fonds (côtés) d'un tonneau comme il l'a représenté sur le manuscrit. Comparez avec le dessin actuel.
 L’accession à la couronne de France de la maison des Bourbons, dont le duché familial (le Bourbonnais) abrite le vignoble, donne alors aux vins de Saint-Pourçain une place prépondérante à la table de la Cour royale. Les vins de Saint-Pourçain sont exportés par voie fluviale sur l’Allier puis sur la Loire jusqu’aux confins de l’Ile de France par voie terrestre.
 Dans l'Armorial Général de France, Charles d'Hozier a tenté de promouvoir des armes parlantes avec un "pourceau" (un porc) pour coller phonétiquement à "Pourçain", mais le procédé, tiré par les cheveux, est resté sans suite.

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :