jeudi 19 juin 2014

Philippe VI, nouveau roi d'Espagne… de Jérusalem ... et de Corse !

le nouvel étendard de Philippe VI (voir plus bas)
Felipe de Borbón y Grecia  /  Philippe de Bourbon et de Grèce, est intronisé aujourd'hui à Madrid en Espagne, sous le nom de Felipe VI /  Philippe VI, succédant ainsi à travers les siècles au premier de la dynastie française des Bourbons à être devenu roi d'Espagne, sous le nom de Philippe V, il y a 314 ans.

armoiries actuelles du Royaume d'Espagne

Philippe VI est le descendant direct de :
    -  Charles Quint (Carlos I) de Habsbourg
    -  Louis XIV de France ;
    -  Alphonse XIII d'Espagne ;
    -  Louis-Philippe Ier (France) ;
    -  Georges II de Grèce, roi des Hellènes et
       prince de Danemark

Comme ses ancêtres, Philippe VI portera le titre de roi d'Espagne, mais aussi de "roi de Castille, de León , d'Aragón, des Deux-Siciles, de Jérusalem, de Navarre, de Grenade, de Tolède, de Valence, de Galice, de Majorque, de Minorque, de Séville, de Sardaigne, de Cordoue, de Corse, de Murcie, de Jaén, des Algarves, d'Algésiras, de Gibraltar, des Iles Canaries, des Indes orientales et occidentales, de l'Inde et du continent océanien, de la terre ferme et des îles des mers océanes, d'archiduc d'Autriche, de duc de Bourgogne, de Brabant, de Milan, de comte de Habsbourg, de Flandre, de Tyrol et de Barcelone, de seigneur de Biscaye et de Molina .
    Majesté catholique.
    Commandant en chef des forces armées espagnoles.
    Grand Maître des Grands Ordres Nationaux suivants : l'Ordre de la Toison d'Or (1430), de l'Ordre de Charles III (1771), de l'Ordre d'Isabelle la Catholique (1815), de l'Ordre du Mérite Civil (1926), de l'Ordre Militaire de Saint-Hermenégilde (1814), de l'Ordre Militaire de Saint-Ferdinand (1811).
    Et Grand Maître des Ordres de Noblesse et de Chevalerie Espagnoles suivants : l'Ordre de Montesa, de l'Ordre d'Alcantara, de l'Ordre de Calatrava, de l'Ordre de Saint-Jacques et de l'Ordre de Marie-Louise ".

Tous cette titulature découle évidemment des 12 siècles d'histoire de la monarchie espagnole avec toutes les dynasties européennes qui ont apporté leur pierre à l'édifice. Il faut se rappeler que l'Espagne a été une des plus grandes puissances mondiales de la fin du Moyen-Âge à la fin du XVIIIe siècle.Tout son empire s'est effondré par la suite en quelques décennies,  mais il reste les titres qui témoignent de cette grandeur.



Si Philippe est le sixième du nom, voyons donc qui étaient ses prédécesseurs :

Felipe I de Castilla o Felipe I de Habsburgo / 
Philippe Ier de Castille ou Philippe Ier de Habsbourg

 " el Hermoso" / "le Beau " 
né le 22 juin 1478 à Bruges (Flandre) et mort le 25 septembre 1506 à Burgos (Castille)
Duc de Bourgogne, de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg et de Gueldre. Comte d'Artois, de Flandre, de Hainaut,de Hollande et de Zélande, de Zutphen. Comte palatin de Bourgogne du 27 mars 1482 au 25 septembre 1506 (armoiries ci-dessus)
Roi consort de Castille de 1504 à 1506 (armoiries ci-contre)
Il est le fils de l'empereur du Saint-Empire romain germanique Maximilien Ier de Habsbourg et de la duchesse Marie de Bourgogne (morte à l'âge de 25 ans). Il est le fondateur de la longue dynastie espagnole des Habsbourg. Il a été l'époux de Jeanne Ière, dite "la Folle", reine de Castille (1504–1555), et reine d'Aragon (1516–1555), unissant définitivement sous un même sceptre toutes les Espagnes à partir du 25 janvier 1516. Issue de la dynastie de Trastamare, Jeanne était la fille du roi Ferdinand d'Aragon et de la reine Isabelle de Castille. Elle n'a en réalité jamais effectivement régné. Le fils et successeur de ces monarques sera Charles Quint (Carlos I de España).




Felipe II de España o Felipe II de Austria o de Habsburgo / Philippe II d'Espagne  



"el Prudente" / "le Prudent"
né le 21 mai 1527 à Valladolid (Castille) et mort le 13 septembre 1598 au palais de l'Escurial (près de Madrid)
Roi des Espagnes du 16 janvier 1556 au 13 septembre 1598. Il reçoit le duché de Milan (1540), les royaumes de Naples et de Sicile (1554) et les Pays-Bas, ainsi que d'importants territoires conquis en Amérique.
Fils aîné de Charles Quint. Également roi consort d'Angleterre de 1554 à 1558 en vertu de son mariage avec Marie Tudor. Revendiquant les droits qu'il tient de sa mère, Isabelle de Portugal, Philippe II annexe le Portugal en 1580. Il devient roi de Portugal et des Algarves sous le nom de Philippe Ier.
Il s’est fait l'ardent défenseur du catholicisme en Espagne et en Europe. Son règne sera marqué par la guerre contre la France, qui a duré soixante ans et se conclut par le traité du Cateau-Cambrésis (1559). Puis c'est une expédition victorieuse contre les Turcs avec les Vénitiens (Bataille de Lépante, 1571). Opposé à l'Angleterre pour des raisons religieuses et de désir de suprématie sur les mers, il subira en 1588 le désastre de l'Invincible Armada et la perte du nord des Pays-Bas. De 1590 à 1598, Philippe est de nouveau en guerre contre la France, apportant son soutien aux forces catholiques de la Ligue en lutte contre Henri IV.




Felipe III de España o Felipe III de Austria o de Habsburgo / Philippe III d'Espagne 


"el Piadoso" / " le Pieux"
né le 14 avril 1578 à Madrid, mort 31 mars 1621 à Madrid
Roi d'Espagne, de Sicile et de Naples, roi de Portugal et des Algarves du 13 septembre 1598 au 31 mars 1621
Il est le quatrième enfant du roi Philippe II d'Espagne et de sa quatrième épouse et nièce Anne d'Autriche. Faible politiquement, le roi laisse la direction du gouvernement à des favoris. Contrairement à son père, il adopte une politique modérée en Europe occidentale, concluant plusieurs traités de paix . Mais il soutiendra l'Autriche dans la guerre de Trente Ans.




Felipe IV de España o Felipe IV de Austria o de Habsburgo / Philippe IV d'Espagne




"el Grande" o "el Rey Planeta" / "le Grand" ou "le roi-Planète"
né le 8 avril 1605 à  Valladolid, mort le 17 septembre 1665 à Madrid.
Roi d'Espagne et des Deux-Siciles, souverain des Pays-Bas du 31 mars 1621 au 17 septembre 1665. Roi de Portugal et des Algarves, du 31 mars 1621 au 1er décembre 1640 (déclenchement de la guerre de Restauration de l'Indépendance du Portugal).
Fils aîné de Philippe III et frère de la reine de France Anne d'Autriche (épouse de Louis XIII). Peu intéressé aux affaires de l'État, il confia fréquemment l'administration du pays à ses ministres. Son règne, qui amorce le déclin politique et économique de l'Espagne, est marqué par les guerres contre le Portugal (qu'il perd en 1640), les Pays-Bas ( indépendance des Provinces-Unies des Pays-Bas lors des traités de Westphalie (1648)) et la France (perte du Roussillon et du Hainaut), et par la politique de soutien à la cause des Habsbourg en Allemagne pendant la guerre de Trente Ans.



Ci-contre à droite, les armoiries marquant le changement de souveraineté du Portugal en 1640 qui retrouve son indépendance. L'écusson aux armes du Portugal , en chef, est supprimé sur les armoiries de l'Espagne.








Felipe V de España o Felipe V de Borbón / 
Philippe V d'Espagne ou Philippe V de Bourbon

"el Animoso"  /  "le Brave"
né à Versailles (France) le 19 décembre 1683, mort à  Madrid le 9 juillet 1746.
Duc d'Anjou en France.
Roi d'Espagne du 15 novembre 1700 au  14 janvier 1724 et du  6 septembre 1724 au  9 juillet 1746, roi de Sicile de 1700 à 1713,  roi de Naples et de Sardaigne de 1700 à 1714, souverain des Pays-Bas de 1700 à 1710.
Petit-fils de Louis XIV (de France), et arrière-petit-fils de Philippe IV (d'Espagne), il est choisi comme héritier par Charles II, lui-même fils de Philippe IV mais qui mourra sans descendance.
L’accession au trône du premier Bourbon d’Espagne – et l'union des Couronnes française et espagnole remettant en cause les équilibres géopolitiques en Europe – exaspère particulièrement l'empereur Léopold Ier : ce dernier, souhaitant placer son propre fils sur le trône d’Espagne, refuse de reconnaître l’avènement de Philippe V. Pour sa part, craignant que l'Empire colonial espagnol soit dorénavant ouvert au commerce français, l’Angleterre se résout à prendre la tête d’une coalition européenne (Angleterre, Pays-Bas, Autriche et plusieurs États allemands auxquels se joignent bientôt le Portugal et la Savoie) ; en 1701 débute la guerre de Succession d’Espagne. Les troupes des coalisés ayant débarqué en Espagne, Philippe est chassé de son trône à deux reprises (1706 et 1710). Il le recouvre par la paix d'Utrecht de 1713, mais perd de nombreux territoires : Gibraltar revient à l'Angleterre, la Sicile à la Savoie, les Pays-Bas espagnols à la Sardaigne, et Milan et Naples à l'Autriche. Enfin, le souverain espagnol doit, en outre, renoncer à tous ses droits sur la Couronne de France
 Sa tentative de reconquête des territoires perdus en Italie, entraîne une nouvelle guerre européenne. Le conflit éclate, entre 1718 et 1720, contre une Quadruple-Alliance (Grande-Bretagne, France, Autriche et Pays-Bas) devant laquelle l'Espagne doit s'incliner.
Philippe V abdique le 14 janvier 1724 en faveur de son fils aîné Louis. Mais celui-ci meurt de la variole après seulement huit mois de règne. Philippe V remonte alors sur le trône après la mort de son fils et le conserve jusqu'à sa mort. Après l'échec du projet de mariage entre sa fille et Louis XV, puis sa brouille avec la France, il resserre les liens avec l'Autriche. Par le traité de Séville, en 1729, il obtient la Toscane et les villes de Parme et de Plaisance pour l’infant don Carlos, territoires qui sont échangés contre le royaume de Naples et la Sicile, à l’issue de la guerre de Succession de Pologne (traité de Vienne de 1735, ratifié en novembre 1738). Peu avant sa mort, Philippe V intervient dans la guerre de Succession d'Autriche, alors que les relations entre l'Angleterre et l'Espagne se sont dégradées. En 1746, son fils Ferdinand lui succède sous le nom de Ferdinand VI.




Felipe VI de España o Felipe VI de Borbón /
Philippe VI d'Espagne ou Philippe VI de Bourbon



né à Madrid le 30 janvier 1968, troisième enfant et seul fils de Juan Carlos de Borbón
Felipe / Philippe succède donc officiellement à son père Juan Carlos après son abdication le 2 juin 2014, entérinée depuis par les députés et les sénateurs espagnols. Mais ce passage de relais se fait dans la tourmente. La famille royale fait face à la plus grave crise de son histoire depuis la fin de la dictature franquiste en 1975, surtout en raison de graves scandales financiers. Dans un pays souffrant énormément de la crise mondiale, ce genre d'affaire pourrait lui être fatal.

Le nouvel étendard royal tel qu'on peut le voir désormais flotter sur le Palais de La Zarzuela à Madrid, en ce jour du 19 juin 2014
  pour marquer l'avènement de Philippe VI  : disparition de la croix de Bourgogne qu'affectionnait Juan Carlos, son père
 (voir ci-dessous pour comparaison) ainsi que, comme l'a fait justement remarquer un internaute dans les commentaires plus bas :
suppression du joug et du faisceau de flèches, référence aux "Rois Catholiques" et le lion du León  a retrouvé sa couleur pourpre ....
les armes personnelles de Juan Carlos


Source textuelle et images : http://es.wikipedia.org/wiki/

Voir aussi ma fiche "Emblèmes pays " consacrée à l'Espagne , ici  →


 Il y a en effet beaucoup de voix en Espagne pour un changement de régime choisi par le peuple, par référendum par exemple,  entre le maintien de la monarchie parlementaire et la république.
Des drapeaux républicains (ci-dessous) flottent de plus en plus souvent dans les manifestations populaires à travers le pays.
Rappelons que l'Espagne a eu elle aussi des révolutions dans son histoire avec deux républiques :
- Première République espagnole (1873-1874)
- Seconde République espagnole (1931-1939) ; qui se terminera par une guerre civile très meurtrière contre les Nationalistes : 500 000 morts et beaucoup d’exilés,  puis une longue dictature qui durera jusqu'en 1975.


manifestation le 2 juin 2014 dans les rues de Madrid avec une forêt de drapeaux républicains

L'histoire est à nouveau en marche ...

Et puis :  coup de tonnerre, on vient de le voir hier, la Roja (l'équipe d'Espagne) vient d'être éliminée dès le deuxième match de la Coupe du Monde de football au Brésil. Le couronnement de Philippe, aussi sympathique et populaire soit-il, pourra t il compenser cette humiliation terrible pour un pays qui vit le football comme une religion?  et qui gagnait tout et dans tous les sports encore récemment !


       HD


4 commentaires:

  1. Artur Mascot Soriano19 juin 2014 à 09:32

    Vive le République espagnole!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors, évitez le modèle français, où le faste républicain, le train de vie et la suffisance des élus n'ont rien à envier à ceux d'une monarchie ! ..

      Supprimer
  2. Bonsoir ,
    Felipe semble avoir aussi abandonné le joug et les flèches des rois catholique et repasse encore au lion de pourpre et non de gueules comme Juan Carlos .
    Antonio

    RépondreSupprimer