jeudi 10 novembre 2016

Recueil d'armoiries des cantons et villes de Suisse peintes au XVIe siècle

blason des "Valaisans" (futur canton du Valais)
 à la fin du XVIe siècle - manuscrit Fr 17256

 N ous voici encore partis pour remonter dans le temps  avec l'un des plus anciens manuscrits répertoriant les premiers blasons municipaux, que j'ai eu le plaisir de vous faire découvrir dans la première moitié de cette année 2016 (Voir la description initiale de cet armorial de la fin du  XVIe / début du XVIIe siècle [BNF / Français 17256] dans le premier volet: → ICI ) .
   Placés à la fin d'un recueil classique consacré à des armoiries de personnes illustres, maîtres de l'Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, famille royale de France et grandes familles aristocratiques européennes, nous avons déjà parcouru et détaillé l'ensemble des 145 blasons connus de villes importantes et quelques établissements monastiques du royaume de France.
   Cependant, intercalé entre les quelques familles d'Italie et d'autres d'Espagne, est positionné un petit chapitre consacré à la Suisse qui intéressera bien évidemment nos amis suisses, mais aussi tous les amateurs d'armoiries municipales, ecclésiastiques et territoriales. Car en effet, ils ne recense non pas les armes de familles princières ou nobles, mais celles des premiers cantons suisses fédérés, réunis dans la Confédération des XIII cantons qui demeurera sous cette forme jusqu'en 1798 et les bouleversements déclenchés par l'expansion de la Révolution française, suivie de l'Empire français. A ces premiers cantons fondateurs, s'ajoutent quelques communautés libres de patriotes alliées aussi nommées ligues, qui deviendront plus tard elles-mêmes des cantons pour former la future Confédération helvétique. On trouve également une des plus grande abbaye bénédictine d'Europe et quelques villes éparses.

  • La première page (folio 67 r.) de cette petite section du manuscrit débute par le titre explicite du chapitre en vieux français : "Cy sont Les Armoiries des Treze Cantons des Suysses Et L Année quils se sont Cantonnes".  Ils sont "cantonnés" signifiant dans le sens du texte : "fédérés" en français actuel.

folio 67 r. (recto) :  1 Zurich 1351  /  2 Berne 1353  /  3 Lucerne 1352  /  4 Ury 1315


  Canton de Zürich
Canton de Berne


Canton de Lucerne
Canton d'Uri

• Première constatation d'ordre visuelle : les armoiries de Zürich et de Lucerne du manuscrit sont inversées, comme vues dans un miroir.

• L'auteur n'a pas jugé bon de classer les cantons par ordre chronologique, ce qui aurait paru plus logique, puisque il donne les années de formation ou d'entrée dans la confédération.

• La date d'admission dans la confédération du canton de Lucerne est 1332 et non pas 1352 comme l'indique le manuscrit.





folio 67 v. (verso) :  5 Schwhitz  1315  /  6   Undrevalden 1315  /   7   Zug  1352  /  8  Glaris  1351  /
 9 Basle 1501  /   10  Fribourg 1481



Canton de Schwyz
Canton de Zug
Canton d'Unterwald
(blason primitif)


Canton de Glaris
Canton de Fribourg
Canton de Bâle (ville)


  • La date de 1291, à la fin du XIXe siècle est admise comme date de naissance de la Suisse, car c'est celle du Pacte fédéral, le plus vieux document écrit connu parlant du renouvellement d'une précédente alliance entre des cantons suisses : Uri, Schwyz (qui donnera son nom au pays et l'idée de son drapeau), et Unterwald, formant la Confédération des III Cantons. Ces cantons confirmeront en 1315 leur alliance par le pacte de Brunnen, conclu après la bataille de Morgarten, qu'ils remportent contre l'armée du Saint-Empire romain germanique. Jusqu'en 1891, le pacte de Brunnen (1315) était généralement considéré comme l’acte fondateur de la Suisse. C'est le cas sur notre manuscrit de référence qui mentionne cette date de 1315 pour les trois cantons fondateurs.

 • Les observateurs seront sans doute surpris par l'aspect du blason primitif et peu connu du canton d'Unterwald , divisé lui-même en deux parties, ou "demi-cantons" : Nidwald et Obwald, qui sont désormais deux cantons à part entière.
évolution du blason du canton d'Unterwald : en 1, aux XVIIe et XVIIIe siècles, en 2  :  1816,  il réunit les deux demis-cantons
 de Nidwald et d'Obwald , en 3 : le canton actuel de Nidwald, en 4 : le canton actuel d'Obwald. 





folio 68 r.  :  11  Soleure 1481  /  12  Chafouze 1501   /  13   Apenzell  1313  /  
les Alliés desdits Suysses : 1  l'Abbaye de St-Gal  /  2  La  Ville de St-Gal


Canton de Soleure
Canton d'Appenzell
Canton de Schaffhouse



Abbaye de Saint-Gall
Ville de Saint-Gall


• Encore une fois les émaux du canton de Soleure sont inversés sur le manuscrit. 

• La date d'admission dans la confédération du canton d’Appenzell est erronée sur le manuscrit, il faut lire 1513 et non pas 1313. L’Appenzell sera scindé en deux cantons en 1597 pour des motifs religieux : Appenzell Rhodes-Intérieures (majorité catholique) et Appenzell Rhodes-Extérieures (majorité protestante).

• Le futur canton de Saint-Gall sera créé par l'acte de médiation du 19 février 1803.




folio 68 v.  :  3  Les Ligues Grises   /   4  Les Walaisans   /   5   Rotville   /   6   Mulhouse   /
 7    Bienne  /   8    Neufchastel


 Ligue des Dix-Juridictions
 (Grisons)
Ligue de la Maison-Dieu 
(Grisons)
canton du Valais

ville de Mulhouse
ville de Bienne
ville de Neuchâtel


 la Ligue Grise (Grisons)

Canton des Grisons
• Il semble que les armes la communauté de la Ligue Grise (en allemand : Grauer Bund) sont différentes (ci-contre à droite). Le motif au sauvage correspondrait davantage aux armoiries primitives de la Ligue des Dix-Juridictions (en allemand : Zehngerichtenbund). Avec la Ligue de la Maison-Dieu (en allemand : Gotteshausbund), ces trois entités, alliées de la Confédération helvétique s’uniront en 1803 pour former le canton des Grisons (en allemand : Graubünden)

• Le Valais, s'appelait avant 1798, la  République des Sept-Dizains avant de devenir plus tard un canton à part entière, ce sera en 1815.
Un "dizain" était une division territoriale du pays valaisan, un district, qui étaient à l'origine au nombre de dix, d'où ce nom local de "dizain". Ils sont représentés par autant d'étoiles sur le blason du pays. Mais en réalité, à l'époque du manuscrit, ils n'étaient que sept, et ce jusqu'en 1798. De nos jours le blason dénombre 13 étoiles pour symboliser les 13
districts, dizains modernes composant le canton, entré dans  la confédération suisse en 1815.  
  
• Le troisième blason du manuscrit est surmonté du nom de Rotville, qui pourrait correspondre à la petite ville de Ruswil, dans le canton de Lucerne. Mais le motif du bouquetin semble plutôt se rapporter au blason de la Ligue de la Maison-Dieu, mais avec un champ d'azur au lieu d'argent.

 • La présence du blason de la ville de Mulhouse (avec les émaux inversés) n'est pas une anomalie, bien au contraire :  puisque jusqu'à la Révolution française, la ville bénéficiait d'une large autonomie politique, comme ville-état érigée en "République de Mulhouse", alliée de la Confédération suisse, au point qu'elle aurait pu en devenir un de ses cantons, si elle n'avait pas été annexée à la France en 1798 et rattachée à la province d'Alsace. J'aurai l'occasion d'y revenir dans un futur sujet avec de belles illustrations héraldiques.

• Enfin, encore une erreur de l'auteur à signaler : l'inversion des blasons des villes de Neuchâtel et de Bienne.



  Il est possible que mes amis suisses me fournissent des éclaircissements ou me proposent des correctifs à mes commentaires issus de croisements de quelques sources documentaires. Ce sera avec grand plaisir que j'en prendrai acte pour que ce sujet soit le plus conforme possible à la réalité historique. Surtout ne pas hésiter à déposer un commentaire argumenté en bas de page. 



 Crédits :
- Le manuscrit complet "Français 17256" est  consultable en ligne sur le site : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8528582x/
- Les blasons "modernes" proviennent de https://commons.wikimedia.org/wiki/
sauf celui de Mulhouse qui provient  du site :  armorialdefrance.fr





          Herald Dick


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire