mardi 23 août 2016

Galère !!

 Après les Jeux Olympiques de Rio, j'avais prévu d'enchaîner, comme je le fais chaque année, avec un sujet autour des étapes de la Vuelta, le Tour d'Espagne, qui a débuté samedi 20 août. Mais !!!!!!!

  Mais....  voilà que mon fournisseur d'accès internet m'a ramené, ainsi que mes voisins de quartier, cinquante ans en arrière avec une coupure générale de lignes ADSL : donc plus de téléphonie fixe ni d'internet depuis cinq jours et pas de date de rétablissement c'est cela le plus énervant ! Personne pour renseigner en direct, seulement des boites vocales ...   Car apparemment un gros câble de transport souterrain desservant mon secteur a été endommagé et il faut creuser des tranchées pour réparer ... Donc on n'est pas sorti d'affaire !

Dans la tourmente !!  Blason authentique (de circonstance)
armoiries de la commune de Kaltohmfeld 
(Land de Thuringe - Allemagne)

En attendant seul l'internet mobile permet encore de communiquer un peu mais il est impossible de gérer mon blog sur un smartphone ! Alors c'est le système D, avec des moyens détournés ....


  Je suis donc vraiment désolé pour ce contretemps et j'espère pouvoir republier très prochainement et régulièrement , quand mon opérateur voudra bien assurer le service qu'il me facture !

à bientôt...


Herald le rouge de colère !




lundi 22 août 2016

La Vuelta a España 2016 - le Tour d'Espagne en blasons - le grand départ en Galice

 Après le Giro d’Italie, l'Euro de foot, le Tour de France et les Jeux de Rio, dans la foulée, voici la Vuelta , le Tour d'Espagne cycliste !! Elle (la Vuelta) a débuté son parcours samedi dernier: le 20 août, mais par un contretemps fâcheux dû à une panne de plusieurs jours chez mon fournisseur d'accès internet, tout a pris un certain retard dans mon planning. Et ce n'est pas encore rétabli !!!  Alors soyez indulgent avec ma production qui risque d'être hachée, irrégulière et tardive ...

   Donc, pour la sixième année consécutive, je vous convie à nous rendre chez nos voisins au-delà des Pyrénées. Le prétexte est de traiter de manière originale un nouveau voyage à travers l'héraldique territoriale, ponctué de quelques anecdotes historiques, illustré par des trésors du tourisme et autres petits tapas savoureux qui seront à consommer sans modération ...

Comme d'habitude, je préviens les amateurs de vélo purs et durs: rien ne sera révélé ici sur les actions et les résultats de leurs coureurs cyclistes préférés, je m'en excuse après d'eux ! ...

Voici la carte générale du parcours  :
(Il est possible d'agrandir la carte avec les outils de votre navigateur et en cliquant dessus)

D'emblée, vous constaterez plusieurs choses dans cette épreuve majeure de l'UCI World Tour :
- un déséquilibre manifeste de présence entre le Nord et le Sud, et même le Centre du pays (mise a part l'étape d'arrivée classique dans la capitale, Madrid).  
-  un favoritisme étrange et récurrent depuis quelques années, pour certaines régions (Galice, Asturies, Cantabrie, Pays Basque), avec l’attribution de plusieurs étapes, par rapport à d'autres régions qui sont traversées au pas de charge ! 
- une propension aux départs et aux arrivées d'étape dans des sites non urbanisés, par exemple des monuments ou des établissements isolés, ou encore des sites naturels, ce qui ne facilite pas le travail de couverture "héraldique" !  Mais le Tour d'Espagne est réputé pour ses terribles arrivées en montée qui sacrent les meilleurs grimpeurs du monde. Il n'est pas rare d'y voir en effet des pentes gravies à plus de 20 % !  Même à pieds, c'est un calvaire ...

  En raison des observations précédentes, je réduirai fortement cette année la présentation des régions, les Communautés autonomes (Communidades Autónomas) et des Provinces (Provincias) , la plupart déjà longuement traitées dans les éditions précédentes, pour concentrer la découverte principalement sur les communes,villes ou sites de départ et de fin d'étapes. Une exception : vous aurez certainement remarqué les armes de la Galice présentes en entête de ce sujet....  



.

1ère étape - Samedi 20 Août 2016  : 
  Ourense, station thermale de Laias / Balneario de Laias (Cenlle)  -  Parque Náutico de Castrelo de Miño 
(contre la montre par équipes)

Cenlle
( Province d'Orense - 
Communauté autonome de Galice)

• Cenlle
"D'or à la grappe de raisin pamprée et feuillée de sinople, accostée de deux tours d'argent, maçonnées de sable, ajourées et ouvertes du champ, surmontée d'une fasce ondée d'azur en chef et soutenue d'une autre en pointe".
Timbre : couronne royale fermée.

Balneario de Laias : Cenlle est une petite commune de la province d'Ourense enclavée dans la région du Ribeiro. Située sur une hauteur qui surplombe les cours de l'Avia et du Miño, elle produit un raisin précieux qui donne lieu à des crus exceptionnels de la D.O. (Denominación de Origen) Ribeiro. Elle est aussi connue pour ses ressources thermales. Les thermes de "Laias Caldaria", fréquentés par tous ceux et celles qui souhaitent se soigner et se détendre, mais aussi dernièrement par les meilleurs rameurs du monde entier qui viennent ici s'entraîner, offrent des eaux minérales et médicinales exceptionnelles.

Castrelo de Miño
( Province d'Orense - C.A. de Galice)



• Castrelo de Miño
"De gueules au pont de trois arches sommé d'une tour crénelée et ouverte du champ, le tout d'argent maçonné de sable, posé sur une champagne ondée d'azur chargée de deux fasces ondées d'argent, la tour surmontée en chef d'une croix de Malte du même".
Timbre : couronne royale fermée.

Le pont et la tour rappellent qu'un pont médiéval a existé jusqu'au XVIe siècle. La croix évoque l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem qui avaient des possessions dans ce lieu.
Parque Náutico de Castrelo de Miño :
comme son nom l'indique, c'est une importante base de loisirs et un centre de sports nautiques situés sur le lac de barrage de Castrelo aussi appelé "el mar de Ourense" (la mer d'Ourense) aménagé sur le río Miño.

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

jeudi 18 août 2016

En coulisse de Rio 2016 : héraldique des Jeux Olympiques d'Été - 4ème partie : 1996-2016

Discobole, lutteurs, aux Jeux olympiques
de la Grèce ancienne : peintures sur fragments
 de vases grecs antiques : ils ont inspiré les
graphistes pour les illustrations modernes 
 
 n ous voici arrivés à la fin du chemin qui nous a menés de la fin du XIXe siècle, au temps de Pierre de Coubertin, avec la promotion
olympisme et dopage : un logo
alternatif pour l'affaire des athlètes
 russes proposé par un designer
 allemand : Björn Karnebogen
de la compétition dans la pratique du sport et la rénovation de l'Olympisme, en commençant par Athènes dans les lieux même où la légende était née dans l'Antiquité. Jusqu'à ces derniers jours où : autres temps, autres intérêts, la lourde machine des médias et du business sportif s'est installée pour la première fois dans un pays émergent d'Amérique du Sud, à Rio de Janeiro, Brésil. Le propos de ce blog n'est ni la polémique ni la politique, donc on passera très vite sur les à-côtés désagréables que ce show mondial entraîne tous les quatre ans, en terme de corruption, de tricheries et dépenses ruineuses.
  On préférera donc s'intéresser aux symboles, qui n'ont précisément qu'une valeur "symbolique", restons lucides.  Le passé, l'histoire, sont un refuge confortable pour détourner le regard des dernières actualités déprimantes, y compris les actualités sportives. Les tableaux statistiques de résultats présentés comme des trophées de batailles entre nations en guerre m'horripilent énormément ! Alors mais qui a donc la plus longue ou la plus grosse ... (liste de médailles) ? 
carte récapitulative des pays organisateurs des Jeux Olympiques d'Été depuis 1896 jusqu'en 2016
• Voici la fin (provisoire) de la rétrospective illustrée de cette épopée humaine et sportive depuis son origine officielle, en 1896. Quatrième et dernier chapitre ( voir le volet précédent → ICI).


1996  -  Atlanta  -  États-Unis d'Amérique
Jeux de la XXVIe olympiade de l'ère moderne

sceau (city seal) de la ville d'Atlanta (Géorgie)
Le phénix essorant du brasier symbolise la renaissance de ses
cendres pour la ville après sa destruction totale par le Général
nordiste Sherman, durant la Guerre de Sécession en 1864.
 La date de 1847 est celle de la première charte accordant
son statut de ville et 1865 la date du début de sa reconstruction.
 Le terme latin "RESURGENS" signifie "Renaissance".

médaille attribuée aux vainqueurs des Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996 : de la médaille de type "Trionfo" (voir les deux premiers chapitres), seul l'avers (à gauche) avec la déesse de la victoire Niké a été conservé ;  le revers fait allusion au centenaire des Jeux
modernes initiés en 1896 et montre le logo officiel : une torche olympique et des étoiles, soutenue par des branches de laurier
mêlées à des carreaux.
 médaille remise aux autres participants des Jeux d'Atlanta en 1996.
Quelques pictogrammes utilisés lors des Jeux d'Atlanta en 1996. Créés par le designer Malcolm Grear, dont l'inspiration provient
 des ornements peints sur les vases grecs de l'Antiquité, notamment par les couleurs, avec une restitution plus réaliste, et une bonne
 précision anatomique des personnages. C'est de fait un hommage rendu aux artistes potiers et aux premiers Jeux olympiques
 de la Grèce antique dont les exploits étaient relatés sur ces peintures que nous pouvons admirer dans les grands musées du monde.
Ces icônes rompent ainsi complètement avec les personnages stylisés persistant depuis les jeux de Munich.Vous trouverez tout en bas
 un lien vers un document du C.I.O répertoriant tous ces petits personnages et signes stylisés sympathiques depuis l'origine.

cliquer sur le lien ci-dessous pour lire la suite :

dimanche 14 août 2016

En coulisse de Rio 2016 : héraldique des Jeux Olympiques d'Été - 3ème partie : 1972-1992

pictogramme pour le tir à l'arc à Rio
pictogramme des épreuves d'aviron à Rio
 N ous reprenons la direction du Brésil et plus exactement de Rio de Janeiro qui nous sert de prétexte pour parler de l'aspect graphique et symbolique des Jeux olympiques depuis leurs débuts en 1896.
Mais soyons modestes : je n'aborde ce point que dans les grandes lignes, car forcément avec 120 ans de durée d'existence, depuis 1896, le sujet est immense et mérite à lui seul un site internet dédié. D'ailleurs il en existe de très bons et dans toutes les langues. J'en donne l'adresse de quelques-uns en bas de page, qui m'ont servi de base documentaire.
  Entrevus lors du dernier sujet à partir des Jeux de Tokyo en 1964, ils sont devenus familiers dans la signalétique des Jeux, pour l'accès et à l'intérieur des enceintes sportives, et aussi largement utilisés dans les médias , presse, télévision, internet : je veux parler des icônes ou pictogrammes permettant d'identifier les différentes disciplines sportives. Ils sont soumis à une charte graphique ( voir → ICI)
pictogramme pour l'escrime à Rio
pictogramme pour le water-polo à Rio
et sont propres à chaque édition des jeux même s'ils paraissent très semblables d'une olympiade à l'autre. Ce sujet permettra justement d'en décortiquer les petites évolutions.
On peut considérer qu'ils sont une forme étendue de l'héraldique, par le principe qui est pour ces petits symboles, d'identifier d'un seul coup d’œil, grâce à des figures et des couleurs simples (en l’occurrence bleu et blanc) n'importe quel sport, en faisant abstractions de la langue des 207 délégations présentes dans le village olympique. Il y aura 41 disciplines olympiques et 23 paralympiques cette année à Rio.
carte récapitulative des pays organisateurs des Jeux Olympiques d'Été depuis 1896 jusqu'en 2016
• Voici la suite de la rétrospective illustrée de cette épopée humaine et sportive depuis son origine officielle, en 1896. Troisième chapitre ( voir le volet précédent→ ICI).


1972 - Munich - Allemagne
Jeux de la XXe olympiade de l'ère moderne

.
armoiries de la ville de Munich
provenant d'une carte postale des années '1960/'1970
le moine rappelle les armes parlantes :
Mönch = moine en allemand
L'emblème des Jeux olympiques de Munich représente une couronne de rayons de lumière ("le soleil lumineux ").
Ce logo, imaginé par le designer Otl Aicher, symbolise l'esprit
des jeux de 1972 : lumière, fraîcheur et générosité.

cette affiche représente l'architecture futuriste des équipements olympiques de Munich
ce sont quelques unes des innombrables affiches éditées pour ces Jeux de Munich, une trentaine au moins, faisant la part
 belle aux illustrateurs et artistes de tous styles, une réelle exposition d'art contemporain.
médaille attribuée aux vainqueurs des Jeux Olympiques de Munich en 1972 : de la médaille de type "Trionfo" (voir les chapitres précédents, seul l'avers avec la déesse de la victoire Niké a été conservé ;  pour la première fois depuis 1928, le revers montre une nouvelle figure : en l’occurrence les jumeaux de la mythologie grecque Castor et Pollux.
 médaille remise aux autres participants des Jeux de Munich en 1972 : gros contraste de style avec les précédentes et elle était en acier .
Quelques pictogrammes utilisés lors des Jeux de Munich en 1972 , créés eux aussi par le designer Otl Aicher et qui sont parmi ceux qui ont été les plus réutilisés, imités dans de nombreuses circonstances et sur tous supports.  Vous trouverez tout en bas un lien vers un document du C.I.O répertoriant tous ces petits personnages et signes stylisés sympathiques depuis l'origine.




1976 - Montréal - Canada
Jeux de la XXIe olympiade

armoiries de la ville de Montréal
les quatre quartiers de l'écu représentent les origines ethniques
des premiers habitants au XIXe siècle : la fleur de lys des Bourbons
pour les français, la rose pour les anglais, le chardon pour les écossais
et le trèfle pour les irlandais .
le logo est une fusion des anneaux olympiques mis en perspective
et de la forme générale de la feuille d'érable, symbole du Canada
La partie supérieure du logo compose également la lettre "m",
 initiale de Montréal

Ces deux affiches utilisent les éléments des armoiries de Montréal, à gauche et ceux du drapeau canadien , à droite.
médaille attribuée aux vainqueurs des Jeux Olympiques de Montréal en 1976 : la traditionnelle figure de la victoire, Niké, sur l'avers et une simple couronne de lauriers sur le revers.
 médaille remise aux autres participants des Jeux de Montréal en 1976 avec une représentation du stade olympique sur l'avers, à gauche.
Quelques pictogrammes utilisés lors des Jeux de Montréal en 1976. Ce sont les mêmes que ceux de Munich, certains étant juste inversés !



1980 - Moscou - Union soviétique
Jeux de la XXIIe olympiade

emblèmes communistes (1917-1991) de la ville de Moscou
à gauche : l'emblème créé en 1924 pour remplacer les armoiries historiques avec la figure de Saint Georges
terrassant le dragon que nous connaissons bien et qui ont été abolies par le régime communiste en 1917.
Ce symbole a été peu utilisé et pratiquement oublié. A droite, un autre symbole est apparu dans les années '1980
avec la tour Spasskaïa du Kremlin, devant le Palais des Congrès et la coupole du bâtiment du Soviet Suprême;
cet emblème était utilisé pour les besoins notamment des jumelages avec des villes sœurs étrangères.
Les armoiries avec la figure de Saint Georges, et un nouveau design, n'ont été réutilisées qu'à partir de 1991
 après la chute de l'U.R.S.S.et le retour de l'héraldique conventionnelle en Russie.
Le logo, œuvre de l'artiste soviétique Vladimir Arsentyev représente les anneaux olympiques
surmontés de lignes parallèles pouvant symboliser une piste d'athlétisme.
Ces lignes se terminent verticalement, en pyramide, et sont coiffées d'une étoile, rappelant les tours du Kremlin.
médaille attribuée aux vainqueurs des Jeux Olympiques de Moscou en 1980 - la traditionnelle figure de la victoire, Niké, sur l'avers et un stade , une flamme olympique stylisés sur le revers.
 médaille remise aux autres participants des Jeux de Moscou en 1980 avec à droite, une vue de la Place Rouge, le Kremlin et la cathédrale de Basile-le-Bienheureux
Quelques pictogrammes utilisés lors des Jeux de Moscou en 1980. Il sont l’œuvre d'un désigner de Leningrad : Nikolai Belkov. L'influence "Munich" est encore visible.



1984 - Los Angeles (II) - États-Unis d'Amérique
Jeux de la XXIIIe olympiade

(II) signifie que c'est la deuxième fois que la manifestation est organisée dans la ville de Los Angeles, après celle de 1932.
sceau (city seal) avec blason de la ville de Los Angeles
Les armes de Los Angeles combinent dans quatre quartiers,
 les quatre nations liées à son histoire spécifique :
en 1 : les États-Unis d'Amérique (depuis 1850);
en 2 : la République de Californie (1846);
en 3 : le Mexique (1821-1846); en 4 : l'Espagne (1768-1821)
Le logo des Jeux olympiques de Los Angeles 1984 représente trois étoiles, symbole universel,
 aux couleurs du drapeau des États-Unis (bleu, blanc et rouge). Les lignes horizontales rappellent
la vitesse avec laquelle les athlètes cherchent à se rapprocher de la perfection.
une des rares affiches officielles éditée en mode "paysage" (position horizontale)
médaille attribuée aux vainqueurs des Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984 : elle marque le retour de la médaille "Trionfo" de 1928 recto-verso (voir son historique dans les volets précédents)
 médaille remise aux autres participants des Jeux de Los Angeles en 1984.
Quelques pictogrammes utilisés lors des Jeux de Los Angeles en 1984. La patte "Munich" est toujours persistante ! ils sont pourtant crédités du cabinet de design  Keith Bright and Associates.




1988 - Séoul - Corée du Sud
Jeux de la XXIVe olympiade


Le logo officiel des Jeux de Séoul 1988 est dérivé du
sam taeguk, motif traditionnel et symbole du peuple coréen.
 Ce symbole a pour signification la réunion des peuples
du monde entier à l'occasion des Jeux olympiques,
mais également la progression vers la paix mondiale.

.
emblème officiel de l'aire métropolitaine de Séoul




médaille attribuée aux vainqueurs des Jeux Olympiques de Séoul en 1988 - la traditionnelle figure de la victoire, Niké, sur
 l'avers et un stade , une colombe de la paix  sur le revers.
 médaille remise aux autres participants des Jeux de Séoul en 1988 avec à droite, la reproduction d'une estampe montrant
la Namdaemun (" Grande porte du sud "), de son vrai nom Sungnyemun (" Porte des cérémonies élevées "), qui est l'une des
huit portes de la muraille de Séoul, qui entourait la ville lors de la dynastie Joseon (au XIVe siècle).
Quelques pictogrammes utilisés lors des Jeux de Séoul en 1988. La  "Munich touch " de 1972 a toujours la vie dure avec une petite différence dans le design des personnages qui ont désormais le corps bicolore !




1992 - Barcelone - Espagne
Jeux de la XXVe olympiade

armoiries (d'époque) de la ville de Barcelone
cette version (de 1984 à 1996) a précédé celle en vigueur
 actuellement avec un écu en losange et avec les quartiers
2 et 3 ne comportant que deux pals au lieu de quatre 
le créateur du logo des jeux de Barcelone est Josep Maria Trias.
Il représente un athlète en plein effort au-dessus d'un obstacle (les anneaux olympiques)
 La couleur bleue évoque la Méditerranée, le rouge est le symbole de la vie.
 Les bras ouverts dessinés en jaune sont signes d'hospitalité.
médaille attribuée aux vainqueurs des Jeux Olympiques de Moscou en 1980 - la traditionnelle figure de la victoire, Niké, sur
 l'avers mais réduite dans un cercle excentré, et le logo officiel sur le revers.
 médaille remise aux autres participants des Jeux de Barcelone en 1992 , d'un minimalisme un peu gênant !
Quelques pictogrammes utilisés lors des Jeux de Barcelone en 1992. Enfin la rupture avec le modèle "Munich" que l'on attendait
depuis longtemps ! Des formes à la manière de la calligraphie arabe ou chinoise, parfois difficiles à déchiffrer.
Comme le logo officiel ils sont nés de l'imagination de l'artiste catalan  Josep Maria Trias.



• Je vous donne rendez-vous dans quelques jours pour la suite et la fin de cette série → ICI

• voir tous les pictogrammes, de tous les Jeux cumulés, successivement de Tokyo 1964 à Rio 2016  :
stillmed.olympic .org


Crédits
images, textes :
-  fr.wikipedia.org/wiki/
-  en.wikipedia.org/wiki/
-  olympic-museum.de/
-  www.olympic.org/fr/
-  www.telegraph.co.uk/sport/olympics/
-  www.olympicartifacts.com




              Heraldão Dick


.