vendredi 2 mai 2014

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement de Bourgogne - Bailliage d'Aval en Franche- Comté

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur de trois décennies  à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier !
 Voir la description initiale : →

 Nous poursuivons cette partie qui est intitulée dans le manuscrit:  "Addition au Gouvernement de Bourgogne", correspondant à la description de la Province de Franche-Comté, anciennement nommée "Comté de Bourgogne". Une province qui n'est pas encore totalement acquise par le Royaume de France, à une date située vers 1675 (voir l'épisode précédent → ). On se rappellera que l'administration royale de l'époque divisait le pays en gouvernements puis en  généralités , elles-même composées de sénéchaussées et de bailliages. Après les bailliages du nord (Amont, Dole et Besançon), parcourus la fois précédente, nous accédons au bailliage d'Aval qui correspond de nos jours aux trois quarts sud du département du Jura ainsi qu'une partie de l'arrondissement de Pontarlier, dans le département du Doubs.

 Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un siècle, mais sur laquelle j'ai reconstitué les limites administratives de notre région :

 Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir





Les fragments de manuscrits proviennent du Volume II. Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus l'extrait équivalent dans l'Armorial Général de France*  (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier,  et comme auparavant, j'ai placé le blason actuel en-dessous, pour comparer les différences ou au contraire la constance des figures dans le temps.

 (*) Armorial Général de France - volume VII - Bourgogne Comté - Généralité de Besançon ( BNF Paris)

Salins -les - Bains (Jura)

Le blason de Salins découle de celui de la célèbre maison de Chalon avec les couleurs inversées ( "de gueules à la bande d'or"). Les terres de Salins ont été conquises au XIIIe siècle par Jean Ier de Chalon pour l’intérêt que présentait l'exploitation du sel dans les sources d'eau salée, qui fera la richesse du pays et de ses propriétaires.


Poligny (Jura)

Par quel mystère, les gens de Charles d'Hozier ont ils dessiné un écu "parti" au lieu du "coupé" ? Le blason de Poligny a toujours été :  mi-coupé en chef du Comté de Bourgogne et d'argent plain. De plus, on a représenté le lion naissant au centre de la partition, ce qui est carrément incongru, par rapport aux armes de Franche-Comté, qui dans cette configuration devraient être pleines. Remarquez plus haut, la devise de la ville : "A Dieu plaise, Poligny " qui est très ancienne (1614) ...





Arbois (Jura)

Dans la symbolique chrétienne, le pélican déchirant sa poitrine pour nourrir ses petits, représente le sacrifice du Christ, qui versa lui aussi son sang pour les autres. Il est décrit dans ce cas en héraldique "un pélican et sa piété" et est assimilé à l'action de l'eucharistie.


Nozeroy (Jura)

Comme Salins plus haut, les armes de Nozeroy empruntent le blason de la grande maison noble franc-comtoise des Chalon, ici avec les bonnes couleurs, qui étaient seigneurs de Nozeroy. Les armoiries, qui remontent au mieux à 1530, sont donc formées des armes de la famille de Chalon, sur lesquelles ont été rajoutés un sapin et un ours debout contre lui. L'ours serait celui de Berne (les Suisses) arrêté par le sapin, car il ne sait pas grimper dans cet arbre, c'est un symbole de la résistance montagnarde comtoise. Bizarrement, si l'on enlève le sapin et qu'on agrandit la bande pour la charger de l'ours, on obtient justement les armes du canton et de la ville de Berne ! A noter, la graphie "Nozeret" sur le manuscrit et ce blason totalement différent, dont l'origine est bien obscure, avec cette croix ancrée chargée d'une fleur de lis, répertorié par Charles d'Hozier. La croix ancrée est un symbole courant dans la Bresse voisine et en Savoie pour se référer à Saint Maurice d'Agaune.
  source info partielle (sapins) :  http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/lesplanches/armoiriessapin.htm



Pontarlier (Doubs)

Les premières armoiries de Pontarlier datent de 1565. Le pont est un symbole parlant. Quant à la tour, elle rappelle que la ville était entourée de murailles. De fait l'ensemble figure le Pont Saint Éloi, reliant la ville au faubourg Saint Étienne, franchissant le Doubs, actuel pont de l’hôpital et la tour du même nom qui assurait le passage et la défense du pont. Dans l'Armorial Général de France c'est un château qui a été pris en compte, sans explication.




Saint - Claude (Jura)
Comme on peut le voir, l'essence de l'arbre représenté est bien différente selon les époques. La plus ancienne représentation des armes de la ville de Saint-Claude remonte à 1593. A cette date, elles sont simplement décrites "d'argent au pin arraché de sinople". Toutefois, plusieurs modifications apparaissent sur le sceau de la ville utilisé dès 1622 : on y reconnaît très clairement la silhouette d'un épicéa arraché, sous un chef chargé d'un croissant (sans couleurs, bien sûr). L'Armorial Général de France a enregistré les armoiries en 1701 avec la description "d'or, à un arbre arraché de sinople, et un chef d'azur chargé d'un croissant d'argent". C'est donc un arbre sans spécification d'essence qui est représenté : un feuillu, pas un conifère. Plus tard, après le Premier Empire, avec le rétablissement de l'usage des armoiries, le blasonnement avec "le pin arraché" repris d'après les anciens sceaux, sera remis en vigueur par la commune. Mais en Franche-Comté, l'essence la plus présente est le sapin (ou plutôt l'épicéa), et les pins y sont très rares. C'est donc le sapin qui sera fixé définitivement sur les armoiries municipales vers le milieu du XIXe siècle, et le blasonnement modifié en conséquence "d'or au sapin de sinople....". source info partielle  :  http://jeanmichel.guyon.free.fr/monsite/histoire/lesplanches/armoiriessapin.htm



Orgelet (Jura)

Orgelet, ayant obtenu ses franchises de Jean Ier de Chalon-Auxonne, en mars 1267, a reçu en 1542 le statut de ville du Comté de Bourgogne et siège d'un bailliage secondaire du grand bailliage d'Aval, et pouvait donc prétendre à posséder ses armoiries. Elles lui furent accordées par Charles Quint, Empereur et Comte de Bourgogne, au XVIe siècle. Elles se présentent sous la forme d'armes parlantes, à savoir trois épis d'orge à cause du nom "Orgelet". Mais le Père de La Planche, lui, a blasonné "trois épies de bled ( de blé) "  .. il n'a pas mentionné les armes parlantes pourtant évidentes. Et il n'avait pas obtenu beaucoup d'informations pour la description de ce petit bourg jurassien, car la page est restée blanche, contrairement à son habitude !
source info partielle  : http://www.asphor.org/


Arlay (Jura)

Encore une fois, nous retrouvons le blason de la maison de Chalon, mais ici c'est la lignée de Chalon-Arlay, avec cette étoile d'azur qui est une "augmentation" du blason originel. Les ruines du château médiéval d'Arlay qui couronnent  une colline du village sont toujours très impressionnantes et témoignent de la puissance de cette grande famille jurassienne. Il faut savoir que les Chalon-Arlay sont devenus plus tard Princes d'Orange, auxquels ont succédé les comtes de Nassau, stathouders de Hollande et sont indirectement parmi les ancêtres des souverains actuels des Pays-Bas (voir le lien du début du §) !



D'autres lieux ou villes sont juste décrits par le texte, parfois avec le contour d'un blason préparé mais resté vierge, et sans mention s'y rapportant :

Jougne, Saint-Amour, Bletterans, Lons-le-Saunier, Château-Chalon, Clairvaux.

 # cependant, quelques années plus tard, certains lieux ou villes (en gras, ci-dessus) ont été enregistrés et blasonnés dans l'Armorial Général de France :



 # et pour être complet avec l'Armorial Général de France, on peut encore rajouter ces dernières villes appartenant à la province de Franche-Comté et qui n'ont pas été mentionnées dans le manuscrit de La Planche :
-   Vaux-et-Chantegrue, Conliège.







A bientôt pour une nouvelle série...
et une nouvelle région (ou Gouvernement)  



parmi les blasons "modernes" certains sont empruntés à :
http://labanquedublason2.com/ (dessins :  Jean-Paul Fernon)

 Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly :  http://www.bibliotheque-conde.fr/


             Herald Dick
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire