vendredi 31 juillet 2015

Millénaire de la fondation de la Cathédrale de Strasbourg et 800 ans d'héraldique strasbourgeoise

La célèbre Cathédrale Notre-Dame de Strasbourg fête cette année les 1000 ans de sa fondation. Pour l'occasion,  des manifestations et des animations diverses sont célébrées toute l'année pour mettre à l'honneur le monument emblématique de la capitale alsacienne et aussi ville-siège de nombreuses institutions européennes (Conseil de l'Europe, Parlement européen, etc → ).
  Je mettrai à la fin du sujet les liens qui permettront de s'associer à cet évènement et d'en apprendre davantage sur l'aventure extraordinaire de la construction de cette somptueuse église qui est la plus visitée de France, après Notre-Dame de Paris.


blason de la ville de
Strasbourg : "d'argent
 diapré à la bande de
gueules "



Pour ce blog, c'est l'occasion et un prétexte pour une nouvelle exploration de type monographie, dans le style des "Capitales du monde" que je réalise par ailleurs, avec cette fois une ville importante dans l'histoire de la civilisation occidentale. Mais sans trop de texte, c'est promis, de l'image, toujours de l'image !

Héraldique : Strasbourg la ville / Strasbourg le diocèse, et ses princes-évêques :
  800 ans d'histoire et de cohabitation chaotique

armoiries des premiers évêques de Strasbourg :
"de gueules à la bande d'argent"
armoiries des évêques de Strasbourg après 1359 et
le rachat des titres des Comtes de Werd

La  petite histoire des armoiries de Strasbourg : "D'argent champ diapré à la bande de gueules".
Le blason de Strasbourg est le négatif des anciennes armes de l’Évêché de Strasbourg. Suite à l'insurrection en 1262 contre la tutelle de l'évêque, les bourgeois strasbourgeois auraient inversé les couleurs de l’Évêché en signe d'indépendance et pris cette nouvelle composition pour emblème. L'argent devenant la couleur principale, il n'est pas impossible qu'il y ait eu une allusion au nom latin de la ville : Argentoratum. Le diapré est purement décoratif et facultatif, il est très utilisé dans l'héraldique germanique. Il n'est pas toujours appliqué sur les représentations du blason de Strasbourg et il n'a aucun sens symbolique.

• La première image symbolique de la ville a d'abord été l'image de la Vierge à l'Enfant, puisque la ville était déjà placée sous sa protection depuis le Haut-Moyen-âge (VIIe siècle) avec la première église construite par l'évêque Arbogast, dédiée à Notre-Dame.
ancienne bannière de la Ville de Strasbourg, créée en 1208. Cette bannière représentait une Vierge à l'Enfant avec les bras étendus. De part et d'autre de la représentation de la Vierge image de droite) on trouve deux petits écus de la ville de Strasbourg : d’argent à bande de gueule. La thématique de la Vierge à l'Enfant est liée historiquement à la ville de Strasbourg. Plus d'infos  →

Grand sceau des bourgeois de Strasbourg en 1201, avec l'image
de la Vierge à l'enfant , assise et en majesté, tenant un sceptre
 de la main droite, devant les tours d'une église.
•  Au XIIIe siècle, comme dans de nombreuses autres villes, les bourgeois, dont l'importance et le poids étaient grandissant, tentèrent progressivement de s'imposer dans le pouvoir de la ville de Strasbourg. En 1214, ils obtiennent le droit de créer un conseil ; mais l'étape décisive a lieu en 1262.
  Cette année-là, en effet, les bourgeois de Strasbourg se soulèvent massivement contre le pouvoir de l'évêque, Walter de Geroldseck, qui tenait alors la ville, et livrent contre son armée la bataille d'Hausbergen. Les bourgeois remportent cette bataille et peuvent désormais s'emparer du pouvoir de la ville de Strasbourg, qu'ils érigent en "ville libre". Les bourgeois de Strasbourg dotent leur ville d'armoiries nouvelles, qui sont toujours celles de la ville : "d'argent, à la bande de gueules". Ces armoiries sont issues des armoiries comtales et ecclésiastiques dont les émaux ont tout simplement été inversés. Supportées par des lions affrontés, elles apparaissent pour la première fois sur une charte municipale de la ville en 1399.
source partielle texte : http://svowebmaster.free.fr/drapeaux_Strasbourg.htm


une des premières représentations connues des armes de  l’Évêché de Strasbourg est figurée par une
 bannière : fragment du Rôle d'Armes de Zurich - folio 1v - parchemin · région du Lac de Constance -
 vers 1330-1345 - Zürich Schweizerisches Nationalmuseum (Suisse)
↑armes de la ville de Strasbourg , vers 1530 ↑,  extrait d'un feuillet consacré aux villes d'Alsace
ou frontalières (à droite) dans le manuscrit Sammelband mehrerer wappenbücher  - folio 169r -
BSB Cod. Icon 391 (Augsbourg - Bavière - vers 1530) - Bayerische Staatsbibliothek  Munich - Allemagne
drapeau aux couleurs de la ville de Strasbourg, brandi par un magnifique lansquenet
devant un paysage sur fond (inexact) de montagnes; mais la cathédrale, elle, est bien là !
page du manuscrit de Jacob Koebel : Wapen des Heyligen Römischen Reichs Teutscher
nation... (Frankfurt am Main - 1545) - (Bayerische Staatsbibliothek  Munich - Allemagne)
Carte-plan de la ville de Strasbourg ( Argentoratum en latin), avec armoiries de l'Empire à gauche et de la ville à droite , et au centre la Cathédrale Notre-Dame, non loin de la rivière : l'Ill.
 extrait de l'atlas  "Civitates Orbis Terrarum - Liber primus" de Braun & Hogenberg (1572) - Biblioteca Nacional de España - Madrid (cliquer sur l'image pour voir les détails)
"de gueules à la bande d'argent, accompagnée
de deux cotices fleuronnées du même"
c'est au début le blason des anciens Comtes de Werd
 (originaires de Werdt ou Wœrth) devenus
 landgraves de Basse-Alsace pour l'Empire en 1156.
Quand la famille s'éteint au début du XIVe siècle,
leurs possessions et titres sont rachetés par les Évêques
de Strasbourg en 1359.  Dès lors, leurs armes seront
combinées (écartelées) avec celles de l'Évêché. Elles
resteront ainsi après le rattachement de l'Alsace à la
France en 1697 et jusqu'à la Révolution française.
Ce blason seul a par la suite représenté la région de
Basse-Alsace, y compris pendant l'annexion
allemande de 1871/1918 ( Reichsland
Elsass/Lothringen) puis le département
du Bas-Rhin actuel, mais non officiellement.
armoiries des Evêques de Strasbourg selon le
"Großes Wappenbuch enthaltend die Wappen ..." - folio 32v
 BSB Cod.icon. 333 ( Allemagne du Sud- 1583-1700)
(la bande d'or et dentelée est fautive)
armoiries des Evêques de Strasbourg selon le
"Turnierbuchs" (livre de tournois) de Georg Rüxner (Jörg Rugen)" - additifs à une copie des éditions Sigmund Feyerabend - Francfort (1578/1579) - XVIIe siècle
(les quartiers 1 et 2 portent, semble-t-il, le blason
 de la Ville et non celui des Évêques, anomalie
assez courante sur les manuscrits allemands)
Écartelé : quartiers 2 et 3, voir explication ci-dessus 


armoiries des Princes-Evêques de Strasbourg,
armorial de Johann Siebmacher (Nuremberg - 1605)
(même anomalie pour les quartiers 1 et 4)
armoiries de la Ville d'Empire de Strasbourg,
 armorial de Johann Siebmacher (Nuremberg - 1605)

armoiries des Princes-Evêques de Strasbourg
dans l'armorial de Valvasor
Opus Insignium Armorumque -
Janez Vajkard Valvasor - 1687/1688
Bibliothèque nationale et universitaire de
Zagreb, Cod. Mr 160.




armoiries de la vile de Strasbourg dans l'armorial de Valvasor
Opus Insignium Armorumque - Janez Vajkard Valvasor - 1687/1688



.

feuillet de l'armorial  "Wapen der Geistlichen Fürsten"
 de Johann Wolfgang Trier  (Leipzig - 1714)



armoiries des Évêques de Strasbourg  (1714)
extraites du feuillet ci-contre à gauche
(blason correct cette fois)


↑ blason ancien de l'Évêché de Strasbourg ↑  (de gueules à la bande d'argent) -  extrait d'une planche d'armorial (à droite) réalisée par le cartographe  Franz Johann Joseph von Reilly ( Vienne - Autriche - 1791)

• Les évêques eux-mêmes (vous pouvez trouver la liste complète ici →),  issus pour la plupart de grandes maisons et dynasties européennes, portaient leurs armoiries personnelles combinées à celles du diocèse alsacien. Un blason qui était attaché non pas seulement à la fonction mais aussi au titre de Prince du Saint Empire . Quand l'Alsace est devenue française, par le traité de Ryswick signé en 1697, le titre de Prince-Évêque a été maintenu :  ils (les Rohan) étaient très puissants et occupaient de hautes fonctions dans l'Église catholique mais aussi dans les affaires du Royaume de France, jusqu'à la Révolution.

en allemand : "armoiries des Évêques de Strasbourg"
(pour Armand Gaston Maximilien de Rohan, prince de Soubise,
évêque de Strasbourg de 1704 à 1749 )
et "armoiries de l'Abbaye de Murbach et Luders (Lure)"
oeuvre de Christoph Weigel : "Wappenbuch..."- feuillet XXVIII - Nuremberg, 1733.
• La ville de Saverne, proche d'une dizaine de lieues (~30 km), hébergeait les évêques catholiques de Strasbourg, à la suite des oppositions avec les princes du culte luthérien très actif à Strasbourg et en Alsace, qui les avaient amenés à un conflit : la Guerre des Évêques en 1592.
Voici quelques unes de ces superbes armoiries peintes sur les vitraux de l'église Notre-Dame-de-la-Nativité à Saverne, qui était avec son château, le siège des Rohan, dont la famille a donné quatre évêques successifs à Strasbourg au XVIIIe siècle : une dynastie épiscopale assez remarquable.

armoiries de Guillaume de Diest
 ou Wilhelm von Diest
évêque de 1393 à 1439
armoiries de Albrecht von Pfalz-
Mosbach  (ou von Bayern)
évêque de de 1478 à 1506
armoiries de
Guillaume de Hohnstein
évêque de de 1506 à 1541
armoiries de  Érasme de Limbourg
évêque de de 1541 à 1568
armoiries de Jean de Manderscheid
évêque de de 1568 à 1592
armoiries de François-Egon de Fürstenberg
évêque de de 1663 à 1682
armoiries de  Guillaume-Egon
de Fürstenberg
évêque de de 1682 à 1704
armoiries de Armand Gaston Maximilien de Rohan
évêque de de 1704 à 1749 et Armand de Rohan-Soubise
évêque de de 1749 à 1756
armoiries de Louis César Constantin de Rohan-Guéméné
évêque de de 1756 à 1779
armoiries de Louis René Édouard de Rohan-Guéméné
évêque de de 1779 à 1801


blasons des institutions de la Cathédrale et de  l'Évêché de Strasbourg , tels qu'ils ont été enregistrés dans l'Armorial Général de France (édit de 1696) - Volume 01 - Haute et Basse Alsace -  pages 317 et 182
armoiries des Princes-Évêques de Strasbourg, version moderne


blason attribué à la Ville de Strasbourg , enregistré dans l'Armorial Général de France (édit de 1696)
Volume 01 - Haute et Basse Alsace -  page 215 ( dessin restauré par HD)
 • Avec l'Armorial établi par Charles-René d'Hozier (ci-dessus) on voit réapparaître pour la ville de Strasbourg ces armes figurant une Vierge assise sur un trône d'or, tenant de la main dextre un sceptre d'or et sur le bras senestre l'Enfant Jésus, soutenu par un écusson d'argent à la bande de gueules. Il rappelle très clairement le patronage de la Vierge sous lequel Strasbourg était placée dès le Moyen-âge. La ville a-t-elle utilisé ce blason au XVIIe siècle ?  Contrairement à ce qu'écrivent certains auteurs, on ne peut pas parler d' armoiries fantaisistes, car ce blason a certainement été validé et transmis par des représentants de la ville aux fonctionnaires de C.-R. d'Hozier pour répondre à l'Édit de 1696, qui en retour, ont renvoyé un certificat ou brevet d'armoiries.  A cette époque, l'Alsace vient juste d'être conquise par Louis XIV et Strasbourg est un foyer important de la Réforme protestante. Il est possible que ce blason soit délibérément un acte politique prônant une allégeance au culte catholique dans la cité alsacienne.
armoiries de Strasbourg , telles que proposées dans "l'Armorial National de France avec notices et descriptions historiques" de Henri Traversier et Léon Vaisse, édition de 1842. Le blason est clairement une reprise de celui de l'Armorial Général de France. Pourtant il est anachronique : la ville a entre temps choisi de reprendre son blason historique pendant la période de la Restauration, en 1828 très précisément (voir plus bas)  

Armoiries concédées par lettres patentes du 2 août 1811 : "D'azur diapré d'or à la bande d'argent; au chef des bonnes villes d'Empire". Supprimées par l'ordonnance royale de 1814.
Extrait des registres d'armoiries ( Volume 1) conservées aux Archives de France à Paris ( Hôtel de Soubise)
Dessin consécutif  à la demande de reprise des armoiries de l'Ancien régime accordées par lettres patentes du 27 décembre 1828 (ordonnances de 1814). Extrait des registres d'armoiries ( Volume 3) conservées aux Archives de France à Paris ( Hôtel de Soubise).
On notera l’apparition d'un chef fleurdelisé des "bonnes villes du royaume de France", et c'est bien ce dessin là  qui a été validé une première fois par les édiles de la ville de Strasbourg, puis finalement abandonné (la mention "au chef de France... a été biffée sur le document des lettres patentes, voir l'original ici → ) . Ce blason n'a semble- t- il jamais été utilisé.
armoiries illustrées de Strasbourg (Strassburg im Elsass en allemand) dans le Reichsland Elsass-Lothringen (province impériale d'Alsace-Lorraine) créé en 1871 et  rattaché à l'Empire allemand.  Carte postale vers 1900 / éditions  Fr. Gabelmann (Strasbourg)
 armoiries peintes à la main, sur une
longue série de cartes héraldiques
autrichiennes - début XXe siècle
• Avec les armoiries définitives, fixées par la ville de Strasbourg au XIXe siècle on notera que les lions supports peuvent être affrontés face à face, ou regardants (têtes en arrière). De même le timbre et le cimier surmontant l'écu portent parfois un heaume et une couronne comtale, parfois une couronne murale civile.  Il s'avère qu'aucune règle soit clairement explicitée. Mais c'est très souvent le cas pour les ornements extérieurs qui ne font pas partie du blason proprement dit.

carte publicitaire éducative, années '1920


timbre de la Poste française émis en 1945
(dessin de Robert Louis)
armoiries de Strasbourg réalisées par le célèbre créateur héraldiste Robert Louis
reproduites sur  carte postale : on notera la croix de la Légion d'Honneur pendant sous l'écu,
 attribuée à la ville par décret le 14 août 1919, non pas seulement en rapport avec la Première
 Guerre mondiale, comme on pourrait le croire,  mais pour un rappel de faits héroïques de la Guerre
 franco-prussienne de 1870 (ci-dessous). Et pour cause :  la ville était passée sous l'administration
allemande pendant 47 ans jusqu'en 1918 !

• Dernière évolution de l'image symbolique de la ville, avec l'avènement des logos. On ne peut y échapper, hélas,  mais on peut comparer leur attrait avec celle des armoiries juste au-dessus : 

trois dessins, celui du haut,  pour la Communauté Urbaine a vécu du début des
 années '1990  à 2010,  le second de 2010 à 2014
et l' actuel est en-dessous, modifié pour la nouvelle entité : "eurométropole",
depuis le 1-01- 2015 : uniquement typographique ! on est loin du blason de 1399
Bon millénaire à  la grande dame !!  -   photo Philippe de Rexel 
site web infos  Dernières Nouvelles d'Alsace -  www.dna.fr




Liens intéressants concernant la Cathédrale de Strasbourg, son histoire, et la célébration du Millénaire :

- www.1000cathedrale.strasbourg.eu/
- www.cathedrale-strasbourg-2015.fr/
- www.oeuvre-notre-dame.org
- www.cathedrale-strasbourg.fr/
- www.facebook.com/millenaire.cathedrale.strasbourg
- fr.wikipedia.org/wiki/





        Herald von Dick



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire