mercredi 26 février 2014

Zoo héraldique #12 : le Cheval , énergie naturelle et renouvelable, spécial Salon de l'Agriculture 2014


e vous avais promis une suite au thème du cheval en héraldique, évoqué précédemment (voir →) pour la célébration de la nouvelle année lunaire dédiée au Cheval, et même pour être plus précis, l'année du "Cheval de Bois", selon l'horoscope chinois. Par ailleurs, se déroule en ce moment le  Salon International de l'Agriculture de  Paris 2014  ( voir site officiel) qui fait toujours une belle place aux animaux et en particulier à l'élevage équin.

 Nous avons vu dans le premier chapitre les différentes attitudes, allures et positions du cheval dans le blason. Voici un premier supplément ludique consacré au "cheval fournisseur d'énergie.
anciennes armoiries de la ville de
Râmnicu Vâlcea (Roumanie)



Le cheval en héraldique (II)

Énergie :  capacité d'un système à produire un travail. L’énergie est l’un des quatre concepts prédéfinis de la physique, avec la matière, l’espace et le temps.

Avant l'avènement de la Révolution industrielle, au cours du XIXe siècle, basée sur l'utilisation de l'énergie produite par la vapeur, la thermodynamique, le moteur à explosion, puis l'électricité, grâce en grande partie aux ressources fossiles  : charbon et hydrocarbures, et pour finir le nucléaire, il n'existait avant cela, pour le travail, que les énergies que nous appelons aujourd'hui "naturelles". Paradoxe du temps :  avec les technologies du futur, c'est vers ces mêmes énergies naturelles, pour la plupart inépuisables, qu'ils faudrait se tourner pour ne pas finir dans la cocotte-minute géante du réchauffement climatique et son cortège de catastrophes.

Les énergies naturelles "ancestrales" sont le soleil, l'eau (cours d'eau, marées, géothermie), le vent  :  les deux derniers sont depuis longtemps utilisés pour nombre d'activités : transport , moulins, manufactures. Et puis il y a une encore une dernière source d'énergie, inépuisable, mais épuisante et d'un rendement faible : l'énergie musculaire , celles des hommes et celle des animaux. L'agriculture, l'artisanat, le transport terrestre, et la guerre, n'ont jamais cessé de puiser dans ce réservoir de muscles et de sang. Et au premier chef , notre "plus belle conquête" : le cheval. Nous y voilà...

commune de Dlhé nad Cirochou
(Slovaquie)
Labourage : une des activités clés de l'agriculture, pour préparer la parcelle à ensemencer :  impossible à réaliser sans les chevaux ou les bœufs avant l'arrivée du tracteur

commune de Holčovice
 (République Tchèque)
Débardage : activité surtout pratiquée par les bûcherons et les forestiers pour enlever et transporter les troncs d'arbres abattus parfois dans des endroits inaccessibles à des engins motorisés. Les chevaux sont toujours abondamment utilisés.


commune de Hurbanova Ves
(Slovaquie)
La rentrée des foins, en juin ou en juillet  : ici une image du passé sauf dans quelques pays de montagnes ou là encore la mécanisation n'est pas adaptée,  sans compter les pays où l'agriculture est dans un stade de développement peu avancé.

commune de Koromla
(Slovaquie)
Le transport de denrées par traction animale :  ici un tonneau de whisky en Écosse

commune de Hankovce
(Slovaquie)
commune de Mokrance
  (Slovaquie)

Les moissons : ramassage des gerbes ; le "Suffolk Punch" est une race anglaise de chevaux de trait, très réputée.


commune de Liptovská Osada
 (Slovaquie)
commune de Svinica
  (Slovaquie)
le transport de personnes en attelage de chevaux  : voitures, calèches, cabriolets, fourgons, landaus, sulkys, phaétons, fiacres, cabs, berlines, troïkas, roulottes, wagons, carrosses, diligences, etc...

armoiries de la ville de
Râmnicu Vâlcea (Roumanie)
 une troïka (traîneau fermé à trois chevaux)
 dans les armes du raïon de
 Bolshesosnovsky / 
Большесосно́вский райо́н (Russie)
Covered wagons (chariots bâchés) dans l’ouest américain au XIXe siècle ( passage du Mississippi gelé, tableau de C.C.A. Christensen)

commune de Moisselles
(France - Val -d'Oise)
commune de La Galera
(Espagne - Catalogne)



Je reviendrai encore bientôt avec le thème du cheval dans d'autres configurations, plus remarquables du point de vue strictement héraldique. Car pour le présent sujet, il est évident que  la variété en terme de blason et de partitions n'est pas au rendez-vous ! 
voir → ICI




               Horse Dick
 

dimanche 23 février 2014

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Bourgogne - Bailliages d' Auxerre et de Bar-sur-Seine

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier de trois décennies !   Voir la description initiale : →


Nous poursuivons avec la découverte du Gouvernement Général de Bourgogne. Reprenant les contours de l'ancien Duché de Bourgogne, il était composé de plusieurs bailliages. Après Dijon, Autun, Chalons, l'Auxois et le Châtillonnais, nous continuons avec un nouveau chapitre nommé : "le bailliage et comté d'Auxerre". Le découpage du manuscrit a la particularité d'y associer à la fin  les villes de Bar-sur-Seine et des Riceys, mais qui n'ont aucun lien avec Auxerre  En effet Bar-sur-Seine, jadis sous souveraineté des Comtes de Champagne puis du domaine royal,  a été donnée en 1435 au Duché de Bourgogne (par le Traité d'Arras) et est restée attachée administrativement à la province, sous forme d'un petit bailliage, jusqu'à la Révolution française et la création des départements. Actuellement ces villes sont situées dans le département de l'Aube et la région de Champagne.
  Revenir à l'épisode précédent → ◙ 


Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un an, mais sur laquelle j'ai reconstitué (approximativement) les limites administratives :

vous pouvez agrandir les images
 en cliquant dessus



Les fragments de manuscrits proviennent toujours du Volume II. Comme d'habitude , j'ai placé le blason actuel pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

Auxerre (Yonne)
Ces armes sont celles des premiers Comtes de Nevers et d'Auxerre (aux XIe et XIIe siècles) , c'est pour cette raison que ces deux villes ont encore aujourd'hui exactement le même blason. Et la ville de Clamecy qui se situe à mi-chemin entre les deux précédentes, est également détentrice de ce blason depuis le XIIIe siècle. On remarquera que le lion de La Planche n'est ni armé, ni lampassé d'un émail différent.


Cravant (Yonne)


Le blason de Cravant actuel est : "De gueules à la masse d’armes d’or passée en sautoir avec une clé du même; au chef cousu d’azur chargé de trois cailloux d’argent ; timbré d'une couronne murale".
 




Bar - sur -Seine  (Aube)

A dextre nous avons des armes parlantes (les bars), et si on ne s'étonne pas aujourd'hui de voir logiquement les armes de Champagne à senestre, les observateurs précédant le XVIIe siècle auraient pu voir les armes de Bourgogne ancien : "d'azur à trois bandes d'or, à la bordure de gueules",  cette ville étant dans le domaine de la Bourgogne depuis 1435.




Les Riceys (Aube)
La ville a adopté les armes de la maison Vignier, probablement après 1659, date à laquelle ils furent faits marquis des Riceys, voir ce lien (armorial - Archives de l'Aube)  →   et propriétaires du château de Ricey-Bas au XVIIe siècle.  Les fleurs de lys avaient été accordées par concession royale à la famille Vignier en  1650.  La famille s'étant éteinte sans héritier, la commune a pu ainsi garder les armoiries comme blason.



D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte, sans blason ni mention s'y rapportant :

Coulanges (-la Vineuse), Saint-Bris (-le-Vineux), Vermenton, Seignelay, Pontigny.




A bientôt pour une nouvelle série ... →


Crédits :
parmi les blasons "modernes" certains sont empruntés et parfois modifiés à :
http://armorialdefrance.fr/
http://www.cravant-yonne.fr/
Armorial de  l'Aube - éditions de la revue  "La Vie en Champagne"(2000)

 Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly :  http://www.bibliotheque-conde.fr/


          Herald Dick
 

jeudi 20 février 2014

Russie / Nord-Caucase : ses divisions administratives, ses blasons et emblèmes -
3ème partie : le District fédéral du Nord-Caucase

 T  oujours dans le cadre des Jeux Olympiques d'Hiver qui se déroulent depuis une semaine à Sotchi, j'en profite pour compléter mes fiches "pays" que vous pouvez consulter dans l'onglet ci-dessus " Emblèmes pays". Voici donc la suite du précédent volet, voir ICI .

drapeau de Pyatigorsk / Пятигорск, ville siège de
l'administration du District fédéral du Nord-Caucase.
 Au niveau fédéral, la Russie est divisée en 8 Districts fédéraux, eux-mêmes divisés en "sujets fédéraux" : les principaux étant les oblasts (les plus communs, qui sont des unités administratives avec un gouverneur fédéral désigné et un pouvoir législatif élu localement) et les républiques (très autonomes et possédant leurs propre constitution, un président et un parlement). Il existe également des kraïs, des districts autonomes, deux villes fédérales (Moscou et Saint-Pétersbourg) et un oblast autonome juif. Enfin, aux niveaux inférieurs figurent encore les raïons , les villes et les districts urbains ou ruraux. Nous allons nous arrêter avant ces derniers là ....
  Tenant compte de l'immensité du pays composé de 83 sujets fédéraux, je vais limiter l'exploration -pour cette fois, j'y reviendrai plus tard-  à la région du Nord Caucase jusqu'au Don et à la Volga (cercle rouge,ci-dessous), où se situe en particulier l'évènement sportif international des Jeux Olympiques d'Hiver. Cette zone est composée de deux Districts fédéraux : 
• le District fédéral du Sud (en rose sur la carte ci-dessous)
• le District fédéral du Nord-Caucase (en violet sur la carte ci-dessous)


Dans ce dossier nous examinerons les emblèmes :  armoiries, sceaux, drapeaux des oblasts, kraïs, républiques ainsi que leurs capitales.

Nous poursuivons avec le District fédéral du Caucase-Nord qui est donc composé de sept sujets fédéraux : 1 krai et 6 républiques. Nous en avons déjà parcouru quatre la dernière fois : 




Bon voyage....




Région n° 5 - République d’Ossétie-du-Nord-Alanie  -  Республика Северная Осетия-Алания(russe) - Республикӕ Цӕгат Ирыстон-Алани (ossète)



L'Ossétie est une région du Caucase, qui se situe de part et d'autre de la ligne de crête du massif montagneux du Grand Caucase. Les Ossètes eurent pour ancêtres les Alains venus d'Asie centrale qui furent, vers la fin du VIIe siècle, repoussés de la région du Don vers le Caucase. La région du nord porte d'ailleurs le nom d'Alanie (pays des Alains). On se souvient que les Alains sont venus "visiter" la Gaule et l'Espagne, au Ve siècle. Politiquement, l'Ossétie est actuellement divisée en deux entités : l'Ossétie du Nord, qui est une république membre de la Fédération de Russie et l'Ossétie du Sud, un ancien oblast autonome de la Géorgie, avec laquelle elle est en conflit depuis la chute de l'Union Soviétique et qui a donc proclamé unilatéralement son indépendance dès 1992.
Le sceau (emblème) de l'Ossétie du Nord montre dans un cercle de gueules une panthère de Perse (Panthera pardus saxicolor) passant, d'or tacheté de sable. A ce propos, beaucoup de sites internet, parlent au sujet de cet emblème, de léopard des neiges, c'est une erreur, car ce félin n'habite que les montagnes d'Asie centrale (Afghanistan, Mongolie) et l'Himalaya, mais en aucun cas le Caucase. Notre panthère, très rare dans la nature est représentée devant sept montagnes enneigées d'argent (les monts du Caucase) et posée sur un mont d'or à cinq coupeaux.  Le dessin original a été conçu par le prince érudit et grand scientifique géorgien Vakhushti Bagrationi en 1735 (voir plus bas).
Je vous invite à revoir le sujet que j'avais réalisé sur l'autre partie, l'Ossétie du Sud, voir →

armoiries de la capitale : Vladikavkaz / Владикавказ
le nom russe de la ville signifie en gros "Possession du Caucase"
ou la porte du Caucase, symbolisé par la clé et  cette porte d'or fortifiée
 ouvrant sur les sommets du Caucase et en blanc, au second blanc,
le Mont Kazbek, cinquième sommet le plus haut du massif avec 5 047 m.


______________________________
Histoire de la République d' Ossétie du Nord


bannière de l'Ossétie - armorial
du Prince Bagration (XVIIIe siècle)
sujets repris dans l'emblème actuel
drapeaux de la République autonome Socialiste Soviétique d'Ossétie du Nord :
à gauche,  en 1 : 1937 , en 2 : 1938 , à droite de 1954 à 1981
emblème de la République autonome Socialiste
Soviétique d'Ossétie du Nord (1937-1991) :
Drapeau alternatif de la république d'Ossétie du Nord
post-soviétique (1991-1993) avec une bande centrale "magenta"



Région n° 6 - Kraï de Stavropol  -  Ставропо́льский край













Le Kraï de Stavropol englobe la partie centrale des contreforts du nord du massif du Grand Caucase. La population est concentrée dans les plaines des rivières Kouban et Kuma qui était autrefois les terres traditionnelles des cosaques.  Les Cosaques du Kouban sont maintenant généralement assimilés à la population d'origine russe de religion chrétienne orthodoxe, même si il existe encore des minorités importantes du groupe ethnique d'origine. Les autres groupes ethniques notables incluent notamment des Arméniens et des Grecs qui se sont installés ici depuis au moins le XVIIIe siècle..Le recensement de 2010 comptait trente-trois groupes ethniques de plus de 2.000 personnes chacune , ce qui en fait l'un des sujets fédéraux l'un des plus multiethnique de Russie.
Les armoiries du Kraï combinent en chef les armes traditionnelles de la province russe de Stavropol remontant à 1878, et en pointe, le contour actuel du territoire avec l'emplacement de la capitale pointé par une croix latine, sur le 45° parallèle. La croix comme celle du drapeau illustre le nom de la ville qui est d'origine grecque : "stavros" signifiant "la croix" et "polis", "la ville". Le tout est surmonté des grandes armoiries de la Russie et encadré (soutenu) de branches de chênes,d'épis de blés et de rubans aux couleurs du drapeau.

armoiries de la capitale : Stavropol  / Ставрополь
la  ville a été fondée en 1777 sur la base d'une forteresse (quartier n°4)
dans le pays des Cosaques (quartier n°2) ;  son nom vient de "stavros" et "polis",
qui signifie "croix" et "ville" en grec, c'est la croix d'or qui partage l'écu ,
 et celle du christianisme symbolisé par cette église orthodoxe (quartier n°3)
la flamme éternelle et le segment de roue d'engrenage (quartier n°1)
viennent du blason de l'époque soviétique (ci-dessous)

armoiries de la ville de  Pyatigorsk / Пятигорск,
siège de l'administration du District fédéral du Nord-Caucase
et située également dans le Kraï de Stavropol.
C'est une ville thermale dans la chaîne du Caucase
comme le montrent les symboles.


______________________________
Histoire du Territoire de Stavropol

Armoiries de la Province (Goubierna) de Stavropol
dans l'Empire de Russie - 1878




Région n° 7 - République tchétchène  -  Чеченская республика(russe) - Нохчийн Республик (tchétchène)


La République tchétchène ou Tchétchénie, est également nommée "Itchkérie" par les indépendantistes. Nous avons vu, dans le volet précédent ( voir → ) que les Tchétchènes et les Ingouches ont des ancêtres communs. Sous le régime soviétique, les deux peuples ont été réunis en une seule unité (république autonome socialiste). Lorsque l'U.R.S.S. a cessé d'exister en 1991, chacun a repris son chemin, l'Ingouchie restant dans le giron de la Russie. Mais la Tchétchénie, à l'instar des autres anciennes républiques soviétiques (Géorgie, Arménie, etc..) a tenté de proclamer son indépendance totale de la Fédération de Russie dans laquelle elle demeurait liée après l'éclatement du bloc soviétique. Cette décision, non négociée politiquement, a provoqué deux guerres (1994-1996 et 1999-2000), plus de 160 000 morts civils et militaires, et quantité d'épurations des opposants, pour que la Russie garde le contrôle sur le territoire. Dès lors, le ressentiment est très fort des deux côtés, la paix est précaire dans la région, maintenue par la force avec un gouvernement téléguidé par la Russie. Les indépendantistes, désormais en exil maintiennent la pression par le terrorisme, soutenus désormais par des tendances islamistes radicales (application de la loi de la Charia, etc...).
version de l'emblème sur écu

  L'emblème officiel de la République tchétchène, ci-dessus, date de 2008, il montre au centre une de ces anciennes tours de défense vainakh (photo ci-dessus) déjà observées en Ingouchie et un derrick pour l'exploitation du pétrole encadrant un motif décoratif traditionnel tchétchène et surmontés par un sommet du Caucase. Dans les cercles externes : des épis de blés pour l'agriculture, le croissant et l'étoile symboles de l'Islam et encore des motifs décoratifs typiques que l'on retrouve aussi sur le bord du drapeau, côté hampe.

armoiries de la capitale : Grozny /  Грозный
un concours lancé en 2010 a permis de sélectionner
ce beau blason "de sinople chargé d'une mosquée d'argent
essorée d'azur , les sommets des quatre minarets et du dôme
 central terminés par une pointe d'or et un croissant du même;
terrassée de gueules à une fasce d'argent".
ci-dessus la grande mosquée "Cœur de Tchétchénie" à Grozny


______________________________
Histoire de la République de Tchétchénie

drapeaux de la République autonome Socialiste Soviétique de Tchétchénie-Ingouchie :
à gauche,  en 1 : de 1937 à 1944 , en 2 : de 1957 à 1978 , à droite de 1978 à 1991

emblème de la République autonome Socialiste
Soviétique de Tchétchénie-Ingouchie (1937-1991) :
Le 28 octobre 1991 , est apparu l'emblème de la République tchétchène
d'Itchkérie avec le symbole du loup ( les tchétchènes s’identifient au loup)
 sous la lune, soutenu par un ornement typique  national nommé " Tutta "
et  inscrit dans un croissant d'or chargé de neuf étoiles à cinq branches .
 Le loup désigne la fierté, le courage et la liberté du peuple tchétchène ;
le croissant est le symbole de la fidélité des  tchétchènes à l'Islam.
 Les neuf étoiles symbolisent les neuf principaux clans tchétchènes.
Drapeaux de la République tchétchène d'Itchkérie ( sans et avec emblème),  symboles des indépendantistes depuis 1991.
(l'auteur du dessin , qui était l'épouse du leader tchétchène Djokhar Doudaïev,  se serait inspiré pour le loup d' un portrait d'Akela,
 le vieux loup décrit dans le "Livre de la Jungle" de Rudyard Kipling , ci-dessous)
Le chef des loups Akela dans "Le Livre
 de la Jungle", film des Studios Disney (1967)
Drapeau de l'opposition, ou des loyalistes pro-russes
 (selon le côté politique où l'on penche),  avant 2004
  (les bandes rouges et blanches sont inversées par rapport
au drapeau des indépendantistes)















Emblème de la République tchétchène loyaliste adopté en 2004.
nous retrouvons, en traits plus grossiers, les symboles actuels.
Drapeau de la  wilaya (région administrative dans les pays arabo-musulmans)
de Nokhchicho (correspondant à la Tchétchénie) dans l’État islamiste
autoproclamé en 2007 appelé :  l’Émirat du Caucase (voir plus bas).



Régions 1 à 7 réunies - Le Caucase du Nord (Ciscausie) Северный Кавказ

drapeau de la  Confédération des Peuples du Nord Caucase
 qui est une organisation politique militarisée composée de militants
 venus des Républiques de Ciscaucasie (Nord-Caucase) appartenant à la
 Fédération de Russie. Elle réunit toutes les régions vues dans ce dossier
ainsi que l'Abkhazie et l'Ossétie du Sud, territoires inclus dans la Géorgie.
carte géopolitique de la région actuelle montrant les principaux foyers de tensions politiques et militaires
carte de l'Émirat du Caucase : revendications territoriales de l'état autoproclamé
 en 2007 par l'ex  "président de la République tchétchène d'Itchkérie (CRI)"
 en exil : Dokou Oumarov.
drapeau de l'Émirat du Caucase ( depuis 2007)  mettant en évidence
 les liens avec les jihadistes d'Al Qaïda.

______________________________
Histoire de la Ciscausie (Caucase du Nord)

armoiries de l'Oblast du Caucase dans l'Empire Russe (1809-1849) , dessin original et reproduction actuelle ;
 on y observe déjà le sujet récurrent dans l'héraldique caucasienne : l'aigle ( ici l'aigle impériale russe bicéphale)
survolant les montagnes et en-dessous un cavalier cosaque en action .
 ci-dessus carte géographique reproduite sur le dos d'une carte à jouer d'époque ( capitale : Stavropol / Ставрополь)
 
drapeau de l'Imamat du Caucase (1829-1859) qui était un petit état théocratique
établi dans plusieurs régions  du Nord Caucase et en grande partie au Daghestan.


armoiries de l'Oblast de Terek  (Empire de Russie ; 1860-1917)
la capitale était Vladikavkaz, aujourd'hui en Ossétie du Nord
drapeau de la République montagnarde du Nord-Caucase
 (1917-1920) - état provisoire constitué à la suite de la Révolution russe
à partir du territoire du Terek, vu précédemment.

emblème et drapeau de l'Émirat du Nord-Caucase (1919-1920), nouvel état islamique constitué après
la Révolution russe sur les territoires actuels de la Tchétchénie et du Daghestan.
drapeau de la République montagnarde autonome Socialiste 
Soviétique du Nord-Caucase (1921-1924) qui a remplacé les
 deux entités précédentes,  plus tard découpée en oblasts intégrés dans
 la République socialiste soviétique de Russie et dans l'URSS.
A noter la curieuse combinaison des signes du Communisme (rouge)
 et de l'Islam ( croissant-étoiles-couleur verte) !
 




Cette fois , c'en est bien terminé, avec cette région "patchwork" de peuples et de nationalités, d'une complexité à donner des migraines, mais vraiment passionnante à étudier. Un patchwork bien illustré par les motifs décoratifs qui ont servi de visuel permanent pendant ces Jeux Olympiques de Sotchi (ci-contre). 
 J'espère ne pas avoir trop trahi la vérité historique, à partir des textes en russe ou au mieux en anglais qui m'ont servi de base documentaire. Si j'ai pu contribuer à l'éclairage des internautes qui ont voulu sortir des pistes de Sotchi pour faire un peu de tourisme local, j'en serai très heureux.



Et donc à bientôt pour de nouvelles aventures en Russie ou ailleurs ... ICI
до свидания ! (do svidania : au revoir).


Crédits :

www.heraldicum.ru
http://geraldika.ru
http://dic.academic.ru
http://ru.wikipedia.org/wiki



           хералд дихк