samedi 5 mai 2012

Zoo héraldique #08 : l' Écrevisse - 1ère partie

 V  ous connaissez l'expression "passer du coq à l'âne" ; eh bien, là maintenant, pour vous : je passe de l'éléphant (voir → ici) à l'écrevisse ! En fait, c'est un fidèle lecteur de mon blog (je le salue, il se reconnaîtra), qui m'a suggéré ce thème en m'adressant gentiment de jolis spécimens qu'il avait acheté (ci-dessous) pour sa collection personnelle.
Extraits d'un armorial inédit du peintre héraldiste belge Marcel Stiennon - familles des Flandres, du Hainaut, d'Artois et de Picardie - gouaches et aquarelles  peintes entre 1958 et 1995 environ
photos J.Dulphy

écrevisse commune à pattes rouges  (Astacus astacus)
   Première interrogation : quelle pouvait être la motivation des hommes pour choisir comme emblème familial cet animal étrange, garni de pattes et d'antennes, charognard, plutôt agressif et assez insignifiant en définitive ? Mystère...  Michel Pastoureau, dans ses écrits, souligne que ces crustacés ont la capacité de se mouvoir aussi aisément en avant qu'en arrière, c'est un peu léger et équivoque, aller en arrière c'est reculer ou fuir !  qui n'est pas très chevaleresque comme attitude...   Je vais vous donner quelques explications pour certains cas, beaucoup plus simples et évidentes.
  Autre point : quand j'ai commencé l'inventaire de ce thème, je n'imaginais, mais alors pas le moindre du monde, la quantité de réponses qui en sortirait. Et de ce fait je vais le traiter en plusieurs parties! Vous allez voir que, comme pour l'éléphant ou la chauve-souris précédemment, ce banal petit animal de nos rivières va nous faire voyager dans l'espace et dans le temps de manière inattendue !
 L'écrevisse est donc un des rares crustacés vivant en eau douce, il existe des centaines d'espèces dans le monde. En Europe et en France il existe plusieurs variétés et certaines sont non autochtones comme l'écrevisse américaine qui a envahi nos lacs et rivières à la place de la résidente. De plus, l'écrevisse traditionnelle est très sensible à la moindre pollution et aux aménagements des cours d'eau, donc sa population a considérablement régressé, voire carrément disparu dans certaines régions.
armoiries des villes de gauche à droite :
1 - Rakovica (Croatie)  /  2 - Auce (Lettonie)  /  3 - Rajka (Hongrie)  /  4 - Radun (Biélorussie) /  5 - Oulainen (Finlande)
Vous aurez remarqué en passant les deux blasons à enquerre de couleurs (2et 3) .
A noter également  que la racine "rak" signifie écrevisse dans les langues slaves.


Sa couleur naturelle est gris-vert et comme le homard, elle ne devient rouge qu'à la cuisson, car c'est aussi un mets délicieux et raffiné. En héraldique, on en trouve de toute les couleurs (voir ci-dessus), il n'y a pas donc pas de spécimen type ! Elle est souvent utilisée en figure simple ou au nombre de trois :
armoiries de familles françaises, de gauche à droite :
6 - Thiard de Bissy (Bourgogne) /  7 - Boucher (Champagne) ou Flogny (Bourgogne)  /  8 - Gerselaze (Marche) /  9 - Prieur de Chanteloup (Maine)  /  10 - Bardouil de la Lande (Normandie)
images provenant du site "Au blason des armoiries" , à nouveau deux enquerres (8 et 9) , mais une astuce consiste à blasonner : "une écrevisse cuite" ,donc naturelle, au lieu de gueules et l'enquerre est annulée... fallait y penser !
Armorial Général de France de Charles d'Hozier (1696) - Généralité de Poitiers - Volume N° 28 - page 1174

Puisque nous abordons le patrimoine français , voyons ce que l'on trouve dans l'héraldique 
familiale : pas de grand nom illustre , mais tout de même une petite pêche non négligeable ... et en parallèle quelques villages de France qui arborent la petite bête.


famille Le Pelletier d' Escrots
d' Estrées (Bourgogne)
famille de l'Hôpital
(Champagne)
(d'après Armorial de Châlons)


commune de Cuzieu (Loire)
et famille Denis de Cuzieu
(Lyonnais)















Commune de Ramonchamp
(Vosges) , ici on met en
avant les ressources
 naturelles des torrents
commune de Flogny-la-Chapelle
(Yonne) , l'écrevisse vient de
de la famille de Flogny
 (citée plus haut)


commune de Camarsac
(Gironde) , armes parlantes :
en latin : cammarus = écrevisse

















Commune de Verlans
(Haute-Saône)  comme le
village précédent : la nature...
les ramures, elles viennent
du duché de Würtemberg, joli
tiercé en chevron renversé-ployé
Commune de Loué (Sarthe)
blason créé par Robert Louis,
les bestioles remplacent
 les fleurs de lis : habile !! 
Commune de Signy-Signets (Seine-et-Marne)
on y voit une espèce particulière : l'écrevisse à pattes blanches (Austropotamobius pallipes)
de jolies armoiries municipales, toutes jeunes (créees en 2004)


Un thème que je n'ai pas encore abordé, jusqu'à maintenant, les armoiries de corporations et divers métiers, en voici une très belle illustration , pour les pêcheurs : 
aquarelle représentant semble-t-il la Seine et Paris avec l'île de la Cité à gauche , le Pont au Change au centre et le Châtelet sur la rive droite. Le blason montre poisson , écrevisse, deux nasses en osier, et deux rames .
Enfin , dans le domaine des armoiries imaginaires et légendaires, admirez ces magnifiques armoiries  :

armoiries de Broadas l'Espagnol, un chevalier de la Table Ronde.
"de sable à l'écrevisse d'or" - cimier : une écrevisse d'or et supports : deux autres écrevisses d'or de chaque côté
manuscrit français 1437 - Armorial de la Table ronde -  Date d'édition : ~ 1490 -  miniature folio 142r (extrait) - 
Bibliothèque Nationale de France, Département des manuscrits - Paris


Chez nos voisins latins aussi : quelques spécimens, comme ce village frontalier au nord du Portugal :


... et surtout l'Italie, avec ces très belles réalisations de Massimo Ghirardi et Bruno Fracasso pour araldicacivica.it :

Commune de Gamberale (Abruzzes)
armes parlantes (gambero=écrevisse)
 
Commune de Gambara
(Lombardie)
armes parlantes
























Commune de Amaro
(Frioul-Vénétie-Julienne)
la bête dans son élément
symbolisé par les burelles ondées

Commune de Vigasio (Vénétie) ,
 l'écrevisse est servie accompagnée
d'une rave comme légume !




















Commune de Cento (Emilie-Romagne)
à noter le lambel et les fleurs de lis
de la famille d'Anjou, très présente en Italie.
Cette forme d'écu en amande
est typiquement italienne.


Province de Ferrara (Emilie-Romagne)
tiercé en pairle,
en 1: le coupé sable/argent de Ferrara,
en 2 : Cento (voir à gauche) 
et en 3 : Commacchio avec son emblème :
 un flet (genre de limande)
























famille Anchioni (Florence)
encore les Anjou derrière
ce blason.
  
Commune de Pioraco ( Marches)
difficile d'ignorer la fondation d'origine
romaine de cette cité ! les éléments ne manquent pas...
 l'écu, lui, relate un évènement arrivé en 1594,
 après de graves inondations dans la région, l'eau retirée,
une écrevisse est retrouvée vivante sous l'autel de l'église
dédiée à Saint-François-d'Assise.


  Et nous allons nous arrêter là, car nous retrouverons notre écrevisse dans les pays germaniques, scandinaves, balkaniques et slaves où elle est très prisée également, à bientôt...

              Herald Dick

2 commentaires:

  1. En Catalogne, nous avons un:

    http://dibujoheraldico.blogspot.com.es/2012/01/escudo-de-llagostera.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour Xavi,
      merci pour ton attention, mais ton animal est une langouste de mer, qui n'a pas de pinces, à l'opposé de l'écrevisse (cangrejo de río).
      C'est pour réaliser des armes parlantes qui d'ailleurs,je crois,font polémique, dans ton pays, à cause de l'origine étymologique du nom de la commune de Llagostera.
      En France aussi nous avons beaucoup de querelles à propos des nouveaux blasons!
      amitiés
      HD

      Supprimer