vendredi 20 mai 2016

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de
Picardie - Bailliage de Thiérache

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier ! Voir la description initiale : →

 Nous poursuivons avec la découverte du Gouvernement de Picardie. Nous avons vu les fois précédentes, que la province de Picardie au XVIIe siècle regroupait globalement : tout le département actuel de la Somme, une petite frange au nord du département de l'Oise, le nord du département de l'Aisne : les pays du Vermandois (Saint-Quentin) et de la Thiérache, ainsi que la partie occidentale et maritime du département du Pas-de-Calais: le Boulonnais et le Calaisis.
Nous poursuivons avec le chapitre 3 consacré au bailliage de Thiérache :

    Revenir à l'épisode précédent →


Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir






  Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume I. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent (quand il existe) dans l'Armorial Général de France* (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

(*)      Armorial Général de France - volume XXXII -  Ile-de-France - Soissonnais  (BNF Paris) 



Guise (Aisne)

  Le blason de la ville de Guise présente à l'origine une particularité originale que l'on peut observer sur le manuscrit de La Planche. En effet il est : "d'azur semé de fleurs de lys d'or au lion d'argent brochant sur le côté dextre", qui est tout de même très curieux pour ce qui est du positionnement de la figure principale ! Ce blasonnement atypique a été noté et rappelé par de nombreux héraldistes, historiens ou géographes, tels que Henri Traversier et Léon Vaisse dans leur "Armorial National de France avec notices et descriptions historiques" (1842) ou encore Victor Adolphe Malte-Brun dans "La France illustrée : Géographie, Histoire, Administration statistique, Volume 1" (1881). Mais aucun n'a fourni d'explication à cette curiosité.
  Par la suite il semble que, comme Charles d'Hozier l'a déjà fait dans son Armorial Général de France (1696/1711) avec l'extrait que nous voyons ci-dessus, pensant peut-être qu'il s'agissait d'une erreur, le lion a retrouvé une position "normale" c'est-à-dire centrale !




Marle (Aisne)






La Fère (Aisne)

Vers le XIe siècle, La Fère en Picardie devient le fief des seigneurs de Coucy, puissants rivaux de la jeune monarchie capétienne. Ils construisent des fortifications qui vont défier longtemps les rois de France. C'est donc le blason de la maison de Coucy (avec toutefois une inversion des émaux sur les cloches du vair, volontaire ou malencontreuse, on ne sait pas) que relève le manuscrit de La Planche.
Avec l'Armorial Général de France, le blason des Coucy prend une autre couleur avec de l'or à la place de l'émail gueules : "fascé de vair et d'or". C'est toujours ce blason que la ville de La Fère arbore encore de façon officielle. 




Vervins (Aisne)





Le Cateau - Cambrésis (Nord)

  Le Cateau est le toponyme exact issu de la langue régionale picarde pour désigner "le château" et dénommer cette petite ville. Un château construit par les évêques de Cambrai existait en effet depuis le Xe siècle à cet endroit pour protéger les possessions des évêques des bandes armées venant de la Thiérache, du Laonnois ou du Vermandois voisins, au sud. 
 On pourra s'étonner de voir cette ville appartenant, comme son nom l'indique au Cambrésis, le pays de Cambrai, apparaître dans ce chapitre dédié à la Thiérache et plus généralement à la Picardie. Mais ce n'est pas une erreur, et c'est l'Histoire avec la chronologie des dates qui nous en donnent l'explication.  En effet, la nouvelle et longue guerre franco-espagnole qui a débuté en 1635, avec la guerre de Trente ans, a petit à petit, avec les succès des armées françaises, fractionné et grignoté les possessions espagnoles situées au nord et à l'est de la France, au bénéfice de celle-ci. Ainsi la place fortifiée du Cateau-Cambrésis qui appartenait jusqu'à ce jour aux Pays-Bas espagnols est prise, et annexée par le roi de France Louis XIII en 1642. En raison de sa proximité avec le pays de Thiérache, elle est provisoirement rattachée à son bailliage. L'ensemble du Cambrésis ne sera lui définitivement intégré au royaume de France qu'en 1678 par le traité de Nimègue. Nous verrons prochainement ces acquisitions de territoires dans plusieurs additions au Gouvernement de Picardie traitées dans ce même manuscrit, avec quelques surprises.




[_)-(_]


D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte :

- avec un contour de blason vide, et sans description : Ribemont.
- sans blason ni mention s'y rapportant : Montcornet, La Capelle, Aubenton, Hirson, Rozoy (-sur-Serre), Crécy (-sur-Serre).
 
 # cependant, quelques années plus tard, certaines villes (en gras, ci-dessus) ont été enregistrées et blasonnées dans l'Armorial Général de France (ces blasons sont toujours d'actualité aujourd'hui, à quelques détails près) :

Ribemont (Aisne)

Aubenton (Aisne)



 # et pour être complet avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter cette dernière ville appartenant au pays de Thiérache et qui n'a pas été mentionnée dans le manuscrit de La Planche :
-   Clermont (-les-Fermes) qui n'a pas changé de blason, à part la couleur du soleil devenu d'or.

Clermont - les - Fermes (Aisne)



 A bientôt pour une nouvelle série ... →ICI




Crédits :
les blasons "modernes" sont empruntés  à :
armorialdefrance.fr
armoiries.free.fr/accueil/



  Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly : www.bibliotheque-conde.fr/


             Herald Dick  
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire