samedi 17 septembre 2011

Géo héraldique #02 : l'influence du phylloxéra sur les blasons de nos villages

  Je reprends mon idée de Géohéraldique ( voir mon précédent article #01), néologisme pour associer les cartes et l'héraldique ,  à l'instar de la Géopolitique qui explique les événements du monde avec la cartographie.
  Cette fois j'ai voulu développer une thématique autour de la vigne et du vin en France , appuyée par l'Histoire, la Géographie et ... l'Héraldique.

Septembre étant le mois traditionnel pour les vendanges , cela tombe bien...
les Très Riches Heures du Duc de Berry - mois de Septembre ( vers 1408-1416) 
détail montrant une scène de vendanges
L'idée m'est venue en étudiant les armoiries des villes ou des villages de certaines régions françaises. Certaines arborent fièrement des grappes de raisins , des plants de vigne , etc... alors qu'il n'y a pas le moindre hectare de vignoble sur leur territoire !  Exception faite des quelques rangs conservés ça et là par des particuliers pour leur agrément, ou par certaines villes dans un but écolo-touristique (ex : la butte Montmartre à Paris). 

Dans ce blog , tous les blasons affichés proviennent d'un département où tout vignoble a disparu de nos jours , et même pour certains depuis plusieurs siècles ...

blasons des villages , de gauche à droite :
Rosières-en-Santerre (Somme) / Dieudonné (Oise) / Bry (Nord) / Vandy (Ardennes)
blason de la commune de 
Ruminghem (Pas-de-Calais)


"Ecu barré d'une onde d'argent, au chef d'hermine
 sans nombre, en dextre d'azur timbré à la croix 
nimbée d'or, du lieu * , en senestre de sinople
à la grappe d'argent engrainée de gueules"
blason de la commune de 
Saint-Pierre-de-Manneville
 (Seine-Maritime)
"D'or à la bande ondée d'azur, accompagnée en chef
 d'une grappe de raisin de gueules, tigée et feuillée
 de sinople, et en pointe d'un sapin arraché
 du même; au chef de gueules chargé de
 trois angemmes d'argent.

blason de  Trévron (Côtes-d'Armor)
"Ecu barré d'une onde d'argent, au chef d'hermine
 sans nombre, en dextre d'azur timbré à la croix 
nimbée d'or, du lieu * , en senestre de sinople
à la grappe d'argent engrainée de gueules"
(*) la croix celtique est à l'image de celle
qui orne le parvis de l'église
(dessin original et précisions de l'auteur 
 du blason communal (1995) :
M. Baudouin Dewynter )

Certes , la toponymie peut expliquer dans certains cas des armes parlantes :
Vigneux, Vigny, Vineuil , etc...  Mais sinon, quel est ce mystère ?

blasons des villages ou villes, de gauche à droite :
Vigny (Val-d'Oise) / Chanteloup-les-Vignes (Yvelines) / Vigneux (Essonne) / Auteuil (Yvelines)

blason de la commune de :
Les Vignes (Lozère)

Il est possible de mieux visualiser la question en examinant la carte du vignoble de France que j'ai réalisée et qui montre les zones de répartition actuelles :
Voici maintenant une autre carte de mon crû, qui représente par couleurs les départements où l'on trouve actuellement des blasons municipaux portant au moins un indice concernant la culture de la vigne et le vin.
Vous pouvez visualiser aisément que les "blancs" sont beaucoup plus réduits que sur la carte précédente.
blasons des villages ou villes, de gauche à droite :
Bagneux (Hauts-de-Seine) / Gommécourt (Yvelines) / Noisy-le-Sec ( Seine-Saint-Denis)

C'est bien la trace de l'histoire de la vigne et du vin en France qui apparaît en filigrane , et même jusque que dans les départements fortement ou totalement urbanisés comme la Petite Couronne parisienne.
blasons des arrondissements de Paris d'après les propositions (non adoptées) de Robert Louis :
1 / 12è arrondissement (chais de Bercy, démolis par les promoteurs il y a quelques années)
2 / 18è arrondissement ( vignes de Montmartre)
3 / 20è arrondissement ( vignes de Belleville)


Valserres
(Hautes-Alpes)
Verniolle
(Ariège)

La  culture de la vigne est arrivée dans notre pays vers 600 av JC par la colonisation grecque de Marseille , et de là s'est diffusée doucement dans la toute la Gaule avec les peuples celtes. 

 Les Gaulois développèrent la culture viticole, améliorant les procédés de vinification, en introduisant le vieillissement en fûts de chêne.

Parallèlement,  les Romains , également producteurs en Italie ont intensifié la diffusion de la viticulture en Gaule à partir du IIè siècle av JC, en améliorant les cépages et les terroirs.

blasons des villages ou villes, de gauche à droite :
Thonnance-lès-Joinville (Haute-Marne) / Bucey-lès-Gy (Haute-Saône) / 
Evaux-et-Ménil (Vosges)

  Ainsi l'apogée de la présence des vignobles se situe au Moyen-Âge avec la contribution des moines. En effet le vin est nécessaire pour les offices religieux , les messes. Les meilleurs vins étaient réservés à l'aristocratie et aux evêques. Les moins bons contentaient les travailleurs et les soldats.
Déjà les bordeaux étaient destinés à l'exportation (Angleterre, Pays-Bas).
Puis l'invention du champagne et le commerce des eaux-de-vie , cognac et armagnac prirent de l'ampleur et générèrent de nouveaux vignobles dans les régions de plaine, alors que la vigne se plaît surtout sur les coteaux.
blasons des villages , de gauche à droite :
Verneuil-sur-Vienne (Haute-Vienne) / Voutezac (Corrèze)
  Bref, jusqu'à la fin du XIVè siècle, la France est , mis à part dans l'extrémité ouest de la Bretagne et dans les Flandres, couverte de vignes. L'Ile de France , la Touraine sont les plus grosses provinces productrices.

  Puis un certains nombres d'évènements cataclysmiques vont tout faire basculer :
  D'abord , de 1350 à 1790 , plusieurs périodes de refroidissements climatiques , appelés "petit âge de glace" vont toucher les vignobles , notamment celui de Normandie très important le long des fleuves : Seine , Bresle , et les coteaux d'Argences (Calvados) , l' 
Avranchin , etc ... la qualité médiocre des vins qui ne se conservent plus, occasionnera leur abandon progressif.
  Au XIXè siècle , le retour de températures normales provoquent des inondations qui finiront de ravager ce qui reste dans le Pays de Caux .
blasons des villages ou villes, de gauche à droite :
Elbeuf (Seine-Maritime) / les Andelys (Eure) / Illiers-l'Evêque (Eure) / Vernouillet (Eure-et-Loir)


Phylloxéra (Daktuliosphaira vitifoliae)

Revenons  à la fin du XVIè siècle , des famines successives dues aux problêmes de production de céréales insuffisantes provoquent l'ordre royal d'arrachage de nombreux vignobles, puis un contrôle très strict par les gouverneurs des Provinces, pour les remplacer par des cultures vivrières plus appropriées à la demande alimentaire.

  Et puis à partir de 1863, une petite bestiole insignifiante (moins de 3 mm de longueur),
nommé le phylloxéra, d'origine américaine, traverse l'Atlantique en compagnie de son pote, le doryphore des pommes de terre ! N'ayant aucun prédateur en Europe, il s'y fixe et commencer à dévaster tout le vignoble du continent ... jusqu' au début du XXè siècle.
  Aucun traitement n'est efficace , c'est une catastrophe sans précédent dans l'agriculture mondiale. Lorsque l'insecte s'attaque à un cep de vigne, par ses racines, il meurt dans les trois ans qui suivent !
  C'est surtout les vignobles de la partie Nord de la France qui seront dévastés, car le phylloxéra n'aime pas les terres sablonneuses du Midi.
L'affaire ne sera sauvée in extremis que par la découverte du greffage sur des variétés de vigne sauvage d'origine américaine qui résistent mieux aux infestations. Mais certaines régions ne s'en remettront pas ou pas bien : le Limousin, l'Auvergne ...par exemple.
blason de  Les Bordes-sur-Arize (Ariège)

Pour terminer , le parasite n'a pas disparu pour autant du sol de nos vignes, et si l'on arrêtait de les greffer, il recommencerait ses ravages comme au bon vieux temps ! C'est ce qu'ont découvert récemment nos amis mais néanmoins concurrents : les Australiens, à partir de 2006 !!


Enfin , pour les personnes intéressées par l'histoire de la vigne, les traditions qui s'y rapportent, et qui résident dans les régions du Centre-Est , je vous conseille de visiter un charmant petit musée niché dans le vignoble de la Côte Roannaise (AOC), à Ambierle (42) , près de Roanne : le musée Alice Taverne...

A votre santé ...








Crédits :
certaines images sont empruntées aux sites suivants :

Aucun commentaire:

Publier un commentaire