ūüźīToison d'Or (fin)


Le Grand Armorial √Čquestre de la Toison d'Or  - 8√®me et derni√®re partie
Bibliothèque de l'Arsenal (BNF), Ms. 4790 - PARIS


portrait de Philippe III le Bon, duc de Bourgogne, créateur de
 l'Ordre de la Toison d'Or dont il porte le collier autour du cou.
Peinture anonyme - Musée des Beaux-Arts de Dijon.
  Nous reprenons la destination du XV√® si√®cle en Bourgogne ducale, √† l'√©poque du Duc Philippe III , le Bon (1396-1467). Rappelons que la particularit√© de cet armorial est de m√™ler des pages d'√©cus armori√©s rang√©s en 5 rangs de 5 ou 4 √©cus par page,  avec des planches o√Ļ sont figur√©s les grands princes et seigneurs, mont√©s √† cheval, par√©s pour le tournoi en tenue h√©raldique compl√®te y compris le harnachement de l'animal : absolument exceptionnelles de beaut√© !
  Des inscriptions en lettres gothiques ou simple cursives permettent d'identifier √† coup s√Ľr les personnages y compris sur bon nombre d'esquisses.
  L'auteur pr√©sum√©,  Jean Lef√®vre de Saint-R√©my (1395 -1468), √©tait Roi d'Armes de la Toison d'Or √† la cour du Duc de Bourgogne.  En tout : 167 folios de papier tr√®s √©pais , avec les marges un peu rogn√©es ou d√©grad√©es parfois, nous d√©voilent  890 √©cus venant de l'Europe enti√®re et  80 figures √©questres , plus 23 esquisses inachev√©es. Le manuscrit est,  c'est tr√®s dommage, incomplet pour certains royaumes: en Espagne, Portugal, Italie et la partie sud-ouest du Royaume de France. Mais il n'en demeure pas moins un extraordinaire recueil de la chevalerie de la premi√®re moiti√© du XV√® si√®cle.

Source iconographique : BnF, Bibliothèque de l'Arsenal, Ms. 4790 - PARIS


le Marquis de Brandebourg *folio N° 4 vo
 "d'argent √† l'aigle de gueules couronn√©e, becqu√©e, membr√©e d'or
et les ailes chargées de kleestängels d'or"
 salade d'acier ferm√©e avec plaques circulaires lat√©rales et cr√™te dentel√©e, 
le tout orné d'émeraudes - bannière aux armes de Brandebourg
√©toffes √† doublure rouge - cheval noir.  
inscription du haut  en cursives √† gauche :
" Le marquis de brandebourc
Marchio Brandeburg.(ensis) S.(acri) R.(omani) Imp.(erii) [princeps] el.(ector) etc
Stetini, Vandal.(orum), Pomeran.(iae), Pru√üiae Dux 
Princ.(eps) Rugiae "

(*) Le 30 avril 1415, Fr√©d√©ric Ier, burgrave de Nuremberg, comte de Hohenzollern, devient marquis de Brandebourg, Prince √©lecteur du Saint Empire, duc de Stettin, des Vandales, de Pom√©ranie et de Prusse, prince de R√ľgen, succ√©dant ainsi aux marquis de la maison d'Anhalt. 


le Marquis de Myse *folio N° 37 vo
 "d'azur au lion fasc√© d'argent et de gueules"
 heaume √† grille, le cimier n'est pas repr√©sent√©
étoffes à doublure d'hermines - cheval blanc.
dessin et enluminure inachevés (l'épée est incomplète ou le cimier
on l'a d√©j√† vu, est absent,  par exemple) 
inscription du haut  en cursives majuscules :
" LE MARQUIS DE MYSE"
r√©p√©t√©e sur le c√īt√© gauche en minuscules : "le marquis de  myse"

(*) Le margraviat de Misnie (= Myse), Markgrafschaft Mei√üen en allemand, fut cr√©√© en 980. En 1127 commence la dynastie des margraves h√©r√©ditaires de la maison dite de Wettin ou, plus tard, de Saxe. La Misnie est l'une des cinq anciennes principaut√©s de la Saxe, elle avait comme capitale finale Dresde, mais c'√©tait la ville de Meissen au d√©part. 
 Les armes de Misnie sont historiquement autres : "D'or au lion de sable" (voir → ICI) . Ici, le lion fasc√© ou burel√© d'argent et de gueules sur champ d'azur, se rapporte en fait aux armes de Thuringe. En effet cela s'explique, car depuis le d√©but du  XIIIe si√®cle, les margraves de Misnie de la maison de Wettin sont aussi landgraves de Thuringe. Du fait de la hi√©rarchie f√©odale, c'est la puissante Thuringe qui l'emporte sur la petite principaut√© de Misnie.



marches de Hollande - folio N° 35
descriptif ci-dessous

    • (le seigneur de) Vorne  (Voorne ) de Voorne en Z√©lande 
    • Le comte d' Oste vant (Ostrevent); du pays d'Ostrevent en Hainaut
    • (le seigneur ) H van de Vere (Henri de Borsele, seigneur de La V√®re); de Veere en Z√©lande
    • (le seigneur ) Boudewin de Burssel (Baudouin de Borsele)
    • (le seigneur ) Floris de Burssel (Florent de Borsele)
    •    sans nom     (personne non identifi√©e : membre de la maison de Borsele)
    •    sans nom     (personne non identifi√©e : autre membre de la maison de Borsele)
    • (le seigneur de) Renisse  (Renesse); de Renesse en Z√©lande
    • (le seigneur ) Aderia de Lodike (Adrien de Lodyke); Z√©lande
    • (le seigneur de) Crunicen  (Cruiningen); de Kruiningen en Z√©lande
    • (le seigneur d') Oestende  (Ostende); famille de Z√©lande
    • (le seigneur ) Rasse de Melstede (Rasse de Maalstede); de Maelstede en Z√©lande
    • (le seigneur ) Rasse de Melstede le jone (Rasse de Maalstede, le jeune); fils du pr√©c√©dent
    •    sans nom     (personne non identifi√©e : membre de la maison de Maalstede)
    • (le seigneur ) Willem de Everrinne (Guillaume d'Everingen); famille de Z√©lande
    • (le seigneur de) Bot lant (Botland); famille de Z√©lande
    • (le seigneur de) Schingen (Schengen); famille de Z√©lande                 
    •   sans nom     (personne non identifi√©e : membre de la maison de Schengen)
    • (le seigneur d') Abenbrouke (Abbenbroeck); d'Abbenbroek, en Hollande m√©ridionale ;  armes parlantes : "broek" signifiant "cale√ßon" en n√©erlandais et "abben" se rapportant √† l'abbaye.
    •    sans nom     (armes de Jan van Heenvliet); de Heenvliet en Hollande m√©ridionale 
    •    sans nom     (armes incertaines, plusieurs possibilit√©s: familles de Beekerke, Eeckama ou Stoutenburg); respectivement originaires de Z√©lande, Frise ou Utrecht
    • (le seigneur de) Bredamme ( Weldamme ); seigneur de Kats en Z√©lande
    • (le seigneur de) Ckatz ( Cats );  de Kats en Z√©lande ; normalement armes parlantes : la figure devrait √™tre un chat (kat en n√©erlandais) et non pas un loup.
    • (seigneur de) Bou wellis ( Bruelis ); Jean de Bruelis, chevalier,  coup√© en 1 des armes de Hainaut
    • (seigneur de) Donboch ( van den Bossche ? ); en fait erreur d'identification de l'auteur, il s'agit d'une branche des Borsele, celle de Brigdamme, originaires de Z√©lande



l’√©v√™que de Ch√Ęlons, comte *  - folio N° 50 vo
"d'azur semé de fleurs de lis d'or, à la croix de gueules brochant "
bassinet fermé par une visière - mitre rouge, ornée de perles
 et d'√©meraudes, port√©e par un ch√©rubin de couleur lilas.
bannière d'azur semée de fleurs de lis d'or à la croix de gueules,
étoffes à doublure d'hermines - cheval gris pommelé
 inscription du haut en gothique et en lettres rouges :
 "levesq~♦dechaal√Ķ_⤾_c√Ķte"


(*) A l'√©poque de la compilation de l'armorial, quatre √©v√™ques ont successivement occup√© le si√®ge de Ch√Ęlons (en Champagne): Louis de Bar (1413-1420); Jean de Sarrebr√ľck (1420-1438); Jean Tudert (1439) et Guillaume le Tur (1440-1453). 
 Du point de vue h√©raldique, dans la plupart des armoriaux, les armoiries de l’√©v√™ch√© de Chalons sont : "D'azur, √† la croix d'argent, cantonn√©e de quatre fleurs de lys d'or " (voir → ICI) et les armes qu'on pr√©sente ici correspondent plut√īt √† l'archev√™que-duc de Reims (voir → ICI). Mais il est √† noter que ce dernier √©galement pr√©sent dans cet armorial porte justement "D'azur sem√© de fleurs de lis d'or, √† la croix d'argent brochant" (voir →ICI).


le duc de Bourgogne *  - folio N° 57 vo
"bandé d'or et d'azur, à la bordure de gueules"
 heaume √† grille, couronn√© d'un tortil d'or et d'azur.
 cimier : un grand-duc (le rapace nocture) au naturel, aux ailes √©ploy√©es
 √©toffes √† doublures rouges
dessin du cheval invisible - enluminure semblant inachevée
inscription du haut en gothique en lettres noires :
 "le_duc_de_bourgoing_⤾_ne"


(*) En 1364, le duché de Bourgogne, sans dirigeant depuis la mort en 1361 de Philippe de Rouvre, dernier Capétien direct, est donné par le roi de France Jean II le Bon à son quatrième fils: Philippe le Hardi, qui épousant la veuve de son prédécesseur, Marguerite de Flandre, réunit ainsi la Flandre et la Bourgogne. Sous cette nouvelle dynastie, celle des Valois, le duché de Bourgogne, déborde de ses limites historiques traditionnelles et devient une puissance politique de premier plan en Europe. Les ducs de Bourgogne, à la tête d'un véritable état centralisé, mènent, depuis le traité d'Arras, une politique patrimoniale indépendante et hégémonique. Par mariages, confiscations ou héritages successifs fort bien calculés, les ducs élargissent leur domination sur la Flandre, l'Artois, la Franche-Comté, le comté de Namur, le Brabant, le Limbourg, le Hainaut, la Zélande, la Hollande, la Frise, la Gueldre et la Haute-Alsace.
  L'id√©e de reconstituer l'ancienne Lotharingie allant de la mer du Nord aux rives m√©diterran√©ennes sera finalement ruin√©e par l'ambition d√©mesur√©e de Charles le T√©m√©raire (r√®gne 1467-1477), dernier duc de Bourgogne en titre. Sa mort sous les murs de Nancy, qu'il tentait de prendre au duc Ren√© II de Lorraine, le 5 janvier 1477, met fin au r√™ve bourguignon. Profitant de ce fait de guerre, le roi Louis XI et la couronne de France r√©cup√®rent le duch√© de Bourgogne, et le reste de son h√©ritage est transmis √† la maison de Habsbourg par le mariage de sa fille Marie de Bourgogne avec Maximilien d'Autriche.
  C'est la troisi√®me repr√©sentation du Duc de Bourgogne en grande tenue h√©raldique √©questre compil√©e dans cet armorial. La premi√®re concernait le Duc en tant que chef de l'Ordre de la Toison d’Or avec ses armes de chef d'√©tat compl√®tes (voir → ICI). La seconde le pr√©sentait comme doyen des Pairs de France avec les armes originelles du duch√© (voir → ICI) qu'il avait lorsque celui-ci avait √©t√© √©rig√© en pairie. La troisi√®me ici pr√©sent√©e, ne se diff√©rencie de la pr√©c√©dente que par cet insolite cimier au grand-duc, tr√®s rarement repr√©sent√© dans les armoriaux. Le plus souvent,c'est une t√™te et un cou d'autruche d'argent couronn√©e d'or, tenant un fer √† cheval dans son bec plac√©e entre deux plumes du m√™me oiseau, mais aussi et surtout une double fleur de lis d'or, √©tant descendants de la maison de France..
 


marches d'Artois - folio N° 77
descriptif ci-dessous


    • Mons(eigneur) de Magremont ( Maigremont) ; il s'agit probablement de Charles de Longueval, seigneur de Maigremont.
    • (le seigneur de) Wauviller ( Vauvilliers ); de Vauvillers (d√©pt de la Somme) - brisure des armes des Longueval.
    • (le seigneur de) Basantin ( Basentin ou Bazentin); de Bazentin (Somme)
    • Mons(eigneur)) de Belleforiers (de Bellefori√®re); famille picarde
    • Mons(eigneur) de Fay (de Fay); famille picarde
    • (le seigneur de) Glisy ; de Glisy (Somme)
    • Mes(sire)   Morelet du bos (du Bos); famille du Beauvaisis
    • Mons(eigneur) de Riqueboure (Ricquebourt ou Ricquebourg); de Ricquebourg (Oise)
    • (le seigneur de) Bertranmecourt ( Bertrancourt); de Bertrancourt (Somme)
    •    sans nom     (armes de Monchy); de Monchy-Lagache (Somme), c√©l√®bre famille d'origine picarde.
    • (le seigneur ) Fossart de moriamont (Moriamont ou Morilmont)
    • (le seigneur de) Sisoy ; personne non identifi√©e
    • (le seigneur de) Forenannp (Fouencamps); de Fouencamps (Somme)
    • Mons(eigneur) de Chelles (de Chelles); de Chelles dans l'Oise
    • Mons(eigneur)) Dauffe mon.. (d'Off√©mont); Off√©mont (ch√Ęteau) dans l'Oise, apparemment une branche de la famille de Nesle, dont on reconnait les armes.
    • Mons(eigneur) de Spineuse (d'Espineuse); famille du Beauvaisis
    • Mons(eigneur) de Hangies (d'Hangest); importante famille picarde (armes sans les coquilles d'or)





le Roi de Hongrie *folio N° 92
 "fasc√© d'argent et de gueules de huit pi√®ces"
 bassinet couronn√© d'or - lambrequins d'argent -
cimier : une t√™te et un cou d'autruche naissant d'argent tenant 
dans son bec un fer √† cheval de sable, plac√©s dans un vol 
de deux plumes d'autruche d'argent
étoffes à doublure bleue
contour du cheval absent / dessin et enluminure inachevés
inscription du haut en cursives majuscules :
" LE ROY DE HONGRIE"
répétée en bas à gauche en minuscules :
  "honguerye" / "roy de ongherie"


(*) Sigismond de Luxembourg (1368-1437), fils cadet de l'empereur Charles IV, et empereur lui-m√™me en 1411, devient roi de Hongrie par son mariage avec la reine Marie, fille de Louis Ier le Grand, en 1387. D'apr√®s ses sceaux, ce monarque portait sur son sceau de majest√©, deux √©cus : l'un parti de Hongrie (fasc√©) et de Brandebourg (aigle), l'autre parti de Hongrie et de Boh√™me (lion √† la queue fourchue); le contre-sceau montait un √©cu de Hongrie-Sant-√Čtienne (croix patriarcale).
 Le royaume de Hongrie est l'un des plus puissants √©tats f√©odaux du Moyen √āge. Apr√®s l'extinction de la dynastie des Arpad (dont les v√©ritables armes sont: "fasc√© de gueules et d'argent", √† l'inverse de notre figure √©questre), en 1301, la dynastie des Anjou-Sicile sort victorieuse de la rivalit√© entre diff√©rentes maisons royales europ√©ennes et s'empare de la couronne de Hongrie. Sous le r√®gne de cette nouvelle dynastie, le royaume est √† son apog√©e, de l'Adriatique aux Carpates. Louis Ier le Grand (1342-1382) meurt sans h√©ritier m√Ęle et c’est donc son gendre Sigismond de Luxembourg qui lui succ√®de.
Mais celui-ci devra céder des territoires face à la menace ottomane.


le Roi de Pologne *folio N° 119
 "de gueules √† l'aigle √©ploy√©e d'argent, couronn√©e, becqu√©e
 et membr√©e d'or"
 heaume √† grille, couronne d'or sertie de pierres pr√©cieuses
 lambrequins de gueules -
cimier : aigle √©ploy√©e d'argent, couronn√©e, becqu√©e  et membr√©e d'or.
√©toffes √† doublure vertes - cheval blanc.  
inscription du haut en cursives : " LE ROY De Pologne"
 r√©p√©t√©e en bas √† gauche en minuscules :"poullene"


(*) Ladislas II Jagellon, né vers 1350 régna sur la Pologne de 1386 à 1434, son fils Ladislas III lui succéda de 1434 à 1444.


marches d'Angleterre - folio N° 81
descriptif ci-dessous


    • (le seigneur de) Karn ; personne non identifi√©e
    • (le seigneur de) Coron ; personne non identifi√©e
    • le S (seigneur de) Rous (Roos) ; ici armes √©cartel√©es de Roos et de Badlesmere
    •  Jehan daronvill (John d'Arundel);  ici armes √©cartel√©es d'Arundel et de Mautravers
    • le S (seigneur de) Corten.. (Courtenay ou Courtney); branche anglaise de la c√©l√®bre famille originaire du G√Ętinais en France.
    • (le seigneur de)  ...ngtol ; personne non identifi√©e
    • (le seigneur de) Wyt hoingtot (Wittington)
    • (le seigneur d') Eninghem
    • (le seigneur de) Waryn (Fitz-Warin)
    • (le seigneur de) Fastolfer (Falstolf )                   
    • (le seigneur ) Denyr ; personne non identifi√©e
    • (le seigneur de) Hou (Hoo)
    • (le seigneur de) Ratclief (Ratcliff ou Radcliff)
    • (le seigneur de) Clifton
    • (le seigneur de) Stauwel (Stawell)
    • (le seigneur de) Tochet (Touchet)
    • (le seigneur de) Bernom (Vernon)               
    • (le seigneur d') Hamelyn
    • (le seigneur d') Irby
    • (le seigneur de) Vernon
    • (le seigneur de) Corbes (Corbet)
    • (le seigneur de) Fyles
    • (le seigneur de) Boys
    • (le seigneur de) Wentwater 
    • (le seigneur de) Zyrkiby (Kirkeby ou Kirby)


Jean de La Tr√©mouille *  - folio N° 146 vo
"d'or à la bordure et au chevron de gueules, accompagné de trois aigles
 d'azur, becqu√©es et membr√©es de gueules "
heaume à grille d'or avec lambrequins d'azur
et couronne d'or incrustée de pierres précieuses
 collier de la toison d'or autour du cou
 cimier : une t√™te et un cou d'aigle d'azur, becqu√©e de gueules.
√©toffes damass√©es - cheval noir 
inscription  en cursives en haut :  "MESS. JEAN DE LA TRIMOUILLE,
 seig. de Jonvelle. 1429 Bruges "


(*) Jean de La Tr√©mouille √©tait seigneur de Jonvelle-sur-Sa√īne, dans le comt√© de Bourgogne (Franche-Comt√©). Il fait partie de la premi√®re promotion de l'ordre de la Toison d'Or, nomm√©e en 1430. Fils de Guy de La Tr√©mouille et de Marie de Sully; son fr√®re Georges fut l'un des principaux conseillers de Charles VII.




marches d' Angleterre - folio N° 81 vo
descriptif ci-dessous

    • (le seigneur de)  illisible  (armes de Neville, bris√©es)
    • (le seigneur de) illisible   (armes d'Udford)
    • (le seigneur de)  illisible   ; personne non identifi√©e
    • (le seigneur de) ..entin (Saint-Quentin)
    • (le seigneur de) Basset
    • (le seigneur de) ..ueldu Roy (Du Roy)
    • (le seigneur de) Ronche (La Zouche)
    • (le seigneur de) Harington
    • (le seigneur de) Zarbygen
    • (le seigneur de) Colehul (Colehull)
    • (le seigneur de) ...sable (Constable)
    • (le seigneur d') Eay
    • (le seigneur de) Dakinler
    • (le seigneur de) Zelekobde
    • (le seigneur de) Hosome
    • (le seigneur de) ...yk (Leyk)
    • (le seigneur de) Zepbene





Antoine de Toulongeon *  - folio N° 147
"écartelé aux 1 et 4 de gueules à trois fasces ondées d'or,
 aux 2 et 3 de gueules √† trois jumelles d'argent"
heaume à grille et à lambrequins d'argent - couronne de fleurs des champs
 au naturel - collier de la toison d'or autour du cou
 cimier : une t√™te de dogue d'argent, langu√© et collet√© de gueules avec clous d'or.
√©toffes damass√©es √† doublures bleues - cheval blanc -  
inscriptions  en cursives majuscules en haut √† gauche :
"MESSIRE ANTHOINE DE THOULONJON, SEIGNEUR DE TRAVES"
  autre inscription √† droite : "Ant. de Thoulonjon sr. de Traves - 1429 "

(*) Antoine de Toulongeon était seigneur de Traves et de Montrichard en Franche-Comté. Il fait partie de la première promotion de l'ordre en 1430. Il fut gouverneur, maréchal et capitaine général de Bourgogne. Il est mort en 1432.



Jean de La Clite *  - folio N° 151 vo
"de gueules √† la bordure et au chevron d'or accompagn√© de trois coquilles 
d'argent lignées de sable"
heaume √† grille d'or  -  collier de la toison d'or autour du cou
 cimier : une t√™te de loup au naturel entour√©e/issant de flammes de gueules
√©toffes √† doublures bleues - cheval gris 
inscriptions  en cursives majuscules en haut:
 "MESSIRE JEAN SEIGNEUR DE COMINES - Bruges 1429 "


(*) Jean de La Clite, seigneur de Comines (ou Commines), en Flandre, est mort en 1442. Il fait partie de la première promotion de l'ordre, nommée en 1430. Il est le fils de Colard de La Clite et de Jeanne de Waziers, dame de Comines; et l'oncle et tuteur du célèbre historien Philippe de Comines. Il fut chambellan du duc et son haut bailli de Flandre. Sa courte devise était " Sans mal ".



Baudouin de Lannoy *  - folio N° 154
"d'argent à trois lions de sinople, couronnés d'or, lampassés et armés de
 gueules, bris√© d'une bordure engr√™l√©e de gueules et charg√© en coeur 
d'un écusson fascé d'argent et d'azur (qui est de Molembaix)".
heaume simple et couronne d'or incrustée de pierres précieuses -
 cimier : une t√™te de licorne arm√©e d'or - collier de la toison d'or autour du cou -
√©toffes √† doublure rouge - cheval gris -  
inscriptions  en cursives majuscules en haut:
 "MESSIRE BAUDOUIN DE LANNOY
dict Le Begue, seign. de Molembais - A Bruges 1429"


(*) Baudoin de Lannoy √©tait seigneur de Molembaix et de Solre-le-Ch√Ęteau (v.1389-1474).
Il fait partie de la premi√®re promotion de l'ordre, nomm√©e en 1430. Il est le fils de Gilbert de Lannoy  seigneur de Santes et de Beaumont, et de Catherine Gobiert de Corbion, dame de Molembaix. Il avait deux fr√®res √©galement pr√©sents dans cet armorial : Gilbert  et Hugues. Il fut gouverneur de Lille.



Jean de Luxembourg *  - folio N° 157 vo
"d'argent au lion de gueules, √† la queue fourchue, pass√©e en sautoir, 
couronné d'or, lampassé d'azur, à la cotice en bande d'azur"
heaume √† grille et √† lambrequins d'argent -  cimier : un cuveau d'argent 
d'o√Ļ sort un dragon ail√© du m√™me, langu√© de gueules.
√©toffes √† doublures bleues - cheval blanc -  
inscriptions  en cursives majuscules en haut:
 "LE BASTARD DE LUXEMBOURG, seign. de Haubourdin
 - 1433 - A Dijon"



(*) Jean de Luxembourg, b√Ętard de Saint-Pol, seigneur de Haubourdin (v.1400-1466) est re√ßu dans l'ordre de la Toison d'Or au chapitre de Dijon en 1433. Fils adult√®re de Waleran III de Luxembourg, comte de Ligny et de saint-Pol, et d'Agn√®s de Bris, il est l√©gitim√© par Philippe le Bon en 1433. Il est aussi cousin de Jean III de Luxembourg et de Pierre Ier de Luxembourg, √©galement pr√©sents dans cet armorial (voir → ICI et  ICI). Grand jouteur, il tint le c√©l√®bre pas d'armes de la Belle P√®lerine en 1448-1449. Olivier de La Marche le qualifie de "moult beau chevalier... l'ung des plus renommez de son temps".


le Duc de Cl√®ves *  - folio N° 160
esquisse dessinée à la mine de plomb
inscription tout en bas sous les sabots du cheval :
"clevez"


(*) De nombreuses planches sont malheureusement demeurées inachevées. Néanmoins elles permettent de visualiser la technique et le talent de l'artiste. Il ne restait plus ici qu'à colorier le cavalier et sa monture, le décor et rehausser les contours. Ces beaux dessins nous laissent cruellement "sur notre faim" !




 ūüŹá Ce chapitre clos (enfin) une s√©rie de huit publications qui avait d√©but√© en 2011 !! 
 Huit ans, c'est long, oui, mais ne valait-il pas la peine de prendre le temps pour un tel chef-d’Ňďuvre de l'art h√©raldique europ√©en ?
          
 Pour les toutes autres pages de ce magnifique manuscrit, que j'ai utilis√©es dans mon blog, vous pouvez  les visionner ici :  Archives Toison-d'Or


         Herald Dick 
  

Aucun commentaire:

Publier un commentaire