lundi 23 décembre 2013

Fête nationale du Japon - le 23 décembre

JAPON
  日本国 (Nippon / Nihon koku) - (Japan)

  Le Japon, état insulaire d'Asie orientale est formé de quatre îles principales (Hokkaido, Honshu, Shikoku et Kyushu) et au total c'est un archipel de 6 852 îles.  Le nom japonais 日本 (Nihon) signifie "l'origine du soleil ", on l'a donc surnommé "le Pays du Soleil levant".
  L’histoire du Japon est caractérisée par des périodes de grande influence dans le monde extérieur suivies par de longues périodes d’isolement. C'est un des rares pays d'Asie à ne jamais avoir été colonisé, malgré notamment, quelques tentatives portugaises, dès le XVIe siècle, et exceptées les quelques concessions territoriales faites aux États-Unis, conséquence de la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale en 1945.
  Héritier d'une civilisation multimillénaire, le Japon a connu de profondes transformations successives depuis l' ère Meiji. Si les années 1990 ont vu ralentir sa croissance économique prise longtemps pour modèle, le Japon ne s'en situe pas moins, depuis vingt ans, au deuxième rang mondial sur le plan économique. Le 11 mars 2011, un grave séisme de magnitude 9.0, suivi d'un tsunami, frappe l'est de la région de Tōhoku autour de Sendai, provoquant la mort de plusieurs milliers de personnes, de très graves dégâts dans toute la partie nord-est de Honshū et l'accident nucléaire de Fukushima. Depuis cette funeste date, avec ses conséquences humaines et écologiques, le peuple japonais est en rupture totale avec ses dirigeants et son modèle socio-économique est mal en point.
  • L'emblème national du Japon (ci-dessus) se confond avec celui de son maître, l'Empereur, car il s'agit du sceau impérial du Japon, également appelé "le sceau du chrysanthème" (菊 纹 kikumon) ou "le Noble insigne du chrysanthème" (菊花 纹, 菊花 纹章 kikukamon, kikukamonshō). Cet emblème est un mon, un symbole héraldique à part entière, spécifique à la culture et à l'histoire japonaise, tout à fait comparable dans ses origines guerrières, sa fonction et ses codes, au blason occidental que nous connaissons bien, et dont l'étude est absolument passionnante, de surcroit. Ce mon est utilisé pour représenter les membres de la famille impériale japonaise depuis la période Kamakura (XIIe siècle) et est généralement considéré comme l'emblème national japonais. Il est décliné en trois versions principales : à seize pétales doubles : le mon impérial par excellence, à seize pétales simples (passeports et badges) et à quatorze pétales doubles (pour les membres de la famille impériale, ci-dessous).
Mons de la famille impériale  (tous les détails ici → ) :
1/ les Princes d’Akishino  -  2/ l'Empereur, son épouse et ses enfants  -  3/ les Princes de Hitachi
4/ les Princes de Mikasa  -   5/ les Princes de Katsura  -  6/  les Princes de Takamado
  • Le Sceau privé du Japon est le sceau officiel de l'Empereur du Japon. Il est de forme carrée avec l’inscription « 天皇御璽 » inscrite selon l'écriture scripte des sceaux (篆書 : tensho). Il a deux lignes d'écriture verticale. Sur le côté droit est marqué Tenno, « empereur » (天皇) et sur le côté gauche, Gyoji, « sceau honorable » (御璽). Le sceau était imprimé sur des documents de nomination, tels que la proclamation d'une loi, les ordonnances du gouvernement, les traités, les ratifications, les qualifications des ambassadeurs, les documents du Premier Ministre ou du ministre de la justice et également sur des lettres de révocation.

  • Le Sceau du gouvernement du Japon, aussi appelé sceau du paulownia (桐紋, kirimon) ou sceau de la fleur de paulownia (桐花紋, tōkamon ), est un mon utilisé par le cabinet et le gouvernement du Japon sur les documents officiels. Une version est utilisée comme emblème officiel du bureau du Premier Ministre du Japon. Elle est figurée par une représentation stylisée de la fleur de paulownia (Paulownia tomentosa) avec des  fleurs à 5-7-5 pétales. C'était aussi l'emblème du clan Toyotomi. Le "go-shichi no kiri" (littéralement paulownia de 5-7), désigne les représentants démocratiquement élus du gouvernement, par opposition avec le chrysanthème du sceau impérial du Japon, qui personnifie l'Empereur du Japon, et la souveraineté de l'État.
  • Le drapeau actuel du Japon a été adopté en 1870. Les japonais l'appellent "Hinomaru" (日の丸の旗,  hi no maru no hata, soit le drapeau au disque solaire ) ou plus officiellement sous le nom de "Nisshōki" (日章旗, l'étendard japonais). Dans l'histoire ancienne du Japon, le motif du Hinomaru a été déjà utilisé sur les bannières des daimyōs et des samourais (voir historique, plus bas). Il est le drapeau civil, le drapeau d'État, le pavillon marchand et le pavillon d'État du Japon.  C'est un drapeau blanc avec un grand disque rouge en son centre (figurant le soleil levant). Le rapport entre la hauteur et la largeur du drapeau est de 2:3, et le diamètre du disque est trois cinquièmes de la hauteur du drapeau.  Bien qu'aucune législation antérieure n'avait indiqué un drapeau national, chose régularisée dans la loi du 13 Août 1999 seulement !  le drapeau au disque solaire était déjà considéré comme le drapeau national du Japon de facto. Deux proclamations en 1870 par le Daijō -kan (Conseil d'Etat), l'organisme gouvernemental de l' ère Meiji , avaient désigné le drapeau blanc au disque solaire rouge comme pavillon national pour les navires ainsi que le pavillon national au disque rouge rayonnant utilisé par la Marine de guerre. L'utilisation du Hinomaru a été sévèrement limitée durant les premières années de l'occupation américaine après la Seconde Guerre mondiale ; ces restrictions ont été assouplies plus tard.
      Ci-dessous le célèbre pavillon de Marine du Japon avec le disque solaire rayonnant avec ses seize rayons, qui fut adopté le 7 octobre 1889 et utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale. Le soleil levant fut aussi employé dans une position plus centrée sur le drapeau des forces armées terrestres impériales pendant la Seconde Guerre mondiale. À la fin de la guerre, considéré comme le symbole de l'agression et de l'impérialisme japonais, il fut interdit par le traité de San Francisco. Il fut réintroduit comme drapeau des forces navales de défense le 30 juin 1954.



  • Ci-dessus à gauche, nous avons encore, vous l'avez deviné, le pavillon personnel de l'Empereur avec son blason (mon) et à gauche c'est l'étendard pourpre du Premier Ministre avec les cinq fleurs de cerisier disposées aux sommets d'une étoile imaginaire.
       Il existe encore une liste impressionnante de drapeaux dynastiques, institutionnels ou territoriaux, que vous pouvez observer ICI, et en plus ils sont beaux ! Le Japon est vraiment un paradis des vexillologistes.
cocarde aviation militaire
 Mon du Gouvernement japonais
(feuilles et fleurs de paulownia )
monnaies commémoratives 1990 et 2009

ovale automobiles


Chef de l'étatl'empereur, Tennō Heika Akihito
Capitale administrativeTōkyō 
SuperficieTotale377 915 km²

Terre364 485 km²

Eau  13 430 km²
Pays frontaliers-
Nombre d'îles6 852
Littoral29 751 km
Extrêmes
  Point le plus haut :

Mt Fuji Yama (volcan) : 3 776 m.
  Point le plus bas :
.
lac de Hachiro-gata : -4 m. au-dessous du point 0.
Population127 253 075  habitants
GentiléJaponais, japonaise
Langues usuellesjaponais (officielle)
MonnaieYen (JPY)
Indicatif téléphonique81
Extension internet.jp
Fête nationale
.
23/12 - anniversaire de la naissance de l'Empereur Akihito, en 1933
Devise nationaleaucune
Indice de démocratie 20è sur 167 (2014)  =2013
Régime






.












.


Monarchie constitutionnelle, régie par la Constitution de 1947, où l’Empereur (天皇, Tennō) n’occupe plus qu’une place honorifique, tandis que l’essentiel du pouvoir politique est détenu par un parlement bicaméral, la Diète (国会, Kokkai). Le pouvoir exécutif appartient au cabinet (内閣, Naikaku), responsable devant la Diète, dirigé par le Premier ministre (総理大臣, Sōri daijin) et composé de ministres d’État (国務大臣, Kokumu daijin) devant tous être des civils. Le Premier ministre (actuellement : Shinzō Abe) est choisi au sein de la Diète par ses pairs avant d’être nommé (approuvé) par l’Empereur.  La constitution d'après guerre attribue la souveraineté, qui revenait auparavant à l’empereur, au peuple japonais, c'est le principe même de la démocratie.
La Diète, se compose d’une chambre basse, la Chambre des représentants (衆議院, Shūgi-in) et d'une chambre haute, appelée Chambre des conseillers (参議院, Sangi-in).





 quelques autres emblèmes historiques

Concernant l'héraldique japonaise, je vous recommande un article très intéressant de ma consœur blogueuse et experte ès sciences héraldiques : Anne, qui est responsable de l'excellent site : la Langue du Blason.

le Japon médiéval pendant l'époque de Heian (794 -1181);  mons des clans dirigeants, de gauche à droite :
1/ régence de Fujiwara - 2/empereurs (Shirakawa) - 3/chef militaire : maison de Taira
Comme en Occident le XIIe siècle coïncide avec l'apparition des premiers blasons japonais.
pour les curieux, à gauche nous voyons une couronne de feuilles de gingembre (Fujiwara) et à droite un papillon (Taira)


période des Shogunats (dictatures militaires en alternance avec le règne effectif des Empereurs légitimes) - mons des clans dirigeants, de gauche à droite : 1/ clan Minamoto (1192 – 1333) - 2/ clan  Ashikaga (1336 – 1573) - 3/ clan Oda (1573-1582)-
à gauche nous avons un mon composé de fleurs et de feuilles de gentiane, au centre: deux fasces dans un cercle, et à droite une fleur de pommier.
période des Shogunats, suite) : mons des clans dirigeants :
1/ clan Toyotomi (1583-1598) - 2/ clan Tokugawa (1603 – 1867)
à gauche le motif du paulownia déjà observé 
et à droite trois feuilles de rose trémière aboutées.
le premier shogun Tokugawa Ieyasu (1543-1616),qui a installé
le long règne de sa dynastie Tokugawa en sortant vainqueur
 à la bataille de Sekigahara, qui s'est déroulée les 20 et 21
octobre 1600. Notez les mons imprimés dans les tentures.
extraits d'un magnifique panneau de bois peint évoquant la bataille de Sekigahara (réalisé vers 1620), décisive pour l'histoire féodale du Japon, ou des centaines de bannières de clan avec leur mons sont visibles : un vrai délire pour les vexillologistes et "nippo-héraldistes" ! Cette œuvre se trouve au Musée d'Histoire de la ville de Gifu, préfecture de Gifu.  
 (vous pouvez admirer l'ensemble → ICI , en agrandissant l'image du tableau )
extrait d'une réplique du tableau de la bataille de Sekigahara (1600) exécutée au XIXe siècle  avec de nombreuses différences par rapport à l'original de 1620. Elle est conservée aux archives historiques de la ville de Sekigahara,  préfecture de Gifu. (vous pouvez admirer l'ensemble → ICI , en agrandissant l'image du tableau )
La flotte de Kuki Yoshitaka en 1594  avec le pavillon Hinomaru des chefs militaires, estampe du XVIe siècle.
armoiries (occidentalisées) du Japon, plus exactement du bakufu (ou shogunat) Tokugawa (1603-1867) , avec drapeau et blason de la dynastie Tokugawa - fragment d'une planche d'un atlas géographique Hachette (France), 1877
drapeau du Japon dirigé par le bakufu d'Edo 
 ou de Tokugawa (1603-1867)
 atlas géographique Hachette (France), 1877
drapeau de la République indépendante d’Ezo (1868-1869) ,
état sécessionniste du Japon situé dans l'île d'Hokkaido
on retrouve la fleur du chrysanthème
mon du royaume de Ryūkyū
(trois gousses de piment stylisés)

.
drapeaux de l'ancien (XVe siècle) royaume indépendant des Îles Ryu Kyu (archipel situé entre Taïwan et le Japon)
 à gauche en 1875 , à droite de 1875 à 1879, cet état sera annexé au Japon en 1879
drapeaux originaux du Japon (1870-1945) - en drap, bordure coton
collection du National Maritime Museum à Greenwich (Royaume-Uni)


carte de collection (EFA) début du XXe siècle montrant les principaux
emblèmes nationaux du Japon
drapeau utilisé pendant la période d'occupation militaire des Alliés
après la capitulation japonaise (1945-1952) et avant la restauration
du drapeau japonais Hinomaru.




20 décembre  ← pays précédent • pays suivant  →  ◙  1er janvier

Herald Productions





£ē þěţišíęř...

comme à la fin de certains films, on prend plaisir à regarder les bêtisiers, il en est de même pour mon film à moi :
Mount Fuji, World heritage 2013 by Google
image de collection Helmar, début XXe siècle
carte publicitaire allemande - début XXe siècle

proposition d'armoiries "civiles"


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire