vendredi 14 juin 2019

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Lyonnais - Sénéchaussée de la Marche

S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

    Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Lyonnais.  Après les  chapitres consacrés aux Sénéchaussées du Lyonnais, du Forez, de Beaujolais et Dombes, du Bourbonnais nous nous dirigeons un peu plus vers des provinces éloignées du Lyonnais proprement dit. Nous abordons donc le cinquième chapitre consacré à la Sénéchaussée de la Marche. Le territoire de cet ancien Comté et ancienne province, abrogée sous la Révolution, compose aujourd'hui une grande partie du département de la Creuse (la Haute-Marche),  quelques cantons au nord de la Haute-Vienne actuelle (la Basse-Marche) et même encore certaines communes de Charente "limousine" autour de Confolens et aussi dans le sud du département actuel de la Vienne.

      Revenir à l'épisode précédent →

Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandi



   Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

                 
                (*)  Armorial Général de France  -  volume IV  -  Généralité du Bourbonnais 
                       Armorial Général de France  -  volume XVI  -  Généralité du Limoges (BNF Paris)



Guéret (Creuse)


  D'après Robert Louis, notre grand héraldiste français du XXe siècle (1902-1965), le blason de Guéret est une évocation de la forêt proche, fréquentée par les cervidés, à la suite de l’achat en 1424 des Bois de Chabrières par les Conseils de la ville. Ce sont aussi des armes parlantes, le mot "guéret " désignant en vieux français une terre laissée en jachère, une lande, ou alors une étendue juste labourée, mais non ensemencée.
 On pourra regretter que le blason proposé par l'auteur du manuscrit, avec son chef fleurdelisé des bonnes villes du royaume, et bien équilibré au niveau des émaux, n'ait pas survécu jusqu'à nous.



Aubusson (Creuse)

  Très souvent, on l'a déjà vu, l'auteur du manuscrit a préparé comme ici,  un emplacement pour y dessiner les armoiries des villes pour lesquelles il a rédigé un descriptif. Mais les écus sont restés désespérément vides. Nous en ignorons la raison : manque d'information fiable, manque de temps, on ne le saura jamais.
  On aura remarqué les armes parlantes provenant du "buisson" / "au buisson" dans l'Armorial Général de France. Mais une autre particularité apparait dans la graphie du nom de la ville d'Aubusson, c'est l'utilisation exceptionnelle de la lettre ß (l' eszett bien connu en langue allemande) pour remplacer le double "ss" dans un mot. On a donc la preuve ici que cette curieuse lettre ß, qualifiée de ligature, n'est pas une exclusivité germanique et était aussi employée parfois par les rédacteurs de manuscrits en langue française. Le cartographe Cassini l'utilisait fréquemment sur ses fameuses cartes du XVIIIe siècle.
  Quant au blason définitif et actuel de la commune, avec le chef chargé d'un croissant et de deux étoiles, il s'inspire des armoiries de la famille du Plantadis , nobles de la Marche qui ont fait fortune dans la fabrication des célèbres tapisseries d'Aubusson, mais avec des émaux différents.





Ahun (Creuse)




Le Dorat (Haute-Vienne)

  Les armoiries ce cette cité, capitale de la Basse-Marche ont aujourd'hui la particularité, peu répandue mais pas rare, de se composer de deux écus accolés : le premier découle des anciennes armes du Comté de la Marche ; le second avec les deux clés en sautoir, que Pierre de La Planche avait privilégié dans son manuscrit, se réfère à la dévotion à Saint Pierre, apôtre et premier pape de la chrétienté, auquel la célèbre Collégiale Saint-Pierre du Dorat est dédiée. Au sujet des clés en héraldique, se voulant symboliser le patronage de Saint Pierre pour de nombreuses communes, il s'avère qu'elles sont systématiquement mal représentées, et c'est le cas encore ici : l'une devant être obligatoirement d'or et l'autre d'argent, et les deux devant être nécessairement liées par un ruban ou une cordelière...  Je vous recommande à ce sujet l'excellente vidéo de mon ami héraldiste normand Denis Joulain, qu'il a récemment publié sur le web, cliquer ici → 📺 et qui vous explique tout cela, tutoriel à l'appui.




Bellac (Haute-Vienne)

  Le château (ou la tour symbolique) représenté sur le blason rappelle celui des Comtes de la Marche, établi au Xe siècle par Boson le Vieux afin de surveiller la route commerciale reliant l'océan aux provinces intérieures. Il a aujourd'hui disparu. La rivière est le Vincou, affluent de la Gartempe en amont de Bellac.
  Les armoiries enregistrées par d'Hozier en vertu de l'édit royal de 1696 ont été reprises par la commune pour sa communication, mais il est regrettable que celle-ci .utilise de nos jours une variante très discutable avec un château d'or sur champ d'argent, qui n'est pas conforme aux règles des couleurs en héraldique.





[_)-(_]




D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte :

- avec un contour de blason vide, et sans description : Felletin, Availles (-Limouzine, dépt de la Vienne) .

- sans blason ni mention s'y rapportant :  Chénérailles, Confolens (dépt de la Charente), L'Isle-Jourdain (dépt de la Vienne), La Souterraine, Saint-Germain (-de-Confolens, dépt de la Charente), Maignat (Magnac-Laval).

 # cependant, quelques années plus tard, certaines villes (en gras, ci-dessus) ont été enregistrées et blasonnées dans l'Armorial Général de France.  Ces blasons sont encore d'actualité, pour certains, à quelques détails près.


Felletin (Creuse)


La Souterraine (Creuse)

Magnac-Laval (Haute-Vienne)


# et pour aller plus loin avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter ces dernières localités qui dépendaient à priori de cette sénéchaussée, devenues aujourd'hui des communes, et qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche :
Auzances, Chambon (-sur-Voueize), Évaux (-les-Bains).

et leurs blasons respectifs sont toujours d'actualité.


Auzances (Creuse)

Chambon -sur- Voueize (Creuse)

Évaux - les-  Bains (Creuse)




A bientôt pour une nouvelle série ...


Crédits :
les blasons "modernes" sont empruntés au site : 
- armorialdefrance.fr/


les extraits des manuscrits proviennent de :
- Bibliothèque et Archives du Musée du Château de Chantilly :
   . www.bibliotheque-conde.fr/ressources-en-ligne/
- Bibliothèque nationale de France à Paris : 
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111462r/
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1105902

💶 Appel au mécénat ou aux généreux donateurs :
 Au cours d'échanges d'informations avec les responsables de la Bibliothèque du Musée Condé, au sujet du manuscrit, il m'a été rapporté que l'ouvrage de Pierre de La Planche n'est actuellement plus exposé ni mis à disposition des visiteurs. En effet, les deux volumes du manuscrit sont en mauvais état : "la couverture", ce que l'on nomme dans le métier: les plats de reliure, sont soit partiellement,soit totalement détachés du manuscrit, ce qui nuit à sa conservation. La reliure étant en effet là pour maintenir et protéger le manuscrit.
  Si des personnes ou des entreprises sont intéressées, en mode mécénat, pour participer à la prise en charge de la restauration de ces précieux ouvrages, qu'elles prennent contact pour les modalités, avec les bibliothécaires à cette adresse mail  : bibliotheque@domainedechantilly.com
ou sinon m'écrire à : heraldexpo@orange.fr et je transmettrai à ma correspondante privilégiée.


             Herald Dick  
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire