lundi 17 septembre 2012

l'Armorial de La Planche - 1669 - Gouvernement d'Orléans - Sénéchaussée du Poitou - 1ère partie

 S   uite de la visite d'un des plus anciens manuscrits répertoriant des armoiries de villes et de villages de France, dessinées à la plume et peintes à l'aquarelle, antérieur à l'Armorial Général de France de Charles d'Hozier de trois décennies !  Voir la description initiale : →
  Ce nouveau volet va nous permettre de découvrir le découpage administratif sous le règne de Louis XIV, en parcourant le Gouvernement Général d'Orléans. Cette entité était divisée en de nombreuses généralités , elles-mêmes composées de sénéchaussées et de bailliages. Son territoire couvrait une immense région bordant la Loire et ses affluents, de l'Anjou à l'ouest  jusqu'au Nivernais à l'est, le Poitou et le Berry au sud. Pour respecter l'ordre du manuscrit, nous allons débuter par le Poitou
Revenir à l'épisode précédent →

Voici l'extrait d'une carte datant de la fin du XVIIIe s. , donc postérieure d'un an, mais dont les limites administratives ont peu évolué.












vous pouvez agrandir les images
 en cliquant dessus






 Ces fragments proviennent toujours du Volume I . Comme d'habitude , j'ai placé le blason actuel pour comparer les différences ou la constance des figures.

Pour enrichir l'étude, j'ai mis en bonus, l'extrait équivalent quand il existe, dans l'Armorial Général de France*  (1696-1711), établi par Charles-René d'Hozier.



 (*) Armorial Général de France - volume XXVII - Généralité de Poitiers- tome I
     Armorial Général de France - volume XXVIII - Généralité de Poitiers- tome II
      Armorial Général de France - volume XXXIII - Généralité de Tours - tome I  ( BNF Paris)




Poitiers (Vienne)


On remarquera qu'initialement, et c'est la même constatation dans l' A.G.F. d'Hozier (blason du Corps de l'Hôtel de Ville de Poitiers) que la bordure chargée de besants, était complète sous le chef aux fleurs de lis. J'ignore à quel moment le chef est devenu "brochant" sur la bordure.
   Ce blason "d'argent au lion de gueules, à la bordure besantée d'or", sans le chef de France, vient de Richard de Cornouailles (1209-1272), le frère cadet du roi Henri III d'Angleterre, comte de Cornouailles et qui avait reçu de son frère le comté de Poitiers à partir de 1225, à l'époque où les Plantagenêts possédaient l'Aquitaine et l'Anjou. Mais la bataille de Taillebourg en 1242, mit fin aux prétentions anglaises sur le Poitou, au profit d'Alphonse de Poitiers, frère du roi Louis IX de France, qui avait lui aussi reçu le comté en apanage. Poitiers avait été rattachée au domaine royal par Philippe-Auguste depuis sa conquête en 1204 au dépends des Plantagenêts.  
   L'écu originel du comté  "d'argent au lion de gueules" est lui-même le premier blason supposé des armoiries de Richard Cœur-de-Lion, l'oncle de Richard de Cornouailles. La bordure aux armes de Cornouailles est donc une brisure de celles de son oncle. L’écu au lion de gueules poitevin, associé à diverses armoiries ou brisures, se maintiendra ainsi durant tout le Moyen Âge. La ville de Poitiers le fait figurer sur son sceau urbain. À la fin du XIVe siècle, les rois de France concèdent à Poitiers l’honneur d’ajouter un chef  aux couleurs de France, signalant à la fois le statut de bonne ville de Poitiers et la souveraineté que le roi exerce sur la ville.







Niort (Deux-Sèvres)




La tour simple est devenue donjonnée. La ville est d'ailleurs pourvue d'un fort beau donjon.






Châtellerault (Vienne)


A noter la réduction drastique du nombre de besants : crise oblige !!  Remarquez aussi la graphie Châtel-héraut , transcrite du latin Castrum heraldi. Certaines villes du Poitou ont été enregistrées deux fois dans l'Armorial Général de France , et de surcroît avec deux blasons différents ! Le second semble néanmoins avoir été donné de façon arbitraire. Nous retrouvons les armoiries de Richard de Cornouailles vues à Poitiers. La famille des Châtellerault avait adopté les armes du Poitou avec la bordure de sable mais sans les besants, car ils étaient maréchaux et bannerets pour la défense du comté de Poitiers.






Parthenay
 (Deux-Sèvres)
A noter la bande engrêlée pour le Père de La Planche, mais  normale dans l'A.G.F. d'Hozier. Ce sont les armes des seigneurs de Parthenay-l'Archevêque, elles-mêmes ayant pour origine celles des Lusignan : burelé d'argent et d'azur,  brisées d'une bande de gueules.



Thouars (Deux-Sèvres)

Origine inconnue pour ce blason aux grappes de raisin . La ville porte déjà dans l'A.G.F. d'Hozier le blason aux couleurs inversées de la maison des Vicomtes de Thouars, qui était : d'or semé de fleurs de lis d'azur, cantonné d'un franc-quartier de gueules.




Rochechouart
(Haute-Vienne)
Comme vous pouvez le lire dans le texte , et le visualiser sur la carte tout en haut , la Vicomté de Rochechouart était à l'époque une petite enclave du Poitou insérée entre l'Angoumois et le Limousin, un vestige du domaine des anciens Comtes de Poitiers. Par la suite elle a été rattachée à la Province du Limousin.



Saint-Maixent-l'École
 (Deux-Sèvres)





D'autres  villes sont décrites dans le texte, accompagnées d'un contour de blason, mais laissé vierge, et sans aucun blasonnement : Mirebeau, Montmorillon, Le Blanc (Indre), Civray, Lusignan.
ou d'autres lieux ou villes juste décrits par le texte, sans blason ni mention s'y rapportant : l'Absie (Abbaye), Bressuire, Airvault, Moncontour, Saint-Loup-sur-Thouet, Vivonne, Saint-Benoit-du-Sault (Indre), Chauvigny, La Roche-Posay, Saint-Savin, Gençay, Melle, Chizé.


# cependant, quelques années plus tard, certains lieux (en gras, ci-dessus) ont été enregistrés et blasonnés dans l'Armorial Général de France :

 



A bientôt pour une nouvelle série : →

Crédits :
parmi les blasons "modernes" certains sont empruntés à et parfois modifiés à :
http://labanquedublason2.com/ (dessins : Jean-Paul Fernon)

 Et je remercie particulièrement les personnes responsables de la Bibliothèque et des Archives du Musée du Château de Chantilly :  http://www.bibliotheque-conde.fr/


                Herald Dick
 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire