mardi 18 février 2014

Les Villes décorées de la Légion d'Honneur : Rambervillers (1896)

 v  oilà plusieurs mois que nous sommes restés avec la précédente ville : Belfort ( voir → ICI). Il est temps de reprendre le fil de l'évocation de cette série de villes ayant reçu cette distinction exceptionnelle : la Croix de la Légion d'Honneur et qui l'ont intégrée à leurs armoiries. Exceptionnelle à double titre, puisqu'elle récompense normalement des actions de courage ou des services rendus à la nation de haute importance, et qu'elle est attribuée ici au nom d'une collectivité et non pas d'un individu. Les deux épisodes précédents se rapportaient à des actes de défense héroïques au cours de la terrible guerre franco-prussienne de 1870. Cette fois encore, nous allons revivre un évènement peu connu au cours  de cet affrontement, il est survenu dans une petite ville de Lorraine vosgienne : Rambervillers. Et sans cette prestigieuse décoration sur le blason, qui se souviendrait maintenant de ces quelques hommes qui ont donné leurs vies dans un combat perdu d'avance.


Armoiries de Rambervillers (France - Vosges)
D'argent à la croix de Lorraine de gueules cotoyée
des lettres I R et de deux croissants d'azur et,
en abîme, la croix de la Légion d'honneur.
"La défense de Rambervillers" - tableau de J. Benoit-Lévy - Musée lorrain de Nancy.
  Dans l'après-midi et la soirée du dimanche  9 octobre 1870, jour de la fête patronale, 200 gardes nationaux sous les ordres du chef de bataillon Petitjean dressent des barricades contre l’ennemi (les Prussiens) et résistent jusqu’au soir contre plus de 2.000 soldats badois appartenant au 14ème corps du général von Werder. La Garde nationale, composée uniquement par des habitants de la cité, tint tête, sans aucune aide extérieure et sans espoir d'en recevoir une, au détachement prussien. L’envahisseur se rend finalement maître des lieux, et 31 habitants sont tués. Les représailles des 10 et 11 octobre seront sévères et une masse d'impositions de guerre exceptionnelles accablera la commune jusqu'en février 1871. 
parmi les nombreux monuments de la ville commémorant la défense de la ville du 9 octobre 1870,
 certains arborent les armes de la ville chargées de la croix de LH (détails ci-dessous)
Pour ce fait d'armes, la ville recevra la Légion d'Honneur. La petite cité vosgienne, est la première ville lorraine à avoir reçu cette distinction, avec l'autorisation: "de faire figurer dans ses armoiries la Croix de la Légion d'honneur ", phrase qui a créé tant de polémiques chez les héraldistes (voir plus bas). Cet hommage lui fut conféré par le décret présidentiel du 19 avril 1896 ( le Président était Félix Faure).

La presse nationale ainsi que plusieurs journaux régionaux et locaux, se firent l'écho de cette démarche. Par délibération du Conseil municipal de Paris, du 31 décembre 1904, le nom de Rambervillers fut donné à une rue du 12e arrondissement.

 Antérieurement à l'année 1581 et jusqu'en 1718, les blasons de la commune furent très probablement semblables à celui gravé sur le heurtoir de la porte principale de la mairie: écu posé sur une crosse épiscopale mise en pal, à la lettre capitale R. C'est ce type, sans la crosse, qui fut enregistré et blasonné dans l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier (1696-1711) : « D'azur à la lettre capitale R d'or ». Rambervillers était, à cette époque, sous souveraineté de l’Évêché de Metz. Les  villes de Lorraine, pays d’État, n'étaient pas soumises à l’Édit royal du 20 novembre 1696 ( en effet le rattachement de la Lorraine à la France date de 1766) .
Armorial Général de France - Volume XVIII -- Généralité de Lorraine - page 148
extrait de l’Armorial national de France de
H.Traversier et Léon Vaisse - Paris - 1842



gravure des armoiries en 1859
 (avant l'attribution de la LH)
















Le blason actuel a été créé en 1718 pour célébrer le rattachement de la ville à la Lorraine, autrefois dépendante de l'évêché de Metz, sous le règne du duc Léopold qui symbolisa cet événement par la croix de Lorraine. Les initiales I et R pour Imperator Rex signifient que le duc appartenait à la famille impériale d'Autriche et qu'il avait le titre d'Altesse Royale. Les croissants évoquent les victoires remportées sur les Turcs par Charles V, père du duc Léopold.  Les armes de cette prévôté sont blasonnées dans le " Recueil Héraldique" de Claude Charles, peintre ordinaire du duc et héraut d'armes de Lorraine : « D'argent, à la Croix de Lorraine de gueulles, aux deux lettres IR d'or brochant sur le tout et cottoyée de deux croissants montants de gueulles. »

armoiries de Rambervillers selon blasonnement
de Claude Charles.

La Légion d'honneur, conférée à Rambervillers le 19 avril 1896 pour son héroïque défense du 9 octobre 1870, est placée au cœur de l'écu sur le fond rouge de la croix de Lorraine. Cette place à l'intérieur de l'écu est aujourd'hui très rare. En effet, pour respecter le code héraldique napoléonien, les chevaliers de la Légion d'honneur plaçaient la croix sans ruban à l'intérieur de leurs armoiries sur un fond de gueules. Certaines villes, comme Rambervillers, Dijon, Belfort, etc... vers la fin du XIXème siècle, s'assimilant aux chevaliers de la Légion d'honneur, ont fait de même. Aujourd'hui, il est d'usage de placer les décorations au-dessous, à l'extérieur de l'écu. Rambervillers, décorée également des Croix de Guerre 14-18 et 39-45, les place cette fois à l'extérieur de l'écu.


carte postale publicitaire de collection début XXe siècle
carte de collection années '1920


 si vous désirez en savoir davantage sur  :
• le détail des évènements de la Guerre de 1870 à Rambervillers : cliquer  ICI 
• l'historique du blason de Rambervillers :  cliquer ICI




A bientôt.... pour une nouvelle ville


Crédits  :  
pour les blasons : http://labanquedublason2.com (dessin : Jean-Paul Fernon)
http://www.genealogie-bisval.net
http://www.ramberinfo.com
 http://www.ngw.nl


              Herald Dick 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire