mardi 25 juin 2019

Capitales du monde : Nur-Sultan (ex- Astana)

 N ous voilà de retour en Asie centrale pour visiter une de ces nouvelles métropoles,  nées de la volonté, ou plutôt de l'égo démesuré des dirigeants dans ces pays issus de l'éclatement de l'ancienne Union Soviétique. Quand le pouvoir autoritaire et l'argent du pétrole s'allient pour le meilleur et le pire.


 Depuis mars 2019, la ville a pris le nom de Nur-Sultan en l'honneur de l'ex-président Noursoultan Nazarbaïev et son emblème a été modifié en conséquence.



Voici les différents emblèmes (depuis 2008) de la ville précédemment nommée Astana : un sceau rond, à la manière des boucliers orientaux, un logo et un drapeau.
- le sceau reproduit au centre une image du Baiterek qui est l'arbre du monde, la personnification de l'univers, telle la Tour Bayterek , un monument emblématique de la ville. Il soutient le Shanyrak , motif rond qui représente le toit d'une yourte, la maison traditionnelle des nomades d'Asie centrale. En dessous, un oiseau légendaire stylisé : le Samruk  qui s'envole de son nid.
- le logo porte les chiffres entremêlés de 1998, année du début de fonctionnement de la capitale.


oiseau Samruk -
 fouilles archéologiques du kourgan de Berel, 
dans l'Altaï kazakh.

 

 Astana  Nur-Sultan


Astana,  en kazakh et en russe : Астана ,  est la capitale du Kazakhstan depuis le 10 décembre 1997..
Après vingt ans de travaux pharaoniques menés par le président Noursoultan Nazarbaïev, et suite à sa démission le 20 mars 2019, elle est renommée Nur-Sultan ou Noursoultan le jour même par le parlement kazakh suite à une proposition du président par intérim Kassym-Jomart Tokaïev.

Population    780 880 hab. (2013)

Astana est donc la jeune capitale (d'ailleurs son nom en kazakh signifie "la capitale" ) qui a remplacé l'ancienne métropole : Alma-Ata de la période Soviétique (devenue aujourd'hui Almaty en kazakh), qui est la plus grande ville du pays et disposait des infrastructures et des administrations pour la gouvernance,  mais est vraiment trop excentrée dans cet immense pays, à la frontière sud-est avec le Kyrghizistan. En 1997, le président de la République du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbayev approuva le décret de transfert de la capitale d'Almaty vers Astana. Il a avancé diverses raisons pour déménager la capitale d'Almaty, dont la vulnérabilité aux séismes et la proximité des monts Tian, qui limitent le développement urbain. Mais la géopolitique a aussi joué un rôle important. Beaucoup pensent que Nazarbayev craignait des visées territoriales russes sur le nord du Kazakhstan, où habite une grande partie de l'importante minorité russe du pays. De toute façon, peu de gens étaient disposés ou en mesure de défier l'autorité du chef !
  Localisée au cœur de la steppe kazakhe, sur la rive droite de la rivière Ichim, Astana se distingue par une architecture se voulant avant-gardiste, où se côtoient gratte-ciels, monuments modernistes et espaces verts.
Boulevard Nurzhol, bordé par les ministères et tout au fond le palais présidentiel dit Ak Orda, c'est-à-dire la « Maison blanche »



bloc-feuillet de timbres émis en 2013 par la poste kazakhe
avec le portrait du Président Noursoultan Nazarbayev, et les emblèmes de la ville
monnaie commémorative des 10 ans de la capitale en 2008
monnaie 1998

avant 2008



blason de la petite ville d'Akmola au XIXe siècle
( ancien nom d'Astana, un petit village en 1830)
Akmola signifie en kazakh "Tombe blanche"
le motif que nous voyons n'est pas un château
 mais un mausolée, celui d'un seigneur local
nommé Abylai Kipchak Khan Niaz.
le croissant représente l'Islam.
armoiries d'Akmola en 1858 ou plutôt la région (oblast)
sous souveraineté de l'Empire de Russie.
le nom de la ville russifié devient Akmolinsk.
armoiries d'Akmolinsk impériales ou civiles 1868 / 1878 , la couronne royale est remplacée par une couronne murale, à droite , et les branches de chêne par des épis de blés.


emblème de la période Soviétique (1995)
la ville s'appelait alors Tselinograd (Целиноград)
depuis 1961, dans la République Socialiste
Soviétique du Kazakhstan 
une proposition d'armoiries intéressante
mais non adoptée , elle sera délaissée
pour l'emblème ci-dessous

Emblème d'Astana  (de 1998 à 2008) :
on y voit un léopard ailé légendaire d'argent, couronné d'or
à l’assaut d'une forteresse de gueules. La couronne ressemble
 à celle des Khans, les monarques d'Asie centrale.
Le dessin s'inspire de la tradition du peuple des Scythes.
 Dans le cercle les épis de blé  pour l'agriculture de la région
et au-dessus nous retrouvons le shanyrak, le toit de yourte.
drapeau de la ville d'Astana de 1998 à 2008.
timbre de la Poste kazakhe de 2006





capitale suivante     → .. Bichkek

 


 

vendredi 14 juin 2019

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Lyonnais - Sénéchaussée de la Marche

S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

    Nous poursuivons avec la découverte du "livre" (c'est l'appellation donnée à une section d'un manuscrit, qui est lui-même divisé en chapitres) consacré au Gouvernement de Lyonnais.  Après les  chapitres consacrés aux Sénéchaussées du Lyonnais, du Forez, de Beaujolais et Dombes, du Bourbonnais nous nous dirigeons un peu plus vers des provinces éloignées du Lyonnais proprement dit. Nous abordons donc le cinquième chapitre consacré à la Sénéchaussée de la Marche. Le territoire de cet ancien Comté et ancienne province, abrogée sous la Révolution, compose aujourd'hui une grande partie du département de la Creuse (la Haute-Marche),  quelques cantons au nord de la Haute-Vienne actuelle (la Basse-Marche) et même encore certaines communes de Charente "limousine" autour de Confolens et aussi dans le sud du département actuel de la Vienne.

      Revenir à l'épisode précédent →

Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir




   Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

                 
                (*)  Armorial Général de France  -  volume IV  -  Généralité du Bourbonnais 
                       Armorial Général de France  -  volume XVI  -  Généralité du Limoges (BNF Paris)



Guéret (Creuse)


  D'après Robert Louis, notre grand héraldiste français du XXe siècle (1902-1965), le blason de Guéret est une évocation de la forêt proche, fréquentée par les cervidés, à la suite de l’achat en 1424 des Bois de Chabrières par les Conseils de la ville. Ce sont aussi des armes parlantes, le mot "guéret " désignant en vieux français une terre laissée en jachère, une lande, ou alors une étendue juste labourée, mais non ensemencée.
 On pourra regretter que le blason proposé par l'auteur du manuscrit, avec son chef fleurdelisé des bonnes villes du royaume, et bien équilibré au niveau des émaux, n'ait pas survécu jusqu'à nous.



Aubusson (Creuse)

  Très souvent, on l'a déjà vu, l'auteur du manuscrit a préparé comme ici,  un emplacement pour y dessiner les armoiries des villes pour lesquelles il a rédigé un descriptif. Mais les écus sont restés désespérément vides. Nous en ignorons la raison : manque d'information fiable, manque de temps, on ne le saura jamais.
  On aura remarqué les armes parlantes provenant du "buisson" / "au buisson" dans l'Armorial Général de France. Mais une autre particularité apparait dans la graphie du nom de la ville d'Aubusson, c'est l'utilisation exceptionnelle de la lettre ß (l' eszett bien connu en langue allemande) pour remplacer le double "ss" dans un mot. On a donc la preuve ici que cette curieuse lettre ß, qualifiée de ligature, n'est pas une exclusivité germanique et était aussi employée parfois par les rédacteurs de manuscrits en langue française. Le cartographe Cassini l'utilisait fréquemment sur ses fameuses cartes du XVIIIe siècle.
  Quant au blason définitif et actuel de la commune, avec le chef chargé d'un croissant et de deux étoiles, il s'inspire des armoiries de la famille du Plantadis , nobles de la Marche qui ont fait fortune dans la fabrication des célèbres tapisseries d'Aubusson, mais avec des émaux différents.





Ahun (Creuse)




Le Dorat (Haute-Vienne)

  Les armoiries ce cette cité, capitale de la Basse-Marche ont aujourd'hui la particularité, peu répandue mais pas rare, de se composer de deux écus accolés : le premier découle des anciennes armes du Comté de la Marche ; le second avec les deux clés en sautoir, que Pierre de La Planche avait privilégié dans son manuscrit, se réfère à la dévotion à Saint Pierre, apôtre et premier pape de la chrétienté, auquel la célèbre Collégiale Saint-Pierre du Dorat est dédiée. Au sujet des clés en héraldique, se voulant symboliser le patronage de Saint Pierre pour de nombreuses communes, il s'avère qu'elles sont systématiquement mal représentées, et c'est le cas encore ici : l'une devant être obligatoirement d'or et l'autre d'argent, et les deux devant être nécessairement liées par un ruban ou une cordelière...  Je vous recommande à ce sujet l'excellente vidéo de mon ami héraldiste normand Denis Joulain, qu'il a récemment publié sur le web, cliquer ici → 📺 et qui vous explique tout cela, tutoriel à l'appui.




Bellac (Haute-Vienne)

  Le château (ou la tour symbolique) représenté sur le blason rappelle celui des Comtes de la Marche, établi au Xe siècle par Boson le Vieux afin de surveiller la route commerciale reliant l'océan aux provinces intérieures. Il a aujourd'hui disparu. La rivière est le Vincou, affluent de la Gartempe en amont de Bellac.
  Les armoiries enregistrées par d'Hozier en vertu de l'édit royal de 1696 ont été reprises par la commune pour sa communication, mais il est regrettable que celle-ci .utilise de nos jours une variante très discutable avec un château d'or sur champ d'argent, qui n'est pas conforme aux règles des couleurs en héraldique.





[_)-(_]




D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte :

- avec un contour de blason vide, et sans description : Felletin, Availles (-Limouzine, dépt de la Vienne) .

- sans blason ni mention s'y rapportant :  Chénérailles, Confolens (dépt de la Charente), L'Isle-Jourdain (dépt de la Vienne), La Souterraine, Saint-Germain (-de-Confolens, dépt de la Charente), Maignat (Magnac-Laval).

 # cependant, quelques années plus tard, certaines villes (en gras, ci-dessus) ont été enregistrées et blasonnées dans l'Armorial Général de France.  Ces blasons sont encore d'actualité, pour certains, à quelques détails près.


Felletin (Creuse)


La Souterraine (Creuse)

Magnac-Laval (Haute-Vienne)





A bientôt pour une nouvelle série ...→ ICI


Crédits :
les blasons "modernes" sont empruntés au site : 
- armorialdefrance.fr/


les extraits des manuscrits proviennent de :
- Bibliothèque et Archives du Musée du Château de Chantilly :
   . www.bibliotheque-conde.fr/ressources-en-ligne/
- Bibliothèque nationale de France à Paris : 
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k111462r/
   . gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1105902

💶 Appel au mécénat ou aux généreux donateurs :
 Au cours d'échanges d'informations avec les responsables de la Bibliothèque du Musée Condé, au sujet du manuscrit, il m'a été rapporté que l'ouvrage de Pierre de La Planche n'est actuellement plus exposé ni mis à disposition des visiteurs. En effet, les deux volumes du manuscrit sont en mauvais état : "la couverture", ce que l'on nomme dans le métier: les plats de reliure, sont soit partiellement,soit totalement détachés du manuscrit, ce qui nuit à sa conservation. La reliure étant en effet là pour maintenir et protéger le manuscrit.
  Si des personnes ou des entreprises sont intéressées, en mode mécénat, pour participer à la prise en charge de la restauration de ces précieux ouvrages, qu'elles prennent contact pour les modalités, avec les bibliothécaires à cette adresse mail  : bibliotheque@domainedechantilly.com
ou sinon m'écrire à : heraldexpo@orange.fr et je transmettrai à ma correspondante privilégiée.


             Herald Dick  
.

vendredi 7 juin 2019

Philatélie - juin 2019 (archives)

Nouvelle synthèse à propos des thèmes associés de l'héraldique et de la philatélie: voici un récapitulatif, que je ne prétend pas être exhaustif,des derniers timbres et autres produits philatéliques parus ou signalés en ce début d'année 2019, une année qui s'annonce très riche et  très prolifique, concernant divers thèmes et tous pays confondus.



Suisse : carte postale commémorative avec faux timbre préimprimé (entier postal) :
 700 ans de la commune de Rolle - armoiries
.

Islande : 100 ans de la fondation de la municipalité de Vestmannaeyjar - détail emblème à droite 
enveloppe premier jour ci-dessous


Croatie : suite de la série d'emblèmes militaires de la guerre d'indépendance (1990/1995) - 
quatre Brigades de Gardes  - timbres isolés et blocs complets ci-dessous avec armoiries de la Croatie au centre et dans les coins (cliquer sur l'image pour agrandir)

République serbe de Bosnie-Herzégovine : 800 ans de l'église Orthodoxe Serbe - 
détail des armoiries à droite - bloc-feuillet complet ci-dessous

 

Portugal : bloc commémoratif pour le 700e anniversaire de la fondation de l'Ordre du Christ - emblème à la croix pattée


Cité du Vatican : série Europa dont le thème commun en 2019 est : " les oiseaux nationaux " - 
 à gauche le pigeon de ville est posé sur une partie de l'emblème du Saint-Siège (au centre).
Cité du Vatican : 90e anniversaire des accords du Latran entre le gouvernement italien et le Saint-Siège pour définir les contours et le statut de l'état de la Cité du Vatican à Rome.
 Emblème du Saint-Siège sur timbre façon broderie - divers cartons pour présentations Premier Jour
.

Roumanie : La Constitution de la Roumanie, garante des droits des citoyens roumains - 
bloc-feuillet avec timbres alternant avec vignettes sans valeur portant les armoiries nationales -
 détail ci-dessous et une des enveloppes premier jour, plus bas. 

Roumanie : 160e anniversaire de la réunion des anciennes principautés de Moldavie et de Valachie portrait du souverain  le prince Alexandre Jean Cuza - emblèmes héraldiques de la Moldavie
 (rencontre d'auroch) et de Valachie (aigle)
Roumanie :  émission "Roumanie, un trésor européen", patrimoine et célébrités roumains -
avec différents produits philatéliques : timbres isolés (dont deux comportant des armoiries :
 villes de Bucarest et de Iași), plusieurs blocs de cinq ou six timbres , enveloppes premier jour, etc...


République tchèque : Centenaire de l'Université Masaryk à Brno  - masse cérémonielle
 surmontée du lion a queue fourchue provenant des armes historiques de l'ancienne
 Tchécoslovaquie 1920/1960  (détail à droite)

Autriche : 500e anniversaire de la mort de 
l'Empereur Maximilien Ier - armoiries dynastiques
Autriche : anniversaire de l'Université d'Innsbruck fondée il y a 350 ans sous le nom d'Université du Tyrol -
 image photographique de la matrice du sceau - détail du logo actuel reprenant l'image de l’empreinte 
du sceau à droite
Autriche : nouveau bloc (II) de deux timbres avec armoiries de la période impériale, année 1883

Liechtenstein : 300 ans d’existence du pays - timbre brodé
 représentant un chapeau ducal  - carte premier jour ci-dessous


Pologne :  série touristique, la ville de Bialystok - le Palais Branicki - emblème héraldique de la famille de Branicki
en statue  - armoiries de la ville à droite sur la carte postale premier jour ci-dessous.
Pologne : 100e anniversaire de l'administration pénitentiaire polonaise 
 emblème héraldique de la Pologne au centre
Pologne : carte postale commémorative avec faux timbre préimprimé : 100e anniversaire de la 
géographie militaire en Pologne - emblème héraldique du service
Pologne : enveloppe premier jour pour le timbre commémorant le 100e anniversaire de l'ordinariat de terrain
 dans l'armée polonaise - armoiries du Pape de l’époque : Pie XI et de l'évêque Stanisław Gall

Estonie : bloc émis pour le 700e anniversaire de l'École cathédrale de Tallinn -
 détail des armoiries ci-dessous
École cathédrale et de Chevalerie de Tallinn
Estonie : suite de la série des armoiries des villes du pays :  Narva-Jõesuu - feuillet à droite

Lettonie : nouvelle série d'armoiries de districts (novads)  : Tukums, Aizpute et Rucava
Lettonie : nouveau millésime (réédition) pour les armoiries nationales et celles de la capitale : Riga


Danemark : timbre d'usage courant émis en
 carnet avec un motif stylisé de lignes 
ondulées et de cœurs s’inspirant des figures
 des armoiries historiques nationales
 (ci-dessous)
le carnet de 10 timbres


Moldavie : adoption du 112 n° d'appel unique d'urgence international - ci-dessous détail des emblèmes 
des pompiers, de la police et des services médicaux d'urgence moldaves


Services de Protection civile                               Police                                        Services d'urgence médicale

Andorre : timbre d'usage courant : armoiries de la Principauté

Russie : Chevaliers de l'ordre de Saint-André : Daniel 
Alexandrovitch Granine, écrivain soviétique et russe

Biélorussie : Centenaire de la République socialiste soviétique de Biélorussie -
 détail emblème ci-dessous (datant en fait de 1981)
ancien emblème de la R.S.S. de Biélorussie - 1981/1991


Vous pouvez consulter les dernières nouveautés → ICI


A bientôt...



            Phila Dick