mercredi 10 juin 2015

•l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Guyenne - Sénéchaussées du Comminges et de la Bigorre

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies  à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier !  Voir la description initiale : →

Nous poursuivons avec la découverte du Gouvernement Général de Guyenne. Nous l'avons abordé les dernières fois, il est composé de nombreux anciens duchés ou comtés rattachés les uns après les autres au royaume de France, le tout dernier étant le Béarn, acquis en 1620 par un Édit de Louis XIII.  Ces entités administratives du royaume sont découpées en généralités et en sénéchaussées (pour le sud du pays). Nous allons découvrir les quinzième et seizième chapitres de ces sénéchaussées : l'ancien Comté de Comminges avec sa dépendance : le Couserans, et l'ancien Comté de Bigorre, réunis dans la province de Gascogne à la fin du Moyen-Âge. A la Révolution, lors de la création des départements, ces anciens pays seront incorporés dans quatre départements conjointement à d'autres entités dissoutes de l'Ancien Régime, que nous avons déjà évoquées pour certaines d'entre elles. Le Comminges formera la partie méridionale de la Haute-Garonne et quelques communes seront rattachées au département du Gers ou aux Hautes-Pyrénées. Le pays du Couserans rejoindra l'ancien Comté de Foix pour former l'Ariège. La Bigorre formera l'essentiel des Hautes-Pyrénées, en s'unissant avec le sud de l'ancien Comté d'Astarac.

 
  Revenir à l'épisode précédent →



Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un an, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :
 Vous pouvez cliquer sur toutes les images pour les agrandir









Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent (quand il existe) dans l'Armorial Général de France*  (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier, et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

(*) Armorial Général de France - volume XIV -  Languedoc - 1ère partie
   Armorial Général de France - volume XV - Languedoc et Roussillon - 2e partie ( BNF Paris)



Saint - Bertrand - de - Comminges
 (Haute-Garonne)

  Pour la première fois, nous débutons la liste des villes avec une absence de blason dans ce sujet consacré au travail de Pierre de la Planche ! Nous avions déjà parlé de cette curiosité récurrente dans ce manuscrit où visiblement son auteur attendait une information ou une confirmation pour compléter l'écu vide qu'il avait préparé. J'ignore si notre érudit jésuite n'a pas pu terminer son ouvrage faute de temps ou s'il n'a jamais eu gain de cause dans ses recherches documentaires.
 C'est donc une constante assez frustrante et qui est davantage marquée pour les pays du sud du Royaume de France, étudiés dans le second volume du manuscrit. Heureusement, le nord de la France est beaucoup mieux illustré en dessins d'armoiries, mais parfois avec une fiabilité discutable. Des blasons surprenants ont déjà été relevés, en Normandie, par exemple (voir ici→ ).

 Le petit village de Saint-Bertrand (environs 250 habitants actuellement) est considéré comme la capitale historique du pays de Comminges, symbolisé par la présence de son imposante cathédrale. C'est donc pour cette raison qu'il figure en tête de cet article.
  Le blason enregistré dans l'Armorial Général de France semble quant à lui, faire partie d'une série de figures attribuées d'office avec armes plus ou moins "parlantes".
  Le blason " De gueules au lion d'argent à la queue fourchée et passée en sautoir" est celui de la maison de Montfort. Simon de Montfort, commandant l'armée des Croisés qui battit le Comte de Toulouse Raymond VI et ses alliés, dont Bernard IV, Comte de Comminges, à la bataille de Muret le 12 septembre 1213, lors de la Croisade contre les Albigeois. Depuis 1212, Simon de Montfort occupait le Comminges, mais le concile de Latran IV (1215) rend son comté à Bernard en 1216. Toutefois en compensation, il est obligé de marier sa fille Pétronille avec Guy de Montfort, le fils cadet de Simon de Montfort.




Saint - Lizier  (Ariège)

 La cloche, symbole d'origine ecclésiastique de Saint-Lizier, petite ville, mais qui était néanmoins le siège d'un ancien évêché, est devenue au fil du temps le symbole de tout le pays de Couserans ("D'azur, à une cloche d'argent"). On la retrouve aussi dans le blason de la ville voisine de Saint-Girons ("D'azur, à une cloche d'or") . Et on la signale aussi dans quelques cités des pays voisins : à Saint-Gaudens ("D'azur à la cloche d'argent, bataillée d'or") dans le Comminges ou encore Saint-Félix-du-Lauragais ("D’azur à la cloche d'argent"). Voir plus bas pour Saint-Girons et Saint-Gaudens.
  C'est apparemment le blason "d'or à la cloche d'azur" que la cité aurait donné, dans le cadre de l'Édit de 1696 pour le recensement des armoiries en charge de Charles-René d'Hozier, et qui est utilisé encore par la commune actuellement. Il est donc le négatif (émaux inversés) de celui de Saint-Girons, ville qui a pris l'avantage au cours du temps sur Saint-Lizier, siège de des évêques, en devenant la "capitale" du Couserans, avec la présence du château seigneurial (les vicomtes de Couserans).
sources info :  www.ville-st-girons.fr/histoire-et-patrimoine  et  www.loubet.fr/couserans/saint-lizier-histoire.html





Tarbes (Hautes-Pyrénées)
  En 1482, l'écu écartelé était surmonté d'une crosse et d'une mitre d'évêque avec la mention circulaire: "Sagerades deu saget de la dite vila et ciutad de Tarbes". Un blason d'origine épiscopale, à nouveau donc, avec les couleurs or et gueules du Comté de Bigorre. Le blason sera timbré plus tard d'une couronne comtale à 9 perles visibles (XVIIe s.), puis baronnale en 1722, et enfin municipale (murale) à partir de 1860.   source info : www.tarbes.fr




D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte, sans blason ni mention s'y rapportant :

• pour l'ancien Comté de Comminges :

- avec un contour de blason vide, sans description comme celui de Saint-Bertrand, plus haut:
 Samatan, Lombez, Muret, Saint-Gaudens, Saint-Girons.
- sans blason ni mention s'y rapportant :
Saint-Julien, Cazères, L'Isle-en-Dodon, Aurignac, Valentine, Montpezat, Saint-Béat, Aspet, Castillon (-en-Couserans)

• pour l'ancien Comté de Bigorre 

- avec un contour de blason vide, sans description :  Bagnères (-de-Bigorre), Rabastens (-de-Bigorre), Vic de Bigorre, Lourdes, Saint-Pé-de-Génerès (Saint-Pé-de-Bigorre).

 # cependant, quelques années plus tard, certaines villes (en gras, ci-dessus) ont été enregistrées et blasonnées dans l'Armorial Général de France (certains de ces blasons sont toujours d'actualité aujourd'hui, à quelques détails près ) :


 # et pour être complet avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter ces dernières villes appartenant à la province du Comminges et qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche :
-   Alan :





A bientôt pour une nouvelle série ... →


Crédits :
parmi les blasons "modernes" certains sont empruntés et parfois modifiés à :
http://armorialdefrance.fr/

 Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly :  http://www.bibliotheque-conde.fr/


             Herald Dick
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire